Michel Torrekens

  • Belgiques

    Michel Torrekens

    Accident de l'histoire, fruit de compromis, la Belgique est-elle vouée à disparaître ? À travers l'évocation de son passé - de l'homme de Spy à l'exploration de Gembloux, ville de l'auteur - de son présent - des Diables Rouges à Semira Adamu -, et de son avenir, Michel Torrekens brosse le portrait d'un pays multiple, défini par sa royauté et sa vie littéraire unique...

    Nouvelliste aguerri et reconnu, Michel Torrekens est également l'auteur de romans à succès - Le Géranium de Monsieur Jean, L'Hirondelle des Andes...

  • Peu avant que son père ne s'éteigne, Pauline lui promet d'aller au Pérou sur les traces de sa mère, disparue lors d'une mission humanitaire. Est-elle morte ? A-t-elle été enlevée par les guérilleros du Sentier lumineux ?
    Arrivée à Lima la boule au ventre, elle retarde le moment de partir à sa recherche, dans un processus de procrastination. Elle a besoin de décompresser. Visite la ville, a une aventure avec Rafael, le serveur de l'hôtel, l'accompagnant dans un carnaval où elle danse sans compter.
    Mais il faut bien honorer sa promesse. Au volant d'une vieille américaine, la voici partie dans une sierra movie, guidée par Lucia, jeune humanitaire, qui devient son amie et amante. Arrivée à Cerro de Pasco, la plus haute ville minière au monde, elle rencontre des militants qui luttent pour les droits des travailleurs de cette cité hors normes. Ils ont connu sa mère, lui en parlent avec respect et lui conseillent d'aller à Cuzco, l'ancienne capitale des Incas, à 3600 mètres, pour rencontrer un chaman.
    Cette rencontre sera déterminante, mais avant de lui dire ce qu'il sait, le chaman tient à l'initier à la mochica, la vieille culture inca, en ingurgitant une décoction de plantes qui va la faire dormir. A son réveil, elle se sent sereine et prête à affronter la vérité, alors que la veille elle était angoissée.
    Le chaman la conduit alors à un hospice où elle retrouve enfin sa mère. Mais celle-ci ne la reconnaît pas, même si elle paraît contente de recevoir la visite de cette inconnue. Il ne s'agit pas d'Alzheimer. Pauline sait que la plupart des humanitaires reviennent souvent avec des troubles mentaux. Elle comprend que les épreuves que sa mère a traversées l'ont perturbée à un tel point qu'elle a gommé de sa mémoire tous ses souvenirs.
    D'abord accablée, Pauline se dit que sa mère semble heureuse et que c'est l'essentiel. Et elle comprend ce que voulait dire le chaman lorsqu'elle devait d'abord se trouver, en buvant cette décoction mochica. En venant au Pérou, il s'agissait d'une double quête, retrouver sa mère, accepter ce qu'elle était devenue, pour être enfin en paix avec elle-même...
    Ce roman nous entraîne sur les chemins escarpés des Andes péruviennes à la rencontre de populations parfois misérables, toujours ancrées dans les traditions incas, dans le sillage d'une jeune femme qui oscillera sans cesse de l'angoisse au bonheur. Mais qui repartira apaisée, riche de toutes ces rencontres effectuées tout au long de son parcours.

  • Comment Monsieur Jean peut-il se retrouver dans cette résidence pour personnes âgées, alors qu'il a trois enfants qui pourraient s'occuper de lui ? Et pourquoi sa femme - plus jeune que lui - est-elle partie assurer une mission humanitaire au Pérou ?
    Malgré tout, Monsieur Jean n'est ni aigri ni malheureux, il s'adapte à ce nouvel univers, limité aux quatre murs de sa chambre. Plutôt que de s'apitoyer sur son sort, il profite au mieux des petits bonheurs qui lui restent. Il relit les lettres que sa femme lui a envoyées du Pérou, reçoit parfois la visite de ses enfants.
    Ne pouvant plus se mouvoir, il a développé ses autres sens, le goût, l'odorat, la vue, le toucher.
    Et puis voilà qu'arrive dans cette résidence, Axelle, un amour de jeunesse. Elle, contrairement à lui, est alerte. Elle furète dans tous les coins, avant de venir lui raconter les potins et les événements qui agitent la résidence.
    Petit à petit, au fur et à mesure de la lecture des lettres de sa femme, des visites de ses enfants, on comprend pourquoi son épouse ne reviendra jamais. Mais Monsieur Jean peut arriver serein au bout de sa vie. Avec la décision de sa fille de partir au Pérou sur les traces de sa mère, le fil de la vie ne s'arrêtera pas, et lui peut maintenant partir en paix après un dernier regard au géranium, son dernier compagnon, sa plante favorite, qu'une main aimée avait installé sur le rebord de la fenêtre.

  • 17 portraits de pères, et autant de rencontres (parfois heureuses) ou de rendez-vous manqués avec leur fils ou leur fille.
    Plusieurs ouvrages récents ont montré les évolutions liées à la paternité (Pères manquants, fils manqués, de Guy Corneau). La chanson de Stromae, Papaoutai, qui a fait le buzz dans le monde entier, en est un autre exemple.
    En plus de vingt ans d'activité journalistique, Michel Torrekens a côtoyé nombre d'hommes et de femmes qui lui ont raconté leur relation au père. Entre joie et difficultés, voire souffrance quand ce père brille par son absence. Mais ici, ni sociologie, ni journalisme, il s'agit bien de fictions (père admirable ; père violent voire immonde ; père absent ; père divorcé ; père heureux en ménage.) où s'expriment une émotion et un appel à plus de paternité dans nos sociétés. D'où ce titre en forme de cri : Papas ! Des récits aux tons variés, qui abordent des réalités d'aujourd'hui, avec pour décors la Mer du Nord, le Liban, le Burkina-Faso, Bruxelles, la France, etc. L'auteur fait ici preuve d'une merveilleuse sensibilité servie par un style tout en nuances.
    Aucun de ses personnages ne laisse indifférent.
    Michel Torrekens est l'auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels Le géranium de Monsieur Jean, publié chez Zellige, et qui a obtenu le Prix du meilleur premier roman belge, décerné par Patrick Poivre d'Arvor.
    Clin d'oeil : l'ouvrage est préfacé par l'écrivain Patrick Nothomb, lui aussi père... d'une certaine Amélie Nothomb.

  • Sur commande
empty