Toits de Paris

  • « Je m'appelle Gaspard. J'habite la Butte Montmartre. Un jour, je deviendrai un grand écrivain. En attendant, je suis apprenti ramoneur, je me balade sur les toits de Paris, et je vis des aventures passionnantes ».
    Une nuit, sur le toit d'une très vieille église, Gaspard se retrouve face à une gargouille vivante aux crocs pointus... Et si c'était le début d'une improbable amitié ?

  • Ines de la Fressange, icône de style et Marin Montagut, artiste globe-trotter partagent une sensibilité unique pour les intérieurs faits d'objets chinés, de souvenirs de voyages ou de trouvailles dans le grenier familial. Ils ont parcouru le tout-Paris pour nous faire découvrir une quinzaine d' appartements ou maisons au charme unique et à la décoration éclectique grâce à un mélange de styles vintage et contemporain.
    Chaque maison reflète l'univers de son propriétaire, use et abuse des matériaux naturels qui créent de la chaleur et du caractère - tels que le bois, l'osier, le bambou, le coton, le lin -, révèle les secrets d'une décoration poétique - valises d'époque, caisses de légumes et bocaux d'apothicaire transformés en de charmants récipients de rangement -, et montre que collages, sérigraphies ou collections d'objets d'antan ajoutent assurément du style à une pièce.
    Les aquarelles de Marin Montagut illustrent les essentiels de la décoration de chaque intérieur. S'y ajoutent des moodboards et des conseils pratiques qui seront autant de sources d'inspiration pour vous aider à créer une atmosphère élégante et vintage.

    Sur commande
  • Pour saisir les toits de Paris, l'aquarelliste Fabrice Moireau a sonné aux portes, a fait semblant d'être de l'immeuble, est monté au petit bonheur la chance pour peindre le regard perché, au risque du vertige. Sa volonté ? Varier les monuments célèbres, les endroits publics et des recoins moins connus de la ville. Apporter des visions, des angles inédits aussi. Ce qui le fascine, c'est ce monde en lévitation, presque irréel, l'autre ventre de Paris ou les volutes d'un cerveau, l'accumulation incroyable de techniques, l'ingéniosité à se protéger de la pluie, du vent ou de la monotonie. Ce livre est une invitation au voyage vers un pays libre !

    Sur commande
  • Orphelin, Toussaint suit maître Brazier à Paris pour y chercher des millions. Il trouve des chiffonniers et devient ramoneur cambrioleur. Amoureux d'une jolie fleuriste de la rue Montorgueil, il rêve devant les belles demeures des riches familles, et a le coeur serré de ne pas avoir la sienne. Révolté par la mort du ramoneur Elie qui est tombé d'un toit, Toussaint découvre qu'il a été assassiné. N'est-il pas lui aussi en danger ? Le deuxième volume d'une tétralogie d'aventure, qui entraîne le lecteur à la suite d'un héros plein de débrouillardise et d'audace. De terrien, il finira par devenir marin et par reconstituer son incroyable histoire familiale. Paul Thiès signe une fresque romanesque passionnante où ses thèmes de prédilection prennent une résonance particulière.

  • Au fil des siècles, les toitures des grands bâtiments parisiens ont changé d'apparence pour s'adapter aux courants architecturaux et aux besoins modernes. Si elles représentent une partie essentielle de ces édifices, elles n'en restent pas moins méconnues du commun des mortels. Leur élaboration fait l'objet d'un grand savoir-faire, détenu depuis des générations par les artisans couvreurs. Ces passionnés, dont les connaissances sont à la fois artistiques, scientifiques et manuelles, ont façonné et créé de véritables joyaux.Souhaitant partager ces trésors de notre patrimoine architectural, ils ont demandé au photographe Gilles Mermet de les accompagner lors de leurs escapades sur les toits de Paris, afin de rendre compte de leur métier et du spectacle incroyable dont ils sont les spectateurs privilégiés. Cet ouvrage invite donc à une balade insolite sur les cimes de la capitale, et lève le voile sur un monde secret où seuls les funambules ont la chance d'apprécier la technicité, les matériaux, les détails artistiques mis en Suvre par ces compagnons du ciel.

  • Les voici qui maintenant s'en sont allés à Paris, pour continuer à vivre leur aventure amoureuse, l'aventure d'une vie ensemble. Homo Pierrot II se passe donc « sous les toits de Paris », comme l'indique le sous-titre. La vieille morale craque de partout, dans le vent qui souffle après 68. Tous deux se laissent griser par leur vie nouvelle, mais Paris ne manque pas non plus de tentations, d'abord celle, facile, d'autres corps et l'argent, lui, y est difficile à gagner. Entre les amants les plus fous ou les plus résolus, des lames peuvent imperceptiblement se glisser.

    Et puis, il y a un mal, souvent oublié dans le monde moderne, qu'on appelle le mal du pays, et qui rend son déracinement insupportable à l'un des deux amis. Comment être heureux dans ces conditions ? Que va-t-il arriver à Erwan et Pierrot sous les toits de Paris ? Le meilleur et le pire, comme il arrive aux couples que la perfection même de leurs débuts a rendus plus vulnérables, quand un jour la vaillance et la grâce de s'aimer viennent se heurter à une fatalité du dedans, la nostalgie.

    Sur commande
  • "Antonio Marraffa aime Paris. Il l'a peint. Un soir d'hiver, il apprend que la ville magique est devenue cible des barbares. Il rencontre Christian Morel de Sarcus. Ils se comprennent du regard. Ils échangent le voeu de montrer l'indicible. Le livre est né, de quelques secondes de connivence profonde. - ""Juste le ciel sur les toits de Paris"", peintures (17 planches en couleurs) & poésie, livre d'art et geste précis de civilisation, intentionnel, léger, réunit deux artistes d'Italie et de France."

    Sur commande
  • Deux femmes, nées à El Salvador, dont les histoires s'enchevêtrent. L'une, Consuelo Suncín, femme d'Antoine de Saint-Exupéry et inspiratrice du Petit Prince. L'autre, Princia, une jeune, traquée par la peur, qui fuit un quartier marginal de San Salvador. Deux époques, le même combat, la même rage de vivre.

    Se tejen dos historias, las de dos mujeres que nacieron en El Salvador. Una, Consuelo Suncín, esposa de Antoine de Saint-Exupéry, la inspiradora del Principito. La otra, Princia, una joven, acorralada por el miedo, huyendo de un barrio muy marginal de San Salvador. Dos épocas, el mismo combate, la misma rabia de vivir.

    Sur commande
  • Sur commande
  • PACK 20 CARTES SOUS LES TOITS DE PARIS INES DE LA FRESSANGE Nouv.

  • SUR LES TOITS DE PARIS Nouv.

    SUR LES TOITS DE PARIS

    ESCANDE LUDOVIC

    • Allary
    • 31 Décembre 2099
    À paraître
  • Le Bonheur sous les toits, vaudeville en 3 actes, par MM. Edmond Burat et Didier. (Paris, Folies-Dramatiques, 28 mai 1839.) Date de l'édition originale : 1839 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Carnet 80 pages avec une photographie en couverture, présenté sous blister, fermé par un autocollant, avec une carte postale présentant le photographe. Série limitée de 400 exemplaires. Fabriqués à Paris dans le 10ème arrondissement. Intérieur : papier de création Fedrigoni Arcoprint Edition Ivoire 120g / Couv : papier Fedrigoni Stuco Old Mill Pure White 320 g. Format 15 x 21 cm.

  • Comment raconter une ville que l'on aime ? Parler de son ciel, de son fleuve, de ses monuments, de ses avenues, de ses statues ? Paris, cinq lettres pour désigner l'une des plus belles villes du monde : la ville-lumière, mais aussi la ville-musée, la ville-roman, la ville-cinéma et encore la ville en mutation à l'architecture sans cesse remodelée. Dans chacun des trois volumes de ce coffret, deux artistes conjuguent leurs talents pour rendre hommage à la beauté de la capitale : un pinceau et une plume qui composent un hymne à la gloire de Paris.
    Une ode amoureuse...

    Sur commande
  • Il y a, c'est vrai, les " grands classiques " : le parvis du Sacré-Coeur, la tour Eiffel, la tour Montparnasse... Mais avez-vous poussé les portes des boutiques, des restaurants ou des églises pour découvrir les toits de Paris du haut de leur terrasse ou de leurs baies vitrées ? Avez-vous déambulé dans les rues, au sommet des buttes de l'est parisien ? Vue d'en haut, la capitale se dévoile pour vous dans toute sa splendeur.

  • berlin, 1928.
    dans le quartier tranquille de zehlendorf, deux cités
    d'habitation sortent de terre, dans un face-à-face hostile. d'un
    côté, la plastique cubiste de l'avant-garde, de l'autre, les tuiles
    de la tradition revisitée par le régionalisme. cette confrontation
    de formes déclenche la " guerre du toit ", qui divise le milieu
    architectural si fécond de l'allemagne de l'entre-deux-guerres.
    replaçant cet épisode célèbre, mais jamais étudié, dans le contexte
    de l'ambitieuse politique du logement menée par la république
    de weimar, le livre compare les deux sociétés de construction
    impliquées, la conservatrice gagfah et la progressiste gehag, et
    présente leurs destinataires, à savoir le groupe social des employés.
    evoquant les convictions partagées par les maîtres d'ouvrage et les
    maîtres d'oeuvre sur la cité-jardin, la standardisation et la nécessaire
    éducation des habitants, l'étude pose en des termes nouveaux la
    question de la fracture entre modernisme et traditionalisme, liée à
    des enjeux symboliques et recoupant l'antagonisme entre kultur et
    zivilisation.
    grâce à des sources inédites, l'ouvrage propose de
    nouvelles hypothèses sur ce moment crucial où le renouvellement
    de la culture architecturale, engagé au début du siècle, rencontre
    l'émergence de la société de masse avec ses nouvelles exigences
    en matière d'habitat. il vient aussi combler une considérable lacune
    historiographique des études françaises sur l'architecture et sur l'allemagne.

    Sur commande
  • Ce livre raconte l'histoire d'un manuscrit original, écrit entre 1903 et 1904 par un moine de la communauté éthiopienne de Jérusalem, Walda Madhen. Un manuscrit perdu, puis retrouvé des années plus tard dans les archives grâce au projet Open Jerusalem : voilà le point de départ d'une enquête qui entraîne le lecteur depuis le toit du Saint-Sépulcre jusqu'aux hauts plateaux éthiopiens, en passant par les ors des palais d'Istanbul et les couloirs des consulats européens au Levant.

    Pour démêler l'histoire enchevêtrée de ces chrétiens vivant bien loin de leur Éthiopie natale, trois chercheurs mènent l'enquête : une linguiste, spécialiste de l'amharique, et deux historiens, l'un de la Corne de l'Afrique, l'autre du Moyen-Orient. Au croisement de leurs regards émerge un récit foisonnant, qui dépasse largement la seule communauté éthiopienne de la Ville sainte pour dessiner les contours de la société religieuse, politique et diplomatique de la Jérusalem ottomane du début du XXe siècle.

    Car ce manuscrit écrit dans l'urgence - difficile à déchiffrer, mal structuré, imprécis - devait faire l'histoire des éthiopiens de Jérusalem pour justifier leur ancrage dans la ville auprès des autres communautés. Cette édition éclaire ainsi leur histoire tumultueuse, l'évolution conjointe des communautés religieuses de la Ville sainte et la porosité des cultures, qui traduisent la promiscuité des confessions. Ce texte est également le témoignage d'une mémoire communautaire en construction -une mémoire encore fortement nourrie de traditions extérieures. Mais il signale aussi l'épuisement de ce processus de co-construction, dans un moment de bascule historique de l'âge des empires à l'âge des nations.

empty