Langue française

  • Quel homme Napoléon était-il vraiment ? Était-il raciste ? Homophobe ? Mégalomane ? Pillard ? Islamophile ? Anglophobe ? Restaurateur de l'esclavage ? Génie de la com' ? Écrivain raté ? Prédateur ? Misogyne ?...

    Deux cents ans après sa mort, ce livre passe au crible toutes les facettes du sujet « Napoléon Bonaparte » comme s'il s'était allongé sur le divan d'un psychanalyste. Ainsi nous apparaît-il dans toute sa complexité, insaisissable « caméléon » de l'Histoire.

    Notamment illustré par des oeuvres exceptionnelles de Picasso, Dalí, Turner, Magritte, cet ouvrage livre un témoignage unique sur ce petit émigré devenu le fondateur de la France moderne, qui fascine toujours autant le monde entier. Napoléon, professeur d'énergie et de volonté, incarnera à jamais l'imagination au pouvoir, le self-made-man par excellence.

  • Non, l'histoire de France n'est pas un crime contre l'humanité !
    Des statues qu'on veut déboulonner, des noms de rues et d'écoles qu'on veut changer, des manuels scolaires dont on édulcore le propos, des pièces qu'on veut faire interdire... Gare ! Le politiquement correct est de retour.
    C'est l'histoire de France qui est attaquée. Et dont on fait le procès.
    De Clovis à Mitterrand, la représentation de nos grands personnages historiques est instrumentalisée. Saint Louis est réduit à un croisé fanatique, Jeanne d'Arc à une " égérie FN ", Colbert à un esclavagiste, Ferry à un " salaud de colonialiste ", les généraux Faidherbe et Gallieni à des " génocidaires ". Napoléon devient l'homme qui a rétabli l'esclavage, Louis XIV, un dictateur et Voltaire, un vulgaire homophobe.
    Le Grand Procès de l'histoire de France veut rouvrir les pages du passé pour enseigner notre histoire, au lieu de la déformer.

  • Championne du monde de l'autodénigrement, la France, en proie à la déliquescence de son école, à la repentance coloniale et au danger du multiculturalisme, s'enfonce dans une perte d'identité totale. Son modèle d'intégration est en panne.
    La raison ? Notre pays est malade de son Histoire. Malade de ne pas la connaître, de ne pas la transmettre, d'être sans cesse tenté de la réécrire pour l'instrumentaliser ; malade, surtout, d'y renoncer par lâcheté et refus de se confronter aux minorités. L'Éducation nationale, dans sa fuite en avant multiculturaliste, multiplie les réformes qui privent nos enfants des repères les plus élémentaires sur l'Histoire de France. Quant aux élites qui nous gouvernent, elles sont prêtes à sacrifier l'amour du drapeau, la Marseillaise et la laïcité sur l'autel du « vivre ensemble »... Résultat : nous avons perdu cette fierté nationale palpable chez les Américains, les Britanniques ou les Chinois.
    En renonçant à son passé, la France sape son présent et met en péril son futur. Peut-on vraiment vivre ensemble en ignorant ce qui a façonné l'identité de notre pays ? en oubliant que la France s'est construite par son panache plus que par ses renoncements ? Quand nous aurons détruit notre héritage, n'aurons-nous pas tout perdu ?
    Un essai passionnément engagé ; une déclaration d'amour à l'Histoire de France, seul remède à la désintégration.
     

  • A l'heure du bicentenaire de Waterloo, Dimitri Casali décrypte cet épisode fondateur de l'histoire européenne pour mieux le mettre en résonance avec notre époque.
    Si la victoire décisive des armées anglo-prussiennes sur les troupes françaises est un fait, une majorité de personnes reste pourtant persuadée que c'est Napoléon qui a remporté la bataille. Dès lors, en étudiant le mythe napoléonien, l'auteur s'interroge : mais qui a vraiment gagné Waterloo ? Et si la défaite n'en avait pas été une ?
    Ce livre revient sur l'une des périodes les plus romanesques de la vie de l'Empereur et nous raconte comment Napoléon est devenu le Français le plus populaire au monde et pourquoi sa légende est maintenant plus forte que la réalité historique...

  • Alors que le succès des revues, des émissions sur l'Histoire n'arrête pas de se développer, des institutions françaises de leur côté n'ont de cesse de sacrifier notre patrimoine historique au nom de la repentance et du politiquement correct. 
    - L'Éducation Nationale, sous couvert d'ouverture au multiculturalisme, veut faire des élèves des « citoyens du monde » avant d'en faire des citoyens aimant leur pays. 
    - Après la suppression de Clovis et Saint-Louis, l'immolation de Louis XIV et Napoléon, c'est maintenant la Seconde Guerre mondiale et le Débarquement qui disparaissent des programmes d'Histoire. Quant aux Terminales, pour certains, elle sera éliminée. 
    - Les élites intellectuelles et médiatiques s'érigent en Ayatollah de la pensée unique. 
    - Les groupes communautaires deviennent l'enjeu d'hommes politiques qui instrumentalisent l'Histoire à leur profit dans un but électoraliste, d'où la multiplication des lois mémorielles : Tobira, génocide arménien...La discréditation de notre passé entretient cette détestation de soi qui sommeille en chaque Français. Il nous manque cette fierté que l'on sent chez les Américains, les Chinois, les Indiens, les Britanniques, les Espagnols, les Brésiliens et qui est manifeste dans leurs manuels comme dans leur admiration pour leur héritage.Plus qu'un coup de gueule, ce livre est une déclaration d'amour à l'Histoire de France. Non, notre héritage n'est pas honteux, il est source de fierté et nous aidera à reprendre confiance en nous.

  • " Je n'ai pas une goutte de sang français, mais la France coule dans mes veines. " Romain GaryDe Jacques Offenbach à Romain Gary en passant par Marie Curie, Guillaume Apollinaire, Émile Zola ou encore Joséphine Baker, il est temps de raconter l'amour pour la France de ces hommes et ces femmes venus d'ailleurs. Tous ont été en leur temps de jeunes immigrés, en butte aux souffrances de l'exil, et victimes d'humiliations. Mais tous ont voulu mettre au service de leur pays d'adoption l'héritage qu'ils avaient reçu, et lui ont ainsi donné sa richesse et ses lettres de noblesse. Les destins hors du commun des héros de cet ouvrage les ont inscrits pour toujours dans la mémoire collective. Avec ce livre, réconcilions la France avec cette histoire, puisque l'histoire de la France, c'est aussi l'histoire du monde.


  • Anastasia, Anne Frank, Jeanne d'Arc... Ils ont marqué l'Histoire !

    Certains ont subi l'Histoire et en ont été les victimes, d'autres en ont été les acteurs et ont modifié son cours... Mais tous ont fait face à l'adversité avec courage et dignité. Les 16 destins retracés dans cet ouvrage sont ceux de filles et de garçons dont la vie a été bouleversée alors qu'ils n'avaient même pas 18 ans. Ils ont, chacun à leur manière, marqué l'Histoire.
    Parmi eux : Toutankhamon, l'enfant pharaon mort à 18 ans ; Jeanne d'Arc, celle qui reprend Orléans aux Anglais à 17 ans à peine ; Louis XVII, le mystérieux enfant du Temple ; Victor, l'enfant sauvage ; Anastasia, quatrième fille du tsar Nicolas II de Russie ; Anne Frank, juive victime du régime nazi, célèbre pour son journal ; Malala Yousafzai, militante des droits des femmes et prix Nobel de la Paix à 17 ans, etc.

  • Les Grands Personnages de l'histoire pour les Nuls arrivent en Poche !
    Jules César, Jeanne d'Arc, Louis XIV, Beethoven, Mandela... Ces noms évoquent des civilisations passées, des époques glorieuses ou des épisodes encore brûlants. Alexandre conquérant l'Asie, Charlemagne édifiant un empire, de Gaulle résistant au nazisme... Stratèges hors pair, explorateurs intrépides, inventeurs ou artistes de génie, ces individus "plus grands que nature" sont les symboles de l'épopée humaine, les jalons incontournables de notre mémoire.
    Cet ouvrage de référence, à mettre dans toutes les bibliothèques, est consacré à ces hommes - et à ces femmes - qui ont marqué l'histoire de leur empreinte. Il retrace leur parcours et leurs réalisations majeures, sous oublier pour autant leur caractère et leur vie privée... tant il est vrai que les "grands hommes" n'en ont pas moins des "petites faiblesses" et que certains détails et anecdotes nous en apprennent parfois plus sur eux que de longs discours !

  • Nul ne sait où il va, s'il ne sait d'où il vient. Tel est l'enjeu de l'histoire : apprendre à observer le passé pour mieux comprendre le présent et tenter d'anticiper l'avenir. Une tâche rendue possible parce que l'histoire se répète - au  moins deux fois, sinon plus. « La première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une  farce », précisait Karl Marx. Nous pouvons en rire, mais la farce perd de son mordant s'il s'agit de vivre à nouveau les moments les plus sombres de notre histoire. Beaucoup de signes avant-coureurs actuels rappellent la même situation bloquée que celle de 1789 ou de 1939. Crise économique, crise sociale, crise politique, crise de l'enseignement, crise des valeurs... Les classes montantes d'hier sont même devenues les aristocrates d'aujourd'hui.
    Dimitri Casali et Olivier Gracia se sont lancés à la conquête des parallélismes édifiants qui permettent d'aborder avec recul des enjeux politiques contemporains. L'objectif n'est certainement pas de seriner que « c'était mieux avant »; c'est justement parce que c'était pire qu'il serait décevant de le répéter. Or, nos hommes politiques ne tiennent pas compte des leçons ô combien prophétiques de notre histoire. Churchill  professait qu'« un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ».
    La France à l'histoire millénaire sera-t-elle capable d'affronter son nouvel avenir ? Les questions contemporaines n'ont pas de réponses certaines mais elles trouvent un miroir éclairant lorsqu'elles se posent en face du vécu.
     
     
    Dimitri Casali : Historien, il est spécialiste de l'enseignement de l'histoire, et notamment auteur de Désintégration française - Pourquoi notre pays renie son histoire et nos enfants perdent leurs repères (JC Lattès, 2016) et de L'Altermanuel d'histoire de France (Perrin, 2012), prix du Guesclin 2013.
     
    Olivier Gracia : Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au coeur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Ses années de recherches sur l'histoire contemporaine et l'actualité politique ont abouti à l'écriture de cet ouvrage avec Dimitri Casali.

  • Le sexe est une composante du pouvoir. Et, inversement, le pouvoir un stimulant sexuel. Depuis César, "amant de toutes les femmes et maîtresse de tous les hommes", Cléopâtre, les Borgia, la Reine Margot, Henry IV "Le Vert galant", Louis XIV, Napoléon et tant d'autres, la vie sexuelle des chefs d'Etat est à la fois un sujet de fantasme, un moyen politique et une source de prestige. Un roi chaste, à fortiori un roi impuissant est considéré comme incapable de gouverner le pays, comme ce fut le cas pour Louis XVI. Et c'est particulièrement vrai dans les pays latins, dont la France. Aujourd'hui encore, les frasques amoureuses réelles ou supposées d'un Giscard, d'un Mitterrand, d'un Chirac, ne font qu'asseoir leur popularité, là où un Bill Clinton a perdu la sienne pour une médiocre aventure extra-conjugale.
    Ce livre évoque des siècles d'aventures galantes, non seulement pour le plaisir de l'anecdote, mais aussi pour constater l'impact historique de ces frasques d'alcôves. Plus près de nous, il interroge des grandes figures du XXe siècle, comme Hitler (homosexuel ou impuissant ?), Staline (débauché ou puritain ?) Mao, l'empereur rouge et ses concubines, Kennedy et ses liaisons dangereuses, mais aussi Pompidou et l'affaire Markovic, puis la vie cachée des présidents français depuis les années 70, jusqu'à l'affaire DSK, dont les conséquences politiques ont été colossales. Une étude à la fois distrayante et passionnante.


  • Pour mieux connaître les plus grandes personnalités de l'histoire de France.

    Qui a dessiné les contours de la France ? Qui a fait la réputation universelle de sa littérature ? Qui a associé son nom au progrès médical ? Pour répondre à ces questions, Dimitri Casali et Fabien Tesson ont croisé l'oeuvre et la renommée de chaque personnalité - renommée en France, mais aussi dans le monde. Il en résulte un palmarès plein de surprises

empty