Michel Lafon

  • Covid-19.
    Janvier - Novembre 2020.

    Pas de dépistage général - Un confinement où les patients « positifs » contaminent leurs proches indemnes et attendent de ne plus pouvoir respirer pour qu'on les emmène en réanimation - Interdiction d'un médicament sans danger prescrit depuis des décennies mais bon marché donc pas rentable au profit d'un produit à la toxicité connue mais très cher et qui a généré des fortunes, et de prestigieux journaux scientifiques qui, dans cette guerre, ont gravement dérapé...
    Voilà qui m'a paru justifier de porter à la connaissance du public le verbatim des communications hebdomadaires à l'IHU Méditerranée Infection de Marseille - le plus grand centre français consacré aux maladies infectieuses, que je dirige - ainsi que mes interventions au Sénat et à l'Assemblée nationale. Le lecteur ne manquera pas d'en conclure qu'il est urgent de revoir totalement la politique sanitaire française.
    Didier Raoult.

    Outre les détails inédits de cette histoire inimaginable, vous trouverez dans ces pages des renseignements précieux sur cette épidémie, le virus et ses mutants, sa mortalité selon les âges, les phases les plus critiques, les meilleurs moyens de protection et... les dangers d'une panique exploitée qui pourrait être encore plus grave que la pandémie pour l'avenir.

  • « Il me paraît indispensable que le public soit judicieusement renseigné sur les questions importantes qui concernent sa santé. La santé - physique et morale - est un bien précieux avec lequel on ne doit pas jouer sous prétexte de faire du scoop ou du chiffre, que ce soit dans les médias ou sur les réseaux sociaux. » Dans ce recueil de ses chroniques parues dans le journal Le Point, le professeur Didier Raoult s'exprime sur des sujets de santé et de société, qui nous intéressent tous.

    Basé sur des faits avérés, ce livre, loin d'être anxiogène, nous montre que tout ne va pas si mal !

  • Anthrax, chikungunya, Ebola, grippes aviaires, H1N1, Zika, SARS-coronavirus, MERS- coronavirus... Pour toutes ces épidémies, on a prédit des millions de morts : il n'en a rien été.
    Qu'en sera-t-il du coronavirus chinois qui provoque une panique mondiale ?

    Cet affolement provient en grande partie des exagérations de la presse, qui sait que la peur « fait vendre ». Mais que nos gestionnaires - les politiques - surfent à leur tour sur le pire peut être lourd de conséquences. Nous avons affaire à des événements que la science elle-même peine à expliquer, telles la transmission accélérée des épidémies à leur début, leur variation saisonnière et... leur disparition spontanée sans raison apparente. Dans ces conditions, brandir chaque jour le nombre de nouveaux cas et de morts comme un épouvantail ne sert qu'à provoquer des réactions disproportionnées par rapport aux risques réels qui, eux, ne peuvent qu'être négligés dans le même temps.

  • Les Français « de souche », ça n'existe pas. Les races non plus. Depuis l'homo-sapiens, qui était déjà le résultat de croisements avec Neandertal et les autres (arrêtons de pavoiser), nous sommes les produits de métissages permanents. Et tant mieux, car recevoir des gènes extérieurs rend plus résistant !
    Ne pas croire non plus que l'évolution se fait de façon régulière, uniquement adaptative, en vue d'un être plus abouti ; elle est aussi la conséquence des catastrophes, des épidémies, et même des comportements : des rats stressés en laboratoire vont transmettre des « caractères » craintifs sur 3 générations ! Quant à la sélection des meilleurs, c'est un leurre. Les meilleurs s'imposent car on se soumet à eux dans l'espoir de les imiter ; mais les plus performants, les plus spécialisés vont devenir les plus vulnérables car ils auront perdu leurs facultés d'adaptation aux nouveaux changements.
    Le corps humain, de son côté, n'est pas une entité fixe. Pour une cellule humaine, on y compte 100 bactéries et 1000 virus : la médecine a fort à faire ! Sans compter que nous recevons des cellules de l'extérieur. Par exemple, une femme peut hériter de ses enfants mâles des cellules de garçon, et les transmettre.
    Maintenant, pour l'avenir, il est scientifiquement impossible de le prévoir : tout est en mutation permanente, en nous, autour de nous, sur la Terre et dans le Cosmos. La mondialisation nous apportera de mauvaises choses (épidémies, etc.) mais aussi des bonnes, et la disparition de la biodiversité n'est pas définitive : on l'a déjà vue disparaître dans le passé, et renaître. On a vu des civilisations mourir, et d'autres surgir ailleurs. Des phases de créativité intenses ont souvent succédé à des périodes d'étranglement.

    Le but de ce livre n'est donc pas de jouer les haruspices, ni même de démolir la genèse des religions (après tout, ironise le Pr Raoult, chacun est libre de définir comme il veut la source de l'ADN). Cet ouvrage nous incite seulement à nous appuyer sur les données vérifiées de la science pour éviter les caricatures anxiogènes du discours ambiant ainsi que leurs dangers, pour notre santé tant physique que morale et mentale.

  • À l'heure où l'information est malmenée plus que jamais, où des opinions plus ou moins fantaisistes s'affrontent dans des débats contradictoires qui achèvent d'égarer le public, un regard scientifique ne peut que nous éclairer. C'est pourquoi le Pr Raoult a regroupé dans cet ouvrage un certain nombre de ses rubriques. Son objectif : donner aux lecteurs des informations dûment contrôlées sur la santé en général, l'état de la médecine et de la recherche, et faire le point sur les grandes peurs entretenues concernant aussi bien les épidémies que les drames écologiques ou sociétaux.

    Vous trouverez dans cet ouvrage des mises au point édifiantes sur :
    - les craintes propagées à tort sur certaines bactéries prétendument résistantes ou sur divers virus, et en revanche les vrais problèmes négligés (retour du paludisme, recrudescence du sida, obésité, etc.) ;
    - l'état de la recherche, les grands espoirs (cancer par exemple), les nombreux remèdes à notre portée ;
    - les faux cadeaux de la grande distribution qui mettent en péril notre alimentation ;
    - les réformes urgentes que réclame l'hôpital public ;
    - une mise en garde sur la hantise du terrorisme ;
    - les dangers d'un racisme-réaction et les attitudes à éviter pour réussir un « vivre ensemble » inévitable. Sans compter une défiance persistante à l'égard des homosexuels et une lutte insidieuse contre les femmes appelées à prendre le pouvoir !

    Un livre lucide mais mesuré, qui au final propage un optimisme raisonnable et apaise le stress ambiant, la peur étant assurément la plus grande maladie du siècle.
     

  • L'auteur démontre ici - preuves irréfutables à l'appui - comment la science dément ce que nous martèlent les rois du marketing, et il nous incite à retrouver confiance en la médecine et plaisir à la vie !
    Quand le Pr Raoult a établi que les probiotiques présents dans les yaourts ont une part de responsabilité dans l'épidémie d'obésité qui frappe les enfants, il a réussi à faire plier Danone en empêchant le leader mondial en agroalimentaire de présenter Activia et Actimel comme des alicaments. Triste exemple d'une situation qui se généralise : notre santé est devenue un enjeu politique et marketing, quitte à utiliser des slogans parfois mensongers ou à jouer la carte de la peur. Dans ce livre, le Pr Raoult fait l'inventaire des idées reçues et nous offre des perspectives nouvelles.
    - Pourquoi montrer du doigt la cigarette électronique et l'aspartame dont on sait que les effets seront toujours moins nocifs que le tabac ou le sucre ?
    - La consommation d'alcool présentée comme toujours excessive et néfaste ? Le vin, pourtant, protège des affections cardio-vasculaires et diminue les accidents cérébraux. Trois verres de vin par jour entraînent une réduction de la mortalité.
    - L'obésité est un problème ? Oui mais l'obsession de la ligne aussi : les maigres vivent moins longtemps que ceux qui souffrent d'un léger embonpoint.
    - Les prétendues vertus du « régime méditerranéen » ? Ou comment on a confondu un cadre de vie exceptionnel et les bienfaits de la nourriture.
    Sans oublier l'arnaque des eaux pour bébé, les compléments alimentaires nocifs, la folie des vitamines sans ordonnance, etc.

  • Au-delà de l'Affaire Nouv.

    Au-delà de l'Affaire

    Didier Raoult

    Ne vous y trompez pas : ce livre, certes inspiré par l'affaire de la chloroquine, qui a valu au Pr Raoult des attaques d'une violence inouïe, va beaucoup plus loin dans la description des dérives de notre gestion sanitaire.
    On le sait, malgré un succès spectaculaire dans le traitement de la Covid-19 à l'IHU de Marseille et une innocuité prouvée depuis longtemps, la chloroquine a fini par être interdite au profit du Remdesivir, pourtant pas dénué de dangers, mais qui présentait un avantage certain : contrairement à sa concurrente, médicament générique donc pas cher, il n'était pas tombé dans le domaine public, et sa distribution internationale a permis au laboratoire qui le produit de réaliser des bénéfices astronomiques.
    Et ce n'est pas une exception ! Des centaines de vieux remèdes efficaces et sans réactions dommageables disparaissent en faveur de nouveaux produits qui n'ont pas toujours fait l'objet de tous les contrôles nécessaires.
    Ce livre dénonce dans le détail les procédés douteux qui assurent le « lancement » des nouveautés pharmaceutiques. Journalistes scientifiques achetés pour en faire la promotion, médecins « financés » pour les prescrire, médias « incités » à démolir un produit concurrent... Et, en matière de contrôle, des études parfois faussées par des liens d'intérêt (financiers, culturels ou relevant de toute autre dépendance), des essais cliniques imparfaits ou tronqués... Sans compter les responsables des instituts de recherche et de médecine, corrompus, eux, par leur ego ou leurs haines personnelles, qui distribuent leurs faveurs ou leurs condamnations comme des ukases sans appel.

  • Découvrez l'avant-propos de l'ouvrage du professeur RaoultAnthrax, chikungunya, Ebola, grippes aviaires, H1N1, Zika, SARS-coronavirus, MERS- coronavirus... Pour toutes ces épidémies, on a prédit des millions de morts : il n'en a rien été.
    Qu'en sera-t-il du coronavirus chinois qui provoque une panique mondiale ?
    Cet affolement provient en grande partie des exagérations de la presse, qui sait que la peur " fait vendre ". Mais que nos gestionnaires - les politiques - surfent à leur tour sur le pire peut être lourd de conséquences. Nous avons affaire à des événements que la science elle-même peine à expliquer, telles la transmission accélérée des épidémies à leur début, leur variation saisonnière et... leur disparition spontanée sans raison apparente. Dans ces conditions, brandir chaque jour le nombre de nouveaux cas et de morts comme un épouvantail ne sert qu'à provoquer des réactions disproportionnées par rapport aux risques réels qui, eux, ne peuvent qu'être négligés dans le même temps.

  • Pour ou contre ? Dangereux ou non ? Beaucoup d'entre nous ne savent plus quoi penser et pour cause : on ne les a jamais renseignés, scientifiquement, sans parti pris, sur la vaccination. Le Pr Didier Raoult, microbiologiste mondialement reconnu qui dirige le plus grand centre français consacré aux maladies infectieuses (l'IHU de Marseille), comble cette lacune.

    Être pro ou anti-vaccin n'a pas de sens. La question à se poser est : quel vaccin est utile, pour qui, dans quelles circonstances ? Or, savez-vous que 3 des 11 vaccins désormais obligatoires en France sont obsolètes dans ce pays ? Que d'autres ne sont pas recommandés alors qu'ils préviennent des maladies graves ? Que le vaccin contre la grippe, peu efficace chez les personnes âgées, devrait être au contraire distribué aux enfants ?
    Quant à redouter les effets nocifs d'un vaccin, la seule attitude valable est d'évaluer le rapport risques/bénéfices pour choisir intelligemment, au lieu d'écouter les fabricants de peur comme ce fut le cas pour le vaccin contre l'hépatite B, aujourd'hui lavé de tout soupçon.
    « Notre politique vaccinale est incohérente, dépassée et inefficace », affirme Didier Raoult, propositions à l'appui pour éviter des aberrations comme celles concernant la grippe aviaire et HIN1, et pour regagner la confiance de la population.

empty