Steve Sem-Sandberg

  • Un roman intimiste par le lauréat du prix Médicis étranger 2016.
    Les années 1960, une petite île suédoise. Minna et Andreas ont été confiés pour la journée à leur voisin, Johannes. Mais le soir, leurs parents ne rentrent pas. Toute trace d'eux a disparu. On sait seulement qu'ils sont américains. Alors on parle d'espionnage, on exhume des histoires de la dernière guerre et de l'occupation nazie... Étrangers, sans famille, élevés par un alcoolique soupçonné d'avoir été collabo, les deux enfants sont la cible toute désignée des haines qui rongent les insulaires. Devenu adulte, Andreas revient solder ses comptes. Dans ce petit monde étouffant où la pluie brouille les frontières du réel, le passé ténébreux de l'île acquiert une intense présence. Et le drame semble inévitable.

  • " Maintenant, Julius a les ciseaux. Pourtant la douleur est toujours là. Schwester Mutsch aussi est toujours là. Elle se penche vers lui et lui crache à la figure, puis elle étale la salive sur les lèvres et les paupières fermées du garçon. Espèce d'ordure. Tu n'as aucun droit de vivre. Soit on t'enferme chez les fous, soit le docteur te fait une piqûre. Et voilà que la paire de ciseaux ne se trouve plus dans sa main. Elle flotte dans la lumière bleutée, au milieu des lits et des tables de chevet. Alors il brandit haut l'instrument et l'enfonce dans sa poitrine. Enfin, le silence se fait. Même la lumière bleutée semble s'être éteinte. Puis elle revient. Et avec elle l'insoutenable douleur. " En 1941, à Vienne, l'hôpital du Spiegelgrund a été transformé par les nazis en un centre pour enfants handicapés et jeunes délinquants. Jour après jour, Adrian, Hannes et Julius, pensionnaires de la maison de redressement, tentent d'exorciser l'horreur. Dans un époustouflant ballet de voix tour à tour intérieures et extérieures, ils racontent l'enfer qu'ils vivent et la mort qui les guette au pavillon 15, où l'on extermine les " indésirables ". " Un brillant travail d'écriture, dont l'intensité et la profondeur vous rentrent dans la peau et ne quittent plus vos pensées. "Frankfurter Allgemeine Zeitung

  • De 1940 à 1944, le ghetto de Lódz est placé sous la direction de Mordechai Chaim Rumkowski, président du Conseil juif. Contrôlé strictement par l´administration allemande, le Conseil juif dirige tous les aspects de la vie quotidienne dans le ghetto : police, justice, santé, travail, alimentation. Convaincu que, si les juifs se rendent indispensables à l´effort de guerre allemand, ils seront épargnés, Rumkowski transforme le ghetto en un immense atelier super productif. Pris au piège de sa logique, il sacrifie les inadaptés et les indésirables. Il se mue ainsi, consciemment ou non, en un très efficace rouage de la machine d´extermination nazie. En septembre 1942, il prononce un discours insoutenable pour exhorter les parents à livrer leurs enfants de moins de neuf ans, incapables de travailler. Les trahisons et les efforts de Rumkowski furent vains : en 1944, Himmler donna l´ordre de « liquider » le ghetto. Il ne restera qu´un peu plus de 800 survivants sur une population ayant dépassé les 250 000 habitants. Traître pour certains, héros pour d´autres, le personnage très controversé de Rumkowski suscite de nombreuses interrogations sur la dignité, l´abjection et la survie.Pour écrire ce roman, Sem-Sandberg s´est inspiré des archives du ghetto de Lódz. Y étaient collectés quantité de faits officiels concernant le ghetto, mais aussi des informations interdites cachées par les résistants, comme des bulletins de guerre alliés, des cartes des fronts, des journaux intimes. Privilégiant une écriture sobre ponctuée de purs moments de poésie, tantôt vague de fond ressassant les événements de 1942, tantôt mélodie vibrante d´émotion, Sem-Sandberg fait le pari de la littérature. En montrant que le roman peut rendre compte de la Shoah, il se pose en héritier d´une autre manière d´accomplir le devoir de mémoire : il n´est pas témoin, mais il est passeur. Sans témoin l´Histoire perd son sens ; sans passeur, elle s´efface.

  • In February 1940, the Nazis established what would become the second largest Jewish ghetto in the Polish city of Lódz. Its chosen leader: Mordechai Chaim Rumkowski, a sixty-three-year-old Jewish businessman and orphanage director, and the elusive, authoritarian power sustaining the ghetto's very existence. From one of Scandinavia's most critically acclaimed and bestselling authors, The Emperor of Lies chronicles the tale of Rumkowski's monarchical rule over a quarter of a million Jews. Driven by a titanic ambition, he sought to transform the ghetto into a productive industrial complex and strove to make it - and himself - indispensable to the Nazi regime. Drawing on the chronicles of life in the Lódz ghetto, Steve Sem-Sandberg captures the full panorama of human resilience, and questions the nature of evil. He asks the most difficult questions: Was Rumkowski a ruthless opportunist, an accessory to the Nazi regime driven by a lust for power? Or was he a pragmatic strategist who managed to save Jewish lives through his collaboration policies?

  • In the middle of the 20th century Vienna began the transformation from post-imperial oddity to a new sub-imperial status as a satellite of Berlin under Nazi control. Am Spiegelgrund clinic, an institution in a garden suburb of the city, was apparently well-intentioned: both a reform school for lost, wayward boys and girls, and a clinic for chronically ill or malformed children. However, its doctors, nurses and teachers created a monstrous parody of the institution's benign-sounding brief, as instructed by the Nazi regime's euthanasia programme, devised to eliminate 'physically, mentally and racially inferior stock'. Through the eyes of an inmate, Adrian Ziegler, and a nurse, Anna Katschenka, Steve Sem-Sandberg, author of the award-winning The Emperor of Lies, explores an intolerable chapter in Austria's past. An absorbing, overwhelming novel, rich in incident and character, The Chosen Ones is obliquely illuminated by the author's sharp sense of the absurd. Passionately serious, meticulously researched, it is an invaluable case study of oppression and injustice.

empty