Romans & Nouvelles

  • Jiselle, trentenaire et toujours célibataire, croit vivre un véritable conte de fées lorsque Mark Dorn, un superbe pilote veuf et père de trois enfants, la demande en mariage. Sa proposition paraît tellement idyllique qu'elle accepte aussitôt, quittant les tracasseries de sa vie d'hôtesse de l'air pour celle, a priori plus apaisante, de femme au foyer. C'est compter sans les absences répétées de Mark, les perpétuelles récriminations des enfants et la mystérieuse épidémie qui frappe les États-Unis, lui donnant des allures de pays en état de guerre. Tandis que les événements s'accélèrent autour d'elle, l'existence de Jiselle prend un tour dramatique, l'obligeant à puiser dans ses ressources pour affronter cette situation inédite...
    « Ce qui est rare chez Laura Kasischke, c'est ce curieux mélange de maîtrise et d'émotion, d'étrangeté et de simplicité, d'atrocité et de poésie. » (Olivia de Lamberterie, Elle)

  • Un pasteur promet à sa communauté de jeunes filles une vie éternelle, mais, un jour, on découvre qu'une jeune fille a été enterrée...
    Au printemps 1903, une communauté religieuse du Michigan éveille la curiosité avec ses maisons victoriennes, son verger luxuriant et son parc d'attractions ouvert à tous.
    Benjamin Purnell, le charismatique leader, promet la vie éternelle à ses adorateurs, en particulier aux belles jeunes filles. Comment expliquer alors qu'une adolescente ait été enterrée ?
    Basé sur une histoire vraie, Eden Springs aborde de façon singulière les fondamentaux kasischkiens : l'étrangeté, la sexualité ensorcelante, la frontière ténue entre la vie et la mort.
    Découvrez sans plus attendre ce roman tiré d'une histoire vraie et enrichi de photos d'époques, sélectionnées par l'auteur ! Une immersion au sein d'une communauté religieuse bien étrange...
    EXTRAIT
    Quand Lena fut assez près, d'un bras elle attrapa Estelle par la taille et mit son autre main sur la petite bouche surprise. Estelle cessa très vite de siffler.
    « Ne crie pas, dit Lena d'une voix grave qui voulait imiter celle de Benjamin, ou je te retrousse les jupes et te prends ici et maintenant.
    - Lena ! » la coupa Estelle quand elle réussit à se dégager de son étreinte.
    Non sans mal.
    Lena avait plus de force qu'Estelle qui était aussi petite qu'une poupée - dix-sept ans qui en paraissaient douze. Sous l'effet de la colère et de la gêne, un rose vif monta aux joues d'Estelle. Elle était essoufflée et la farine qui s'était trouvée sur ses mains s'étalait désormais sur le jaune de sa robe.
    « Mon Dieu. Seigneur. Tu es folle à lier, Lena ! Tu m'as fichu une peur bleue, et regarde - tu as arraché un bouton de mon chemisier. »
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    La fascination d'une auteure talentueuse du Midwest pour les émotions que font remonter à la surface de la vie de tels sujets permet de faire resurgir à la lumière cette secte, avant de marquer sa fin. - Chicago Tribune
    Laura Kasischke nous livre un formidable récit féministe et politique ! - Baz'Art
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Reconnue pour son oeuvre romanesque et poétique, distinguée par de nombreux prix, Laura Kasischke vit dans le Michigan. Elle y enseigne l'art de l'écriture à l'université. Sa poésie et ses nouvelles sont publiées aux éditions Page à Page.
    Eden Springs est son dixième roman traduit en français.

  • « Les Revenants est une perle rare: un roman littéraire servi par une prose splendide, aussi efficace que les grandes fresques que l'on dévore d'une traite, un défilé de créatures et de situations angoissantes. C'est comme si Les raisins de la colère avaient été réécrits par H.P. Lovecraft. » Chicago Tribune

    « L'écriture de Kasischke agit comme celle d'un bon poème : elle nous laisse entrevoir la possibilité d'un autre monde et nous y transporte... Ses mots nous projettent sur une autre facette de l'existence, tout en reflets. » New York Times Book Review

    « La menace plane sur chacune de ses histoires, sans que l'issue soit jamais celle que l'on pressentait. À coups de symboles discrets, de descriptions à l'acuité troublante, Laura Kasischke épand du rouge sang sur la blancheur immaculée des apparences, et la tension monte, sans que l'on puisse jamais la conjurer. » Sabine Audrerie, La Croix

  • Plongée dans l'univers décalé de Laura Kasischke...
    Paru en 2013 aux États-Unis, ce recueil comprend 15 nouvelles dans lesquelles on retrouve le climat caractéristique de Laura Kasischke : l'étrangeté, à la frontière du surnaturel, un malaise palpable, souvent innommable, un éventail raffiné de violences et une tension sous-jacente. Le plus : ces formats courts révèlent l'humour subtil que l'on devine dans ses romans.
    Cet ouvrage a été traduit par Céline Leroy et est introduit par une préface de Véronique Ovaldé.
    Un recueil de nouvelles qui mêle l'étrange, le surnaturel, le malaise, la violence, la tension ainsi que l'humour !
    EXTRAIT DE MONA
    Ils lui avaient bien dit, tous, de ne pas fouiner. À quoi bon lire le journal intime de ta fille adolescente ou fouiller dans les tiroirs de sa commode si tu ne sais pas quoi faire de ce que tu risques de découvrir ? Ne serais-tu pas plus sereine en ne sachant rien au cas où il y aurait quelque chose que tu ne voudrais pas savoir ?
    Et à vrai dire, il n'y avait eu aucune raison de fouiner. Pas de comportement étrange. Pas de baisse dans les notes. Pas d'amis qui auraient eu mauvaise influence.
    Mais Mona était de ces mères qui ont besoin d'être rassurées, et du reste, Abigail avait seize ans.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    La romancière du Michigan saupoudre son recueil de nouvelles d'un zeste de fantastique. Ensorcelant. - L'Express
    Étrange, vous avez dit étrange. Chaque nouvelle se termine sur une pirouette ou un mystère, et l'on n'a qu'une envie, entamer la suivante pour se replonger dans l'atmosphère paradoxale, tour à tour lumineuse et sombre, empathique et cinglante, de cette auteure. - L'Express
    Fascinées par son univers à la fois prosaïque et surnaturel, et par ses personnages faussement ordinaires, Tatiana de Rosnay, Marie Desplechin, Dephine de Vigan applaudissent à l'envi cette magicienne de l'écriture aux métaphores singulières. - L'Express
    Ces 15 nouvelles inquiétantes, puissantes, à la prose vertigineuse, envoûtent longtemps encore après avoir refermé le livre. Le maléfice Kasischke a encore fonctionné. - Marianne
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Laura Kasischke vit dans le Michigan où elle enseigne l'écriture à l'université. Ses romans sont publiés chez Christian Bourgois et au Livre de Poche. Parmi eux, deux best-sellers : À moi pour toujours et Esprit d'hiver (Grand Prix des lectrices de Elle). Trois de ses romans ont été adaptés au cinéma. Poète américaine majeure, sa poésie est traduite en français chez Page à Page.

  • Par une froide journée de janvier une femme disparaît dans l'une de ces banlieues trop propres et trop calmes que le cinéma américain nous a révélées. Katrina, sa fille unique, croit régler avec un soin méticuleux et lucide ses comptes avec l'image d'une mère destructrice détestée en secret. Mais alors pourquoi ces rêves obsédants qui hantent ses nuits ?

  • Où sont-ils maintenant : anthologie personnelle Nouv.

    Laura Kasischke commence à écrire de la poésie bien avant d'entamer son oeuvre de fiction. Lorsqu'elle publie son premier roman, À Suspicious River, elle a déjà fait paraître deux recueils de poèmes aux États-Unis. Depuis, elle mène ces deux activités en parallèle. Où sont-ils maintenant, son anthologie personnelle, offre un parcours rétrospectif dans ses neuf recueils déjà publiés, révélant la force du souffle poétique traversant cette oeuvre.
    Laura Kasischke parvient, par son écriture déployant des images inattendues où s'entrechoquent le cosmique et le quotidien, l'univers familier et sa face cachée, à mettre la conscience à nu en montrant des éclats de vie traversés par le désir, l'angoisse, la maladie, la mort, les regrets. Dans ces pages se côtoient des mères berçant leurs bébés ou s'affolant de voir leur bambin disparaître dans un supermarché, des jeunes filles en quête d'avenir, des souvenirs de parents disparus et une multitude de visages sortis de l'oubli, tous à la recherche d'un lien proprement humain que le poème même de Kasischke vient recréer, de son premier à son dernier vers.
    Cette poésie, infl uencée par les surréalistes français et par l'oeuvre de Sylvia Plath, que la forme ne vient jamais emprisonner, mais dont les variations de rythme épousent savamment les mouvements de la vie, la sienne comme celle de tant de destins entraperçus, est aussi bouillonnante de vitalité et d'humour.

empty