FeniXX réédition numérique (Encres vives)

  • Cent kilomètres durant, le Célé ne longe le Lot que pour creuser sa singularité, tout particulièrement dans le cours sinueux de falaises qu'il dessine en aval de Figeac, monde à lui seul, qui invite à une circularité sans fin. Les seize points de vue qui suivent, étagés du lit pierreux aux crêtes qui font encore partie de la vallée, voudraient recueillir la poésie de ces lieux, comme la quintessence du regard, dans une contemplation en mouvement. L'on peut, certes, remarquer des symétries (des fermes-châteaux de Corn aux châteaux de Cabrerets, du renne de Sainte-Eulalie aux chevaux de Pech Merle) des oppositions (le blanc vif et l'ocre des falaises), des complémentaires (l'exacte élégance du prieuré d'Espagnac, l'ampleur de l'abbaye de Marcilhac). Mais, au-delà, s'y perçoit un équilibre particulier de la grâce et de l'âpreté, du permanent et de l'imperceptible : autant de chemins vers l'unité intérieure.

empty