Romans & Nouvelles de genre

  • Fin de l'été 1942, les Allemands occupent Paris. Tout manque, sauf pour ceux qui savent se débrouiller. Louis Vogel, d'origine alsacienne, propriétaire d'un immeuble cossu, est médecin dans le 5ème arrondissement. Il vit comme beaucoup d'habitants : il supporte les privations et l'occupant, sans aucune confiance dans le gouvernement de Vichy mais avec un vague espoir dans la libération hypothétique du pays. Louis fait partie des « attentistes ». Dans un des appartements de son immeuble, il héberge son copain d'enfance, Léopold Müller, Major dans la Wermarcht. Ce dernier ne partage absolument pas l'idéologie nazie. Par un concours de circonstances, les deux amis vont peu à peu être entraînés dans un enchaînement funeste.
    On est quelquefois amené à commettre des actes dont on ne se croyait pas capable la veille. Leurs vraies personnalités vont bientôt se révéler, avec tous les inconvénients que cela comporte. Leur existence va vite devenir un parcours dangereux, semé d'angoisses et d'embûches où tous les coups sont permis. Arriveront-ils à sortir indemnes de cette triste période de notre histoire ?
    C'est un récit bien atypique que nous conte l'auteur. Le rythme est soutenu, l'ambiance reflète bien la vie quotidienne des Français à cette époque. Chacun de nous peut se demander si, dans cette tourmente, nous aurions agi comme les protagonistes de ce roman.

  • Juin 1258, au pays de Durance...
    Le chevalier Anfous revient de la 7ème croisade menée par le roi pieux Louis IX. Les combats, les blessures, la faim, la fatigue l'ont profondément marqué, alors que son enfance malheureuse lui avait déjà laissé de graves séquelles.
    C'est un homme brisé qui revient au pays de Durance mais avec un tempérament d'acier et une éthique très particulière. On y retrouve un thème cher à Dürer : le Chevalier, la Mort et le Diable....
    Été 1880, à Aix en Provence...
    Vincent Villeneuve, enfant de l'Assistance, réussit, grâce à son courage et son travail, à devenir compagnon boulanger et honorable artisan aixois. Le bonheur est permis à chacun de nous, sauf si l'adversité et la veulerie des hommes s'acharnent sur vous. Ne dit-on pas que certains ont le mauvais oeil ?
    En Provence, depuis toujours les fontaines ont pour fonction première d'être témoins de la vie d'une place, d'un quartier, d'un village. Elles apportent une note joyeuse de fraîcheur, de jour comme de nuit.
    Mais ce bel équilibre se rompt parfois et nombre de fontaines ont été le théâtre de drames. Voici deux nouvelles dont elles sont l'élément central.

empty