Donnez votre avis

Recommandez ce produit

Offrir cet ebook

[eBook] La ventolière en plastique

Traduction Fanny Chartres - Langue d'origine : Roumain

Liste

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Donnez votre avis

Table des matières la ventolière en plastique imagine-toi : fais attention à elle là, allongée sur le lit combien de temps durera le privilège de ce sursis ? entassés à la porte de l’institut le matin est là mais nous ne sommes pas avec le matin j’attends le neurochirurgien est un soldat du génie enlace-moi son lit est resté derrière je la renifle dans son sommeil ces moments où le dénouement sa vie s’est retranchée dans une pause entre deux syllabes quand elle dort, je colle mon oreille à sa tempe un jour de souffrance comme un autre Interrompues enveloppé dans un petit morceau de papier la main en caoutchouc que restera-t-il de ce qu’elle a été ? tout cela : le prêtre reçoit les confessions dans la chambre de garde la nuit tombe dans la chambre devant elle nous restons forts j’écarte le sommeil de son oeil droit l’hôpital est une église à plusieurs étages orange prononce t-elle des centaines de fois raconte ! crie-t-elle la culpabilité de mépriser ceux qui sont hors de la souffrance 48 pas du lit jusqu’à la salle de bain seuls les hommes sont restés entiers son corps s’est tellement replié maintenant l’hôpital est notre maison la femme sans jambes avait des bras de déménageur nous nous affairons autour d’elle comme deux marionnettistes le neurologue a lu la sentence son premier geste d’attention aux vêpres nous entrons avec elle dans l’église les églises parfois sont petites et paraissent banales hier soir j’étais à un concert au-delà de tout cela je les rencontre en secret dans des sous-sols je n’étais qu’un gamin dans les parages de la mort tu cherches l’amour après de longs mois, nous rentrons à la maison deux saisons sont passées depuis que nous traînons en enfer tu es sur le canapé oubliée dans une mémoire vide et verrouillée son monde un cerf-volant pendant sur un côté je lui ai dit des gros mots à l’oreille il était une fois comme dans les contes je lui réchauffe dans ma bouche des cuillères de yaourt elle redécouvre son passé dans l’album plus personne ne nous demande rien peut-être que ces jours-ci j’ai essayé de me réhabituer maintenant que tu n’es plus chez moi Note sur l’auteur Note sur la traductrice et l’illustrateur Références


empty