• De Santiago du Chili à Martos en Andalousie, Luis Sepúlveda nous entraîne d'aventure en aventure, de rencontre en rencontre à la recherche de ses origines.

    Un voyage pour rire et se laisser émouvoir.

  • Chronique de notre époque à contre temps, Espitalier considère que ce qui est important n'est pas à chercher dans l'écume de l'actualité, mais plutôt dans le vol des martinets, le mal de dos, les parkings souterrains ou les paires de cerises dont on fait des boucles d'oreille.Il y a du ludique, du cultivé, de l'émouvant, du drôle dans ces chroniques brossées avec esprit, invention et raffinement.Tout au long de ces textes courts et enlevés, Nicolas Espitalier pose un regard tendre et provincial sur un temps qui va trop vite, quelque part entre Delerm, Vialatte et Bobby Lapointe.

    Né à Bergerac en 1977, Nicolas Espitalier est journaliste au quotidien "Sud Ouest" depuis 2011. Depuis 2017, il est Chef de Rédaction du Mag, l'hebdomadaire de "Sud Ouest". En 2010, il a publié un roman, Salamanque, récompensé par le Prix Augieras. Il vit à Bordeaux.

  • Et si vous aussi vous découvriez MODERN LOVE ?
    Quel point commun entre l'attente savoureuse d'une jeune femme qui vient d'envoyer un sexto, la surprise d'une femme dont l'époux disparaît pendant qu'elle met le poulet au four, et l'émoi d'un amour de jeunesse retrouvé grâce aux réseaux sociaux ? MODERN LOVE !
    Tour à tour cocasses, poignantes, impertinentes ou romantiques, ces histoires dessinent un véritable kaléidoscope de l'amour contemporain. On devient vite addict à ces héros et héroïnes du quotidien témoignant de leur désir et de leur fragilité... Modern Love est le plus beau portrait de l'amour dans tous ses états, au coeur d'un New York enchanté, quelque part entre Love Actually et Woody Allen.
    Créateur et responsable de Modern Love, la rubrique culte du New York Times, Daniel Jones a également collaboré à la production de la série-phénomène qui en a été adaptée.
    Modern Love a été édité en anglais par Daniel Jones, rédacteur en chef de la rubrique éponyme du New York Times et auteur de plusieurs livres de non-fiction. Les histoires ont été rédigées par une série de contributeurs du journal, souvent eux-mêmes auteurs, dont Mindy Hung, Trey Ellis, Ann Hood, Deborah Copaken ou encore Terri Cheney.

  • Chroniques italiennes

    Stendhal

    Le mélodrame nous a montré si souvent les brigands italiens du seizième siècle, et tant de gens en ont parlé sans les connaître, que nous en avons maintenant les idées les plus fausses. On peut dire en général que ces brigands furent l'opposition contre les gouvernements atroces qui, en Italie, succédèrent aux républiques du moyen âge. Le nouveau tyran fut d'ordinaire le citoyen le plus riche de la défunte république, et, pour séduire le bas peuple, il ornait la ville d'églises magnifiques et de beaux tableaux.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Pékin, 1900. Les huit plus grandes puissances du moment s'allient pour "punir" la Chine et écraser dans le sang la révolte des Boxers. Sur place, Loti observe, atterré, le résultat de la sauvagerie coloniale et la fin d'un mythe : Pékin n'est plus la Cité interdite.

  • Binti t.1

    Nnedi Okorafor

    Les Hambis sont parmi les peuples de la galaxie les plus repliés sur eux-même.
    Binti est une jeune femme brillante, douée en mathématiques et est invitée dans une prestigieuse université...

    Doit-elle accepter au risque de voir son peuple se détourner d'elle ?

  • Qu'est-ce qui rapproche un pirate de la mer du Nord, mort il y a 600 ans, un militant qui attend le 31 mars l'éclosion des roses d'Atacama, un instituteur exilé qui rêve de son école et s'éveille avec de la craie sur les doigts, un Italien arrivé au Chili par erreur, marié par erreur, heureux à cause d'une autre énorme erreur et qui revendique le droit de se tromper, un Bengali qui aime les bateaux et les amène au chantier où ils seront détruits en leur racontant les beautés des mers qu'ils ont sillonnées?
    Peut-être cette frontière fragile qui sépare les héros de l'Histoire des inconnus dont les noms resteront dans l'ombre. Leurs pas se croisent dans les pages de ce livre.

    Voici, riche d'une humanité palpable, dans un style direct et incisif, toutes ces vies recueillies par un voyageur exceptionnel, capable de transformer la tendresse des hommes en littérature.

  • Au-dessus de la mêlée est le plus célèbre manifeste pacifiste de la Grande Guerre. Comparable au J'accuse de Zola, il fut publié par Romain Rolland le 24 septembre 1914 dans Le Journal de Genève. Ce texte exceptionnel, qui exhorte les belligérants à prendre de la hauteur pour saisir l'ampleur du désastre, provoqua aussitôt de nombreuses réactions violentes et haineuses envers son auteur, dont la lucidité, l'idéal de non-violence et de communion entre les peuples furent néanmoins récompensés, dès l'année suivante, par le prix Nobel de littérature.

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Guillaume Apollinaire. Publié en 1918, l'année de sa mort, "Le Flâneur des deux rives", promenades dans un Paris insolite et familier, réunit le meilleur des chroniques de Guillaume Apollinaire.

  • Dans un paysage dominé par une usine chimique abandonnée, au milieu de bois empoisonnés, l'Intraville, aux immeubles hantés de bandes d'enfants sauvages, aux adultes malades ou lâches, est devenue un modèle d'enfer contemporain.
    Année après année, dans l'indifférence générale, des écoliers disparaissent près de la vieille usine. Ils sont considérés par la police comme des fugueurs.
    Leonard et ses amis vivent là dans un état de terreur latente et de fascination pour la violence. Pourtant Leonard déclare que, si on veut rester en vie, ce qui est difficile dans l'Intraville, il faut aimer quelque chose. Il est plein d'espoir et de passion, il aime les livres et les filles.
    Il y a dans ce roman tous les ingrédients d'un thriller mais le lecteur est toujours pris à contrepied par la beauté de l'écriture, par les changements de points de vue et leur ambiguïté, par le raffinement de la réflexion sur la façon de raconter les histoires et les abîmes les plus noirs de la psychologie.
    On a le souffle coupé, mais on ne sait pas si c'est par le respect et l'admiration ou par la peur. On est terrifié mais aussi touché par la grâce d'un texte littéraire rare.
    "Un joyau exceptionnel qui va au-delà d'une histoire déconcertante et troublante pour éclairer les possibilités infinies du roman." - Irvine Welsh
    John Burnside est né le 19 mars 1955 dans le Fife, en Écosse, où il vit actuellement. Il a étudié au collège des Arts et Technologies de Cambridge. Ancien écrivain en résidence à l'université de Dundee, il enseigne aujourd'hui à l'université de Saint Andrews.
    Poète reconnu, il a reçu en 2000 le prix Whitbread de poésie.
    Il est l'auteur des romans La Maison muette (Métailié, 2003), Une vie nulle part (Métailié, 2005), Les Empreintes du diable (Métailié, 2008) et Un mensonge sur mon père (Métailié, 2009).


  • "J'écris parce que j'ai une mémoire et je la cultive en écrivant..."

    C'est cette mémoire qui nous rappelle l'existence d'un autre 11 septembre en 1973, il y a tout juste 30 ans.
    Ce jour-là, le général Pinochet prit le pouvoir au Chili, avec l'aide de la CIA, en assassinant la démocratie et des milliers de citoyens de ce pays. Le président de la République, Salvador Allende, mourut dans le palais de la Moneda bombardé et une répression sanglante s'abattit sur le pays.
    Luis Sepúlveda en fut victime, comme tant d'autres Chiliens. Le 16 octobre 1998, Pinochet fut arrêté en Angleterre à la demande du juge espagnol Baltazar Garzôn, puis remis au Chili parce que souffrant de folie.
    Luis Sepúlveda a écrit entre l'automne 1998 et 2000 dans différents journaux comme La Repubblica en Italie, El País en Espagne, TAZ en Allemagne, Le Monde en France, des textes entre articles politiques, chroniques et littérature, pour évoquer ces événements et leurs conséquences.

    Tous ces textes explorent la mémoire des vaincus qui ne veulent ni oublier ni pardonner.

  • Jésus

    Collectif

    Au-delà des fantasmes et des présupposés, cette grande enquête permet de découvrir le Jésus de l'histoire. Grâce à de nombreux documents, cet ouvrage répond aux nombreuses questions que l'on se pose sur l'homme qui a radicalement changé la face du monde. Un album de découvertes sur la Bible, Jérusalem, Athènes, Rome, le judaïsme, le paganisme, la philosophie et l'Évangile. Une véritable encyclopédie pour découvrir les racines de notre culture.

  • En 1920, Roth, le correspondant allemand le plus réputé de son époque, arriva à Berlin. Ses articles influencèrent toute une génération d'écrivains, parmi lesquels Thomas Mann. Ces textes, traduits et réunis ici pour la première fois, se font l'écho des violents paroxysmes sociaux et politiques qui menaçaient sans cesse l'existence de cette fragile démocratie qu'était la République de Weimar.
    Roth s'aventura à Berlin jusqu'au coeur de la cité, ce que ne fit aucun autre écrivain allemand de son temps, tenant la chronique de la vie qu'y menaient ses habitants oubliés, les infirmes de guerre, les immigrants juifs, les criminels, la faune qui hantait les bains publics, sans compter tous les cadavres anonymes qui remplissaient les morgues, et dépeignant aussi les aspects plus fantaisistes de la capitale, les jardins publics et l'industrie naissante du spectacle. Un des premiers à comprendre la menace nazie, Roth évoqua un paysage de banqueroute morale et de beauté débauchée, dressant au passage un remarquable portrait de la ville, à un moment critique de son histoire.
    Roth saisit et résume à lui seul l'Europe de ces temps incertains qui précédèrent le grand effondrement d'un continent et l'annihilation d'une civilisation.

  • 2 194 jours en 660 pages et 130 pages d'annexes !Du 1er septembre 1939, date de l'invasion de la Pologne, au 2 septembre 1945, jour de la capitulation définitive du Japon.Cet ouvrage retrace, sous la forme de textes répartis chronologiquement, l'immense conflit qui a secoué la planète et plongé l'humanité dans la plus terrible des tragédies que l'histoire ait connues.Si les faits militaires constituent la trame principale du livre et en ponctuent, jour après jour, le déroulement, ils ne sauraient à eux seuls rendre compte de la lutte qui fut menée sur tous les fronts par les hommes épris de liberté contre la bête noire du nazisme et ses alliés.

  • Bruce Bégout a relevé le défi fou de passer une semaine en immersion dans des aéroports internationaux, entre Roissy, Istanbul, Amman, Bangkok et Amsterdam. Dans la continuité de son exploration du monde urbain et quo- tidien, il nous livre ses observations à travers une série de chapitres courts. Il en ressort un récit entre l'essai et la fiction, et un portrait poétique de ce non-lieu pour certains, ou hyper-lieu pour d'autres, qu'est l'aéroport.
    C'est une sorte de « voyage sans voyage, de voyage pa- radoxal et impossible ». Au coeur même du monde de la mobilité et de la vitesse, du mondial et du local, Bruce Bégout s'est arrêté dans ces espaces gigantesques, en apparence uniformes, pour observer, interroger et imaginer le monde en devenir. Comme un spectateur immobile, un peu désorienté, au centre du flux mon- dial des passagers, des idées, et des marchandises.

  • Vingtième saison pour La Story sur Nostalgie. Vingt saisons que Brice Depasse nous emmène dans les rues de Londres, les théâtres parisiens, les studios hollywoodiens, les arrière-salles bruxelloises pour nous raconter la grande histoire de la chanson et du cinéma.

    Ce second tome de chroniques inédites révèle une fois de plus la passion avec laquelle l'auteur-animateur fait de nous les témoins privilégiés des derniers jours de Freddie Mercury, des fantasmes gothiques de Mylène Farmer, de la première projection du jeune Steven Spielberg, la tournée ratée de Johnny Hallyday, le squat new-yorkais de Debbie Harry, les débuts du duo Tom & Jerry alias Simon & Garfunkel, les fugues de Kurt Cobain...

    Michel Polnareff dit de lui qu'il est le seul capable d'écrire un beau sujet, Mark Knopfler l'invite à prendre le thé pour parler musique, Guillaume Musso le cite en couverture d'un de ses romans quand, chaque jour, 600 000 Belges l'écoutent sur Nostalgie.

  • Le coup de coeur de Reese Wetherspoon !

    Un irrésistible page-turner raconté sous la forme d'une interview.
    La légende de Daisy Jones transporte instantanément les lecteurs dans l'univers du rock n'roll des années 70 et les immerge dans le chaos créatif au coeur du duo artistique le plus magnétique - et compliqué - de cette époque : celui de Daisy Jones et Billy Dunne. Quand la jeune starlette Daisy Jones est associée par son manager à Billy Dunne et son groupe "The Six" sur leur album "Aurora ", personne ne pouvait imaginer l'alchimie musicale qui naîtrait de cette rencontre.
    C'est le premier pas vers une multitude de grammys et un succès planétaire. Mais la même énergie bouillonnante qui a donné naissance à cet album iconique va déchirer les membres du groupe pour ne laisser dans son sillage que regrets, ressentiment et désirs contrariés. Comme de si nombreux partenariats artistiques, celui qui unit la libre et insaisissable Daisy et le charismatique mais torturé Billy marquera l'histoire. Mais le mystère de ce qui a causé la séparation du groupe mythique demeure... et c'est ce secret qui va être révélé dans ce roman sous forme d'interviews, faisant renaître sous les yeux du lecteur une histoire qu'il n'oubliera jamais !
    Taylor Jenkins Reid vit à Los Angeles. Après un début de carrière dans l'industrie du cinéma, elle s'est tournée vers l'écriture. Elle est aujourd'hui l'auteure de cinq romans qui ont connu un grand succès aux États-Unis et à l'international.
    Daisy Jones and The Six, son sixième roman, fait déjà l'objet d'une adaptation audiovisuelle dans 200 pays.

  • Les cactus

    Jérôme de Warzée

    C'est le 1er septembre 2010, le jour même de ses 40 ans, que Jérôme de Warzée distille sa première chronique sur les ondes de Vivacité.
    Chaque matin, il brocarde tour à tour ces "froucheleurs" de politiciens, ces "barakis" de supporters et ces "Ménapiens extrémiss", tentant l'équilibre entre écriture polysémique et vitriolée mais toujours au second degré, sarcasmes, jeux de mots et vérités (?).
    Cet ouvrage renferme quelques-uns de ses textes, savamment ordonnancés dans un brol absurde que Magritte lui-même aurait légendé: "Ceci n'est pas un livre".

  • C'est le 1er septembre 2010, le jour même de ses 40 ans, que Jérôme de Warzée distille sa première chronique sur les ondes de Vivacité.
    Chaque matin, il brocarde tour à tour ces "froucheleurs" de politiciens, ces "barakis" de supporters et ces "Ménapiens extrémiss", tentant l'équilibre entre écriture polysémique et vitriolée mais toujours au second degré, sarcasmes, jeux de mots et vérités (?).
    Cet ouvrage renferme quelques-uns de ses textes, savamment ordonnancés dans un brol absurde que Magritte lui-même aurait légendé: "Ceci n'est pas un livre".

  • Alexandre Dumas (1802-1870)

    "Le quinzième jour du mois d'août de l'an 1385, vers la huitième heure du soir, monseigneur Gaston III, vicomte de Béarn et comte de Foix, assis à une table et penché sur un parchemin, écrivait aux derniers rayons du soleil couchant, qui pénétraient dans l'appartement à travers les fenêtres armoriées de son château d'Orthez, le soixante-troisième chapitre de son ouvrage sur la chasse des bêtes sauvages et des oiseaux de proie. Celui qui l'eût revu alors, après une longue absence, aurait eu peine à reconnaître ce gentil chevalier que, quinze ans auparavant, on appelait le beau Phoebus : les uns disent parce qu'il avait les cheveux dorés comme ceux d'Apollon, les autres parce que, s'occupant incessamment d'astronomie, avait pris un soleil pour sa devise. C'est que, pendant l'espace de temps qui s'était écoulé entre sa jeunesse et l'âge mûr auquel il était parvenu, il avait éprouvé de rudes chagrins qui avaient argenté ses blonds cheveux et sillonné son front de rides. Or, quoique ces chagrins soient antérieurs à l'époque où commence cette histoire, comme ils sont lamentables et véridiques, je vais brièvement vous les raconter. Ils seront au récit qui va suivre ce que le cadre est au tableau."

    Gaston III de Foix-Béarn, dit Gaston Phoebus, fut un personnage célèbre au XIVe siècle. Alexandre Dumas, autour de celui-ci, nous entraîne dans une série de chroniques historiques et parfois fantastiques...
    Roman court.

  • Au sortir de la Seconde guerre mondiale, une chronique de la vie villageoise, au coeur du massif central, marquée par le désoeuvrement de la fin des combats et les querelles intestines et axée sur la vie sentimentale d'un aubergiste au grand coeur. Des personnages attachants et drôles, sensibles, justes et vrais.

  • Propos d'art et de cuisine est un recueil de textes qu'Alexandre Dumas avait publiés dans plusieurs journaux (Le Pays, La Presse, Le Mousquetaire, Le Monte-Cristo) entre 1853 et 1858.

    Petites chroniques de la vie quotidienne, ces textes aux sujets divers nous montrent le talent d'écrivain.
    On dit d'Alexandre Dumas que s'il n'écrivait pas, il cuisinait ! Fort bien !

  • Septembre et sa lumière royale à Saint-Jean-de-Luz. L'église est pleine de fidèles et d'infidèles venus assister à la Messe des Corsaires. À la fin de la cérémonie les choristes quittent le choeur de l'église où ils ont chanté. Tous ? Non. L'héritière d'une grande famille luzienne s'écroule au pied de l'autel. Les vieilles histoires que l'on croyait englouties vont refaire surface : pêche, armements, conserveries. Radio Quai va émettre en continu. On va hausser le thon autour du port, et le ton dans les chorales. Xanti Sopuerta (prononcez Chanti !) va devoir délaisser ses guides gastronomiques et ses chroniques pour ouvrir de vieilles boites de conserve : ça va sentir le poisson ! Si sa complicité avec le commissaire Seignosse va fonctionner à plein, ça va être beaucoup plus chaud avec Geneviève, sa Geneviève là-haut à Bordagain. Xanti a trouvé une autre équipière. Une Esméralda qui, elle aussi, a des idées.

  • Janvier 1963 : Charlie Watts rejoint Mick Jagger, Brian Jones, Keith Richards et Bill Wyman.
    Mars : les Rolling Stones sont engagés au Crawdaddy de Richmond.
    7 juin 1963 : ils sortent leur premier single, Come On et I Want To Be Loved. La plus passionnante saga musicale du xxe siècle peut commencer... Depuis un demi-siècle, les Rolling Stones enchaînent les albums et les concerts, et font monter le taux d'adrénaline de millions de fans à travers le monde. Ils surfent sur les modes, en créent d'autres, puis s'en détachent pour mieux s'en moquer.
    « Ceux qui ont mal grandi » ont aujourd'hui été élevés au rang d'institution. Ils sont l'avers et le revers d'une médaille ciselée dans le rock. Depuis un demi-siècle, ils sont les acteurs d'un monde qu'ils ont largement contribué à façonner. Il y a une musique Rolling Stones.
    Une attitude Rolling Stones. Un univers Rolling Stones.
    Chronique des Rolling Stones célèbre le plus grand groupe de l'histoire du rock. Depuis la naissance de Brian Jones en 1942, celle de Mick Jagger et de Keith Richards en 1943, jusqu'au concert surprise du Trabendo à Paris et aux grands-messes de Londres et de Newark
    en décembre 2012, cet ouvrage retrace les événements les plus marquants du parcours des Stones. On plonge au coeur de la création avec un focus sur les albums mythiques Beggars Banquet, Sticky Fingers et Exile On Main Street, au coeur du mystère avec la mort de Brian Jones, au coeur du scandale avec les procès à répétition de Keith, Mick et Brian, au coeur de la démesure avec les tournées « STP » (1972) et « A Bigger Bang » (2005-2007).
    Dans le même temps, Chronique des Rolling Stones fait revivre l'extraordinaire épopée de la musique rock - des Beatles à Bob Dylan, de Pink Floyd à Jimi Hendrix -, mais encore l'esprit d'avant-garde qui a régné pendant cette décennie. Cinéma, mode, design... - c'est d'un retour flamboyant à l'âge d'or de l'explosion pop qu'il s'agit.
    Chronique des Rolling Stones ou le mythe Rolling Stones...

empty