République des Lettres

  • Texte révisé suivi d'une biographie de René Daumal. Le Mont Analogue, sous-titré "Roman d'aventures alpines, non euclidiennes et symboliquement authentiques", relate l'expédition d'un groupe de voyageurs vers une mystérieuse montagne rendue invisible par une courbure de l'espace. Cette montagne toute symbolique est la voie unissant la Terre au Ciel et les étapes de son ascension marquent les stations d'une élévation spirituelle: "La Montagne est le lien entre la Terre et le Ciel. Son sommet unique touche au monde de l'éternité, et sa base se ramifie en contreforts multiples dans le monde des mortels. Elle est la voie par laquelle l'homme peut s'élever à la divinité, et la divinité se révéler à l'homme." À la fois récit d'exploration d'un pays imaginaire et conte métaphysique, Le Mont Analogue -- non terminé en raison de la mort prématurée de l'auteur en 1944 -- est considéré comme l'aboutissement de la quête existentielle et littéraire de René Daumal. Il inspirera notamment le cinéaste Alejandro Jodorowsky pour son film La Montagne sacrée.

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Henry David Thoreau. Écrivain et philosophe, Henry David Thoreau (1817-1862), longtemps considéré comme un apôtre de la désobéissance civile en raison de son célèbre essai politique intitulé La Désobéissance civile (1849), est aujourd'hui reconnu comme l'un des plus grands auteurs américains du XIXe siècle. Vivant à Concord (Massachussets), paisible bourgade dont Ralph Waldo Emerson allait faire un centre culturel important, il devient très vite l'ami et le disciple du philosophe qui encourage sa vocation littéraire. Comme lui, il s'inscrit dans le courant de pensée qui porte le nom de "transcendantalisme" et qui se caractérise par une fusion spéculative de l'éthique et de la religion. Toutefois peu enclin à s'engager dans une profession, il se contente d'être le factotum d'Emerson tout en passant des journées entières à observer la nature. Le 4 juillet 1845, il s'installe au bord du petit lac de Walden, non loin de Concord. Il y passe deux ans et deux mois, dans une cabane qu'il a construite lui-même, se consacrant aux promenades, à l'observation, à la lecture et à l'écriture. Un livre naît de cette retraite, Walden, où la vie dans les bois, son chef-d'oeuvre publié après de nombreuses révisions en 1854. Il y consigne ses réflexions et ses observations, en philosophe, en naturaliste, en essayiste politique, en poète, voire en mystique. Walden, où la vie dans les bois reste aujourd'hui l'un des ouvrages de référence de la contre-culture et de la pensée libertaire et écologiste. Lorsqu'il meurt à l'âge de quarante-quatre ans, en 1862, Henry David Thoreau laisse une oeuvre à son image, multiple et inclassable, qui influencera entre autres le Mahatma Gandhi et Martin Luther King. Sa modernité ne cesse de s'imposer à notre temps.

  • Récit autobiographique. Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Pierre Drieu la Rochelle. À partir de 1920, Drieu la Rochelle se mêle à tous les mouvements de son époque, tenté aussi bien par Charles Maurras que par Louis Aragon, par l'Action française que par le Communisme et le Surréalisme. Admirateur de Maurice Barrès, de Rudyard Kipling et de Friedrich Nietzsche, il affiche clairement ses contradictions et ses oeuvres se succèdent alors à un rythme soutenu. "État civil", aboutissement d'un ancien projet de livre intitulé "Histoire de mon corps", paraît à ce moment-là. "Saurai-je un jour raconter autre chose que mon histoire ?" se demande le futur auteur de "Rêveuse bourgeoisie", déjà obsédé par la décadence, qui dresse ici un tableau lucide de son enfance et de son adolescence.

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de René Daumal. Dans les années '30, le principal auteur du "Grand jeu" cherche dans l'enseignement d'Alexandre de Salzmann, un élève de Georges Gurdjieff, les moyens de poursuivre sa recherche spirituelle. Sous son influence, il se consacre à l'étude des sources de la pensée orientale et apprend le sanscrit pour accéder aux grands textes védiques sacrés et profanes. Mais le véritable centre de sa réflexion, à cette époque, reste le propre enseignement de Salzmann et de son épouse, qui vise essentiellement à la maîtrise du corps, des instincts et de l'intellect. Sous le contrôle du "maître", il trouve une sorte d'équilibre et commence à jeter un regard critique sur ses erreurs passées. Le roman philosophique "La Grande Beuverie" est le fruit de l'examen sans complaisance de ses illusions de jeunesse et des diverses impostures littéraires dont il a été victime ou témoin. Avec une verve qui doit plus à la 'Pataphysique qu'à l'ésotérisme, il y dénonce les paradis artificiels, qu'il s'agisse de la drogue à laquelle son ami Roger Gilbert-Lecomte s'était abandonné, ou de toutes les formes d'évasion banale et d'activisme vain comme les pratiquent "Pwatts", "Ruminssiés" et "Kirittiks". Les philosophies orientales elles-mêmes n'échappent pas à l'éreintement. "Alors que la philosophie enseigne comment l'homme prétend penser, la beuverie montre comment il pense".

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de David Herbert Lawrence. Préface et traduction de Pierre Drieu La Rochelle. L'homme qui était mort, c'est le sauveur que l'on a déposé dans le sépulcre sans qu'il ait vraiment vécu. Sa mission l'a empêché d'être lui-même: en prêchant son évangile, il a proposé aux hommes l'amour, mais un amour condamné à mourir. Car, ignorant de la véritable vie, il ne tendait qu'à en arracher les hommes pour se les attacher par des liens purement spirituels. Par la suite, il ressuscite plein de déception, mais décide de créer sa propre existence, solitaire au sein du monde. Fatigué et le coeur rempli de crainte, l'homme qui était mort se met en route à travers le monde, en quête de la véritable vie. Dans une région lointaine, il rencontre une jeune femme, prêtresse de la déesse païenne Isis. Leur union sexuelle et mystique les révèle à la signification de la vie. La femme a conçu le fils d'Osiris et l'homme a vaincu la mort. La beauté et la sensualité de ce dernier roman de l'auteur de "L'amant de Lady Chatterley", inspiré par les écrits de Nietzsche, font oublier ce qu'il y a de sacrilège dans cette réinterprétation de la vie du Christ.


empty