• Kukum

    Michel Jean

    Au soir de sa vie, grand-mère (kukum, en langue innue) depuis longtemps déjà, Almanda Siméon se retourne sur son passé et nous livre son histoire, celle d'une orpheline québécoise qui tombe amoureuse d'un jeune Amérindien puis partage la vie des Innus de Pekuakami - le majestueux lac Saint-Jean, au Québec -, apprenant l'existence nomade et brisant les barrières imposées aux femmes autochtones.
    Centré sur le destin singulier d'une femme éprise de liberté, ce roman relate, sur un ton intimiste, la fin du mode de vie traditionnel des peuples nomades du nord-est de l'Amérique et les conséquences, encore actuelles, de la sédentarisation forcée. Son auteur Michel Jean, descendant d'Almanda Siméon, est un journaliste connu et reconnu au Québec.

  • L'impurete

    Larry Tremblay

    • Alto
    • 7 Septembre 2016

    La romancière à succès Alice Livingston est morte.

    Elle laisse derrière elle des lecteurs éplorés, un manuscrit inédit, un fils qui cherche à refaire sa vie le plus loin possible de son père, et son mari Antoine, incapable de pleurer sa mort et qui n'a jamais apprécié son oeuvre. Pourtant, le roman posthume de sa femme va le bouleverser et le contraindre à faire face à ses souvenirs. Et inévitablement à ses démons enfouis. Car la fiction parfois tisse entre les lignes une toile vengeresse.

    Variation d'une franchise radicale autour de la manipulation des êtres et de la fragilité des idéaux, L'impureté déploie tout l'arsenal de l'auteur de L'orangeraie et du Christ obèse.

  • Conte amérindien qui débute bien avant l'arrivée des Blancs en Amérique, à l'époque où animaux et humains communiquent entre eux. Une discorde entre les Mi'kmaq et les Innus provoquée par la disparition d'un cristal sacré. Par contre l'espoir revient avec la naissance des jumeaux Oganoteg et Mistouka. Mistouka est recueillie par les Innus du Saguenay-Lac-Saint-Jean après un naufrage qui l'a séparé de son jumeau Oganoteg. Avec ce conte, l'auteur Claude LeBouthillier espère mieux faire connaître l'Acadie, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et les Amérindiens.

  • Les Indiens d'Amérique existent toujours aujourd'hui et ils interpellent l'Histoire et la conscience des hommes. Ils ont survécu à l'un des plus grands génocides de l'Histoire et résisté à tous les processus de destruction culturelle et d'oppression. Aujourd'hui, aux États-Unis et au Canada, les guerres indiennes se continuent sous une forme nouvelle et l'on assiste même à une intensification de l'agression menée par les gouvernements sous la domination des grandes compagnies multinationales toujours en quête de l'exploitation forcenée des ressources énergétiques naturelles dont les quelques territoires indiens qui subsistent recèlent une grande part. C'est ce nouvel aspect des guerres indiennes que l'auteur a choisi d'illustrer par le récit des événements les plus marquants de ces dernières décennies. Et l'on voit que la menace qui pèse sur les Indiens constitue également un danger pour l'ordre et l'équilibre de l'univers tout entier.

  • Rédigé par l'abbé Jean-Joseph Roy entre 1785 et 1795, le Catalogus generalis totius Montanensium Gentis (ou Catalogue général de toute la nation montagnaise) demeure encore aujourd'hui un manuscrit plutôt méconnu. À l'époque, son auteur cherche à remédier au manque de rigueur et à la confusion constatés dans les registres d'actes religieux chez les Montagnais, ceux qu'on appelle désormais les Innus. En fait, le manuscrit peut être considéré comme un croisement entre un recensement nominatif et un index d'actes religieux.

    L'édition critique du manuscrit présentée dans cet ouvrage comprend deux parties principales: la première s'intéresse à l'anthropologie et à l'histoire pour établir une mise en contexte sociale; la seconde consiste en la transcription intégrale du manuscrit. Les thèmes abordés vont de la mixité (ou métissage) des populations à la démographie historique et au système de parenté des Innus, dont la présence au Saguenay-Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord s'impose comme incontournable dans le développement de la nordicité québécoise.

  • En 1970, jeune anthropologue, Serge Bouchard recueillait les propos de Mathieu Mestokosho, chasseur montagnais de la Minganie. Grâce à la parole de Mathieu, c'est tout un monde qui revit, celui des enfants de la Terre de Caïn que les colons européens avaient choisi d'ignorer. Heureusement pour nous, la mémoire de Mathieu Mestokosho nous permet de nous réapproprier - bien tardivement - toute une part de notre héritage culturel que nous avons failli laisser perdre.

    Il y avait parmi les Innus plusieurs Mathieu Mestokosho, des hommes magistraux, et autant de vieilles femmes parlantes, savantes et souriantes. Fut sauvé ce qui fut sauvé. Ils sont morts et elles sont parties. Mais il en reste quelque chose, une philosophie, des chansons, des sons, de la poésie. Ne reste qu'à écouter, entendre, comprendre, apprendre et apprécier. Discours incantatoire de fierté et d'orgueil, représentation de l'humaine humanité, telle que nous la recherchons tant de nos jours.
    Serge Bouchard

empty