À propos

Dans les années 50, aux États-Unis, la ségrégation bat encore son plein. Malgré leur jeune âge et l'amour protecteur de leur mère Odessa, Cassius et Rudy en subissent la violence au quotidien. Ils encaissent les inégalités comme autant de coups. Jusqu'au jour où l'aîné des deux frères découvre la boxe... Dans les gymnases, la couleur de peau importe peu. Sur les tapis et les punching-balls, les distinctions s'effacent dans une même odeur de sueur. Jab ! Crochet ! Uppercut ! Pour Cassius, progresser devient rapidement une obsession. Il pratique chaque jour et gagne peu à peu en technique et en endurance, aidé en cela par son entraîneur Angelo Dundee. Sur le ring, son énergie est stupéfiante, et son jeu de jambes si rapide qu'il fait penser à une danse. Ses adversaires peinent à suivre le rythme ! Et ce n'est encore qu'un début... Catherine Locandro raconte avec sensibilité et passion le parcours et l'ascension extraordinaire de celui que l'on surnommait « The Greatest », l'un des plus grands boxeurs de l'histoire.
À partir de 13 ans


Rayons : Jeunesse > Littérature Jeunes Adultes > Romans


  • Auteur(s)

    Catherine Locandro

  • Éditeur

    Albin Michel

  • Distributeur

    ePagine

  • Date de parution

    02/05/2019

  • EAN

    9782226434821

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    352 Pages

  • Poids

    2 212 Ko

  • Lectorat

    à partir de 12 ANS

  • Diffuseur

    Adilibre

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

Aucune information sur l'accessibilité n'est disponible

Catherine Locandro

Catherine Locandro est née à Nice en 1973 et vit actuellement à Bruxelles. Elle travaille dans le domaine de l'audiovisuel lorsqu'elle publie son premier roman, Clara la nuit, qui remporte le prix René Fallet en 2005. Cette scénariste – primée en 1997 pour L'Amour est à réinventer, dix histoires d'amour au temps du sida – publie son quatrième roman chez EHO, après Les Anges déçus (2007),  Face au Pacifique (2009) et L'Enfant de Calabre (2013).

empty