• Un roman essentiel dans lequel Alice Walker explore le destin de Tashi, déjà apparue dans La Couleur pourpre.
    Dans le pays fictif d'Olinka, depuis la nuit des temps, les femmes sont esclaves de ce rite tabou, l'excision, qui mutile les filles pour en faire de vraies femmes, de vraies Africaines, d'authentiques Olinkas... Tashi, aperçue dans La Couleur pourpre, n'imaginait pas ne pas se plier à cette coutume. Pourtant, elle savait que sa soeur n'y avait pas survécu et elle avait connu le plaisir dans les bras d'Adam. Mais la femme qui se relève après la cérémonie d'initiation est-elle encore une femme ? Tashi ne le sait plus. Transplantée aux États-Unis, elle n'a plus qu'une obsession : retourner au pays et retrouver M'Lissa, la tsunga, la gardienne de la tradition, qui a fait d'elle une morte vivante...En 1992, l'autrice engagée de La Couleur pourpre, couronné du prix Pulitzer en 1983, était la première à aborder dans un roman la question de l'excision. Avec Le Secret de la joie, elle a contribué à faire connaître cette pratique dangereuse, aux conséquences désastreuses sur la vie des filles." Incroyablement courageux et poignant. Le regard compatissant de Walker résonne à chaque page. " Cosmopolitan

  • Pôtiki : le petit dernier Nouv.

    Patricia Grace, pionnière de la littérature néo-zélandaise, nous offre avec Potiki un roman choral enchanteur, où les mythes des temps anciens se tressent inextricablement aux réalités du présent. Ce roman, récompensé de plusieurs prix à l'internationale, brosse avec délicatesse mais détermination le portrait envoûtant d'une communauté prête à tout pour protéger son mode de vie, sa culture et son patrimoine.



    Ses personnages fouillés, son attention aux émotions et aux questions de déracinement et d'identité en ont fait une auteure internationalement reconnue.

    Christine Chaumeau, Télérama

    Patricia Grace (née en 1937) est l'une des voix contemporaines les plus respectées de la Nouvelle-Zélande. Elle fut, dans les années soixante-dix, parmi les instigateurs du débat idéologique qui anima l'arène politique, artistique et littéraire de son pays, la « Renaissance maorie ». Elle a toujours visé à donner une voix authentique à son peuple. Elle est lauréate de nombreux prix nationaux et internationaux, dont le LiBeraturpreis (Allemagne) en 1994 et le prix Neustadt en 2008.

  • Édité pour la première fois en 1932 sous la direction de Jay K. Ditchy, Les Acadiens louisianais et leur parler, outre son célèbre glossaire, comprend une brève histoire de la déportation des Acadiens et un aperçu du folklore louisianais. Ce livre constitue un document indispensable pour quiconque s'intéresse à la culture acadienne et à l'histoire de la langue française.

  • Une conviction cheville cet atlas : la nation française n'est pas un peuple mais cent, et ils ont décidé de vivre ensemble. Du nord au sud, de l'est à l'ouest de l'Hexagone les moeurs varient aujourd'hui comme en 1850. Chacun des pays de France a sa façon de naître, de vivre et de mourir.
    L'invention de la France cartographie cette diversité en révélant le sens caché de l'histoire nationale : hétérogène, la France avait besoin pour exister de l'idée d'homme universel, qui nie les enracinements et les cloisonnements ethniques. Produit d'une cohabitation réussie, la Déclaration des droits de l'homme jaillit d'une conscience aiguë mais refoulée de la différence.
    La culture est mouvement, progrès, diffusion, homogénéisation bien sûr, mais de nouvelles différences apparaissent sans cesse - aujourd'hui maghrébines, africaines ou chinoises. Il ne saurait donc y avoir de retour à une homogénéité perdue, parce que cette homogénéité n'a jamais existé. Les défenseurs autoproclamés de l'identité nationale ne comprennent pas l'histoire de leur propre pays. Ils sont aveugles à la subtilité et à la vérité du génie national.
    L'effondrement du catholicisme puis celui du communisme ont engendré un vide religieux et idéologique qui a fini par couvrir tout l'Hexagone. Cette nouvelle homogénéité par le vide explique l'apparition, parmi bien d'autres choses, dans un pays où les Français classés comme musulmans ne pratiquent pas plus leur religion que ceux d'origine catholique, protestante ou juive, d'une islamophobie laïco-chrétienne, qui prétend que la seule bonne façon de ne pas croire en Dieu est d'origine catholique. L'abysse métaphysique de notre actuel moment politique trouve ici sa source.

  • Des vies « sans défaite ni combat », dans tout ce que lordinaire peut offrir de merveilleux pour celui qui sait observer, ressentir et dire le moindre souffle, la plus infime palpitation. Nicolas Kurtovitch compose ici lun de ses recueils les plus personnels où souvenirs, contes et réflexions poétiques sentremêlent. Tisserand, il noue un à un les fils des mémoires et des instants vécus ou imaginaires pour nous dire limportance dêtre au monde en pleine conscience, de transmettre, de célébrer le pouvoir de la littérature et de lhumanité

  • Dans ce recueil de nouvelles, Claudine Jacques dépeint un tableau sans concession de la Nouvelle-Calédonie contemporaine à travers une galerie de portraits souvent tragiques. Des squats miteux aux somptueuses villas de Nouméa, des stations d'élevage aux lotissements étranglés dans la ville, des êtres se démènent pour garder ou trouver un cap dans leur quotidien. Comme un miroir de la complexité d'une société pétrie de métissages, de coutumes, de croyances mais aussi de tensions, d'inégalités et de violence, Caledonia Blues souligne, au-delà de l'opposition Kanak-Caldoche, l'incroyable équation calédonienne.

    Claudine Jacques écrit depuis toujours. Après avoir dirigé un Centre de formation professionnelle, elle cesse toute activité en 1994 pour se consacrer à l'écriture. Son premier recueil de nouvelles, Nos Silences sont si fragiles, fait forte impression tant il parle vrai. Puis Claudine Jacques écrit son premier roman en 1998, Les Coeurs barbelés, publié aux éditions de La Table Ronde en 1999. Claudine Jacques est installée en brousse où elle gère la bibliothèque de son village depuis vingt ans.

  • Préface de Lynda Thalie, lu par Nina Bochelert
    Samia est encore toute petite lorsqu'elle comprend qu'elle n'est pas la bienvenue dans cette riche famille musulmane où la présence d'une fille est une véritable punition d'Allah.
    Son père la domine, sa mère la rejette et ses deux frères aînés, conscients du traitement injuste dont elle est victime, ne peuvent rien pour elle. Elle est seule au monde, et lorsqu'on daigne s'adresser à elle, ce n'est jamais pour la porter aux nues.
    Elle n'a que seize ans lorsqu'on la marie malgré elle à un employé de son père. Un régime de terreur s'installe alors dans sa nouvelle demeure. Elle se tourne vers son père et sa mère pour obtenir de l'aide, mais elle reçoit toujours la même réponse: elle est une femme, et une femme doit respect et obéissance à son mari en n'importe quelle circonstance.
    Battue et violée à répétition, Samia ne peut s'appuyer que sur elle-même pour se sortir de ce cauchemar qui n'en finit plus. Les années passent et la situation ne fait que se détériorer. De surcroît, l'Algérie a basculé dans l'intégrisme religieux; l'usage du chantage et de la peur est devenu quotidien.
    Samia, maintenant mère de plusieurs enfants, n'a désormais qu'une seule idée en tête: fuir vers la liberté; fuir pour respecter sa promesse faite à ses petits qu'un jour la lumière et la paix seront au menu tous les jours de leur vie.
    Mais sa route est jonchée de milliers d'obstacles et de dangers mortels...

  • Cet ouvrage pour tous publics présente les principales fêtes et traditions du calendrier occidental en Europe et en Amérique du Nord : carnaval, 1er avril, Halloween, Noël, Saint-Valentin... suivies d'un bref rappel des fêtes juives et musulmanes. Leurs origines agraires, religieuses ou historiques, lointaines et parfois obscures, témoignent de la volonté constante de l'homme de vaincre les incertitudes de sa destinée.

  • Déplacements porte bien son nom : Patrick Besson est allé durant des périodes plus ou moins longues d'un lieu à l'autre (Bangkok, Varsovie, Zarzis, Gand, USA, Brazzaville, Téhéran, Nice, Gennevilliers, Saint-Amand-les-Eaux, Mauves-sur-Huisne, Paris, Marrakech, Casablanca, Rabat, Cancún, Belgrade).

    De ses voyages, il revient la plume riche d'anecdotes où se mêlent portraits et faits divers et dont il tire parfois des considérations politiques imprévues autant que dérangeantes. Une pensée qui ne ressemble à aucune autre émerge au-delà de l'ironie et du brio. Ici, le déplacement n'est pas que géographique, il participe d'une jubilation mentale dont la verve n'est jamais gratuite, l'auteur nous donnant de surcroît un aperçu de son engagement littéraire et affectif. L'éloge côtoie la critique dans un style qui garde la vivacité d'un premier coup d'oeil avide de réflexion. En quelques lignes, l'ébauche devient une oeuvre.

  • Le Voile de la mariée

    Rafael Sollier

    Luce a tout pour être heureuse : épanouie dans son métier d'agente immobilière et enceinte de sept mois, elle est l'épouse d'Hubert Hoarau, une des grandes figures montantes de la vie politique locale, en passe de devenir maire de Saint-Pierre...L'avenir de la jeune trentenaire apparaît alors sans nuages...
    Pourtant, en cette période troublée par l'arrivée de l'épidémie mondiale de la COVID-19, tout va basculer. Au cours du traditionnel pique-nique dominical. Un aparté bouleversant dans la colonne des faits divers du JIR, une disparition... Problème : le disparu, Luce le connaît bien. Très bien même. Très vite, elle soupçonne son mari d'en être l'instigateur.
    Coincée chez elle, Luce charge sa meilleure amie, Kiki, d'enquêter discrètement. Mais lorsque celle-ci disparaît à son tour, la jeune femme s'affole. D'autant que le mystère s'épaissit avec l'apparition d'une secte dans le paysage saint-pierrois...Perdue dans ce voile menaçant, Luce Hoarau va devoir vaincre ses tourments. Avec, en toile de fond, cette question, en apparence insoluble : lequel de ses proches joue un double-jeu... Meurtrier ?

  • Revenant sur le parcours personnel du fondateur du mouvement intellectuel et indépendantiste kanak, les Foulards Rouges, ces entretiens avec Nidoïsh Naisseline apportent un éclairage original sur lhistoire comme sur lévolution de la Nouvelle-Calédonie contemporaine.

  • Membre de la SEFCO depuis 1962 et pendant longtemps membre du Conseil d'Administration (jusqu'en 1984), Médaille d'honneur de la Jeunesse et des Sports, Suzanne Manot, professeur d'éducation physique et de danses toutes disciplines, a exercé dans les établissements scolaires avant de créer ses propres écoles : St-Jean-d'Angély et, de là, rayonnant dans les villes les plus proches : Matha, Loulay, Aulnay, St Porchaire, etc. Animatrice de groupes folkloriques, créatrice de plusieurs, en particulier des Arentelles de Saintonge, directrice de stage en Charente-Maritime et Belgique. Suzanne Manot est l'Auteur de « Folklore Vivant en Aunis, Saintonge, Angoumois » qui a obtenu une mention spéciale d'excellence aux Jeux Floraux de la Société des Lettres de Saintonge et d'Aunis dont le sujet est l'une des branches de l'Art populaire : la danse, les chants, les coutumes par rapport à l'historique général de la danse. Avec Suzanne Manot partons à la découverte des traditions de « Carnaval à Carême » - d'hier et d'aujourd'hui -. Après « Noël à l'Épiphanie », les traditions des régions Aunis, Angoumois, Saintonge, Poitou, Vendée, venez les retrouver dans cet ouvrage « Carnaval à Carême ». Riche d'une iconographie des plus rares, l'Auteur nous fait parcourir un itinéraire où nous nous plongeons dans les traditions transmises depuis tant de générations. Du moût de raisins passé sur le visage au masque en plastique du XXe siècle, partez en notre compagnie à la découverte des traditions.

  • Sada, le centième Roi de la tribu des Somonobozos, attend la mort. Kenda, la Reine Première, a l'habitude de voir, tous les sept ans, mourir ses époux, de la même manière rituelle : étranglés par le sorcier, la nuit, après un régime au « lait jaune » M. Kenda a découvert l'amour. Elle aime Sada. D'un élan impulsif, désordonné, elle s'insurge contre les règlements établis par le sorcier et les notables. Le Roi Sada essaiera de résister à la sanglante tradition. Il sera pourtant sacrifié. Kalaï, le cinquième « Aku-Uka », un professeur de sciences, a accepté le septennat dans le but de supprimer la coutume rétrograde. De même, il veut améliorer le sort de sa Nation, avec conviction et logique. « Mon Afrique, dit-il, il faut que tu changes certains traits de ton visage ». À quelques jours de l'issue fatale, le Roi Kalaï va se dresser contre les pratiques meurtrières et affronter la haine de Kenda. En faisant éclater le scandale, il sait que même s'il échoue, il sauve la vie des « Aku-Uka » qui lui succèderont. Car si « mourir pour mourir » est infâme, il y a de nombreuses raisons qui exaltent le choix de « mourir pour vivre ».

  • « Le fil conducteur des quelque dix-huit communications peut se résumer de la façon suivante : mettre en évidence la vulnérabilité de l'individu devant ses frayeurs et les cheminements qu'il tente d'emprunter pour s'en protéger. « Nous avons pu voir évoluer les mentalités et les pratiques corrélatives dans leur lutte contre les influences, les maladies, les terreurs. Nous avons participé aux fêtes, aux rires qui, dans l'outrance des carnavals, apportaient le défoulement des obsessions, libérant l'homme du carcan de ses quotidiennes contraintes... »

  • L'almanach du Berry est un retour aux sources... Agrémenté de dictons, de proverbes, de devinettes, de recettes et de remèdes, il propose, mois par mois, à la manière des almanachs populaires de nos aïeux, le relevé des rassemblements communautaires du Berry, fêtes et foires, laïques ou religieuses. La pérennité des coutumes locales est déjà un fait historique. Par le rappel des événements mémorables qui marquèrent le cours du temps, Jean-Louis Boncoeur privilégie la petite histoire aux dépens de la « grande ». Et c'est respecter la tradition que de vouloir faire revivre, dans les pages d'un almanach, la vie des humbles, avec leurs problèmes, leurs joies et leurs peines de tous les jours. Almanach populaire, richement illustré, l'ALMANACH DU BERRY est un ouvrage de référence qui ne manquera pas de passionner les vrais Berrichons.

  • Louvrage invite le lecteur à découvrir lhistoire contemporaine de la construction de la politique de développement de la province Nord de la Nouvelle-Calédonie. Surtout, lanalyse détaillée du processus de fabrication de la politique de développement met en évidence les enjeux du fonctionnement dune gouvernance multi-niveaux enfin ouverte aux Kanaks, mais aussi aux contraintes dun espace daction publique de plus en plus mondialisé

  • Vaste fresque évoquant la Nouvelle Calédonie. Il porte la version des Kanaks eux-mêmes, racontant leur histoire à travers le XX° siècle. Le récit sappuie à la fois sur des regards qui pourraient paraître contradictoires : une vision traditionnelle de la société de la Coutume, une vision politique assumée indépendantiste et marxiste et une vision profondément féministe. Ce roman intègre à tout cela lunivers du conte kanak, avec sa morale, ses côtés magiques et sa poésie. Océanien, il cherche à unir toutes ces courants de vie et de pensée. La trame très originale du roman se décline à travers la vie de celle qui nest dabord quune petite fille, Tâdo, mais aussi à travers les vies des différentes parties de sa parentèle au sens le plus large et le plus précis. Ces vies sont interdépendantes par le fonctionnement de la tribu et de la pensée Kanak. Ces vies sont aussi incluses dans lhistoire du pays, dans ses drames et dans celle du monde contemporain et de ses grandes inquiétudes, comme celles qui touchent lécologie.
    Cette oeuvre remarquable représente quelque chose de nouveau en français au sujet du monde océanien : voir et dire, de lintérieur, la colonisation et la décolonisation.

  • Au cours d'un voyage en Tunisie, en compagnie de ses parents, Dina va disparaître. Ayant perdu conscience, la jeune adolescente de quatorze ans se réveillera dans une maison creusée dans le roc. Le jeune Salam, son ravisseur, en deviendra amoureux et la confondra avec Dihya, la reine berbère, qui a jadis sauvé son peuple de l'envahisseur arabe. Dans les yeux de Salam, Dina découvrira la Tunisie et le rêve d'une autre vie !

  • La Brenne, ce pays aux mille étangs, est situé au coeur du Berry. Voici retracée l'évolution des usages locaux, des modes alimentaires ou vestimentaires, grâce à des archives remontant jusqu'au 17e siècle.

  • Présentation de l'histoire et des fondements géographiques de la société et de la culture du Vanuatu. Cette recherche, qui englobe plusieurs îles, porte un regard sur l'ensemble de l'archipel et présente un essai de synthèse générale.

  • Pendant longtemps, sous son voile, Samia a tremblé de peur, comme des millions de femmes dans sa situation à travers le monde. Jusqu'à ce qu'elle prenne une décision qui a changé sa vie. Fuir l'Algérie, contre vents et marées, contre traditions et soumission. Se sauver, elle et ses cinq enfants, dont ses deux filles, qui auraient à subir sûrement le même sort, si elles restaient sous l'emprise de leur famille.

  • Comment expliquer la montée de l'islam en Europe ? Quelles sont les nouvelles exigences des communautés musulmanes? Faut-il au nom de la tolérance répondre positivement à ces demandes ? Y a-t-il un projet d'islamisation de l'Europe ? L'islam et sa vision du monde peuvent-ils s'accorder avec une Europe sécularisée ? Fruit d'une série d'entretiens avec Line Pillet, philosophe, cet ouvrage répond aux questions les plus courantes de l'opinion
    publique. À l'heure où le débat sur l'intégration sociale et le dialogue interreligieux est faussé par de nombreux préjugés et opinions naïves, l'auteur donne des réponses claires et documentées à tous ceux qui s'interrogent sur les modalités d'une cohabitation avec les musulmans.

  • Le retour aux sources, la recherche des racines provinciales connaissent aujourd'hui un réel regain d'intérêt. Or, la diversité des régions françaises apparaît très accusée lorsqu'on s'applique à retracer l'évolution de leurs conditions de vie et à retrouver les bases sociojuridiques de leur cohésion. C'est cette préoccupation qui a inspiré la présente monographie de l'Aquitaine, et plus particulièrement de la Guyenne. Le choix de cette région n'est pas en effet fondé seulement sur le fait que l'auteur y plonge par son ascendance. Il tient aussi à sa conviction que s'y retrouvent des concepts, des institutions et des développements d'un caractère vraiment original. Il n'y a pas en France d'autres provinces où se soit perpétuée aussi longtemps la pratique du droit romain, cependant que le territoire a vécu pendant trois siècles sous une souveraineté anglaise. Il en résulte un subtil mélange de la rigueur du droit écrit et du pragmatisme anglo-saxon... Dans ce pays qui devait devenir celui de Montaigne et de Montesquieu, donc marqué par la liberté de pensée tout autant que par l'appréciation indulgente des hommes et des choses, la condition des personnes et les modes d'appropriation comme de gestion des terres ne pouvaient avoir le caractère contraignant et figé que l'on constate dans les provinces où l'influence alémanique a plus longtemps perduré. Si le servage a été pratiqué en Aquitaine, les serfs questaux se sont assez aisément affranchis de la tutelle des seigneurs pour devenir des hommes quasi libres, c'est-à-dire capables de s'enrichir, le plus souvent aux dépens de ceux-ci. La floraison des villes libres, la création de toutes pièces des bastides qui marquent aujourd'hui encore le Sud-Ouest, ont établi un efficace contrepoids aux abus de la féodalité, tant laïque qu'ecclésiastique. Les modes de tenure des terres se sont, de leur côté, diversifiés pour apporter la souplesse qu'appelle le spécifique et noble métier de vigneron. En bref, l'auteur a voulu faire apparaître les méandres du long fleuve qui ont conduit à faire du parti des Girondins, sous la Révolution, celui de la médiation et de la vraie liberté, malheureusement encore inaccessibles pour la France de cette époque.

  • Le risque est au centre du jeu politique : toute situation politique présente des risques, toute décision politique est « grosse » de risques, le politique est un technicien du risque. Quels sont les fondements du risque ? Comment le risque est-il perçu ? Qu'est-ce que choisir ? Quelle est l'économie du risque ? Comment vivre intelligemment avec le risque ? Pierre Lenain en dix leçons tente de répondre à ces questions difficiles : on ne comprend pas grand-chose à la politique si l'on ne tient pas compte de ces systèmes de risques.

empty