Littérature générale

  • Le château

    Franz Kafka

    Étrange et lointain, le château se dresse dans la nuit. Tout juste arrivé au village voisin, K., le nouvel Arpenteur, ne sait ni en quoi consiste son travail, ni comment accéder au château. Il se trouve confronté au chaos d'un système conçu pour être appliqué tel qu'il est : inflexible, imparable... absurde.
    Tour à tour onirique ou réaliste, drôle et terrifiant, Le Château est beau comme un oxymore.
    Auteur majeur de la littérature mondiale du XXe siècle, Franz Kafka, écrivain tchèque né en 1883, est également l'auteur du Procès et de La Métamorphose. Il meurt en 1924. Ses romans seront publiés à titre posthume.
    " Le génie de Kafka, c'est justement de se dérober à toute interprétation, d'aller toujours au-delà de ce qu'on en dit. "
    Georges-Arthur Goldschmidt
    Traduit de l'allemand et présenté par Georges-Arthur Goldschmidt

  • Forteresse de Montségur, mars 1244.
    La croisade contre les Cathares atteint son apogée lors d'un bûcher funeste, durant lequel des centaines d'hérétiques trouveront la mort.
    Un moine sauve de justesse deux enfants condamnés ; mais ils seront traqués à travers tout le continent par des factions ennemies au nombre desquelles les Templiers, tandis que les forces royales et chrétiennes s'affrontent pour le pouvoir en une lutte sans merci.

    Car par l'héritage de leur sang, Roç et Yeza symbolisent le plus grand des secrets, recherché par toutes les puissances et capable de mettre un terme aux conflits religieux : le Graal mythique lui-même...

  • Chypre, milieu du XIIIe siècle.

    Une galère pirate accoste sur le port, menée par des Templiers. À son bord, les inséparables Roç et Yeza, qui ont survécu par miracle au bûcher des Cathares à Montségur.
    Alors qu'une nouvelle croisade initiée par le roi Saint Louis se prépare, l'enjeu politique représenté par ces enfants est plus que jamais convoité par tous. Souverains, émissaires religieux et factions mystiques n'auront de cesse de pourchasser d'un bout à l'autre du Moyen-Orient ceux dont la lignée remonterait à Jésus-Christ lui-même...

  • Les Affinités électives (1809), récit de la maturité de Goethe, est l'un des chefs-d'oeuvre de la littérature allemande. Roman social offrant une peinture critique de l'aristocratie terrienne à l'aube du XIXème siècle, Les Affinités électives est en même temps un roman d'amour, décrivant avec un détachement scientifique les mystérieux phénomènes d'attirance et de répulsion qui se jouent entre les êtres comme dans la nature, mais aussi, et surtout, une oeuvre tragique et mélancolique, une histoire de passion et de mort, qui s'achemine vers un désastre programmé.
    Le détachement ironique du narrateur, les ambiguïtés du récit, la subtilité de la construction font de ce livre un des premiers grands romans modernes.

  • En 1920, Roth, le correspondant allemand le plus réputé de son époque, arriva à Berlin. Ses articles influencèrent toute une génération d'écrivains, parmi lesquels Thomas Mann. Ces textes, traduits et réunis ici pour la première fois, se font l'écho des violents paroxysmes sociaux et politiques qui menaçaient sans cesse l'existence de cette fragile démocratie qu'était la République de Weimar.
    Roth s'aventura à Berlin jusqu'au coeur de la cité, ce que ne fit aucun autre écrivain allemand de son temps, tenant la chronique de la vie qu'y menaient ses habitants oubliés, les infirmes de guerre, les immigrants juifs, les criminels, la faune qui hantait les bains publics, sans compter tous les cadavres anonymes qui remplissaient les morgues, et dépeignant aussi les aspects plus fantaisistes de la capitale, les jardins publics et l'industrie naissante du spectacle. Un des premiers à comprendre la menace nazie, Roth évoqua un paysage de banqueroute morale et de beauté débauchée, dressant au passage un remarquable portrait de la ville, à un moment critique de son histoire.
    Roth saisit et résume à lui seul l'Europe de ces temps incertains qui précédèrent le grand effondrement d'un continent et l'annihilation d'une civilisation.

  • Walter Nowak, est étendu sur le carrelage de sa salle de bains, blessé à la tête, incapable de se relever. À terre, il réfléchit.
    Dans un état de confusion à la fois comique et inquiétant, sa mémoire repasse dans le désordre les événements de sa vie qui l'ont mené jusqu'à cette situation.
    Finaliste du presitiguex German Booker Prize en 2017 pour ce titre, Julia Wolf est l'un des grands espoirs de la nouvelle génération de romanciers allemands.

  • Le motif mythologique de la métamorphose n'est pas seulement un élément thématique des oeuvres, mais un principe poétique et esthétique fondamental témoignant de leur dimension autoréflexive et processuelle. De Kafka à Dada, de Thomas Mann à Claude Simon, des poètes baroques à Paul Celan, la métamorphose est à la fois construction d'un sens et symptôme de son altération. Elle déplace l'attention de l'oeuvre achevée au processus créateur, de la forme proprement dite aux forces qui lui donnent lieu - et qui, aussi, la menacent et la déstabilisent. Son enjeu n'est pas pour autant, comme on dit, « purement formel » : il y va du statut du sujet, de son unité et de son autonomie, de la nature de son rapport au monde. Une réflexion que la littérature produit bien plus qu'elle ne la reproduit.

  • L'histoire mouvementée de l'Allemagne au xxe siècle a profondément marqué l'existence et l'oeuvre de l'écrivain (est)-berlinois Klaus Schlesinger (1937-2001). Auteur critique de RDA exilé à l'Ouest dans les années 1980, « sauteur de Mur » ayant évolué dans les milieux alternatifs de Berlin-Est comme de Berlin-Ouest, Schlesinger échappe par son itinéraire aux classifications trop étroites. À travers une quinzaine de romans et nouvelles, il fait un tableau passionnant de soixante ans d'histoire, du national-socialisme et des ruines de l'après-guerre à la division Est-Ouest, la chute du Mur et la réunification. Ses récits abordent cette histoire « par le bas », décrivant l'existence des petites gens au quotidien ou se plaçant au contraire au coeur de l'événement historique (mai 1945, août 1961, novembre 1989). Ils interrogent l'héritage des crimes nazis, la place de l'individu dans le socialisme réel, le capitalisme ou la guerre froide, les possibilités et les limites des utopies alternatives, le travail de la mémoire et de l'identité dans les ruptures du siècle. L'écriture de Schlesinger privilégie les marges et les hétérotopies, les espaces liminaux du passage entre Est et Ouest, de la mémoire, de la rencontre avec d'autres soi-même. La fiction devient ainsi un lieu privilégié d'appréhension et de construction de soi dans l'histoire. Cet ouvrage est la première monographie consacrée en France à cet auteur encore peu connu et peu traduit, dont l'oeuvre mérite d'être découverte.

empty