Gaelis

  • Édition revue par l'auteure
    Paris - novembre 1862.
    Un journaliste à la mauvaise réputation et un député proche de Napoléon III sont retrouvés morts, tués d'un coup d'épée dans le coeur à une dizaine de jours d'intervalle. Rien ne les rapproche si ce n'est d'avoir été assassiné dans des conditions identiques.
    Hadrien Allonfleur, lieutenant dans l'escadron des cent-gardes, est chargé par l'Empereur de démêler cette affaire peu banale. Aidé d'Amboise Martefon, un ancien inspecteur de la brigade de Sûreté parisienne, bougon et moralisateur, Allonfleur aura besoin de se fier à son intuition pour mener son enquête d'autant plus qu'il devra faire face à une jeune femme au caractère affirmé qui se révélera un témoin clé, mais récalcitrant.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Irène Chauvy, auteure de romans policiers historiques.
    Des enquêtes documentées, un univers réaliste et un soupçon de romance.
    Passionnée de littérature et d'histoire, Irène Chauvy a commencé à écrire en 2008, sur un coup de tête, et n'a plus arrêté depuis. Le choix de la période qu'elle choisit comme cadre de ses romans, le Second Empire, s'est fait tout naturellement après la lecture d'auteurs tels que Théodore Zeldin, Alain Corbin, Pierre Miquel, Éric Anceau et Marc Renneville... Car, plus que les événements, c'est l'histoire des mentalités qui l'intéresse et la fascine. Cette époque fut foisonnante tant sur le plan des réalisations techniques et industrielles que sur celui des idées et cela ne pouvait pas échapper au flair et à l'imagination d'Irène Chauvy.
    En 2011, elle présente un manuscrit au concours « ça m'intéresse - Histoire » présidé par Jean-François Parot, La Vengeance volée, dont le héros, Hadrien Allonfleur est un officier qui deviendra l'enquêteur officieux de Napoléon III. Son ouvrage gagne le Grand Prix ouvert aux auteurs de romans policiers historiques, et sera édité dans la collection Grands Détectives 10/18.
    Son écriture précise, fluide et agréable, plonge avec facilité le lecteur dans un contexte historique dont la qualité des références et les informations oubliées ne peuvent que séduire les amateurs d'Histoire. Irène Chauvy sait mener ses enquêtes et ses lecteurs de main de maître, et nous fait voyager dans le temps. Les descriptions, les détails et le caractère des personnages sont si réalistes que le simple fait de fermer les yeux nous fait marcher à leur côté en plein suspense.
    Plus qu'un univers, c'est un tourbillon aux parfums d'antan et empreint d'une réalité parfois sinistre qui vous entraîne à chaque ligne. Des crinolines aux dentelles aiguisées, des hauts-de-forme remplis de secrets et des jardins et forêts aux odeurs de crimes forment le quotidien des personnages d'Irène Chauvy qui vous ouvrent généreusement leurs portes et vous invitent à venir redécouvrir le passé et mener leurs investigations à leurs côtés.
    En plus de la série des Enquêtes d'Hadrien Allonfleur (capitaine des cent-gardes) éditée aux Éditions Gaelis, Irène Chauvy poursuit l'écriture de ses romans policiers historiques avec Les Enquêtes de Jane Cardel sous la Troisième République ; puis avec Quand les Masques tomberont et Enfin, l'Aube viendra, des romances policières qui se déroulent entre 1875 et 1882.

  • Divination fatale

    Irène Chauvy

    • Gaelis
    • 27 Mars 2020

    ?Paris - août 1873.
    Jane vient en aide à une jeune femme, Rose Deslilles, prise d'un malaise dans la rue. Elle apprend que sa fille, Henriette, âgée de six ans, a été retrouvée étranglée dans le jardin familial un an plus tôt. Or, la Sûreté s'interroge toujours sur le mobile du crime et l'identité du meurtrier. Quelques semaines plus tard, c'est au tour de Rose d'être découverte agonisante dans sa maison. Intriguée par l'assassinat de la fillette et par les circonstances troubles de la mort de Rose avec laquelle elle s'était liée d'amitié, Jane décide de mener sa propre enquête. À cette occasion, elle croise l'inspecteur principal Lucius, son adjoint Vougeol et fait la connaissance de Nathan Forève, un juge austère mais séduisant, qui reprend le dossier du meurtre non encore élucidé d'Henriette Deslilles. Jane ne ménage pas ses efforts tant et si bien qu'elle découvre un autre crime qui aurait eu lieu dans le voisinage des Deslilles. Dans son enthousiasme et aussi par manque d'expérience, elle met sa vie en danger. Mais la Sûreté veille ainsi que le juge Forève, conquis malgré lui par le charme de Jane. La vérité sera étonnante et les voies qu'elle empruntera pour éclater feront la part belle au paranormal au grand dam du cartésien Nathan Forève.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Irène Chauvy, auteure de romans policiers historiques. Des enquêtes documentées, un univers réaliste et un soupçon de romance.
    Passionnée de littérature et d'histoire, Irène Chauvy a commencé à écrire en 2008, sur un coup de tête, et n'a plus arrêté depuis. Le choix de la période qu'elle choisit comme cadre de ses romans, le Second Empire, s'est fait tout naturellement après la lecture d'auteurs tels que Théodore Zeldin, Alain Corbin, Pierre Miquel, Éric Anceau et Marc Renneville... Car, plus que les événements, c'est l'histoire des mentalités qui l'intéresse et la fascine. Cette époque fut foisonnante tant sur le plan des réalisations techniques et industrielles que sur celui des idées et cela ne pouvait pas échapper au flair et à l'imagination d'Irène Chauvy.
    En 2011, elle présente un manuscrit au concours « ça m'intéresse - Histoire » présidé par Jean-François Parot, La Vengeance volée, dont le héros, Hadrien Allonfleur est un officier qui deviendra l'enquêteur officieux de Napoléon III. Son ouvrage gagne le Grand Prix ouvert aux auteurs de romans policiers historiques, et sera édité dans la collection Grands Détectives 10/18.
    Son écriture précise, fluide et agréable, plonge avec facilité le lecteur dans un contexte historique dont la qualité des références et les informations oubliées ne peuvent que séduire les amateurs d'Histoire. Irène Chauvy sait mener ses enquêtes et ses lecteurs de main de maître, et nous fait voyager dans le temps. Les descriptions, les détails et le caractère des personnages sont si réalistes que le simple fait de fermer les yeux nous fait marcher à leur côté en plein suspense.
    Plus qu'un univers, c'est un tourbillon aux parfums d'antan et empreint d'une réalité parfois sinistre qui vous entraîne à chaque ligne. Des crinolines aux dentelles aiguisées, des hauts-de-forme remplis de secrets et des jardins et forêts aux odeurs de crimes forment le quotidien des personnages d'Irène Chauvy qui vous ouvrent généreusement leurs portes et vous invitent à venir redécouvrir le passé et mener leurs investigations à leurs côtés.
    En plus de la série des Enquêtes d'Hadrien Allonfleur (capitaine des cent-gardes) éditée aux Éditions Gaelis, Irène Chauvy poursuit l'écriture de ses romans policiers historiques avec Les Enquêtes de Jane Cardel sous la Troisième République ; puis avec Quand les Masques tomberont et Enfin, l'Aube viendra, des romances policières qui se déroulent entre 1875 et 1882.

  • Paris - Décembre 1873
    Charles Develor, rentier, est découvert sans vie dans un des pavillons des glacières du bois de Boulogne. Il a été torturé et étranglé. Deux jours plus tard, Eugène Grabet, menuisier, est retrouvé assassiné dans les mêmes conditions dans son atelier du quartier de Popincourt. Peu de temps avant leur mort, tous deux avaient reçu la Médaille militaire pour leur attitude héroïque durant la guerre contre les Prussiens en 1870.
    Commence alors pour Anton Lucius, inspecteur principal à la Sûreté parisienne, une enquête minutieuse aux ramifications sordides dans laquelle Jane Cardel sera amenée à intervenir sans le vouloir. Persuadés que l'explication de ces meurtres se trouve dans le passé militaire des deux hommes, le juge Nathan Forève et le policier se rendent à Dijon puis dans le Jura à la frontière avec la Suisse où s'est joué, début 1871 dans le froid et la neige, un épisode dramatique pour l'armée de l'Est.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Irène Chauvy, auteure de romans policiers historiques. Des enquêtes documentées, un univers réaliste et un soupçon de romance.
    Passionnée de littérature et d'histoire, Irène Chauvy a commencé à écrire en 2008, sur un coup de tête, et n'a plus arrêté depuis. Le choix de la période qu'elle choisit comme cadre de ses romans, le Second Empire, s'est fait tout naturellement après la lecture d'auteurs tels que Théodore Zeldin, Alain Corbin, Pierre Miquel, Éric Anceau et Marc Renneville... Car, plus que les événements, c'est l'histoire des mentalités qui l'intéresse et la fascine. Cette époque fut foisonnante tant sur le plan des réalisations techniques et industrielles que sur celui des idées et cela ne pouvait pas échapper au flair et à l'imagination d'Irène Chauvy.
    En 2011, elle présente un manuscrit au concours « ça m'intéresse - Histoire » présidé par Jean-François Parot, La Vengeance volée, dont le héros, Hadrien Allonfleur est un officier qui deviendra l'enquêteur officieux de Napoléon III. Son ouvrage gagne le Grand Prix ouvert aux auteurs de romans policiers historiques, et sera édité dans la collection Grands Détectives 10/18.
    Son écriture précise, fluide et agréable, plonge avec facilité le lecteur dans un contexte historique dont la qualité des références et les informations oubliées ne peuvent que séduire les amateurs d'Histoire. Irène Chauvy sait mener ses enquêtes et ses lecteurs de main de maître, et nous fait voyager dans le temps. Les descriptions, les détails et le caractère des personnages sont si réalistes que le simple fait de fermer les yeux nous fait marcher à leur côté en plein suspense.
    Plus qu'un univers, c'est un tourbillon aux parfums d'antan et empreint d'une réalité parfois sinistre qui vous entraîne à chaque ligne. Des crinolines aux dentelles aiguisées, des hauts-de-forme remplis de secrets et des jardins et forêts aux odeurs de crimes forment le quotidien des personnages d'Irène Chauvy qui vous ouvrent généreusement leurs portes et vous invitent à venir redécouvrir le passé et mener leurs investigations à leurs côtés.
    En plus de la série des Enquêtes d'Hadrien Allonfleur (capitaine des cent-gardes) éditée aux Éditions Gaelis, Irène Chauvy poursuit l'écriture de ses romans policiers historiques avec Les Enquêtes de Jane Cardel sous la Troisième République ; puis avec Quand les Masques tomberont et Enfin, l'Aube viendra, des romances policières qui se déroulent entre 1875 et 1882.

  • à l'ombre des sucrières

    Irène Chauvy

    • Gaelis
    • 14 Décembre 2020

    ?Île de la Réunion, novembre 1865
    « Cette île ne me vaut rien. Je m'étais rendu à l'évidence, elle était en train de grignoter mes forces vives. Je n'avais aucune prise sur les événements. Or, j'avais besoin d'action, une enquête à mener, et il y en avait une qui frétillait comme un goujon au bout d'une ligne ».
    Hadrien Allonfleur, capitaine des cent-gardes, devenu enquêteur officieux de Sa Majesté Napoléon III, est sommé par le ministre de l'intérieur, de s'éloigner de Paris durant quelques mois, le temps de se faire oublier. Qu'à cela ne tienne, notre officier fougueux se joint à un ami qui part pour l'île de La Réunion. Héloïse, jeune femme impertinente et talentueuse auteur de romans à succès, en quête d'aventure, sera également du voyage. Lorsqu'il apprend qu'un planteur de canne à sucre a été assassiné, Hadrien accepte avec empressement, à la demande de sa veuve, de reprendre des investigations qui n'ont abouti qu'à l'arrestation d'un tout jeune garçon.
    Anciennement terre d'esclavage, essentiellement tournée vers la culture de la canne à sucre, où les ouragans ne sont pas rares, où la pauvreté côtoie la richesse, l'île de La Réunion à la splendeur puissante peut se révéler dangereuse pour les âmes et les corps.
    Hadrien en fera la douloureuse expérience.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Irène Chauvy, auteure de romans policiers historiques.
    Des enquêtes documentées, un univers réaliste et un soupçon de romance.
    Passionnée de littérature et d'histoire, Irène Chauvy a commencé à écrire en 2008, sur un coup de tête, et n'a plus arrêté depuis. Le choix de la période qu'elle choisit comme cadre de ses romans, le Second Empire, s'est fait tout naturellement après la lecture d'auteurs tels que Théodore Zeldin, Alain Corbin, Pierre Miquel, Éric Anceau et Marc Renneville... Car, plus que les événements, c'est l'histoire des mentalités qui l'intéresse et la fascine. Cette époque fut foisonnante tant sur le plan des réalisations techniques et industrielles que sur celui des idées et cela ne pouvait pas échapper au flair et à l'imagination d'Irène Chauvy.
    En 2011, elle présente un manuscrit au concours « ça m'intéresse - Histoire » présidé par Jean-François Parot, La Vengeance volée, dont le héros, Hadrien Allonfleur est un officier qui deviendra l'enquêteur officieux de Napoléon III. Son ouvrage gagne le Grand Prix ouvert aux auteurs de romans policiers historiques, et sera édité dans la collection Grands Détectives 10/18.

  • Le secret de Martefon

    Irène Chauvy

    • Gaelis
    • 14 Décembre 2020

    Édition revue par l'auteur - ?Paris, juin 1865
    Hadrien Allonfleur, capitaine des cent-gardes, est envoyé à Chamonix par l'impératrice Eugénie. Le corps de Marcus Goubert, un homme à qui elle vouait une amitié sincère, vient d'être retrouvé au pied du glacier des Bossons. Il avait disparu dix ans plus tôt au cours d'une ascension du Mont-Blanc. Il s'agit d'un meurtre et Allonfleur est chargé d'en rechercher les circonstances et l'auteur.
    Celui-ci ne peut compter sur l'aide d'Amboise Martefon qui l'accompagne. Cet inspecteur à la retraite, consommateur de laudanum dont il est dépendant, est curieusement peu intéressé par une affaire dont il a voulu à toute force pourtant se mêler.
    Allonfleur retrouve Héloïse, une romancière, qui lui ment avec aplomb sur la raison de sa présence à Chamonix, et doit aussi faire face à l'arrivée imprévue de l'inspecteur Lecocq de la Sûreté parisienne.
    La suspicion s'installe, tandis qu'Hadrien trouve conseils et assistance auprès d'un médecin corse au passé trouble.
    Le capitaine Allonfleur parviendra-t-il à conclure cette nouvelle enquête sans remettre en cause ses convictions sur la loyauté et l'amitié ?
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Irène Chauvy, auteure de romans policiers historiques.
    Des enquêtes documentées, un univers réaliste et un soupçon de romance.
    Passionnée de littérature et d'histoire, Irène Chauvy a commencé à écrire en 2008, sur un coup de tête, et n'a plus arrêté depuis. Le choix de la période qu'elle choisit comme cadre de ses romans, le Second Empire, s'est fait tout naturellement après la lecture d'auteurs tels que Théodore Zeldin, Alain Corbin, Pierre Miquel, Éric Anceau et Marc Renneville... Car, plus que les événements, c'est l'histoire des mentalités qui l'intéresse et la fascine. Cette époque fut foisonnante tant sur le plan des réalisations techniques et industrielles que sur celui des idées et cela ne pouvait pas échapper au flair et à l'imagination d'Irène Chauvy.
    En 2011, elle présente un manuscrit au concours « ça m'intéresse - Histoire » présidé par Jean-François Parot, La Vengeance volée, dont le héros, Hadrien Allonfleur est un officier qui deviendra l'enquêteur officieux de Napoléon III. Son ouvrage gagne le Grand Prix ouvert aux auteurs de romans policiers historiques, et sera édité dans la collection Grands Détectives 10/18.

  • La mouche du coche

    Irène Chauvy

    • Gaelis
    • 20 Octobre 2020

    Édition revue par l'auteur - Hiver 1864.
    Hadrien Allonfleur, capitaine à l'escadron des cent-gardes, est convoqué à Compiègne. Le corps d'une femme, à l'évidence assassinée, a été retrouvé aux abords du château où le couple impérial tient ses réceptions d'automne.
    Allonfleur entraîne avec lui Amboise Martefon, ancien inspecteur de la Sûreté qui préférerait rester au chaud à Paris plutôt que de braver le froid compiégnois de ce mois de novembre 1864. Ce qu'ils découvriront sera éprouvant pour les deux hommes pourtant rompus aux pires forfaits.
    Hadrien Allonfleur est tenace. Ce n'est pas la connaissance d'une délicieuse romancière, ni les fastes du château de Compiègne qui le détourneront de sa mission : arrêter un assassin afin de mettre fin à une série de crimes odieux, quitte à affronter l'hiver cévenol pour résoudre cette affaire, la plus difficile qu'il ait eue à élucider jusqu'alors.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Irène Chauvy, auteure de romans policiers historiques.
    Des enquêtes documentées, un univers réaliste et un soupçon de romance.
    Passionnée de littérature et d'histoire, Irène Chauvy a commencé à écrire en 2008, sur un coup de tête, et n'a plus arrêté depuis. Le choix de la période qu'elle choisit comme cadre de ses romans, le Second Empire, s'est fait tout naturellement après la lecture d'auteurs tels que Théodore Zeldin, Alain Corbin, Pierre Miquel, Éric Anceau et Marc Renneville... Car, plus que les événements, c'est l'histoire des mentalités qui l'intéresse et la fascine. Cette époque fut foisonnante tant sur le plan des réalisations techniques et industrielles que sur celui des idées et cela ne pouvait pas échapper au flair et à l'imagination d'Irène Chauvy.
    En 2011, elle présente un manuscrit au concours « ça m'intéresse - Histoire » présidé par Jean-François Parot, La Vengeance volée, dont le héros, Hadrien Allonfleur est un officier qui deviendra l'enquêteur officieux de Napoléon III. Son ouvrage gagne le Grand Prix ouvert aux auteurs de romans policiers historiques, et sera édité dans la collection Grands Détectives 10/18.

  • Les cocottes

    Annabel

    • Gaelis
    • 10 Mars 2020

    Un tueur en série obsédé par le sexe et la luxure.
    C'est parce qu'on a retrouvé un Duc anglais septuagénaire, assassiné, les fesses à l'air et assis sur un fauteuil des voluptés chez la Grande Baestria, que le Commissaire de la PJ de Paris fait appel à Simon. C'est Berthe Commartin, ancienne aiguilleuse de la cocotte, morte depuis des années, qui donne l'alerte. Les services secrets britanniques s'en mêlent car c'est dans les salons de la demi-mondaine que le Duc de Swanson, qui fut son amant, s'est fabriqué ses célèbres petits carnets ; outils précieux pour le chantage qu'il exerçait sur les riches et illustres amateurs de soirées galantes. Mais comme un meurtre ne suffit pas, on retrouvera un quidam noyé dans une baignoire de champagne, prouvant à Simon qu'il est en face d'un tueur en série obsédé par le sexe et la luxure. Parce qu'il veut protéger sa compagne, Simon retrouvera pour quelques heures son pays natal stéphanois, sa mère italienne, dévoreuse, qu'il cherchait pourtant à éviter depuis des années. Avec l'aide de l'Inspecteur Adams, Bébert, le Commissaire et son jeune adjoint insatiable la Gandolle, il résoudra cette enquête aux allures légères avec peine car elle l'obligera à oublier sa pudeur et faire preuve de tolérance. Le Petit Canit, bistro d'Huguette, Stéphanoise fleurie de flanelle avec qui Simon parle le gaga, servira de quartier général où tous les excès gastronomiques et oenologiques seront permis. Dans le Paris des Années folles, Simon découvrira le monde des « grandes horizontales » dont la folie s'est éteinte pendant la Première Guerre mondiale, mais dont le souvenir perdure encore et surtout dans son enquête.
    Découvrez une histoire impudique et drôle, où les personnages attachants et amateurs de bonne chère qui font l'univers de Simon baigneront sans complexe dans la luxure, pour finir au Paradis.
    EXTRAIT
    - Simon, détective privé, à votre service, dit-il sans conviction.
    - C'est le Commissaire, ramène-toi, j'ai une galère anglaise, dans combien de temps
    tu peux être là ?
    - Tiens, mon Commissaire ! T'as besoin de moi, mon canard ?
    - Discute pas, Simon, tu nous feras de l'autosatisfaction plus tard et ramène-toi !
    - Mais où ? J'ai de l'instinct, mais quand même !
    - Avenue Marceau, quartier ouest.
    - Mais c'est au bout du monde ! J'en ai pour deux à trois heures, mon gars !
    - J'en ai rien à fiche, je t'y rejoins pour midi et demi, magne-toi l'as de trèfle, si tu veux pas que je te sorte un vieux dossier.
    - Le temps de me changer et j'arrive.
    - T'as raison, fais ta coquette, on va bosser avec les diplomates et les galettards.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Voici une plongée vertigineuse dans le milieu des "Horizontales" de Paris dans les années 30! Je ne connaissais pas du tout l'histoire des Cocottes, et la découverte est bien sympathique! - Lily0707, Babelio
    L'enquête est toujours aussi bien ficelée et le dénouement très surprenant. L'auteur nous met sur quelques pistes mais réussit à nous perdre et nous donne de quoi réfléchir jusqu'à la fin. On plonge en plein dans l'univers des Courtisanes de la Belle Époque et c'est vrai que j'ai appris plein de choses ! Rosie43, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Après vingt ans de carrière dans la musique, Annabel écrit des romans policiers dont les intrigues se situent dans le milieu de la nuit qu'elle connaît bien. Stéphanoise de naissance et, tout comme son détective, Parisienne par obligation, Annabel propose des polars se déroulant au creux des Années folles et nous dévoile les us et coutumes des habitants du monde artistique mais aussi des gens de la rue, du milieu ouvrier, et dans ce livre, celui des courtisanes. Les Cocottes est le second opus des enquêtes de Simon.

  • Les invertis

    Annabel

    • Gaelis
    • 10 Mars 2020

    Dans les rues de Pigalle, les cadavres déguisés, greffés et travestis se multiplient... Tout accuse Gabriel, chirurgien de jour et travesti la nuit.
    Depuis un mois, des corps déguisés et travestis auxquels on a greffé des morceaux prélevés sur des animaux sont abandonnés dans Pigalle. Tout accuse Gabriel, et ses nuits passées à danser sur scène en travesti à l'Uranus ne plaident pas en sa faveur. Chirurgien de talent, il devient pourtant, aux yeux de tous, le nouveau Frankenstein. Pour venir en aide à son ami, Simon entre dans le tourbillon d'un Pigalle interlope où les préférences sexuelles ne sont un problème que pour ceux qui les jugent. Aidé par Bébert, le Commissaire et la Gandolle, il devra résoudre cette enquête, mais aussi faire appel à son Italienne de mère toujours de mauvaise humeur, mais prête à aider son fils, pour garder ce petit bébé que l'on a déposé chez lui, un soir pendant qu'il dormait.
    Les meurtres s'enchaînent et les créatures créées par le meurtrier ne prennent vie que dans la réalité de l'âme humaine. Simon suivra la piste du « Monstre » jusque dans un manoir en Normandie et même dans une piscine de lait que Cléopâtre aurait adorée.
    Pour que l'on continue à danser à l'Uranus, les visages seront démaquillés, les corps et les âmes déshabillées. Dans le Paris des Années folles, Simon évoluera avec plaisir au milieu des Invertis bien plus libres à cette époque qu'aujourd'hui.
    Il devra comprendre la souffrance de ces hommes et de ces femmes dont l'apparence souvent extravagante n'est, au final, pas si trompeuse. Comme toujours, les personnages de cette histoire sont amateurs de bonne chère, authentiques et drôles.
    Retrouvez Simon dans une nouvelle enquête parisienne au coeur des années folles ! Le quatrième tome d'une saga policière historique aux personnages authentiques, drôles et attachants !
    EXTRAIT
    - Nom d'unch', on était pas seuls ! lança Simon, je te l'avais dit ! Il nous a enfermés à clé cet empaffé !
    - Faut réussir à ouvrir cette foutue porte !
    - C'est une porte blindée. Le crochet de Nonna Catarina ne pourra rien faire.
    - On est tombé de combien de mètres tout à l'heure ?
    - Je dirais une bonne douzaine, à vue de nez. Impossible de grimper là-haut...
    - La Gandolle et Léclusier savent qu'on est ici, ils finiront bien par venir nous chercher. Je dis pas que ça va leur monter au citron tout de suite, m'enfin d'ici une semaine...
    - Pas question que je reste une semaine sans voir Rose, sans boire du pinard, sans fumer et sans manger. Je déteste avoir les boyaux en détresse.
    - Ben tu feras avec ! Si on essayait de lancer la corde jusque là-haut, quand même ?
    - Tu prends le risque que ce FOURLOUREUR qui nous a enfermés ici la coupe pour nous aider à faire le grand voyage ! Parce qu'il est peut-être encore ici ce TARTOUILLARD !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    C'est dans la lignée d'Agatha Christie avec une touche de Frédéric Dard. C'est assez étonnant. J'ai passé un bon moment. Les faits historiques sont bien renseignés et les descriptions intéressantes. L'écriture est simple et sans prétention. - Rosie43, Babelio (À propos du tome 1)
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Après vingt ans de carrière dans la musique, Annabel écrit des romans policiers dont les intrigues se situent dans le milieu de la nuit qu'elle connaît bien. Stéphanoise de naissance et, tout comme son détective, Parisienne par obligation, Annabel propose des polars se déroulant au creux des Années folles et nous dévoile les us et coutumes des habitants du monde artistique mais aussi des gens de la rue, du milieu ouvrier et dans ce livre, celui des courtisanes. Les Invertis est le quatrième opus des Enquêtes de Simon.

  • ?Paris - printemps 1874.
    Un curieux brouillon de lettre daté de 1868 fait mention d'un homme, mort étranglé, un foulard jaune recouvrant ses yeux, et d'un bouquet de violettes déposé à proximité du corps. Or, Alphonse Ventaine, un bourgeois d'apparence respectable, vient d'être découvert assassiné dans des circonstances identiques. L'enquête est confiée à l'inspecteur principal Lucius. Le fils d'Alphonse Ventaine est arrêté et accusé de parricide. Nathan Forève, qui a quitté la magistrature pour le barreau, accepte de se charger de sa défense. Entretemps, Jane, lasse d'attendre que Nathan se déclare, s'est tournée vers un autre prétendant. Fragilisé par la défection de la jeune femme, Nathan devra faire face, seul, au deuil et à des souvenirs sordides. Malgré elle, Jane sera amenée à prendre part aux côtés de Lucius et de Nathan Forève à la résolution de cette affaire complexe.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Irène Chauvy, auteure de romans policiers historiques. Des enquêtes documentées, un univers réaliste et un soupçon de romance.
    Passionnée de littérature et d'histoire, Irène Chauvy a commencé à écrire en 2008, sur un coup de tête, et n'a plus arrêté depuis. Le choix de la période qu'elle choisit comme cadre de ses romans, le Second Empire, s'est fait tout naturellement après la lecture d'auteurs tels que Théodore Zeldin, Alain Corbin, Pierre Miquel, Éric Anceau et Marc Renneville... Car, plus que les événements, c'est l'histoire des mentalités qui l'intéresse et la fascine. Cette époque fut foisonnante tant sur le plan des réalisations techniques et industrielles que sur celui des idées et cela ne pouvait pas échapper au flair et à l'imagination d'Irène Chauvy.
    En 2011, elle présente un manuscrit au concours « ça m'intéresse - Histoire » présidé par Jean-François Parot, La Vengeance volée, dont le héros, Hadrien Allonfleur est un officier qui deviendra l'enquêteur officieux de Napoléon III. Son ouvrage gagne le Grand Prix ouvert aux auteurs de romans policiers historiques, et sera édité dans la collection Grands Détectives 10/18.
    Son écriture précise, fluide et agréable, plonge avec facilité le lecteur dans un contexte historique dont la qualité des références et les informations oubliées ne peuvent que séduire les amateurs d'Histoire. Irène Chauvy sait mener ses enquêtes et ses lecteurs de main de maître, et nous fait voyager dans le temps. Les descriptions, les détails et le caractère des personnages sont si réalistes que le simple fait de fermer les yeux nous fait marcher à leur côté en plein suspense.
    Plus qu'un univers, c'est un tourbillon aux parfums d'antan et empreint d'une réalité parfois sinistre qui vous entraîne à chaque ligne. Des crinolines aux dentelles aiguisées, des hauts-de-forme remplis de secrets et des jardins et forêts aux odeurs de crimes forment le quotidien des personnages d'Irène Chauvy qui vous ouvrent généreusement leurs portes et vous invitent à venir redécouvrir le passé et mener leurs investigations à leurs côtés.
    En plus de la série des Enquêtes d'Hadrien Allonfleur (capitaine des cent-gardes) éditée aux Éditions Gaelis, Irène Chauvy poursuit l'écriture de ses romans policiers historiques avec Les Enquêtes de Jane Cardel sous la Troisième République ; puis avec Quand les Masques tomberont et Enfin, l'Aube viendra, des romances policières qui se déroulent entre 1875 et 1882.

  • Les pigalliers

    Annabel

    • Gaelis
    • 10 Mars 2020

    1923. Le corps d'un homme est retrouvé décomposé et plié dans un étui de contrebasse...
    Alertée par l'odeur, Zaza, la petite serveuse perdue dans tous les sens du terme et qui cherche son Manu partout, panique. C'est forcément lui, dans la contrebasse. Le Commissaire de la PJ du Quai des Orfèvres est à l'hôpital. Simon, alarmé par la Gandolle, vient à sa rescousse pour résoudre cette affaire peu commune.
    Dans cette enquête où des meurtres se succéderont sans qu'il ne puisse rien y faire, Simon va découvrir l'envers du décor de ces cabarets parisiens où se mêlent le talent des artistes et la fascination du public. Il va rencontrer l'Oiseau, meneuse de revue charismatique et sèche aux moeurs dépravées. Vivra dans l'intimité d'une équipe de musiciens, tous solidaires et liés par la même frénésie. Parmi eux, Edwin, le percussionniste américain amateur de jazz ; Amédée, un accordéoniste timide et Lazare, le chef d'orchestre détesté car il est en jambe avec la patronne. Il rencontrera Chastignole, le mari de l'Oiseau et patron insensible du Cabaret. Il sera guidé par Jojo, le régisseur spontané et rustique de la salle et découvrira ce qu'est la vie d'un croque-note.
    Il retrouvera le Petit Canit d'Huguette, où l'on mange stéphanois, et où l'on parle en Gaga. Avec le Commissaire et la Gandolle ils parleront en argot et se permettront tous les excès. Dans cette enquête du début des Années folles, Simon se retrouve au spectacle, celui que l'on ne montre pas aux spectateurs. Il entendra le bourdonnement pervers et sordide qui persécute ce monde des arts de la nuit où la joie n'est bien trop souvent qu'illusion.
    Retrouvez Simon pour un thriller haut en couleurs dans le Paris populaire des années 20 !
    EXTRAIT
    Simon roulait vite. Le Commissaire était à l'hôpital. C'est tout ce qu'il savait. Il avait peur. Il était triste, comme cette route trop droite, interminable, et ces villages sans imagination où il était obligé de vivre. Il pensait au bonheur, Simon. Si éphémère. Si fragile. Cette gigantesque escroquerie qui faisait tourner le monde et menait les gens par le bout du nez. La vie reprend toujours ce qu'elle a donné et elle allait lui faucher son Commissaire. Lui qui était si fier de ne rien posséder, voilà qu'il comprenait qu'il était riche. Lui qui était fier d'être libre, voilà qu'il comprenait qu'il était prisonnier. C'était une catastrophe. Il s'était laissé avoir.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    L'enquête est toujours aussi prenante, c'est drôle mais en même temps chargé de réalisme. [...] Il y a un petit lexique de l'argot des musiciens qui est très agréable à lire. Je le conseille à tout ceux qui aime la musique et les années folles. C'est là une belle occasion de passer derrière la scène. - Rosie43, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Après vingt ans de carrière dans la musique, Annabel écrit des romans policiers dont les intrigues se situent dans le milieu de la nuit qu'elle connaît bien. Stéphanoise de naissance et, tout comme son détective, Parisienne par obligation, Annabel propose des polars se déroulant au creux des Années folles et nous dévoile les us et coutumes des habitants du monde artistique mais aussi des gens de la rue, du milieu ouvrier, des courtisanes, des aristocrates ou encore celui des musiciens. Les Pigalliers est le tome 3 de la série des Enquêtes de Simon.

  • Les plumes

    Annabel

    • Gaelis
    • 10 Mars 2020

    En plein coeur des années 20, le détective Simon, Italo-Stéphanois et Parisien par obligation, exerce son métier avec cynisme et acharnement...
    Il mène des enquêtes sans intérêt, se bornant à retrouver des chiens de riches, égarés et prendre en faute des maris adultères. Jusqu'au jour où la théâtrale Lady Hurbery lui demande de retrouver un tableau pour lequel elle a posé nue et qui, s'il était dévoilé, pourrait la compromettre. Le peintre Millet vient de mourir et la dame clame haut et fort avoir été sa maîtresse et eu un enfant avec lui, comme des dizaines d'autres jeunes femmes attirées par l'héritage du peintre millionnaire.
    Dès son arrivée en Angleterre, il rencontrera Lord Arthur Hurbery, homme de caractère et cocu résolu, qui le chargera d'une enquête parallèle à celle dont sa femme avait chargé le détective. Alors que Simon vient de passer sa première nuit dans le Manoir des Hurbery, on retrouve la Lady sauvagement assassinée dans sa chambre. C'est la première enquête de Simon.
    À travers l'Angleterre aristocratique et aidé par son comparse Bébert, dit Albert de la Martinière, aristocrate repenti, Simon ira de meurtre en meurtre, se cognant à cette noblesse anglo-saxonne qu'il prendra plaisir à déranger. Une enquête difficile et longue durant laquelle il devra affronter l'inflexible Inspecteur Adams de Scotland Yard et qu'une chasse à la grenouille du petit Johnny, fera grandement avancer.
    Les personnages sont drôles, libres et émouvants et abusent tous de la bonne chère et de la vie, comme Simon le fait par nécessité et par pessimisme. Amateur de vin, de bonne chère, d'alcool et de tabac, le détective Simon résoudra cette enquête avec les moyens que les Années folles mettent à sa disposition, non sans mal, mais avec humour et impudence.
    Une enquête trépidante dans l'Angleterre des années 20 !
    EXTRAIT
    Il se rasera plus tard. Il doit décider s'il va aller à ce rendez-vous ce soir ou s'il laisse cette Lady se débrouiller toute seule avec ses petits problèmes de bourgeoise. Il allume le feu sous la bouilloire pour se faire un thé. Il ne boit jamais de café le matin. Étrangement, le café le repousse dans la matinée et l'attire désespérément l'après-midi. Il en boirait des litres. C'est comme les sèches et le vin. Faudrait qu'il arrête tout ça. Ça serait bien. Pas envie.
    « Cher Monsieur Simon, je me permets de vous écrire, car une amie que vous avez aidée l'année dernière m'a dit que vous serez l'homme de la situation. Je ne puis vous décrire l'inconfort de ma position, mais croyez bien qu'il s'agit d'une chose importante qui pourrait avoir des conséquences sur la suite de mon existence. Je souhaiterais vous rencontrer. Que pensez-vous de ce mercredi à 17 heures au "De Buci" dans le quartier de l'Odéon à Paris afin de pouvoir vous exposer les faits ? Croyez bien, Monsieur Simon, que si vous pouviez m'aider, je vous en serais éternellement reconnaissante. Très sincèrement, Lady Hurbery »
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    C'est dans la lignée d'Agatha Christie avec une touche de Frédéric Dard. C'est assez étonnant. J'ai passé un bon moment. Les faits historiques sont bien renseignés et les descriptions intéressantes. L'écriture est simple et sans prétention. - Rosie43, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Après vingt ans de carrière dans la musique, Annabel écrit des romans policiers dont les intrigues se situent dans le milieu de la nuit qu'elle connaît bien. Stéphanoise de naissance et, tout comme son détective, Parisienne par obligation, Annabel propose des polars se déroulant au creux des Années folles et nous dévoile les us et coutumes des habitants du monde artistique mais aussi des gens de la rue, du milieu ouvrier, de celui de l'aristocratie. Les Plumes est le premier opus des Enquêtes de Simon.

  • La rue des dames

    Annabel

    • Gaelis
    • 14 Décembre 2020

    L'histoire du square de la Bruyère devient le terraine de jeu de l'imaginaire d'Annabel qui nous offre une nouvelle enquête parisienne !
    1925. Cela faisait quelque temps déjà que l'on s'inquiétait pour Louise de Contrevent. L'ancienne actrice et cocotte du président du Conseil a disparu. Alors, forcément, en Haut, on s'agite, on murmure, on se lèche les babines ! C'est très agréable de trouver un cadavre dans le placard de son adversaire. Mais puisque le commissaire ne l'appelle pas, Simon s'imposera sur cette enquête comme à son habitude.
    L'appartement de Louise, situé square la Bruyère à Paris, semble attendre le retour de l'actrice dans une éternité tranquille que Jo Parker, une meneuse de revue noire américaine au succès légendaire, viendra troubler sans pudeur. Simon sera pourchassé par un Russe aux yeux d'acier qu'un collier offert à Louise par sa tsarine obsède. Accompagné par le commissaire et par Jo Parker dont il essaiera de comprendre les habitudes, il suivra la trace de la cocotte jusqu'en Ardèche. Il rencontrera des enfants de la misère que la vie a abandonnés sous un petit kiosque à Aubenas, cultivera ses idées noires à cause d'une gitane qui lit trop clairement en lui et se heurtera aux habitants d'un village ardéchois qui se taisent. Et il prendra du temps pour lui. Pour écouter un perroquet qui ne parle pas assez ou trop, mais aussi pour discuter avec les habitants hauts en couleur du square la Bruyère qui renferme dans son jardin autant de secrets que d'histoire de « galipettes » et suivra une malle dans laquelle une mère meurtrière et sa fille ont l'habitude de faire voyager quelques cadavres.
    Se déroulant au coeur des Années folles, basée sur des faits réels et sur l'histoire du square la Bruyère, cette nouvelle enquête de Simon offre des rebondissements et un dénouement tous sortis de l'imagination fantasque de l'auteur. On prend plaisir à retrouver l'attachante et fine équipe du quai des Orfèvres et ses personnages drôles, amateurs de bonne chère, authentiques mais cyniques nous font passer du rire aux larmes avec bonheur.
    Retrouvez Simon dans une nouvelle enquête parisienne au coeur des années folles ! Le cinquième tome d'une saga policière historique aux personnages authentiques, drôles et attachants !
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Après vingt ans de carrière dans la musique, Annabel écrit des romans policiers dont les intrigues se situent dans le milieu de la nuit qu'elle connaît bien. Stéphanoise de naissance et, tout comme son détective, Parisienne par obligation, Annabel propose des polars se déroulant au creux des Années folles et nous dévoile les us et coutumes des habitants du monde artistique mais aussi des gens de la rue, du milieu ouvrier, des courtisanes, des aristocrates ou encore celui des musiciens. Les Invertis, le tome 4 de la série des Enquêtes de Simon vient de remporter le Prix du Roman Gay 2019 catégorie roman policier.

  • Édition revue et augmentée par l'auteure
    Le 24 juin 1859, Hadrien Allonfleur, lieutenant au 2e régiment de hussards, est grièvement blessé à la bataille de Solférino, gagnée par Napoléon III contre l'armée autrichienne.
    Hadrien se retrouve à Castiglione à quelques kilomètres de là. C'est dans ce mouroir à ciel ouvert qu'est devenu ce village prospère qu'une infirmière, soeur Josépina, est sauvagement assassinée. Encore convalescent, le jeune lieutenant décide, avec l'accord de sa hiérarchie, de rechercher le meurtrier.
    L'esprit et le corps épuisé, Hadrien parcourt le bourg en quête d'indices. Peut-il faire confiance à Rosalie, une vivandière au passé sulfureux ? Peut-il mettre en danger la vie d'un enfant pour parvenir à l'élucidation de ce crime odieux ?
    Les hommes ne sont pas toujours tels qu'ils se montrent. La mort se moque et remet chacun à sa place.
    Ainsi Français, Lombards, Sardes, Autrichiens pourriront ensemble avant de devenir squelettes sous des croix blanches dans les cimetières de Lombardie, tandis que des coquelicots déploieront leurs corolles rouge vif sur les champs de bataille en mémoire des soldats ensevelis, là où ils sont tombés.
    Cette affaire, la première, conduira Hadrien Allonfleur à devenir plus tard l'enquêteur officieux de l'Empereur.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Irène Chauvy, auteure de romans policiers historiques.
    Des enquêtes documentées, un univers réaliste et un soupçon de romance.
    Passionnée de littérature et d'histoire, Irène Chauvy a commencé à écrire en 2008, sur un coup de tête, et n'a plus arrêté depuis. Le choix de la période qu'elle choisit comme cadre de ses romans, le Second Empire, s'est fait tout naturellement après la lecture d'auteurs tels que Théodore Zeldin, Alain Corbin, Pierre Miquel, Éric Anceau et Marc Renneville... Car, plus que les événements, c'est l'histoire des mentalités qui l'intéresse et la fascine. Cette époque fut foisonnante tant sur le plan des réalisations techniques et industrielles que sur celui des idées et cela ne pouvait pas échapper au flair et à l'imagination d'Irène Chauvy.
    En 2011, elle présente un manuscrit au concours « ça m'intéresse - Histoire » présidé par Jean-François Parot, La Vengeance volée, dont le héros, Hadrien Allonfleur est un officier qui deviendra l'enquêteur officieux de Napoléon III. Son ouvrage gagne le Grand Prix ouvert aux auteurs de romans policiers historiques, et sera édité dans la collection Grands Détectives 10/18.
    Son écriture précise, fluide et agréable, plonge avec facilité le lecteur dans un contexte historique dont la qualité des références et les informations oubliées ne peuvent que séduire les amateurs d'Histoire. Irène Chauvy sait mener ses enquêtes et ses lecteurs de main de maître, et nous fait voyager dans le temps. Les descriptions, les détails et le caractère des personnages sont si réalistes que le simple fait de fermer les yeux nous fait marcher à leur côté en plein suspense.
    Plus qu'un univers, c'est un tourbillon aux parfums d'antan et empreint d'une réalité parfois sinistre qui vous entraîne à chaque ligne. Des crinolines aux dentelles aiguisées, des hauts-de-forme remplis de secrets et des jardins et forêts aux odeurs de crimes forment le quotidien des personnages d'Irène Chauvy qui vous ouvrent généreusement leurs portes et vous invitent à venir redécouvrir le passé et mener leurs investigations à leurs côtés.
    En plus de la série des Enquêtes d'Hadrien Allonfleur (capitaine des cent-gardes) éditée aux Éditions Gaelis, Irène Chauvy poursuit l'écriture de ses romans policiers historiques avec Les Enquêtes de Jane Cardel sous la Troisième République ; puis avec Quand les Masques tomberont et Enfin, l'Aube viendra, des romances policières qui se déroulent entre 1875 et 1882.

  • C'est une habitude désagréable que de prendre de mauvaises décisions. C'est comme cela que Simon, Italo-Stéphanois et fier de l'être est devenu détective privé et qu'il se retrouve sous la pluie en train de surveiller le bâtiment des archives de la Préfecture de police de Paris.
    C'est parce que les pièces à conviction des archives de la police disparaissent petit à petit de leurs boîtes, que le commissaire de la PJ fait appel à Simon.
    Et pour assister Simon, il lui envoie son adjoint, Félicien Dormois. Jeune, long et plutôt limité, « il a quand même sa petite utilité » argumente régulièrement le commissaire. Pendant la surveillance du bâtiment, Simon et Félicien rencontreront Gertrude, la concierge de l'immeuble avec ses seaux à charbon trop lourds pour elle et Mauricette la Glorieuse, fleur de pavé très professionnelle qui entre dans l'immeuble sans complexe. Mais qui vole dans les boîtes des archives ? Et pourquoi ? Et qui a assassiné Gustave ?
    Tout ce petit monde embrouillera sans vergogne la boîte à gamberge du détective et le commissaire s'énervera beaucoup, comme toujours. Dans cette nouvelle, vous ferez la connaissance des principaux personnages que l'on retrouve tout au long des Enquêtes de Simon. Ils sont attachants, drôles et amateurs de bonne chère. Le langage fleuri d'argot et la bonne humeur parfois défaillante, ils vous feront découvrir à leur manière le monde des années vingt et ses folies. Bienvenue dans l'univers de Simon.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Après vingt ans de carrière dans la musique, Annabel écrit ses romans policiers dont les intrigues se situent dans ce milieu de la nuit qu'elle connaît bien. Stéphanoise de naissance et, tout comme son détective, Parisienne par obligation, Annabel propose des polars se déroulant au creux des Années folles et nous dévoile les us et coutumes de l'époque mais aussi des gens de la rue, du milieu ouvrier, des courtisanes, des aristocrates ou encore celui des musiciens.
    Les Invertis, le tome 4 de la série des Enquêtes de Simon vient de remporter le Prix du Roman Gay 2019 catégorie roman policier.
    Les sites de l'auteure :
    www.lesenquetesdesimon.com - www.annabel-music-book.com

  • 1923. Monsieur Louis recherche la perle rare qui voudrait, non pas épouser sa fille, mais devenir son gendre. Devant le temps qui court et l'absence de candidats dans sa région, il tente sa chance à Paris. Il ose, lui le petit vendeur de saucisses à succès, poster sa petite annonce dans le célébrissime Petit Parisien.
    Et c'est la soeur du divisionnaire, mère despotique de la Gandolle qui répond à l'annonce en premier. Mais pour l'insatiable et maigre adjoint du commissaire de la PJ du Quai des Orfèvres de Paris, c'est une catastrophe. Il ne peut pas se marier.
    Le détective Simon, toujours d'aussi mauvaise humeur, se retrouve en face d'une situation bien difficile à gérer. La Gandolle, qui se cache devant cette infortune, le supplie de trouver un autre gendre au fabricant de saucisses. Monsieur Louis, loin de s'imaginer que les deux hommes se connaissent très bien, demande à Simon de retrouver le jeune adjoint.
    Et le commissaire qui ne se doute de rien, comme d'habitude, oblige Simon à enquêter sur les cambriolages dont la petite fabrique de Monsieur Louis est victime. Décidément, ce petit homme est partout et Simon ne peut pas s'en débarrasser. Et les noeuds se font dans la boîte à gamberge de Simon, mais finissent par se défaire quand il découvre qu'il est victime d'une macaronade.
    C'est une petite enquête de Simon, drôle et légère où l'on retrouve les personnages principaux de la série. Ils parlent tous en argot, mangent, boivent et profitent de la vie (quand ils ne se jettent pas dans la Seine) comme à chaque enquête. Ils se disputent, se mettent en colère mais restent fidèles... dans la mesure du possible. Vous êtes de retour dans l'univers de Simon.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Après vingt ans de carrière dans la musique, Annabel écrit ses romans policiers dont les intrigues se situent dans ce milieu de la nuit qu'elle connaît bien. Stéphanoise de naissance et, tout comme son détective, Parisienne par obligation, Annabel propose des polars se déroulant au creux des Années folles et nous dévoile les us et coutumes de l'époque mais aussi des gens de la rue, du milieu ouvrier, des courtisanes, des aristocrates ou encore celui des musiciens.
    Les Invertis, le tome 4 de la série des Enquêtes de Simon vient de remporter le Prix du Roman Gay 2019 catégorie roman policier.
    Les sites de l'auteure :
    www.lesenquetesdesimon.com - www.annabel-music-book.com

  • Enfin l'Aube viendra Nouv.

    Enfin l'Aube viendra

    Irene Chauvy

    • Gaelis
    • 10 Février 2021

    Éditions revue et corrigée par l'auteur.
    Paris - Septembre 1879.
    Charles Marais est assassiné le soir de son mariage. Une de ses anciennes maîtresses, Anaïs Delvaux, est accusée du crime et condamnée par la cour d'assises de la Seine à la prison à perpétuité. La veille du meurtre de Charles Marais, un Américain âgé d'une soixantaine d'années, Ambrose Pierce, en visite à Paris, a été retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel. Le décès serait dû à un arrêt du coeur, causé par l'abus de morphine.
    Paris-Octobre 1882.
    Anaïs est déclarée innocente et libérée de prison. C'est aussi le moment que choisit Alexander Pierce pour se rendre à Paris afin d'enquêter, à la demande de ses deux tantes, sur la mort de son grand-père. Hasard ou destin, Anaïs et Alexander se rencontrent. Auront-ils un avenir ensemble alors que leur passé semble les séparer ?
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Irène Chauvy, auteur de romans policiers historiques.
    Des enquêtes documentées, un univers réaliste et un soupçon de romance.
    Passionnée de littérature et d'histoire, Irène Chauvy a commencé à écrire en 2008, sur un coup de tête, et n'a plus arrêté depuis. Le choix de la période qu'elle choisit comme cadre de ses romans, le Second Empire, s'est fait tout naturellement après la lecture d'auteurs tels que Théodore Zeldin, Alain Corbin, Pierre Miquel, Éric Anceau et Marc Renneville... Car, plus que les événements, c'est l'histoire des mentalités qui l'intéresse et la fascine. Cette époque fut foisonnante tant sur le plan des réalisations techniques et industrielles que sur celui des idées et cela ne pouvait pas échapper au flair et à l'imagination d'Irène Chauvy.
    En 2011, elle présente un manuscrit au concours « ça m'intéresse - Histoire » présidé par Jean-François Parot, La Vengeance volée, dont le héros, Hadrien Allonfleur est un officier qui deviendra l'enquêteur officieux de Napoléon III. Son ouvrage gagne le Grand Prix ouvert aux auteurs de romans policiers historiques, et sera édité dans la collection Grands Détectives 10/18.
    Son écriture précise, fluide et agréable, plonge avec facilité le lecteur dans un contexte historique dont la qualité des références et les informations oubliées ne peuvent que séduire les amateurs d'Histoire. Irène Chauvy sait mener ses enquêtes et ses lecteurs de main de maître, et nous fait voyager dans le temps. Les descriptions, les détails et le caractère des personnages sont si réalistes que le simple fait de fermer les yeux nous fait marcher à leur côté en plein suspense.
    Plus qu'un univers, c'est un tourbillon aux parfums d'antan et empreint d'une réalité parfois sinistre qui vous entraîne à chaque ligne. Des crinolines aux dentelles aiguisées, des hauts-de-forme remplis de secrets et des jardins et forêts aux odeurs de crimes forment le quotidien des personnages d'Irène Chauvy qui vous ouvrent généreusement leurs portes et vous invitent à venir redécouvrir le passé et mener leurs investigations à leurs côtés.
    En plus de la série des Enquêtes d'Hadrien Allonfleur (capitaine des cent-gardes) éditée aux Éditions Gaelis, Irène Chauvy poursuit l'écriture de ses romans policiers historiques avec Les Enquêtes de Jane Cardel sous la Troisième République ; puis avec Quand les Masques tomberont et Enfin, l'Aube viendra, des romances policières qui se déroulent entre 1875 et 1882.

empty