• Cathares 1198

    Olivier Taveau

    An 846. La mort de Charlemagne a laissé un empire morcelé, un monde à l'agonie où le pouvoir de Rome ne tient plus qu'au prestige d'un trône.

    Au coeur d'une curie rongée par les complots, le pape Serge II refuse pourtant de voir périr l'oeuvre de Dieu. Alors que les barbares assiègent la cité, il conclut un pacte avec d'obscurs émissaires et s'engage à protéger un ordre d'élus appelés à restaurer la foi.
    Deux siècles plus tard, les premières communautés cathares voient le jour en Languedoc. Par la parole, la volonté et l'exemple, les « Parfaits » redonnent espoir en la parole sacrée et le pays entier, saisi par la ferveur, se détourne bientôt des églises pour embrasser la nouvelle religion.

    Mais à l'ombre des pouvoirs, des voix appellent déjà au sang.

  • Chypre, milieu du XIIIe siècle.

    Une galère pirate accoste sur le port, menée par des Templiers. À son bord, les inséparables Roç et Yeza, qui ont survécu par miracle au bûcher des Cathares à Montségur.
    Alors qu'une nouvelle croisade initiée par le roi Saint Louis se prépare, l'enjeu politique représenté par ces enfants est plus que jamais convoité par tous. Souverains, émissaires religieux et factions mystiques n'auront de cesse de pourchasser d'un bout à l'autre du Moyen-Orient ceux dont la lignée remonterait à Jésus-Christ lui-même...

  • Forteresse de Montségur, mars 1244.
    La croisade contre les Cathares atteint son apogée lors d'un bûcher funeste, durant lequel des centaines d'hérétiques trouveront la mort.
    Un moine sauve de justesse deux enfants condamnés ; mais ils seront traqués à travers tout le continent par des factions ennemies au nombre desquelles les Templiers, tandis que les forces royales et chrétiennes s'affrontent pour le pouvoir en une lutte sans merci.

    Car par l'héritage de leur sang, Roç et Yeza symbolisent le plus grand des secrets, recherché par toutes les puissances et capable de mettre un terme aux conflits religieux : le Graal mythique lui-même...

  • Le secret d'Alix

    Isabelle Chavy

    1245. C'est la fin de la croisade des Albigeois, après plus de quarante ans de guerre. Le Comté de Toulouse est sur le point de tomber dans l'escarcelle du roi de France, lorsque, contre toute attente, l'inquisition reçoit une ultime dénonciation. Du haut de sa forteresse, le redouté seigneur Geoffroy d'Arrigues accuse d'hérésie Albin de Fourques. Or l'homme se cacherait, protégé par Alix de Beaumont, la propre soeur de Geoffroy.
    Afin de mener son enquête, frère Thomas, le juge inquisiteur, doit se plonger dans le passé de cette famille, quarante ans en arrière, réveillant vieilles douleurs et secrets enfouis.

  • Une synthèse exhaustive de trois siècles dramatiques et flamboyants. La référence indispensable.
    Michel Roquebert a reconstitué avec une minutie inégalée la société cathare, son histoire et celle de sa répression, en se fondant uniquement sur les sources du temps : traités et rituels cathares, chroniques, interrogatoires et sentences de l'Inquisition, correspondances des papes, des rois et des grands, canons conciliaires, actes publics et privés de tout ordre. Cette "Histoire des Cathares", couvrant plus de trois siècles, raconte l'hérésie, sa nature exacte, son essor dans l'Europe entière et les raisons de son développement particulier dans les Etats du comte de Toulouse et des vassaux, correspondant, en gros, aux régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon; la croisade, lancée en 1209 par le pape Innocent III, jusqu'à la chute de Montségur en 1244; l'Inquisition, fondée en 1233 à Toulouse, pour éradiquer le christianisme dissident dont elle ne vient à bout que dans le premier quart du XIVe siècle.
    Michel Roquebert, Grand Prix d'Histoire de l'Académie française, lauréat de l'Académie des Jeux Floraux et de l'Académie du Languedoc, est très connu de tous ceux qu'intéresse l'histoire du catharisme. Les quatre premiers tomes de son Epopée cathare, ainsi que le cinquième - Les Cathares, de la chute de Montségur aux derniers bûchers -, paru chez Perrin, ont été des succès, tout comme son fameux album, Les Citadelles du vertige (1972) ou Montségur, les cendres de la liberté (1992), et La religion cathare (2001).

  • Le fondateur des Dominicains meurt le 6 août 1221. Huit cents ans plus tard, deux de ses disciples rouvrent son testament à la lumière des derniers acquis historiques. Saint Dominique en ressort plus que jamais vivant. La biographie. Ce récit de la vie de saint Dominique vient éclairer les origines de l'ordre des Prêcheurs. C'est sur le parcours et l'oeuvre du saint castillan, contemporain de François d'Assise, que se concentrent deux de ses héritiers alors qu'on célèbre cette année le huitième centenaire de sa mort. En s'appuyant sur les plus récentes éditions des sources médiévales de l'histoire dominicaine, les auteurs ont à coeur d'offrir un portrait du saint fondateur et une présentation de sa mission aussi synthétiques qu'accessibles. Ce travail est mis en valeur par une riche iconographie, puisée à des sources originales.
    Cet ouvrage constitue la première présentation critique contemporaine de l'histoire de saint Dominique et de la naissance des frères prêcheurs, après quarante ans de renouvellement de l'historiographie.
    Une étude fouillée et rigoureuse, à la portée de celui ou celle qui souhaite entrer dans la spiritualité dominicaine, en forme d'initiation à la compréhension des fondements de l'Ordre.


  • Au XIIe siècle les seigneurs féodaux mènent des guerres sans pitié les uns contre les autres, les campagnes résonnent du bruit des épées sur les armures et la terre se nourrit du sang des blessés.

    Leola, une jeune paysanne, revêt l'armure d'un jeune guerrier mort sur un champ de bataille pour échapper à la mort et au viol. Elle va vivre comme un homme, apprendre à se battre et rencontrer Nynève la rousse, la guérisseuse, la sorcière, qui va devenir son guide et l'aider à grandir et à faire sa route de femme indépendante dans ce Moyen Âge réel et fantasmé qui permet au talent de conteuse de Rosa Montero de nous montrer, en l'espace d'une vie, un siècle qui marque l'ouverture du Moyen Age vers la Renaissance.
    Avec son héroïne brave et tendre le lecteur visite la cour d'Aliénore d'Aquitaine, découvre l'Inquisition et l'Église corrompue et rejoint les Cathares dans leur lutte.
    Le grand talent de Rosa Montero est de savoir tenir le lecteur prisonnier de son histoire tout en l'amenant à s'interroger sur un siècle turbulent et déroutant peut-être à l'image du nôtre. Leola va apprendre à penser et à écrire, découvrir les pouvoirs de l'imagination, rêver du roi Arthur, tout en évitant soigneusement la malédiction du Roi Transparent.
    Émouvant et épique, original et puissant, ce roman a la force d'entraînement débordante des romans que le lecteur a du mal à abandonner.
    Rosa Montero est née à Madrid et a étudié la psychologie et le journalisme. Elle travaille depuis 1976 au journal El Pais, dont elle a dirigé le supplément hebdomadaire avant d'y tenir une chronique. Elle a remporté différents prix littéraires et publié de nombreux romans, des essais et des biographies. En Espagne, ses livres sont des best-sellers, en particulier Le Territoire des barbares (Métailié, 2002) et La Folle du logis (Métailié, 2004). La Fille du cannibale (Métailié, 2006) a reçu en Espagne le prestigieux Prix Primavera et s'est vendu à des centaines de milliers d'exemplaires.

  • Le Languedoc connaît au Moyen Age une prodigieuse effervescence religieuse. Le catharisme s'y enracine, et des mouvements évangéliques - vaudois, béguins - s'y montrent actifs et entreprenants. La mémoire musulmane est présente dans l'imaginaire. Le judaïsme est d'une grande vitalité et la culture "folklorique" reste vivace. Une liturgie particulière et des pratiques de dévotion originales, notamment autour des relations avec l'au-delà, s'imposent. Un dense réseau monastique s'établit. En Languedoc s'exerce aussi la réplique de l'Église officielle à l'hérésie par saint Dominique et les Prêcheurs, la croisade et l'Inquisition.
    Présenter et analyser les croyances et les pratiques religieuses du Midi médiéval dans leur diversité, dans leurs enjeux doctrinaux, politiques et sociaux, telle est l'ambition de cet ouvrage de synthèse, dû à une équipe internationale d'historiens et d'historiennes.
    Jacques Berlioz
    Archiviste paléographe, il est directeur de recherche au CNRS.

  • Une vision renouvelée du catharisme à travers ceux, des plus humbles aux plus considérables, qui l'ont vécu de près.Jouant sur la plasticité du mot " figure " (de proue, de danse, de style, etc.), le présent ouvrage offre 17 chapitres qui sont autant de clés pour pénétrer dans le vaste domaine que le biographe de Simon de Montfort ou de saint Dominique explore depuis de nombreuses années.
    Du testament d'un hobereau " hérétique " aux pérégrinations de deux soeurs traquées par l'Inquisition, de l'attaque d'une abbaye pour libérer le parfait cathare qui y est détenu, aux raisons qui ont conduit le très catholique roi d'Aragon à combattre aux côtés des protecteurs de l'hérésie, des mythes bibliques dont s'est nourri le catharisme à l'exil en Lombardie des Languedociens qui fuyaient la persécution, sans oublier le vaste clan nobiliaire qui régna quarante ans sur Montségur, autant de regards jetés sur le drame occitan du xiiie siècle.
    Mais aussi, et surtout, autant d'occasions de s'immerger dans le vécu quotidien de ceux qui, de l'humble bouvier au grand seigneur, en furent témoins, acteurs ou victimes.
    Spécialiste incontesté du catharisme, auquel il a consacré toute son oeuvre, Michel Roquebert a publié de nombreux ouvrages chez Perrin, notamment L'Epopée cathare
    en cinq volumes, qui a fait, et fait encore, date.

  • Printemps 1920. Un prêtre est retrouvé sauvagement assassiné au Sacré-Coeur, à Montmartre, le coeur arraché, affublé d'une croix et d'une couronne d'épines. Quelques jours plus tard, un deuxième prêtre est tué selon le même rituel macabre à Carcassonne.
    Pour démasquer le meurtrier, c'est le secret de sa propre histoire que François-Claudius Simon, l'ancien orphelin devenu l'un des plus brillants policiers de sa génération, va devoir percer. Un secret douloureux qui va le plonger au coeur d'une des plus grandes affaires du début du XXe siècle : celle de l'abbé Saunière, petit curé de campagne devenu richissime après avoir découvert un inestimable trésor dans son église. Entre mythe et réalité, la nature de ce trésor fascine et divise aujourd'hui encore historiens, chercheurs et passionnés d'ésotérisme.
    Sur les traces de la légende de l'abbé Saunière, l'une des plus sulfureuses de l'Église catholique, un suspense diaboliquement construit, digne du Da Vinci Code.


  • Suite et fin des aventures du héros damné, Gondemar de Rossal.
    Prisonnier et déterminé à trahir la cause de l'Ordre des Neuf pour sauver la vie de Cécile de Foix, Gondemar est ramené à Carcassonne. En chemin, des évènements étranges le convainquent que le genre humain est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît et que les faits sont les pires ennemis de la Vérité. Arrivé à destination, notre héros est livré à Simon de Montfort et à Arnaud Amaury, le légat du pape, qui détruisent sous ses yeux la seconde part de la Vérité. En route vers Montségur où il doit récupérer la première partie, il est emporté pour un tourbillon d'incidents qui le mènent dans les Pyrénées, aux main d'un groupe nommé Praetorium. Gondemar porte sur ses épaules le salut de son âme, la vie de celle qu'il aime et le secret le mieux gardé de toute l'histoire du monde chrétien. Mais ce que le Damné a tant voulu sauvegarder se révélera encore plus important qu'il ne le croyait... Le Baptème de Judas est le dernier volet d'une grande saga historique qui repose sur une étonnante hypothèse revisitant les fondements de l'Église.

  • On retrouve notre héros, Gondemar de Rossal qui a maintenant découvert la Vérité et s'en trouve ébranlé.
    Cette révélation lui a été faite à Montségur par l'Ordre des Neuf, ordre qu'il devra bientôt diriger. À ce titre, il prend connaissance d'instructions laissées à l'intention des détenteurs de ce poste. Il y apprend qu'Hugues de Payns a créé deux Ordres distincts, chacun protégeant sa part de la Vérité et chacun ignorant tout de l'autre. Une seule personne connaît les deux emplacements : le CANCELLARIUS MAXIMUS, seul juge du moment où la Vérité sera regroupée et révélée au monde. Le temps venu, celui qui sera chargé de regrouper les deux parties deviendra le LUCIFER, porteur de Lumière. Dans ce deuxième tome, notre héros se rend à Toulouse. Il y fait la connaissance du comte Raymond Roger de Foix, frère de dame Esclarmonde, et de son fils Roger Bernard II. Il y rencontre aussi Cécile de Foix, auprès de laquelle il trouve l'amour et la tendresse auxquels le damné en sursis qu'il est n'a jamais eu droit. Damné est un roman historique, dont les thèmes (catharisme, Templiers, Croisades) intriguent et fascinent le grand public. C'est aussi une quête personnelle pour le salut de l'âme, qui menera le héros dans une intrigue quasi policière. Damné, c'est aussi une belle aventure et des personnages attachants et hauts en couleurs. Servie par une écriture fluide et simple, cette série nous fait aussi découvrir avec justesse les lieux et les personnages importants qui ont marqué la croisade contre les Cathares.

  • Le combat de Pèire Autier, notaire à Ax en Ariège, pour faire renaître l'Eglise cathare, cinquante ans après Monségur, entre 1300 et 1310.
    1300, le bûcher de Montségur n'est pas oublié et l'insoutenable souvenir de la répression cathare en Occitanie a étouffé tout désir de rébellion. La sainte Inquisition triomphe. Pourtant, alors que tout semblait être rentré dans l'ordre royal et catholique, Pèire Autier, un notaire réputé d'Ax, proche du comte de Foix, abandonne tous ses biens et prend le chemin de la clandestinité. Dix ans durant, sillonnant le pays, de cache en cache, fidèle à sa foi, il entreprend de reconstruire l'Église cathare. Dernière dissidence religieuse, ultime résistance à la normalisation monarchique, l'histoire de Pèire Autier est le récit d'une trajectoire hors du commun. La lutte sera inégale, l'Inquisition se donnant cette fois les moyens d'éliminer toute hérésie d'Occitanie.

  • Expedition (l')

    Henri Gougaud

    Montségur fut autrefois, sur la cime de sa montagne, comme la dernière porte terrestre avant le ciel. Les hommes qui vécurent là ne furent pas plus purs ni moins pesants que les autres. Ils s'étaient simplement hissés jusque là-haut pour échapper aux malheurs de leur temps.
    " Parfaits ", pauvre gens ou chevaliers perdus, ils étaient hérétiques. Ils ne croyaient pas aux vérités du pape et de ses évêques. Pour punir ce crime, et ramer aux raisons de L'Église les gens que leurs prêcheurs avaient convaincus, une innombrable armée de croisés avait déferlé, dès 1209, sur les terres du comte de Toulouse. Et l'on avait inventé l'Inquisition pour brûler les herbes rebelles. Vers le milieu du XIIIe siècle le pays remuait encore, mais il était quasiment soumis. Seul Montségur restait inviolé. Peut-être ceux de la haute montagne se crurent-ils dans la main de Dieu. Le fait est qu'un jour quelques hommes en d "descendirent avec l'espoir déraisonnable de libérer leur peuple de ces occupants et de ces inquisiteurs qui le martyrisaient.
    Ce livre dit l'histoire de leur expédition et de ses suites imprévisibles. Certains y trouvèrent la mort, d'autres une vie nouvelle qu'ils n'avaient osé espérer, comme cela parfois arrive dans cet étrange monde où ils vécurent, et où nous sommes après eux.

  • Une saga historique aux temps des Cathares. La suite des aventures du héros damné, Gondemar de Rossal.
    À Toulouse, Gondemar apprend que la seconde part de la Vérité se trouve dans le Nord. Craignant que ses ennemis ne le précèdent, il abondonne son amour, Cécile de Foix et, le coeur lourd, prend la route avec ses fidèles compagnons : Pernelle et Ugolin. En chemin, il devra se joindre à un convoi de croisés mené par Alain de Pierrepont. L'homme est en route vers la même destination que lui : Gisors. Incognito, il fait la rencontre du jeune Guy de Montfort, fils du sanguinaire Simon. Le jeune homme lui apprend qu'il a été envoyé par son père pour récupérer des papiers d'une extrême importance. Convaincu qu'il s'agit de la seconde part de la Vérité, Gondemar se lie d'amitié avec Guy, espérant lui subtiliser les précieux documents. Mais rien ne se passera comme prévu et notre héros se retrouvera face à face avec Jésus en personne... Dans ce troisième tome, le seigneur de Rossal devra choisir entre l'amour et le salut, entre le coeur et l'âme.

  • Le 16 janvier 1277 arrive à Albi un nouvel évêque : Bernard de Castanet. Colérique, autoritaire, inquisiteur, cruel, Castanet cristallise très vite une forte opposition parmi les plus riches et les plus puissantes familles, opposition encouragée par l'administration royale. Pour contourner la protection royale l'évêque lance de vastes procès en hérésie contre les principaux chefs de famille.
    Il est épaulé par un moine de l'Inquisition, frère Foulques de Saint-Georges, qui apprécie les séances de torture et les belles Albigeoises dont les époux sont en prison.
    Mais les ouailles de l'évêque ne se laissent pas faire. Parmi les rebelles, outre les grands marchands, il y a le beau Matthieu, élevé par un Parfait dans la foi cathare, frère Benoît, un jeune chanoine de Sainte-Cécile qui s'ennuie aux offices, et les enfants du banquier Fenasse. Ils n'ont qu'un but : se débarrasser de Bernard de Castanet et de son âme damnée, l'odieux frère Foulques de Saint-Georges.

    C'est à partir des grands procès de l'Inquisition dans les années 1300 que Bernard Mahoux, historien et romancier, nous raconte, dans le tourbillon des révoltes, des destins exceptionnels.

  • Hérésies

    Richard Gougis



    Nuit du 16 mars 1244 : un Templier quitte la forteresse de Montségur, emportant avec lui un héritage secret quelques heures avant que les derniers Cathares périssent sur le bûcher.
    Huit siècles plus tard : une série de meurtres rituels frappe les pèlerins qui empruntent le chemin de l'Abbatiale de Saint-Gilles à celle de Saint-Guilhem-le-désert. Une croix des Templiers est gravée sur le corps des victimes. Célestini, le cador de la PJ de Montpellier patauge, sans savoir que plus au nord, le lieutenant Malouni est confronté à une série d'événements étranges, des événements qui surgissent sur le chemin qui relie le Puy-en-Velay à Rodez.
    À la croisée des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle et aspirées dans les méandres de l'Histoire, les deux enquêtes se télescopent. Samir Malouni, le jeune flic impulsif aux méthodes expéditives, va devoir unir son talent à celui de Félix Célestini, l'enquêteur taciturne, conventionnel et instinctif.

  • Cathares

    Sandrine Biyi


    Le récit romancé de la vie des Cathares en Agenais au début du XIIIème siècle et de la croisade anti cathare qui eut lieu prés d'Agen entre 1207 et 1209. S'appuyant sur les travaux d'historiens reconnus, l'auteure imagine la vie de ces chrétiens restés fidèles au christianisme premier et dont l'existence et les fonctionnements déplaisent fort au pape et au clergé local. Leur mode de vie, autonome et frugal, leurs façons de considérer les relations hommes/femmes mais aussi leur relation à la nature, au pouvoir ou aux êtres vivants sont des dangers pour l'église et le pouvoir de Rome qui s'inquiète de voir leur nombre augmenter La disparition d'un manuscrit, une série de meurtres aussi sordides qu'inexpliqués, annoncent la tourmente dans laquelle les terres d'Oc vont être plongées.
    Ce roman, qui s'appuie sur l'histoire méconnue de la croisade contre les cathares menée en Agenais, jette un nouvel éclairage sur l'un des plus grands génocides du Moyen-Age. Mais il pose, au delà de la seule question religieuse, des questions très actuelles tant ces Cathares se révèlent aussi d'une étonnante modernité au travers d'interrogations que notre société se pose..

  • Nous sommes aux XIIe et XIIIe siècles, durant la « première renaissance » européenne des lettres et de l'amour.
    Raimon de Miraval, poète itinérant, exerce son art à la cour des plus illustres personnages de l'époque : vicomtes Trencavel, comtes de Toulouse, rois d'Aragon... Pour ce troubadour, un des premiers amoureux modernes, la quête de la Dame prime sur tout. Au détour d'une rencontre ou d'un fastueux repas ou bien confronté à une impitoyable croisade, il fréquente des femmes d'exception qui découvrent en ce temps-là leurs droits et pouvoirs : Azalaïs de Toulouse, Ermengarda de Castres, « Loba » (la Louve), Leonor d'Aragon... Porté par l'inspiration et le désir de Raimon, l'auteur entraîne le lecteur en chevauchées vers Carcassonne et Castres, Toulouse et Narbonne et même Barcelone et l'Aragon, faisant ainsi revivre la grande richesse de l'Histoire occitane et européenne d'alors.
    Francis Pornon (auteur de romans, poèmes, carnets de voyage, chansons, pièces de théâtre et reportages) revient avec ce livre au roman historique.

  • Qui n'a pas rêvé, un jour ou l'autre, de cheminer sur les traces des parfaits cathares, dans les montagnes escarpées de l'Aude ou de l'Ariège, allant de châteaux en nids d'aigle ? Mais qui n'a pas rêvé d'avoir, au fil du chemin, l'explication du déroulement de cette sombre et terrible croisade menée par des fanatiques et des barons cupides contre une religion qui retrouvait le chemin du peuple humble ? C'est ce que vous propose Pierre Castillou dans cet ouvrage qu'il ponctue de ses aquarelles. Un livre de randonnées historiques, spirituelles... et pédestres !
    Pierre Castillou, déjà auteur de deux ouvrages de textes et aquarelles : Regards sur le chemin de Compostelle, le premier du Puy-en-Velay à Saint-Jacques de Compostelle et le second sur le Chemin d'Arles, d'Arles à Puente-la-Reina, vit et travaille en Béarn. Il partage ses loisirs entre dessin et sculpture, voyages et randonnées pédestres. Il expose régulièrement ses sculptures et ses aquarelles dans le grand Sud-Ouest.

  • Année 1275. Quelque part en Languedoc, par un soir d'orage, un cavalier solitaire demande l'hospitalité aux habitants d'un petit château isolé. Très vite, ces derniers soupçonnent que l'inconnu n'est pas venu là par hasard. Mais il leur faudra toute une nuit pour approcher la vérité, vérité qui les renverra à leur passé et révèlera leurs âmes."(...) les rideaux de pluie se refermèrent, et Jordane, qui s'était dressée, ne vit plus rien. Elle avait rêvé. Elle attendait depuis si longtemps que quelque chose se produisît, qu'un homme vînt, un homme, ou n'importe qui, ou n'importe quoi, pourvu qu'elle pût s'échapper de ce tombeau ! Elle eut une grimace douloureuse. Elle prenait ses désirs pour des réalités. Elle regarda de nouveau, par acquit de conscience : la nuit, la pluie, le vent et les éclairs... Il n'y avait point de beau seigneur à venir vers elle. Elle sentit les larmes monter. Il n'y aurait jamais de beau seigneur, ni laid, du reste, même s'il aurait fait tout aussi bien l'affaire."


  • Le duché de Nebleim connaît des heures sombres. Tandis qu'épidémies et catastrophes naturelles se succèdent, les prémices d'une guerre avec la principauté d'Histrionie se dessinent. Malgré cette situation difficile, la duchesse Ermessende espère la lumière. Les Parfaits affirment que la Terre, cette création du Diable, vacille sous les assauts de la foi véritable et que l'apocalypse viendra bientôt délivrer les âmes de leurs tourments. Dans ce monde au bord du précipice, Ermessende de Nebleim et ses vassaux se préparent à livrer bataille, tandis que dans les villes et les campagnes, chacun tente de surmonter les épreuves... jusqu'au jugement dernier.

  • Suite à la croisade contre les cathares levée par le pape Innocent III à partir de 1209, les Trencavel ont été spoliés de tous leurs biens. Leur dernier héritier, le jeune Raimon, a dû s'exiler en Espagne et, dans l'attente de sa revanche, s'est mis au service de son cousin le roi d'Aragon. Celui-ci, en remerciement de ses services, lui fournira une armée pour reprendre au roi de France les terres de ses ancêtres. C'est aux pieds de la cité de Carcassonne, édifiée par ses aïeux, que son destin et l'avenir de sa lignée se scelleront définitivement.
    Dans ce roman, où le cadre historique est parfaitement respecté, le lecteur retrouvera le jeune vicomte animé d'une rage et d'une abnégation toujours intactes. Toutefois, sa rencontre avec une jeune fille promise à un Francimand pourrait mettre fin à ses projets de reconquête.
    Mais Raimon démontrera par son courage et sa persévérance qu'il est le digne descendant des Trencavel.
    C'est avec le même souci historique et une inspiration romanesque toujours brillante que Bernard Mahoux clôt le dernier épisode de la croisade royale chargée de détruire l'Église cathare, accusée de révéler l'existence d'un monde meilleur que celui des puissants.

  • En juillet 1209 la croisade contre les cathares albigeois, lancée par le pape, atteint Béziers. Les croisés massacrent la population. Le jeune Trencavel, vicomte d'Albi, Carcassonne et Béziers, met son fils Raimon, qui n'a pas trois ans, à l'abri dans le comté de Foix. Simon de Montfort ayant fait tuer Trencavel et investi le comté de Foix, l'enfant est envoyé de l'autre côté des Pyrénées à la cour du roi d'Aragon. Il est désormais Raimon le Faidit, Raimon le Banni.
    Il reviendra sur ses terres une première fois à dix-huit ans, à l'appel du comte de Toulouse Raimon VII, qui est en train de reprendre aux Francimands tout le terrain perdu par son père. Les deux jeunes seigneurs réussissent à reconquérir leur principauté, mais le roi de France, mis en appétit, prête l'oreille aux plaintes de Rome qui ne supporte pas la nouvelle embellie de sa rivale, l'Eglise cathare. Sous prétexte de lutter contre l'hérésie Louis VIII revient en personne reprendre à son compte les terres conquises par Simon de Montfort.
    Raimon Trencavel et son cousin le comte de Toulouse, épaulés par le comte de Foix, décident de s'opposer de toutes leurs forces au roi et au pape. Mais la jeunesse, la vaillance et le courage suffiront-ils à préserver leurs droits immémoriaux contre de si puissants adversaires ?
    D'autant qu'au coeur de cette violence s'est invitée une puissance que Raimon le Rebelle n'attendait pas : l'amour.

    Avec un grand souci historique et une belle inspiration romanesque Bernard Mahoux déroule sous nos yeux le dernier épisode de la croisade contre les albigeois, éternel affrontement du fanatisme et de la tolérance.

empty