Christophe

  • Les promises Nouv.

    Les promises

    Jean-Christophe Grangé

    Les Promises, ce sont ces grandes Dames du Reich, belles et insouciantes, qui se retrouvent chaque après-midi à l'hôtel Adlon de Berlin, pour bavarder et boire du Champagne, alors que l'Europe, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, est au bord d'imploser.
    Ce sont aussi les victimes d'un tueur mystérieux, qui les surprend sur les rives de la Sprée ou près des lacs, les soumettant à d'horribles mutilations...
    Dans un Berlin incandescent, frémissant comme le cratère d'un volcan, trois êtres singuliers vont s'atteler à l'enquête. Simon Kraus, psychanalyste surdoué, gigolo sur les bords, toujours prêt à faire chanter ses patientes. Franz Beewen, colosse de la Gestapo, brutal et sans pitié, parti en guerre contre le monde. Mina von Hassel, riche héritière et psychiatre dévouée, s'efforçant de sauver les oubliés du Reich.
    Ces enquêteurs que tout oppose vont suivre les traces du Monstre et découvrir une vérité stupéfiante. Le Mal n'est pas toujours là où on l'attend.

  • À Maputo, capitale du Mozambique, aucun client n'ose s'aventurer à l'hôtel dos Camaroes. Le patron est un vieux Français odieux, connu pour son goût du whisky. Quand il est retrouvé mort dans sa piscine, la police soupçonne arbitrairement une des trois femmes qui gravitaient autour de lui. Aurel Timescu, consul à l'ambassade de France, décide de s'en mêler. Calamiteux diplomate, il se révèle un redoutable enquêteur lorsqu'il pressent une injustice. Il va plonger dans le climat trouble de ces passions africaines. Et nous faire découvrir un des grands drames écologiques de la planète...

  • Ce livre raconte le mariage sans fin d'Edgar, un aventurier charmeur, un brin escroc, et de Ludmilla, une exilée fantaisiste, devenue une sublime cantatrice acclamée sur toutes les scènes d'opéra du monde. Pour eux, c'est « ni avec toi, ni sans toi ». Ce paradoxe les a conduits à inventer une autre manière de s'aimer. Sept fois ils se sont dit oui. Dans des consulats obscurs, des mairies de quartier, des grandes cathédrales ou des chapelles du bout du monde. Tantôt pieds nus, tantôt en grand équipage. Il leur est même arrivé d'oublier les alliances. Sept fois, ils se sont engagés. Et six fois, l'éloignement, la séparation, le divorce... Fasciné, le narrateur, un médecin qui a épousé la fille d'Edgar et Ludmilla, tente de percer leur mystère. De la Russie jusqu'en Amérique, du Maroc à l'Afrique du Sud, il reconstitue l'histoire aussi tumultueuse que palpitante de ce couple hors du commun, de l'après-guerre jusqu'aux années 2000.

  • Alors qu'il pense pouvoir couler des jours heureux à Paris, en attendant une nouvelle affectation dans un pays qu'il espère le moins chaud et désertique possible, Aurel Timescu reçoit la visite d'un émissaire du Starkenbach, un micro-état européen niché dans les Alpes. Le Prince a entendu parler de ses talents d'enquêteur et compte sur son aide dans une troublante affaire de disparition: la disparue n'est autre que la princesse du Starkenbach elle-même, souveraine en titre de la principauté. Sans monarque, le petit Etat court à sa perte; Aurel est l'ultime recours d'un prince consort aux abois. Assuré de mener son enquête dans des conditions des plus confortables, il se lance dans une traque à rebondissements qui le mènera du petit paradis fiscal jusqu'en Corse, en passant par Paris. Loin des contrées exotiques dont il est coutumier, mais aidé cette fois par une acolyte aussi téméraire que passionnée, le Consul Timescu confirme, s'il le fallait, qu'il est meilleur détective que diplomate.

  • Comment cet Aurel Timescu peut-il être Consul de France ? Avec son accent roumain, sa dégaine des années trente et son passé de pianiste de bar, il n'a pourtant rien à faire au Quai d'Orsay. Il végète d'ailleurs dans des postes subalternes. Cette fois, il est en Guinée, lui qui ne supporte pas la chaleur. Il prend son mal en patience, transpire, boit du tokay et compose des opéras... Quand, tout à coup, survient la seule chose au monde qui puisse encore le passionner : un crime inexpliqué. Suspendu, ce plaisancier blanc ? À quoi ? Au mât de son voilier, d'accord. Mais avant ? Suspendu à des événements mystérieux. À une preuve d'amour qui n'arrive pas. À un rêve héroïque venu de très loin... En tout cas, il est mort. Son assassinat resterait impuni si Aurel n'avait pas trouvé là l'occasion de livrer enfin son grand combat. Contre l'injustice. Avec tout son talent d'écrivain et son expérience comme ambassadeur de France au Sénégal, Jean-Christophe Rufin donne vie à Aurel dans le premier volet de ces aventures.
    Suivre cet anti-héros au charme désuet est un plaisir de lecture mais aussi un moyen de découvrir les secrets les mieux gardés de la vie internationale.

  • Pierre Niémans et son adjointe Ivana Bogdanovitch, de l'office central des crimes de sang, sont envoyés en Alsace pour une nouvelle enquête. Un homicide a eu lieu au sein d'une communauté religieuse qui vit, sur le modèle des anabaptistes, de ses exploitations agricoles, et notamment de son prestigieux vignoble.
    Dans un monde de pure innocence, quel peut être le mobile d'un tueur ? Dans une communauté sans péché, comment le sang peut-il couler ? À moins qu'à l'inverse... Le coupable soit le seul innocent de la communauté.

  • 369. C'est le nombre de Photomatons que Jacob B'rebi a pris de lui-même entre 1973 et 1974. À quoi pouvaient bien servir ces selfies d'avant l'heure qui montrent tantôt un visage troublé, tantôt un rire forcé, qui paraissent si familiers et lointains en même temps ? Sont-ils l'expression d'une coquetterie, d'un humour solitaire ou la clé d'un mystère ?

    Lorsque Christophe Boltanski ouvre cet album ramassé aux puces, il est aussitôt aspiré par ces figures sorties d'un conte de Lewis Carroll. L'homme s'est réinventé en de multiples personnages, l'un barbu, l'autre glabre, l'un en uniforme, l'autre en chemisette décontractée. Acteur, steward, espion ? Les détails pourraient devenir des indices - ou des trompe-l'oeil. Au dos des clichés, des adresses nourrissent encore l'énigme, de Rome à Bâle, de Marseille à Barbès ; quant aux prénoms ou diminutifs, ils ressemblent à des alias.

    Christophe Boltanski veut comprendre qui fut cet homme. Son besoin de savoir le conduit dans des échoppes à l'abandon, des terrains vagues, des docks déserts, des lieux ultra-sécurisés, puis dans les cimetières de Djerba, et enfin en Israël, aux confins du désert du Néguev ou au pied du mont Hermon. Patiemment, l'auteur reconstitue les vies vécues et rêvées de Jacob, où se mêlent paradis perdu, exil, désirs de vengeance, guerres et ambitions artistiques. Peu à peu, la quête s'approche du mythe, celui d'un homme qui recherche une terre pour oublier les arrachements de l'enfance, mêle instinct de fuite et de liberté, dans l'espoir de se réconcilier avec la mort et avec la vie.

    Après La Cache qui a reçu le prix Femina et Le Guetteur, Christophe Boltanski élargit son exploration littéraire à un anonyme, si représentatif d'une France prise par les violences de l'Histoire, où l'existence individuelle oscille entre goût du secret et quête de sens. Une épopée contemporaine, où l'émotion saisit le lecteur page à page.

  • Rouge Brésil

    Jean-Christophe Rufin

    La conquête du Brésil par les Français est un des épisodes les plus extraordinaires et les plus méconnus de la Renaissance.
    Rouge Brésil raconte l'histoire de deux enfants, Just et Colombe, embarqués de force dans cette expédition pour servir d'interprètes auprès des tribus indiennes. Tout est démesuré dans cette aventure. Le cadre : la baie sauvage de Rio, encore livrée aux jungles et aux Indiens cannibales. Les personnages - et d'abord le chevalier de Villegagnon, chef de cette expédition, nostalgique des croisades, pétri de culture antique, précurseur de Cyrano ou de d'Artagnan. Les événements : le huis clos dramatique de cette France des Tropiques est une répétition générale, avec dix ans d'avance, des guerres de religion.
    Fourmillant de portraits, de paysages, d'action, Rouge Brésil, écrit dans une langue à l'ironie voltairienne, prend la forme d'un roman d'éducation et d'amour. Mais plus profondément, à travers les destins et les choix de Just et de Colombe, ce livre met en scène deux conceptions opposées de l'homme et de la nature. D'un côté, la civilisation européenne, conquérante et universelle, qui se veut libératrice et se découvre meurtrière. De l'autre, le monde indien, avec sa sensualité, son sens de l'harmonie et du sacré, le permament appel du bonheur...

  • L'histoire du roi Zibeline est celle, fidèle, d'Auguste Benjowski, un des plus fascinants aventuriers de son époque, aujourd'hui tombé dans l'oubli. Cet aristocrate, né en 1746 aux confins de la Hongrie et de la Pologne, a connu un destin exceptionnel : tour à tour officier, bagnard évadé, navigateur, chef d'expédition, explorateur, et finalement roi de Madagascar.

    Élevé par un précepteur français imprégné des idées des Lumières, Auguste, tout en apprenant le métier des armes, se forge un esprit critique et agile, et montre sa bravoure et son intelligence. Tandis qu'il combat pour sauver la Pologne, il est capturé par les cosaques et envoyé en Sibérie, où il rencontre Aphanasie. Les deux amants vont fuir, et vivre des aventures prodigieuses qui les mèneront en Alaska, au Japon, à Formose, en Chine, en France.

    Ce récit à deux voix, celles d'Aphanasie et d'Auguste, se déploie comme un de ces contes orientaux que le XVIII e siècle aimait tant et qui traduisent la sensualité, l'audace, l'humour et l'esprit de découverte de cette époque décisive de notre histoire.

  • Un mois sur le Camino del Norte, de Bayonne à Santiago, 40 kilomètres de marche par jour : étape après étape, Jean-Christophe Rufin se transforme en clochard céleste, en routard de Compostelle. Pourquoi prendre le Chemin, quand on a déjà éprouvé toutes les marches, toutes les aventures physiques ? " Je n'avais en réalité pas eu le choix. Le virus de Saint-Jacques m'avait profondément infecté. J'ignore par qui et par quoi s'est opérée la contagion.
    Mais, après une phase d'incubation silencieuse, la maladie avait éclaté, et j'en avais tous les symptômes. " 876 kilomètres plus loin, un mois plus tard, après l'arrivée à Santiago, le constat est là. Comme tous les grands pèlerinages, le Chemin est une expérience de désincarnation, il libère du " tropplein ", mais il est aussi un itinéraire spirituel, entre cathédrales et ermitages, et humain, car chaque rencontre y prend une résonance particulière.

  • Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l'été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d'une caserne déserte.

    Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit.

    Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère.
    Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes.

    Trois personnages et, au milieu d'eux, un chien, qui détient la clef du drame...

    Plein de poésie et de vie, ce court récit, d'une fulgurante simplicité, est aussi un grand roman sur la fidélité.
    Être loyal à ses amis, se battre pour ceux qu'on aime, est une qualité que nous partageons avec les bêtes. Le propre de l'être humain n'est-il pas d'aller au-delà et de pouvoir aussi reconnaître le frère en celui qui vous combat ?

  • Depuis longtemps, ils rêvaient d'écrire un livre ensemble, pour être utiles, pour apporter des réponses aux questions que tout être humain se pose sur la conduite de son existence. Quelles sont nos aspirations les plus profondes? Comment diminuer le mal-être? Comment vivre avec les autres? Comment développer notre capacité au bonheur et à l'altruisme? Comment devenir plus libre?...
    Sur chaque thème, ils racontent leurs expériences, leurs efforts, les leçons apprises en chemin, et nous proposent des conseils. Leurs points de vue sont différents, mais ils se retrouvent toujours sur l'essentiel.
    Un livre limpide et lumineux pour apprendre le métier de vivre

  • Du rififi chez les filles : découvrez le quotidien savoureux de deux soeurs volcaniques !
    Wendy, c'est ma grande sister. Moi, du coup, j'suis la plus petite. Si qu'on m'avait demandé mon avis, j'aurais préféré être l'aînée des deux. Ben oui quoi, moi je saurai jamais ce que ça fait d'avoir un p'tite soeur qui fait tout pareil que moi, qui essaie par tous les moyens de forcer le cadenas de mon journal intime, qui écoute à la porte de ma chambre quand je parle des garçons avec mes meilleures cop's, qui fait rien qu'à me piquer mes fringues dès que j'ai le dos tourné, qui découpe les photos dans mes magazines préférés.
    En fait, ça m'aurait trop plu d'être ma propre sister. juste pour avoir la chance de m'avoir moi comme sister !!!

  • Le corps de Jürgen von Geyersberg, riche héritier de Souabe, est retrouvé décapité et castré. Saisis de l'affaire, le commandant Pierre Niémans et son associée Ivana Bogdanovic, électron libre de la PJ, sont envoyés en Forêt Noire. Là, ils multiplient les rencontres étranges - prêtresse des eaux thermales, éleveurs de chiens, guérisseur - pour remonter jusqu'aux Chasseurs Noirs, bataillon de criminels enrôlés par Himmler pour traquer les Juifs, qui semblent avoir jaillis de leurs tombes...

  • Les Sisters t.15

    ,

    • Bamboo
    • 28 Octobre 2020

    Les deux tornades font souffler un vent de folie sur la BD ! Lorsque les parents décident de changer de cuisine, Marine se dit que serait une bonne idée pour elle d'en profiter pour changer de Sister, une moins râleuse, plus prêteuse et qui ferait tout ce qu'elle veut. Marine va s'activer pour que son plan aboutisse... Mais en fin de compte, a-t-elle vraiment envie d'avoir une sister si différente que celle qu'elle a déjà ? Car après tout, entre les chamailleries et les gros câlins, les fous rires et les envies de mordre, il n'y a rien de mieux qu'une frangine pour mettre un peu de piment dans la vie.

  • La france goy Nouv.

    « Trente ans après L'Esprit de vengeance, qui évoquait mes sentiments envers mon grand-père, Jean Gosset, le temps était venu de chercher à savoir pourquoi cet homme s'était engagé dans la Résistance, qui le conduirait au camp de concentration de Neuengamme où il allait mourir. Les réponses, c'était son père qui allait me les fournir. ».
    C.D.

    L'enquête s'emballe quand un trésor est découvert dans les archives familiales : lettres, journaux intimes, articles de presse, manuel d'escrime, de la main d'Henri Gosset, le père de Jean. C'est l'étincelle qui fait exploser le réel, et le romanesque s'impose autour du personnage de Henri et de sa correspondance, qui nous font remonter à la fin du XIXème siècle, jusqu'aux racines de l'antisémitisme français et à son « patient zéro », Edouard Drumont. Si Henri Gosset, en arrivant à Paris, en 1892, à seize ans et demi, n'a pas rencontré l'auteur du best-seller haineux La France juive, il a en revanche très bien connu son disciple et successeur, Léon Daudet, le fils du célèbre écrivain. Léon initie Henri à l'antisémitisme et lui présente le professeur Bérillon, praticien réputé de l'hypnose, fondateur de l'Ecole de psychologie dont Henri devient un des professeurs et son trésorier. Mais les mauvaises fréquentations d'Henri ne l'empêchent pas de tomber follement amoureux d'une jeune institutrice anarchiste, Marcelle Bernard. De l'union de ces extrêmes naîtra Jean Gosset...

    Léon Daudet, Edouard Drumont, Charles Maurras, les leaders anarchistes Gustave Hervé et Almeyreda, Clemenceau, Caillaux, le directeur du Figaro Calmette, Dreyfus, Zola, Jules Bonnot, Jean Jaurès et tant d'autres, c'est une humanité grouillante et furieusement vivante qui habite La France goy. La fresque couvre les deux décennies qui précédent la première guerre mondiale. L'époque est féroce, avec ses scandales (Panama), ses campagnes de diffamation contre les Juifs, les capitalistes dénoncés comme espions par L'Action Française, les procès, les grèves, les attentats anarchistes, et les duels au petit matin blême... Au carrefour de tous ces complots, la presse, corrompue par la politique et inversement, la littérature, le théâtre, et même du cinéma puisque c'est de cette tourbe que naîtra le cinéaste Jean Vigo. Avec ce roman, Christophe Donner suggère une histoire de France hantée par une « question juive » qui déterminerait plus que ce qui a été dit. Il découvre à travers la saga familiale une haine des Juifs, ancestrale, qui se réinvente en antisémitisme, se déchaîne, et participe à l'inexorable montée des nationalismes qui entraîneront l'Europe dans la Grande Guerre.

  • Cap canaille

    Christophe Gavat

    • Fayard
    • 4 Novembre 2020

    Ancien du 36, désormais en poste à Marseille, Henri Saint-Donat est confronté à son premier « barbecue », règlement de comptes en vogue parmi les trafiquants de la cité phocéenne, qui consiste à enfermer un corps dans le coffre d'une voiture à laquelle on met le feu. Flanqué d'équipiers hauts en couleur, le commandant commence l'enquête, mais la piste de la guerre des gangs ne donne rien. Lorsque l'identité de la victime est enfin confirmée, les choses prennent un nouveau tour : Henri a connu cette personne autrefois à Paris, et elle n'avait pas du tout le profil pour finir sa vie dans une voiture incendiée par des dealers marseillais ...

  • « Les trois amis » réunissent la quintessence de leurs réflexions dans un abécédaire lumineux : un manuel salutaire pour mieux vivre en ces temps incertains.
    Un concentré de sagesse à la portée de tous. Trois amis en quête de sagesse et À nous la liberté rassemblent presque mille pages. L'idée de ce bréviaire est d'extraire la substantifique moelle de ces deux livres en la présentant sous forme de petits textes concis et accessibles, classés par ordre alphabétique.
    150 clés pour naviguer par tous les temps. Angoisse, Argent, Colère, Écologie, Mal-être, Optimisme, Paix, Solidarité, etc. Au total, 150 mots pour trouver les clefs de la sagesse. Alors que les deux livres précédents étaient construits sur un échange à trois voix, ce livre fait intervenir un seul auteur par notion. Et rappelle régulièrement quelques conseils pratiques.
    Des questions urgentes qui résonnent particulièrement aujourd'hui. La vulnérabilité, l'interdépendance, la solidarité, la sobriété, l'anxiété, la résilience... Nombre des notions de cet Abécédaire ont une acuité particulière en ces moments de fragilité et d'incertitude. Plus que jamais, nous avons besoin de lâcher prise et de revenir à l'essentiel.

  • Elfie et Magda vivent depuis la mort de leur mère chez une tante acariâtre. Mais un jour leur soeur aînée revient de Londres : elle a transformé un bus anglais en librairie ambulante pour aller de village en village. Une nouvelle vie commence ! Leur première étape les amène dans une île bretonne où de vieilles rancoeurs secouent la population, pour un mystérieux timbre perdu. Mais surtout, Elfie découvre qu'elle a hérité des talents de sorcière de sa mère, et d'un grimoire qu'elle doit nourrir de ses écrits. Entre le Club des cinq et Kiki la Petite sorcière, un récit tendre et aventureux, plein de mystères et du charme des petites choses du quotidien, une histoire envoûtante tant pour les plus jeunes que leurs parents.

  • Pas facile d'être une tortue ! Caroline est véritablement un membre de la famille à part entière, mais elle ne peut pas toujours participer aux promenades et aux jeux de son Bill adoré au même rythme que les autres. Boule et Bill vont redoubler d'inventivité pour lui faire plaisir et l'impliquer davantage... Attention, Bill n'a qu'à se tenir à Caro et tout ira bien !

  • Wendy et Marine sont deux soeurs débordant de vitalité. Quand la plus petite force le cadenas du journal intime de son aînée, écoute à la porte de sa chambre ou pique ses fringues, il y a de l'ambiance dans la maison !
    Mais tout ça, quand on est sisters, ce n'est que du bonheur !

  • Les deux tornades font souffler un vent de folie sur la BD !



    Marine a une nouvelle lubie. Elle s'est mise en tête de mettre le sort à rude épreuve. Elle se lance dans la quête du trèfle à quatre feuilles afin de vérifier si oui ou non elle a de la chance. De son côté, Wendy semble ne plus en avoir. Elle est persuadée que Maxence ne l'aime plus et qu'il lui préfère Sammie, sa meilleure amie. Et ça, Wendy, ça la met même dans une colère noire, presque autant que quand sa Sister lui pique son journal intime. Il va encore y avoir des étincelles dans la maison des Sisters !

  • Les deux tornades font souffler un vent de folie sur la BD !

    Marine découvre qu'il est très facile de mentir. Tant qu'elle ment sur le lavage de dents, ce n'est pas trop grave. Mais quand elle invente des trucs de plus en plus énormes, comme ce cousin canadien qui a un château ou cette cousine qui bosse avec Joy'D, elle s'enfonce de plus en plus et ça prend des proportions énormes. Du coup, Wendy est ravie, car elle tient là un bon moyen de faire chanter sa petite peste de soeur.

empty