• Aden Arabie

    Paul Nizan

    Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Paul Nizan. En 1926, Paul Nizan, alors jeune agrégé de philosophie, quitte l'École Normale Supérieure pour aller occuper un poste de précepteur à Aden (Yémen). Son voyage, pense-t-il, lui permettra de se soustraire à l'étouffement ressenti dans le petit monde universitaire et intellectuel du Ve arrondissement de Paris. Il retrouve toutefois à Aden l'Europe qu'il espérait quitter, condensée dans une société coloniale dont il dénonce la sclérose et le scandale dans Aden Arabie, publié en 1931. Dès l'incipit de ce récit autobiographique, le cri est jeté: "J'avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c'est le plus bel âge de la vie." Il raconte ses désillusions, dénonçant l'inauthenticité de l'existence confortable, l'illusion de l'exotisme et les multiples aliénations de l'exploitation capitaliste des colonies. Le pamphlet a pour cible principale Homo economicus, "animal content de son économie du profit supplémentaire". Itinéraire spirituel, livre d'éducation politique mais aussi cri de révolte contre la trahison des clercs, Aden Arabie connaîtra un long purgatoire en raison de l'exigence éthique qu'il porte et de la violence de la révolte qu'il exprime. Le livre ne sera redécouvert qu'en 1960 par Jean-Paul Sartre qui écrit à son propos: "Nizan, c'était un trouble-fête. Il appelait aux armes, à la haine, classe contre classe; avec un ennemi patient et mortel, il n'y a pas d'accompagnements; tuer ou se faire tuer: pas de milieu."

  • Françoise Sagan n'a voulu se souvenir que des moments heureux et que des gens qu'elle a aimés. C'est ce qui rend ce livre si sympathique et ce qui a fait son succès auprès du public et de la critique. Billie Holiday, Orson Welles, Jean-Paul Sartre, Carson McCullers, Marie Bell, Rudolf Noureev, Tennessee Williams... Autant de portraits et d'histoires inoubliables.

  • Au-delà d'une simple chronique philosophique d'un mouvement qui a marqué les années 1930-1950, cet ouvrage dégage les lignes de force de la pensée de l'existence. Il analyse ainsi comment la problématique existentielle marque la rupture avec les grands systèmes de l'idéalisme allemand en inventant de nouveaux modes d'écriture, de communication, de présence dans la société et l'univers des lettres.

  • Dans la seconde moitié du XXe siècle en France, un moment philosophique s'est développé qui, par son ampleur et sa nouveauté, se laisse comparer tant au moment grec classique qu'à celui de l'idéalisme allemand. Entre L'Être et le néant de Sartre (1943) et le dernier livre de Deleuze, Qu'est-ce que la philosophie(1991), on voit se succéder existentialisme, structuralisme, déconstruction, postmodernisme, réalisme spéculatif...
    Alain Badiou montre qu'en dépit des apparences cette période possède une sorte d'unité : la bataille autour de la notion de sujet (malgré la diversité des positions), la discussion de l'héritage allemand de Hegel à Heidegger, l'engagement politique, l'intimité avec la littérature, autant de points de convergence pour des penseurs si divers et parfois opposés.
    Ce livre réunit des textes sur Jean-Paul Sartre, Gilles Deleuze, Georges Canguilhem, Paul Ricoeur, Louis Althusser, Jean-François Lyotard, Françoise Proust, Jean-Luc Nancy, Barbara Cassin, Christian Jambert et Guy Lardreau, Jacques Rancière - textes qui ont en commun la vivacité et la clarté propres à Alain Badiou.


  • "
    Ceux qui, aux alentours de 1965, avaient entre vingt et trente ans, ont alors rencontré un nombre exceptionnel de maîtres dans le champ de la philosophie.

    Les anciens comme Sartre, Lacan ou Canguilhem, étaient encore en pleine activité ; d'un peu plus jeunes, comme Althusser, déployaient leur oeuvre, et toute une génération, les Deleuze, Foucault, Derrida, entrait dans l'arène. Tous ces maîtres, aujourd'hui, sont morts. La scène philosophique, largement peuplée d'imposteurs, est autrement composée, ne tirant sa consistance que de ceux, jeunes et moins jeunes, qui, les formulant à neuf dans leur propre langue, savent être fidèles aux questions qui nous animèrent il y a quarante ans.
    Je crois juste de rassembler les analyses et hommages qu'au long des années, quand ils disparaissaient, j'ai consacrés à ceux à qui je dois la signification, toujours inhumaine autant que noble et combattante, du mot "philosophie". Je n'ai pas toujours eu avec ces contemporains capitaux des rapports simples et sereins : la philosophie, comme le dit Kant, est un champ de bataille. Mais, considérant aujourd'hui les innombrables "philosophes" médiatiques, je puis dire que j'aime tous ceux dont je parle dans ce livre. Oui, je les aime tous ". (Alain Badiou).

  • Qu'est-ce qu'un point névralgique en philosophie ? C'est une question ou une position particulière, locale, mais autour de laquelle une pensée se joue dans sa totalité. Autrement dit, c'est un lieu de décision philosophique qui n'engage pas seulement sa cohérence, mais aussi et surtout sa spécificité et sa teneur. Un point névralgique est donc un lieu de décision philosophique dont aucune philosophie marquante ne fait l'économie. Dans cet ouvrage sont analysés les principaux points névralgiques de nombres des plus grands philosophes contemporains. Il en va ainsi, par exemple, de la question du sujet chez Foucault, ou de celle du pardon chez Derrida, ou encore de celle de la légitimation postmoderne chez Lyotard, etc. Ces points névralgiques ne sont pas les seuls chez ces penseurs, mais ils ont au moins une importance toute particulière et tous ont joué un rôle majeur dans la construction de la pensée occidentale.

  • Il existe en français deux études consacrées à la philosophie de Beauvoir (Michèle Le Doeuff, 1989 -- Eva Gothlin, 1996), ouvrages ayant convaincu l'auteur sur la qualité de philosophe de Beauvoir. Il oriente son commentaire sur la spécificité du discours théorique à travers une lecture systématique des textes philosophiques antérieurs au Deuxième sexe, ceci pour tenter d'élucider une phrase énigmatique de Beauvoir : la dépendance des femmes n'est pas la conséquence d'un événement ou d'un devenir, elle n'est pas arrivée. Il recense les concepts philosophiques de l'oeuvre pouvant justifier cette thèse.

  • Ce livre est une lecture transversale de l'oeuvre de Levinas afin de mettre en évidence la manière dont le penseur a profondément modifié, sur le plan conceptuel, l'approche des trois disciplines majeures de la philosophie : la métaphysique, l'esthétique et l'éthique.

  • De grands biographes nous content la vie intime des écrivains de Seine-Maritime. Terre natale de Corneille, Flaubert et Maupassant, lieu d'origine des familles de Dumas et de Gide, résidence privilégiée de Maurice Leblanc, Gaston Leroux et Raymond Queneau... cette terre a façonné les plus grands hommes et femmes de lettres !
    « Cette balade en Seine-Maritime est extrêmement riche, inspirée, la plus belle de la collection... je suis peut-être suspecte de partialité envers ce département où ont vécu, sont passés beaucoup d'écrivains que j'aime, présentés de façon remarquable. » Annie Ernaux


    « Cet ouvrage associe les grands noms du patrimoine aux écrivains contemporains. Des textes magistraux. » Philippe Bertrand, France Inter

  • L'impurete

    Larry Tremblay

    • Alto
    • 7 Septembre 2016

    La romancière à succès Alice Livingston est morte.

    Elle laisse derrière elle des lecteurs éplorés, un manuscrit inédit, un fils qui cherche à refaire sa vie le plus loin possible de son père, et son mari Antoine, incapable de pleurer sa mort et qui n'a jamais apprécié son oeuvre. Pourtant, le roman posthume de sa femme va le bouleverser et le contraindre à faire face à ses souvenirs. Et inévitablement à ses démons enfouis. Car la fiction parfois tisse entre les lignes une toile vengeresse.

    Variation d'une franchise radicale autour de la manipulation des êtres et de la fragilité des idéaux, L'impureté déploie tout l'arsenal de l'auteur de L'orangeraie et du Christ obèse.

  • Décrire la psychologie des philosophes, ce n'est pas fouiller dans leur vie pour exhiber leurs petits secrets. C'est plutôt constater qu'entre les deux extrêmes d'une métaphysique de la durée et d'une anthropologie de l'homme grec, une lignée de penseurs initialement formés à la philosophie a fourni une contribution décisive à l'histoire de la psychologie. C'est exhumer des entreprises originales aussi méconnues que la psychologie historique, objective, comparée d'Ignace Meyerson, ou la psychologie sociale génétique de Philippe Malrieu, ressaisies dans leurs relations concrètes. Mais c'est aussi prendre conscience que nombre de grandes figures de la philosophie française ont croisé la route de ces psychologues au point de retrouver, sans toujours le dire, leur méthode, leur objet ou leurs concepts - comme l'ont fait Jean-Paul Sartre et Michel Foucault. C'est enfin se rendre compte que, par-delà l'opposition des structuralistes à la psychologie et en marge des développements des sciences cognitives, il y a place dans la pensée contemporaine pour ces hybridations « psycho-philosophiques ».

  • À l'heure de la chute du Mur de Berlin, un préjugé tenace voudrait que l'engagement de Sartre, type même de l'intellectuel inauguré par Zola, n'eût été qu'une comédie des erreurs. La lecture de Les Mains sales permet de bousculer cette image d'Épinal trop commode. L'un des ressorts de la pièce est, en effet, la distinction entre situation simple et situation complexe. Le choix alors (sous l'Occupation allemande) était facile - même s'il fallait beaucoup de force et de courage pour s'y tenir. On était pour ou contre les Allemands. Aujourd'hui (1959) - et depuis 1945 - la situation s'est compliquée. Il faut moins de courage, peut-être, pour choisir, mais les choix sont beaucoup plus difficiles. Ici, Sartre plonge ses personnages, Hoederer, Hugo et Jessica, dans une situation où les jeux ne sont pas faits, celle de la Guerre froide. À cette complexité, a succédé celle, plus inextricable encore, de notre présent, qui ne semble pas même requérir le choix. Hugo, Jessica surtout, personnages en mouvement autour d'un Hoederer immuable, représentent sur la scène une complexité qui est devenue celle des années quatre-vingt-dix, et avec laquelle ils nous invitent à nous colleter.

  • Il est d'usage que la biographie escorte la littérature, ne serait-ce que par le récit des vies d'écrivains. Mais l'idée qu'elle pourrait agir sur la conception même du littéraire a sans doute de quoi surprendre. Et pourtant, depuis qu'au XVIIIe siècle sont apparues et la notion moderne de « littérature » et le mot même de « biographie », leur relation a été on ne peut plus étroite : la pratique biographique a sans cesse remis en question, infléchi et transformé les façons d'envisager la littérature. Sous ses formes multiples, des « vitae » aux dictionnaires biographiques, de l'histoire littéraire à la presse, de la critique aux vies romancées, de l'autobiographie aux innovations d'aujourd'hui, la biographie est intervenue au coeur de tous les débats littéraires. Héritière de la tradition antique et médiévale de l'exemplarité, elle a redoublé l'incessant « qu'est-ce que la littérature ? », en lançant à celle-ci le défi permanent pour contester et réinventer ce qui la fonde et la justifie.
    Ce livre propose l'histoire de cette relation complexe par l'analyse des textes où la conjonction de ces usages d'écriture est particulièrement intense, de l'autobiographie de Rousseau aux « vies » de Pierre Michon, de la biographie inscrite en poésie chez Hugo et Baudelaire à l'écriture de soi chez Roubaud.

  • Levinas n'est pas le premier ni le seul penseur à avoir eu le souci de décrire la subjectivité pour elle-même et à partir d'elle-même. Cette subjectivation, toujours à reprendre, Levinas l'aura envisager lui-même doublement, en deux lieux distincts, l'ontologie et l'éthique. L'ontologie dans la mesure où elle se propose de déduire la signification de l'étant subjectif dans l'être, l'éthique dans la mesure où elle pense l'unicité du moi à partir de la responsabilité pour autrui. L'ontologie et l'éthique sont, pour Levinas, deux figures de l'egologie, elles décrivent deux manières d'être soi. Pour le comprendre l'auteur rétablit les rapports souvent oubliés entre Levinas et Husserl, Heidegger, Sartre, Merleau-Ponty et Henry.

  • En quoi l'approche française de la philosophie, ce que Montaigne appelait déjà " philosopher à la française ", est-elle particulière ? Des chercheurs français et étrangers analysent cette spécificité de la démarche philosophique qui repose sur les rapports d'une langue nationale et d'une langue philosophique universelle : dans quelle mesure le français est-il une langue porteuse d'universel ? L'analyse de l'histoire de la philosophie française, de sa rencontre avec des courants internationaux, d'un style philosophique français permet de répondre à cette question.SOMMAIREAvant-propos par Jean-François MATTEIPremière partie : La philosophie française au XXe siècleI - L'école française de l'action Bertrand de Saint-SerninII - L'idée dialectique dans la pensée française au XXe siècle, Bernard BourgeoisIII - De la compréhension à l'interprétation, l'herméneutique "more gallico demonstrata", Jean GreischIV - L'un pour l'autre chez Sartre et Levinas, Rudolf BernetV - L'Autre et l'Etranger entre Derrida et Ricoeur, Richard KearneyVI - L'épistémologie française à la croisée des chemins, Dominique LecourtVII - La spécificité de la philosophie française des sciences au XXe siècle, Evandro AgazziVIII - La question de la culture, Thomas de KoninckDeuxième partie : La philosophie française et les courants internationaux IX - L'effet Schopenhauer et les philosophes français de la fin du XIXe siècle, Claude TroisfontainesX - La pensée rhénane de Gaston Bachelard. Conflit ou alliance de la raison et de l'imagination ? Jean-Jacques WunenburgerXI - La phénoménologie de Husserl dans la philosophie de Merleau-Ponty. Questions phénoménologiques, Marc RichirXII - L'épistémologie française à la rencontre de la phénoménologie. Autour de René Thom, Alain BoutotXIII - Phénoménologie et philosophie analytique, Pierre LivetXIV - La rencontre de la déconstruction et de l'herméneutique, Jean GrondinXV - Fantasmes hégémoniques et métaphysique, Dominique JanicaudXVI - Sources et enjeux philosophiques de la pratique de la différence, Lambros CouloubaritsisTroisième partie : L'histoire française de la philosophieXVII - La langue de la philosophie, du latin au français, Pierre MagnardXVIII - "Un peu de chaque chose à la française" ou Dialectique, didactique et grandeur d'âme, Henri-Paul CunninghamXIX - D'un idéalisme à venir, Jean-Michel Le LannouXX - L'ego chez Bergson et chez Husserl, Jean-Louis Vieillard-BaronXXI - La foi dans le langage, Gilbert HottoisXXII - Présence de la philosophie française dans la pensée arabe, Ali ChenoufiXXIII - La question de la démocratie dans la philosophie française contemporaine, Alain RenautXXIV - Matérialisme, dialectique et "rationalisme moderne". La philosophie des sciences à la française et le marxisme, 1931-1945, André ToselQuatrième partie : Le philosophe français et le styleXXV - Le style lisse des philosophes français, Sylvain AurouxXXVI - Le courage d'être clair, André Comte-SponvilleXXVII - Vie enracinée, pensée organique, Michel MaffesoliXXVIII - L'exercice de l'improvisation, notre avenir, Jean-François de RaymondXXIX - L'affaire Sokal concerne-t-elle vraiment les philosophes français ? Pascal EngelXXX - Philosopher en français hors de France, Evangelos MoutsopoulosXXXI - La romanité philosophique et son vocabulaire, Franco VolpiIndex des noms -- Liste des auteurs

  • Dans la continuité de ses deux premiers essais Le sens de l'histoire et Le sens de la vie, Christophe Agogué pousse son cheminement philosophique et politique vers une réflexion sur l'éducation. Féru de culture, sa plume témoigne non seulement d'une fine perspicacité, mais également de l'influence opportune de ses 4 maîtres à penser que sont Sartre, Foucault, Deleuze et Badiou.

  • Le Mouvement de Libération de la Femme est d'actualité dans un monde largement dominé par des pouvoirs réactionnaires où la majorité des femmes peine à sortir d'une dépendance se renouvelant chaque jour. Avec Les Années MLF et Liberté et Radicalité, Sens Public entend faire reconnaître cette exigence première : les femmes ont moins besoin de protection que d'initiatives.
    Réunissant les témoignages et les photographies des premières militantes du mouvement, rééditant quelques documents introuvables et publiant des contributions originales qui marquent la spécificité beauvoirienne, ces volumes auxquels Sylvie Le Bon de Beauvoir a personnellement contribué, inscrivent le féminisme dans son histoire, si marquée par les pensées et les engagements de Simone de Beauvoir et de sa revue Les Temps modernes.

  • Le Mouvement de Libération de la Femme est d'actualité dans un monde largement dominé par des pouvoirs réactionnaires où la majorité des femmes peine à sortir d'une dépendance se renouvelant chaque jour. Avec Les Années MLF et Liberté et Radicalité, Sens Public entend faire reconnaître cette exigence première : les femmes ont moins besoin de protection que d'initiatives.
    Réunissant les témoignages et les photographies des premières militantes du mouvement, rééditant quelques documents introuvables et publiant des contributions originales qui marquent la spécificité beauvoirienne, ces volumes auxquels Sylvie Le Bon de Beauvoir a personnellement contribué, inscrivent le féminisme dans son histoire, si marquée par les pensées et les engagements de Simone de Beauvoir et de sa revue Les Temps modernes.

  • Quand discuter devient pinailler, est-ce pour mieux préciser les choses, ou bien est-ce un exercice de vaine rhétorique ? L'ouvrage aborde cette question en posant que le plaisir de parler est ici central et que la littérature en fournit de beaux exemples dans la première partie, chez Molière ou Louis-René des Forêts. Spécialistes de l'argumentation, les philosophes pinaillent-ils par méthode ? La deuxième partie évoque cette thématique chez Descartes et Pascal, tandis que la troisième explore des lieux privilégiés où le pinaillage importe, comme la palabre africaine ou encore les interprétations talmudiques, voire bien entendu dans le cours des rapports interpersonnels, sur l'exemple de la relation de Victor Hugo avec Juliette Drouet. Un ouvrage rare et informé sur une pratique langagière essentielle et peu étudiée.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • El exceso de voluntad de verdad que protagonizó buena parte de la historia de nuestro pensar convirtió la literatura y sus géneros en subordinados de lujo de una racionalidad huérfana, solitaria y deshumanizante. Esta crisis se refleja muy especialmente en la quiebra de las fronteras entre verdad y mentira, sujeto y objeto, realidad y ensoñación o esencia y apariencia.
    La pregunta acerca de lo que somos y de lo que es el mundo, propia del filosofar, exige, para obtener una respuesta satisfactoria, recuperar el diálogo entre nuestros dos grandes instintos que bien pueden comprenderse en las figuras del filósofo y del poeta. Nuestra convicción es recobrar este diálogo para mantener vivo un verdadero filosofar, es decir, una forma de hacer filosofía que asuma nuestro pathos trágico. Este libro quiere ser lugar de encuentro entre filósofos y estudiosos de la literatura, y pretende superar la rigidez de las disciplinas. Un pensar que reconoce la literatura y sus géneros como lugar privilegiado para la encarnación de las principales perplejidades y encrucijadas ontológicas.

  • Dossier de La République des Lettres. Biographie de Jean-Paul Sartre suivie d'une Brève histoire de l'Existentialisme et d'un article sur Sartre au Proche-Orient. Le succès de Jean-Paul Sartre, à l'origine de l'existentialisme, prit à partir de 1945 des proportions étonnantes et le philosophe devint, avec Simone de Beauvoir, le centre d'une constellation d'artistes de talent. Du point de vue philosophique, il vaudrait mieux parler d'"existentialismes français" au pluriel et distinguer une tendance chrétienne, où se situeraient Gabriel Marcel, Emmanuel Mounier, Jean Wahl, et une tendance athée, représentée par Jean-Paul Sartre et Maurice Merleau-Ponty.

  • ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !

    Plus qu'une éphéméride, retrouvez la Chronique d'un jour sur toute l'histoire de l'humanité.
    Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l'Histoire.
    Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.

    Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

empty