Vitrine numérique des librairies indépendantes, LIBREL leur permet
de compléter leur offre de livres "papier" en ouvrant l'accès,
pour les lecteurs qui le désirent, à la version digitale de ces livres.
ATTENTION : actuellement LIBREL ne propose que des LIVRES NUMERIQUES.
Le livre papier suivra prochainement : un clic et vous saurez où trouver le livre que vous cherchez.

 

Une liseuse nouvelle génération pour un confort de lecture optimal.
Dotée d'un écran haute définition de 300 dpi, la DIVA HD vous offre une qualité de lecture idéale avec son éclairage modulable qui réduit l'exposition à la lumière bleue. Elle vous promet des semaines d'autonomie, une capacité de stockage de livres excep­tionnelle et une lecture sans reflet. Servie par une nouvelle interface rapide et instinctive, vous plongerez sans attendre vers vos meil­leures lectures. Un plus : Les couvertures déclenchent l'éveil ou la mise en veille instantanés de votre liseuse. La liseuse DIVA est compatible avec la protection social LCP que nous vous recommandons. 
Notre conseil : dès l'achat investissez sur une couverture. Informez-vous auprès de votre libraire ou sur info@librel.be

La Ville de Liège, avec le soutien de la Ville de Paris, organise un prix de l’essai, dénommé « Prix Paris-Liège ». Le Prix a été décerné pour la première fois en 2012, et les livres primés sont toujours de qualité.
Dans sa sélection 2020, trois auteurs belges ont été retenus, trois hussards de la philosophie contemporaine, Pascal Chabot, François De Smet et Laurent de Sutter. Le blog littéraire des lettres belges francophones, Le Carnet et les instants, a publié des recensions sur deux d'entre eux.

Deux ans avant qu’il ne quitte la maison, mon père déclara à ma mère que j’étais très laide. Cette phrase fut prononcée à mi-voix, dans l’appartement que mes parents avaient acheté juste après leur mariage au Rione Alto, en haut de San Giacomo dei Capri. Tout est resté figé – les lieux de Naples, la lumière bleutée d’un mois de février glacial, ces mots. En revanche, moi je n’ai fait que glisser, et je glisse aujourd’hui encore à l’intérieur de ces lignes qui veulent me donner une histoire, alors qu’en réalité je ne suis rien, rien qui soit vraiment à moi, rien qui ait vraiment commencé ou vraiment abouti : je ne suis qu’un écheveau emmêlé dont personne ne sait, pas même celle qui écrit en ce moment, s’il contient le juste fil d’un récit, ou si tout n’est que douleur confuse, sans rédemption possible. La vie mensongère des adultes, Elena Ferrante

empty