Éditions Coup d'oeil

  • Les années ont passé, et tante Marie-Anne se fait vieille ; la maladie la ronge. Elle s'inquiète pour l'avenir de ses nièces et souhaite ardemment que Victoire accepte la proposition en mariage reçue d'un gentil et charmant prétendant. De l'autre côté de l'Atlantique, Antoine a l'âme en peine. Les hivers québécois lui manquent et, bien sûr, sa famille qu'il n'a pas vue depuis trop longtemps.
    Marie-Anne, à bout de ressources financières, vend sa grande maison et loue une chambre à l'Hôpital général. Le clan se retrouve démantelé : Victoire s'exile à la campagne et Catherine part vivre à Montréal avec sa cousine Noëlle pour se dévouer aux jeunes orphelins. Antoine, quant à lui, a vu sa demande de rentrer au pays refusée, et, est expatrié à Saint-Domingue, pays au climat tropical où sévit l'une culture des plus inhumaines.
    Amour, don de soi, mais aussi révolte et tristesse concluent cette trilogie historique des plus enlevantes. L'auteure y a insufflé un vent de liberté : une liberté d'aimer, de partir, d'aide et, de se révolter.

  • C'est la consternation chez les Canadiens! Les Anglais ont remporté la guerre et ils ignorent ce que l'avenir leur réserve. L'impétueuse Victoire Denys de Saint-Simon, accompagnée de sa progéniture, revient vivre chez sa tante Marie-Anne. Cette dernière sera dans l'obligation d'héberger un officier écossais, au grand désespoir de Victoire. Elle est en colère et se plaît à le clamer haut et fort. Or, la vieille dame s'est prise d'affection pour le militaire et souhaite secrètement qu'il épouse Victoire dont il est visiblement épris. Mais le coeur de la belle appartient toujours au père de sa fille illégitime, militaire à qui on a commandé de rentrer au bercail il y a quelques années. Au printemps 1761, son frère Antoine devra lui aussi suivre s'exiler selon les ordres du roi, Louis XV, qui tarde à prendre des décisions importantes. Le traité de paix sera-t-il enfin signé entre la France et l'Angleterre? Qu'adviendra-t-il des soldats français? De la colonie et de ses habitants? C'est avec simplicité, sensibilité et justesse que l'auteure relate les hauts et les bas de la vie des Denys de Saint-Simon en cette période de doutes et d'incertitudes qu'ont traversée les Canadiens.

  • Le 17 octobre 1713, Marie-Josèphe Prat, fille de l'aubergiste et armurier Joseph Prat et d'Angélique Gobeil, accède à la noblesse grâce à son mariage à Charles-Paul Denys de Saint-Simon. Or, la jeune épouse a hérité du tempérament fougueux de sa mère et trouve parfois difficile de s'adapter à la rigidité des conventions de son nouveau statut social et de son mari froid et austère. Mais heureusement, leur dévouée et chaleureuse domestique, Charlotte, devient rapidement une confidente et une alliée de taille.
    Le couple aura trois enfants : Victoire-Catherine, Antoine-Charles et Catherine-Angélique. L'aînée de la famille, l'impétueuse Victoire et sa fidèle petite soeur Catherine, benjamine effacée, s'inquiètent pour leur frère Antoine qui se retrouve aux fronts de la guerre. Les Anglais tentent de conquérir Québec et font des ravages partout où ils passent et particulièrement dans le coeur de la belle Victoire, tombée amoureuse d'un officier français.
    Amour et désespoir sont entremêlés avec brio par l'auteure dans cette oeuvre prenante mettant en scène nos ancêtres. Sous nos yeux revivent leurs petits bonheurs, mais surtout la misère dans laquelle cette époque charnière de l'histoire du Québec les a plongés.

  • Un après-midi de juin 1665, une foule fébrile s'amoncelle près du navire amarré au port de La Rochelle. La journée est ensoleillée et l'équipage prépare le bateau. L'embarquement commencera dans quelques instants. Jean Gobeil, enthousiaste à l'idée de faire la traversée jusqu'en Nouvelle-France, est déjà prêt à monter à bord. Toutefois, sa femme Jeanne, inquiète, surveille furtivement ses enfants. Ce saut vers l'inconnu l'effraie, mais elle y a consenti par amour pour son homme.

    Après neuf semaines en mer, la famille débarque à Québec avant de s'installer à Château-Richer. Mais pour ces nouveaux colons, tout est à construire. L'été, les hommes et les femmes s'épuisent à la culture et au défrichement des terres. L'hiver, le fleuve gelé et la neige à perte de vue isolent les habitants accablés par le froid. Comment les Gobeil parviendront-ils à s'adapter à ces conditions difficiles ? Réussiront-ils à s'installer définitivement dans leur pays d'adoption sans peine ni douleur? Dans ce premier tome palpitant, l'auteure insuffle une vie aux gens modestes et courageux qui ont bâti la Nouvelle-France.

  • De l'île d'Orléans jusqu'à Québec, les huit enfants Gobeil, désormais adultes, sont appelés à faire leurs propres choix. Certains se sont mariés et fondent, comme il est coutume en Nouvelle-France, une famille nombreuse. D'autres aident aux travaux de la terre avec l'espoir d'en hériter un jour ou encore aspirent à découvrir des contrées inexplorées.

    Malheureusement, en mars 1690, les Gobeil peinent à se remettre d'un terrible deuil. Ils réagissent tous de manière différente pour transcender leur douleur. Sauront-ils faire face à cette épreuve tout en restant unis ? En dépit du chagrin, les membres de la famille continuent d'avancer courageusement, et ce, malgré les cultures assaillies d'insectes. De plus, ils doivent riposter aux troupes anglaises qui s'approchent de leur territoire et repousser les attaques autochtones. Pourront-ils protéger les leurs des menaces incessantes ? Dans ce deuxième tome, teinté d'émotions fortes, de tendresse et d'amour, l'auteure aborde les tribulations des enfants Gobeil. Composant un univers entremêlant histoire et fiction, elle offre des personnages authentiques, qui permettent de découvrir l'essence d'une époque.

  • En mars 1698, à Québec, les Gobeil sont une fois de plus accabléspar la perte d'un être cher. Tous se sont réunis pour un dernier adieu. La douleur est vive et la vie est de plus en plus dure en Nouvelle-France. L'épidémie de variole fait rage, les morts se succèdent et la pauvreté est plus présente que jamais. Garder le moral n'est pas facile.

    Au gré du vent, de leurs devoirs et de leurs destinées, les enfants Gobeil ont pris des directions différentes. Angélique tient un commerce, Catherine oeuvre pieusement aux Ursulines, Laurent a repris la mer vers l'est. Certains se sont installés sur des terres lointaines à défricher, et d'autres se retrouvent près du port de Québec en pleine action. Sauront-ils rester soudés ou l'éloignement aura-t-il raison de leur amour fraternel ? Dans ce dernier tome, l'auteure nous partage sa passion pour l'histoire de la Nouvelle-France et pour ces femmes et ces hommes travaillants. Elle décrit avec justesse et émotion les naissances, les morts, les épidémies et les guerres, nous dressant ainsi un portrait à saveur authentique.

  • Alors que les années 1910 s'achèvent, la petite Aurore Gagnon vit paisiblement au sein d'une famille unie, à Sainte-Philomène-de-Fortierville. Mais le malheur la guette. La maladie rôde et emporte sa mère, laissant la fillette démunie face à sa nouvelle belle-mère, épousée à la hâte par Télesphore Gagnon.

    Rapidement victime des pires sévices mentaux et physiques, la petite se retrouvera alors sans défense, au coeur d'un drame sans nom, alors que son entourage fermera les yeux sur la situation.

    Grâce à cette véritable fresque d'époque s'étalant des fiançailles de ses parents en 1905, jusqu'au procès de son père et de sa belle-mère en 1920, découvrez tous les événements véridiques entourant la tragédie de la célèbre enfant martyre qui a marqué l'imaginaire des Québécois depuis des décennies.

    Née en Beauce, Andrée Mathieu a été enseignant et commerçant en plus d'être auteur, éditeur et distributeur. Auteur prolifique, il compte plus de 60 publications dans sa longue carrière, dont la plus célèbre est sans doute Aurore, l'enfant martyre.

  • 1980, Québec. Hélène, mélancolique après la trahison de son mari, réalise son rêve de partir visiter la Russie, ce pays qui la fascine tant. En cherchant à changer de vie, elle s'expatriera dans une contrée pourtant loin d'être libérée.

    Une quête d'identité n'est toutefois jamais un parcours facile. Envoûtée par la contrée russe, Hélène vivra un périple qui la conduira jusqu'aux rives de la Moskova, où elle connaîtra drames, amours, douleurs et espoir, avant d'enfin s'ouvrir à l'amour et la vie.

    L'été d'Hélène est un roman qui vous fera voyager à l'autre bout du monde, mais aussi dans les confins de l'âme humaine. Un récit captivant, bouleversant, à lire absolument.

    Né en Beauce, André Mathieu a été enseignant et commerçant, en plus d'être écrivain, éditeur et distributeur. Auteur prolifique, il compte plus de soixante publications dans sa longue carrière, dont la plus célèbre est sans doute Aurore, l'enfant martyre.

  • Alors que 1949 est sur le point de se terminer à Saint-Honoré, Rose Martin prend la difficile décision de se séparer de son mari. Mais elle devient vite le sujet des cancans du village et risque de subir les foudres du curé Ennis. Qu'à cela ne tienne, Rose tient son bout. Après tout, l'année sainte qui arrive est une promesse de bonheur !

    Mais il n'y a pas que l'institution sacrée du mariage à défendre. Le bon curé Ennis devra surveiller de près Fernand Rouleau, qui aurait fui la justice ontarienne et qui aurait organisé une séance de spiritisme chez Marie Sirois, mais surtout, Raymond Rioux, qui s'intéresse un peu trop à Émilien, le grand gars à Fortunat Fortier.
    />
    Plongez dans L'hiver de Rose pour découvrir le quotidien du village beauceron de Saint-Honoré-de-Shenley, à la veille de la Révolution tranquille.

    Né en Beauce, André Mathieu a été enseignant et commerçant en plus d'être auteur, éditeur et distributeur. Auteur prolifique, il compte plus de 60 publications dans sa longue carrière, dont la plus célèbre est sans doute Aurore, l'enfant martyre !

  • Le curé Ennis, de retour du Vatican, apprend avec désarroi que Lucien Boucher a gagné son pari. La séparation de la paroisse est maintenant chose faite. Voulant protéger ses ouailles, le curé cherchera alors à démasquer Germain Bédard, l'étranger, quitte à entrer en guerre ouverte avec lui. Deux hommes de leur trempe ne peuvent cohabiter à Saint-Honoré. Libérée du joug de l'église, Rose continue, quant à elle, à profiter de la vie exaltante d'une femme libre.

    Les années 1950 marquent un tournant dans la vie du village qui s'est modernisé peu à peu, où les habitants s'adaptent et évoluent, malgré la désapprobation de certains. Les coeurs des jeunes et moins jeunes s'emballeront devant la boîte à images, et la vraie vie continuera malgré tout avec ses hauts, ses bas et ses surprises.

    Enivrez-vous des Parfums de Rose, la conclusion de la tétralogie Rose. Au fil des années, le village beauceron de Saint-Honoréde-Shenley aura vécu bien des bouleversements grâce à l'enthousiasme de ses villageois hauts en couleur.

    Né en Beauce, André Mathieu a été enseignant et commerçant en plus d'être auteur, éditeur et distributeur. Auteur prolifique, il compte plus de 60 publications dans sa longue carrière, dont la plus célèbre est sans doute Aurore, l'enfant martyre !

  • Germain Bédard, survenant récemment débarqué à Saint-Honoré, homme étrange que d'aucuns surnomment le diable, continue d'inquiéter les villageois. Il semble en savoir trop sur eux, être trop cultivé, trop raffiné, et surtout, savoir trop attirer les femmes, telles que Ti-Noire, Solange, Marie Sirois, Rachel et Rose. Sceptique, cet étranger découvrira rapidement la vérité sur les apparitions du cap à Foley. Et tous ses secrets, il les partagera avec une Rose libre, une Rose qui n'hésite plus à vivre pleinement.

    En ce début des années 1950, Rose accueille sans crainte les nouveautés de son époque. Les voitures se multiplient et on attend avec impatience l'arrivée de la télévision. Une famille de Montréal souhaite même développer une manufacture de chemises, qui serait un gage de prospérité pour plusieurs au village.

    Laissez-vous tenter par Rose et le diable, troisième tome de la tétralogie Rose qui secoue la vie, les habitudes et les passions des villageois de Saint-Honoré-de-Shenley.

    Né en Beauce, André Mathieu a été enseignant et commerçant en plus d'être auteur, éditeur et distributeur. Auteur prolifique, il compte plus de 60 publications dans sa longue carrière, dont la plus célèbre est sans doute Aurore, l'enfant martyre !

  • Le petit Gilles Maheux a réussi un coup de maître en faisant croire aux enfants Lessard qu'ils ont vu la Vierge dans le soleil couchant sur le cap à Foley. Mais bien vite, les apparitions prendront une ampleur que personne n'aurait pu prévoir. C'est de partout à travers la province, et même des États, que se déplaceront les gens pour en être témoin ; certains pour guérir leurs maux, d'autres pour en tirer profit. En l'absence du curé Ennis, parti à Rome pour l'année sainte, le vicaire aura bien du mal à contrôler la ferveur des ouailles de Saint-Honoré.

    C'est dans cette atmosphère survoltée qu'un étranger fait son apparition, personnage louche qui se contente d'écouter et d'observer les gens. Est-ce lui le « diable » annoncé par Rioux ? Rose, avide de nouveauté et d'aventure, s'intéressera à lui malgré ce qu'on en dit...

    Attachez-vous au Coeur de Rose et vivez le tourbillon de changements qui se profilent à Saint-Honoré-de-Shenley en cette année sainte. Un deuxième opus exaltant où une jeunesse s'invente, des coeurs battent et des jours heureux coulent.

    Né en Beauce, André Mathieu a été enseignant et commerçant en plus d'être auteur, éditeur et distributeur. Auteur prolifique, il compte plus de 60 publications dans sa longue carrière, dont la plus célèbre est sans doute Aurore, l'enfant martyre !

  • Au tout début du 20e siècle, Catherine entrevoit son avenir en Beauce avec espoir. Entourée d'une famille aimante et d'un mari vaillant, elle occupe ses journées paisiblement entre les tâches domestiques, le travail de la terre et la vie paroissiale. Malgré le fardeau d'un lourd passé qu'elle porte, sa tranquille existence lui permet de garder foi en sa destinée.

    Alors que sa vie semble être sur la bonne voie, le malheur s'abat pourtant sur Catherine. Entre les maladies, les deuils et les douloureuses épreuves auxquelles elle doit faire face, tout son univers s'écroule. Contre vents et marées, elle fera dès lors tout pour survivre, protéger sa famille et préserver ses terres. Déterminée et acharnée, cette femme tentera de garder la tête hors de l'eau, un orage après l'autre.

    Avec L'orage, André Mathieu nous offre une histoire bouleversante, inspirée du déluge qui a fait déborder la rivière Chaudière le 31 juillet 1917. Il parvient à raconter cet événement avec délicatesse et habileté en dressant le portrait d'une femme que rien ne réussit à faire flancher.

  • En cette fin d'été 1759, le général Montcalm espère toujours que les Anglais retourneront d'eux-mêmes en Angleterre, ou que les deux armées s'affronteront de façon civilisée, comme les règles de la guerre l'exigent à cette époque. Wolfe en profite pour multiplier les espions dans la ville de Québec afin de trouver une faille dans les fortifications.

    La tension est à son comble entre les cavaliers noirs, un groupe de miliciens français qui sème la terreur dans le camp ennemi, et les cavaliers blancs, des soldats de Wolfe qui font preuve d'une incroyable violence envers le peuple canadien. Dans ce tumulte, la jeune Sarah, prise entre deux feux, fera tout pour voir l'amour triompher de la cruauté.

    Ce troisième et dernier tome d'Au premier coup de canon vous fera vivre la fin de la Conquête, une période riche et terrible de notre histoire. À travers les personnages d'André Mathieu, découvrez comment une bataille d'à peine quinze minutes a pu sceller le sort de tout un peuple.

  • Au coeur de l'été 1759, sous la gouverne du général Wolfe, l'armée anglaise s'est installée à la Pointe-Lévy. Les canons ennemis bombardent Québec sans relâche. Wolfe sait qu'il ne peut envahir la ville en raison de ses fortifications. Pendant le siège, ses cavaliers blancs incendient fermes et récoltes et terrorisent la population. Retranché derrière les murs de Québec, Montcalm préfère attendre que les Anglais épuisent leurs boulets, persuadé que ceux-ci plieront bagage.

    De sa fenêtre, Catherine Pauzé assiste tous les soirs au passage des cavaliers de l'Apocalypse, un groupe de miliciens menés par Samuel Dumas et dont fait partie Antoine, son fiancé. Il revient à eux d'assurer la protection de la colonie en semant la peur et la confusion chez les soldats anglais par de multiples escarmouches partout sur la rive sud.

    Dans ce deuxième tome, assistez à la résistance de tout un peuple face à ce combat qui allait façonner les générations à venir. André Mathieu fait honneur à ces hommes et à ces femmes prêts à tout sacrifier pour leur quête de liberté.

  • Au printemps 1759, alors que la colonie émerge d'un rude hiver, il n'y a qu'un sujet à la bouche des Canadiens : la menace anglaise. Les espions français rapportent qu'une importante flotte s'est réunie à Boston et qu'elle n'attend que l'ordre du général Wolfe pour se mettre en route. Mais personne ne croit que les Anglais se risqueraient à attaquer Québec. C'est dans cette atmosphère tendue que Jeanne Picoté, jeune fille timide éduquée aux Ursulines, croise le regard de Samuel Dumas, milicien au coeur vrai et à l'âme bonne.

    Lorsque les voiles ennemies font leur apparition sur le fleuve, il appartient à Samuel et à ses compagnons de défendre la colonie contre les Anglais, car le général Montcalm et le gouverneur Vaudreuil ont échoué à organiser les défenses de la rive sud.

    Dans ce récit épique et poignant où André Mathieu donne vie à des personnages plus vrais que nature, assistez à l'arrivée de l'invasion anglaise, une offensive qui allait changer le cours de l'histoire de tout un peuple.

  • En 1824, la guerre fait rage entre les Irlandais catholiques et les Anglais protestants. Pour Daniel, fraîchement enrôlé dans l'armée, l'avenir est sombre. Ne voulant pas mourir pour sa nation, il déserte. Avec Mary, sa belle amoureuse, il abandonne tout pour partir au Canada, où, il le souhaite, un havre de paix les attend.

    Après une pénible traversée en bateau, ils arrivent enfin à Saint-Jacques-de-l'Achigan. Mais ce n'est que le début de cette périlleuse aventure, car les défis sont de taille pour Daniel et Mary. Leurs espoirs seront-ils comblés par cette nouvelle terre d'accueil ? Leur apportera-t-elle le bonheur tant attendu?

    Fidèle à son habitude, Micheline Dalpé nous transporte dans un univers plus vrai que nature. Avec Les orphelins irlandais, elle témoigne de l'immigration au Bas-Canada et des nombreux défis auxquels font ces hommes et femmes qui ne demandent qu'un avenir meilleur. Avec sa plume touchante, l'auteure aborde les thèmes de l'amour, de l'exil et de la famille et enchante, une fois de plus, ses lecteurs.

  • À Saint-Léon, en 1930, en plein coeur de la grande dépression, la misère, le dur labeur et la religion règnent. Le 5e Rang n'y échappe pas, mais les cultivateurs qui y habitent, afin de se soustraire à leur réalité, partagent un secret bien gardé.

    Tout a commencé lorsqu'un vieillard a lancé une idée des plus scandaleuses. Le bossu, sans y penser, l'a propagée, et presque tous l'ont adoptée. Les frappeurs, comme ils se surnomment, s'adonneront dès lors à des activités plutôt libertines, au grand dam du vicaire et du curé. Mais ces couples d'avant-garde sont-ils réellement prêts à risquer l'excommunication pour assouvir leur soif de passion ?

    Qui aurait cru que nos ancêtres, ces hommes et ces femmes à la morale irréprochable, puissent déroger aux valeurs traditionnelles transmises par le clergé ? Inspiré par les cancans entendus lors de sa jeunesse, André Mathieu nous les présente sous un jour surprenant grâce à sa plume toujours aussi authentique.

  • Dans le village beauceron de Saint-Léon, les habitants du 5e Rang sont toujours aussi grivois. Malgré le mauvais présage annoncé par la mort du poney du bossu, les frappeurs ne sont pas rebutés. Et ce n'est pas la venue du cardinal qui les arrêtera.

    Que peuvent faire alors de pauvres prêtres pour ramener leurs paroissiens sur la voie de la raison ? Bien décidés à mettre un terme au sacrilège , les deux hommes sont prêts à tout pour faire comprendre aux couples impies la menace de la colère divine. Et pourtant, un mal bien pire pourrait bientôt s'abattre sur eux...

    Drame, mystère et luxure : la communauté décrite par André Mathieu a tout pour nous étonner. À travers des personnages qui ne cherchent qu'à s'évader, l'auteur réussit avec brio à ficeler un récit où s'opposent la tentation et la vertu salvatrice de la religion.

  • Les âmes qui vivent dans le 5e Rang de Saint-Léon sont corrompues, La morale les a quittées. Sans égard pour les remontrances des hommes d'Église, ils s'adonnent à des soirées où l'hédonisme est maître. Et tous les moyens sont bons pour ne pas éveiller les soupçons de ceux qui ne sont pas dans la confidence.

    Ces couples impurs auraient toutefois dû écouter les sermons. Entre la disparition d'un homme, le dédès d'un autre et l'incendie qui ravage la grange maudite, les malheurs ne cessent de pleuvoir. Serait-ce l'Éternel qui leur démontre son mécontentement ? La paroisse est en ébullition, d'autant plus qu'un nouveau venu embrase les coeurs.

    André Mathieu a bien compris que les histoires les plus croustillantes sont tirées de la tradition orale. C'est pourquoi il nous partage avec plaisir l'une d'entre elles, nous offrant ainsi une tout autre vision de la vie à la campagne pendant les années 1930.

  • Rien ne va plus à Saint-Léon ! Alors que les frappeurs s'abandonnaient autrefois sans pudeur à leur plaisir coupable, ils sont maintenant minés par les tracas. La vanité, la jalousie et la performance se sont invitées dans leur groupe, semant au passage la bisbille parmi les membres. Ils doivent affronter de nouveaux démons.

    Le clergé de son côté, ne démord pas. Il doit ramener les fidèles sur le droit chemin. Leur salut est en jeu. Heureusement, tous ne sont pas aussi débauchés. Et la présence de ces êtres à la pureté irréprochable pourrait bien convaincre leurs voisins de revenir à la raison. À moins que ce ne soient les tragédies qui s'accumulent plus qu'à l'accoutumée...

    Ici se clôt l'incroyable série romanesque d'André Mathieu. Avec son écriture qui a le don de nous séduire, il nous offre, encore une fois, une histoire savoureuse remplie de passions et de déchirements douloureux, mais aussi d'anecdotes qui piqueront la curiosité de tout un chacun.

  • Vivant à La Plaine, dans la région de Lanaudière, Héléna Pelletier rêve d'un amour parfait, mais aucun ne semble pouvoir satisfaire les désirs de son coeur. Tentant de se rapprocher de ce qu'elle croit être sa vocation, elle réalise que les voies que l'on emprunte ne nous mènent pas toujours au but désiré, et la jeune femme se retrouve prise au dépourvu.

    Afin de trouver le bonheur, Héléna se tourne vers Gustave, qu'elle considère comme une planche de salut. Les apparences sont toutefois trompeuses, et les déceptions, amères. Mais lorsque la flamme semble bien enfouie sous une vie de dur labeur et de devoirs conjugaux, l'amour prend une forme innatendue.

    Dans ce premier tome de La grange d'en haut, Micheline Dalpé nous transporte en pleine campagne québécoise et nous dépeint admirablement bien une histoire authentique et poignante.

  • En plein coeur de la Grande Dépression, la famille d'Héléna s'agrandit tranquillement, mais le bonheur que cela lui apporte ne dure qu'un temps, car le malheur s'acharne sur les Branchaud. Heureusement, des proches sont là pour prêter main-forte, et leur présence ramène de l'espoir dans la maisonnée.

    Entre les premiers émois amoureux, les surprises et les bouleversements, Héléna et ses enfants continuent de rêver à une vie meilleure. Marianne, l'aînée, et ses frères et soeurs travaillent à tracer leur voie, encouragés par leur mère et guidés par leurs ambitions et leur détermination.

    Dans la conclusion de ce diptyque touchant, Micheline Dalpé met en relief les traditions québécoises rurales du dernier siècle dans un tableau où, même dans les moments difficiles, l'amour et la famille sortent gagnants.

  • L'amour est plus fort que tout ! Le destin de Sarah semble en être la preuve irréfutable. Heureuse au plus haut point, elle s'apprête enfin à épouser le garçon de ses rêves, au grand dam de ses parents qui, réticents, auraient préféré un prétendant plus digne d'une fille de médecin.

    Mais se pourrait-il que le bonheur conjugal ne cogne pas à toutes les portes ? Au contraire de son aînée, Évelyne doit laisser partir l'homme qu'elle désire et apprendre à panser ses blessures. Pourtant, lorsque le passé surgit, un bouquet à la main, de nouveaux espoirs sont permis. En ce temps de guerre, il ne reste alors plus qu'à traverser les épreuves une à une.

    Dans ce deuxième volet des Soeurs Beaudry, Micheline Dalpé aborde la romance et la tragédie avec une écriture à la fois sensible et sincère, qui ne peut nous laisser indifférents.

empty