• La saison des feux

    Celeste Ng


    Quand le voile des apparences ne peut être déchiré, il faut parfois y mettre le feu.

    À Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l'image de l'existence parfaitement réglée d'Elena Richardson, femme au foyer exemplaire.
    Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s'installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d'abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence commence à mettre en péril l'entente qui règne entre les voisins. Et la tension monte dangereusement à Shaker Heights.
    Après Tout ce qu'on ne s'est jamais dit (Sonatine Éditions, 2016), Celeste Ng confirme avec ce deuxième roman son talent exceptionnel. Rarement le feu qui couve sous la surface policée des riches banlieues américaines aura été montré avec tant d'acuité. Cette comédie de moeurs, qui n'est pas sans rappeler l'univers de Laura Kasischke, se lit comme un thriller. Avec cette galerie de portraits de femmes plus poignants les uns que les autres, c'est aussi l'occasion pour l'auteur d'un constat d'une justesse étonnante sur les rapports sociaux et familiaux aujourd'hui.

  • Les SecUnits se moquent pas mal des actualités. Même après avoir piraté mon module superviseur et débloqué mes accès, je n'y ai jamais prêté grande attention. D'abord, parce que les téléchargements de contenu multimédia risquent moins de déclencher les alarmes éventuelles des réseaux locaux et satellitaires, mais surtout, parce que les informations sont d'un ennui mortel et que je me fiche éperdument des querelles entre humains tant que je n'ai pas 1) à y mettre un terme, 2) à nettoyer après eux.
    Où AssaSynth se fait passer pour un humain augmenté et embaucher comme consultant de sécurité auprès de trois scientifiques en litige avec leur employeur...
    Entre voyage dans la galaxie et exploration de mine abandonnée, Schémas artificiels sonde davantage la conscience émergente du narrateur. Ses relations avec d'autres intelligences artificielles dessinent une fresque de personnages non-humains d'une grande profondeur, rappelant le cycle de « La Culture » de Iain Banks. Et à se mettre au service d'humains, AssaSynth découvre à quel point il est délicat de ne pas s'attacher émotionnellement à ceux qu'on protège.

    Défaillances systèmes, la première des quatre novellas qui forment « Journal d'un AssaSynth », a reçu les prix Hugo, Nebula, Alex et Locus.

  • Le continent ravagé de Genabackis a donné naissance à un nouvel empire terrifiant : le Domin de Pannion. Telle une marée de sang corrompu, il dévore ceux qui refusent de se soumettre à la sainte parole de son tyran fanatique. Pour l'affronter, l'Ost de Dujek Unbras et les Brûleurs de Ponts de Mésangeai et de Ganoes Paran devront forger une alliance avec leurs vieux ennemis : les forces du seigneur de guerre Caladan Rumin, les Tistes Andii d'Anomander Rake et les Rhivis des plaines.
    Mais ce ne sont pas les seuls événements qui se trament. Les clans t'lan imass se sont également réveillés, répondant à l'appel de l'antique rassemblement qui scellera leur destinée. Dans l'ombre, une infection se propage, corrompant les garennes, souillant la chair de Brûle, la Déesse Endormie elle-même. À Morn, une déchirure écarlate porte la trace du Chaos, promesse d'une effroyable renaissance. Et partout l'on raconte que le Dieu Estropié, désormais libéré de ses chaînes, chercherait à assouvir son impitoyable vengeance...
    Marquant le retour de bon nombre de personnages des Jardins de la Lune, Les Souvenirs de la Glace se pose comme un chapitre capital au sein de l'éblouissant cycle de fantasy épique de Steven Erikson.

    Mais les clans non-morts des T''lan Imass se sont également réveillés, répondant à un antique rassemblement ordonné par la première Jeteuse d'Os de chair et de sang à avoir vu le jour depuis plusieurs centaines de milliers d'années. Dans l'ombre, une force plus sombre et malveillante semble menacer le monde. Une infection se répand, corrompant les garennes, souillant la chair de Brûle, la déesse endormie elle-même.
    À Morn, des tumulus profanés portent la marque du Chaos, promesse d'une effroyable renaissance. Et partout l'on raconte que le Dieu Estropié, désormais libéré de ses chaînes, chercherait à assouvir son impitoyable vengeance...

    Marquant le retour de bon nombre de personnages des Jardins de la Lune et introduisant son lot de nouveaux protagonistes remarquables, les Souvenirs de la Glace se pose comme un nouveau chapitre capital au sein de l'éblouissant cycle de fantasy épique de Steven Erikson tout autant que comme un sommet d'écriture.

  • Nous avons cru que les droits de l'homme valaient partout et pour tous. Ils sont désormais dénoncés à l'extérieur par les autres civilisations et à l'intérieur même de nos démocraties. Comment penser cette crise ? Comment y répondre ? Comment maintenir l'idée de l'Universel ? Par l'une des grandes philosophes d'aujourd'hui.
    Après la Seconde Guerre mondiale et la chute du mur de Berlin, nous avons cru à la victoire définitive de notre vision du monde, caractérisée par l'individualisme libéral, le cosmopolitisme et la démocratie des droits de l'homme. Mais depuis le tournant du siècle, plusieurs cultures mondiales s'opposent clairement et fermement aux principes occidentaux considérés jusque-là comme universels. La démocratie est décriée ou dégradée, et l'autocratie nommément défendue, en Chine et à Singapour, dans certains pays musulmans, en Russie. En outre, apparaissent au sein même de l'Occident des gouvernements dits populistes ou illibéraux, opposés au libéralisme et à l'individualisme postmodernes. Ce débat conflictuel déployé tant sur le plan occidental que sur le plan mondial traduit un nouvel assaut de la vision du monde traditionnelle, holiste, face à la vision progressiste et individualiste.
    Des deux côtés fleurissent les excès. En Occident, l'humanisme classique transformé en humanitarisme. En face, des cultures parfois devenues des idéologisations de leurs traditions. C'est un énième épisode, mondialisé, de la discorde entre les modernes et les anti-modernes : ce qu'on a appelé au xxe siècle la " guerre des dieux ".


  • À la maison, au travail, dans les transports, les conflits sont réguliers et il en est que l'on éviterait volontiers ! Conflits familiaux, crise d'adolescence, conflits de voisinage... Vous vous demandez comment y faire face ou comment les éviter ?

    Christian Aghroum vous propose dans ce livre une méthode simple à mettre en pratique et qui vous permettra de devenir maître en apaisement des conflits. Apprenez à identifier les signes avant-coureur, à vous méfier des facteurs réguliers de conflits, à comprendre les raisons d'une querelle, à agir en gardant la tête froide et à tenir le cap.

    Vous trouverez toutes les clés pour progresser et aller vers l'autre dans un environnement conflictuel.

  • Lettres sur le nihilisme

    Jacobi

    Petit manuel de non-philosophie à l'usage des philosophes et des non-philosophes, la Lettre à Fichte constitue un document-phare pour la genèse du nihilisme européen. Écrite en 1799 dans un contexte polémique, au plus fort de la Querelle dite de l'athéisme, elle est un ouvrage de guerre contre toute la philosophie occidentale, accusée d'être tendanciellement orientée vers le nihilisme. Selon Jacobi, les philosophes ont privé le monde de son épaisseur. Mystificateurs de génie, ils ont, par abstraction et réflexion, vidé la vie de sa vie, et nous présentent en triomphant une dépouille inerte qui n'est que le reflet creux de leur ego surdimensionné. La Lettre sur le nihilisme est accompagnée de textes de Jacobi, de Fichte et de Reinhold, ainsi que d'un dossier comprenant un choix représentatif de documents relatifs à cette Lettre.

  • Dark crystal

    Collectif


    Adapté du film culte. Le dénouement de la prophétie, La continuité de la série télévisée !

    L'Apocalypse est imminente. Le Cristal, brisé, est au coeur d'une querelle immémoriale entre les mystiques urRus et les perfides Skeksès. Tous les oracles concordent : la prochaine Conjonction marquera inévitablement la fin du monde tel qu'il existe. La tension est à son comble quand le grand urSu, ainsi que l'Empereur Skekès, trépassent... Jen, l'unique survivant du peuple des Gelflings, recueilli et élevé par les urRus, va se retrouver bien malgré lui au coeur de cette tourmente séculaire...
    Dans cette adaptation officielle du film culte de Jim Henson et Frank Oz, découvrez l'univers de Dark Crystal sous un jour nouveau, constellé des magnifiques illustrations préparatoires de Brian Froud et l'équipe de production, et agrémenté d'un dossier vous plongeant dans les coulisses de la novélisation de ce chef-d'oeuvre de la dark fantasy.

  • Des années 1750, au cours desquelles les Lumières s'affirment, jusqu'aux grondements de la Révolution de 1789, c'est une série de transformations sans précédent que les Chapelin, famille de paysans, et les de Nuys, comtes et aristocrates, devront affronter. Le jeune Antoine Chapelin, fils du paysan Martin, découvre les guerres du Canada et l'éducation des Lumières - en agronomie comme en politique. Le comte Louis de Nuys, pour sa part, rêve de gloire... En ces temps où les idées des Lumières révolutionnent les esprits et où la monarchie s'affaisse, les deux héros voient leur destinée se croiser pour le pire. Cette fresque historique, qui se lit d'une traite, fait suite au précédent tome, Le Temps des blés.

  • Au début du XIXe siècle, Saint-Léonard, un chef-lieu de canton du Limousin, est le décor d'un amour impossible. Aristide Herbeau, médecin de campagne, tombe amoureux de Louise, une de ses patientes. Mais Louise est l'épouse de Riquemont, un châtelain, éleveur de chevaux limousins. Les amoureux s'emploient à ne pas éveiller la méfiance de Riquemont, mais un jour le mari va surprendre le docteur Herbeau aux genoux de Louise...

  • Une histoire d'amour au coeur de la Grande Guerre et le combat d'une femme pour sa liberté. Juin 1914. L'été s'annonce radieux. Maxime Bedu est chargé de photographier Blanche qui doit épouser, six semaines plus tard, un riche veuf de plus de vingt ans son aîné. En s'entretenant avec la jeune fille, il apprend qu'elle s'est jetée dans cette union par dépit amoureux. La rencontre entre les deux jeunes gens se transforme en idylle. Éclate alors la guerre avec son cortège de deuils et de destructions. Éprise de liberté et de justice, Blanche, ne supporte pas sa condition d'épouse soumise. Le souvenir de Maxime, dont elle ignore le sort, et son amour pour lui, vont l'aider à s'affranchir et à prendre sa destinée en main. Arrivera-t-elle à trouver le bonheur et reconstruire sa vie sur les ruines fumantes de l'ancien monde ? A travers le combat de Blanche pour s'émanciper apparaît en filigrane celui des femmes qui, au sortir de la première guerre mondiale, militent pour obtenir plus de reconnaissance et le droit de vote.

  • Ganaël rêvait depuis des siècles de posséder un être humain quand il a rencontré Laure, dix ans, une petite fille vive, drôle, si douce. Maintenant il est en elle, et il raconte son irrésistible prise de pouvoir. Bientôt, il pourra lui apprendre le goût du mal, la voracité, l'absence totale de pitié que les démons sont venus répandre dans le monde.
    Mais les humains sont un peuple étonnant : rien ne se passera comme prévu. Ce sera pire.

    Avec La Horde, Sibylle Grimbert s'empare du thème de la possession pour explorer la cruauté et la magie de l'enfance.


    Un suspense qui ravira les amateurs de frissons horrifiques, servi par une écriture magnétique teintée d'ironie.

  • L'histoire de la pensée occidentale est jalonnée de grandes « querelles », comme celle des universaux ou celle des anciens et des modernes. C'est à travers de tels débats, comme ceux qui, durant la seconde moitié du xxe siècle, ont opposé en France Gueroult et Alquié ou Foucault et Derrida, que, à notre époque, elle reste vivante. En prenant en considération certains aspects surprenants de sa réception, on mesure à quel point une doctrine comme celle de Descartes, qu'aucune entreprise académique n'est parvenue à momifier, appelle des engagements de pensée pratiqués au présent, et répugne à une appréhension objective ou prétendue telle, qui, en la considérant à distance, la relèguerait dans un passé révolu. L'oeuvre de Descartes reste pour nous encore en grande part une énigme, et ainsi elle constitue une invitation ou une provocation à penser, en nous tenant à l'écart des idées touts faites : c'est par là, et non par les certitudes acquises dont elle serait porteuse, qu'elle se révèle incontournable pour qui s'intéresse à la philosophie.

  • « Ce premier roman a la grâce. » - Françoise Xénakis, Le Figaro Littéraire.
    Sous le chapiteau du cirque, la troupe connaît son numéro par coeur. Jongleurs, acrobates, clowns, écuyers, marionnettistes entretiennent depuis si longtemps l'illusion d'un monde à part qu'ils en ont oublié la réalité et ses dures lois.
    Mais, un jour, une vieille querelle que l'on croyait endormie se réveille. Au risque de rompre le précieux équilibre et de briser la magie.
    Voyage au coeur du rêve et de la féerie, fable philosophique d'une poésie et d'une sensualité joyeuses, ce roman de Stephen Carrière est aussi une réflexion très actuelle sur l'utopie, le rôle de l'artiste et l'amour.
    Débordant d'imagination, empreint d'une sensibilité grave, peuplé de personnages surprenants, Une vieille querelle révèle le talent de l'auteur.
    Stephen Carrière est également l'auteur de L'Enchanteur (2019).

  • Joffrey vit dans un pays où la neige n'est pas froide et couvre le sol à longueur d'année. De plus, la neige y change de couleur avec les saisons, tout comme les moustaches des chats et autres animaux. Ce pays est si extraordinaire qu'on n'a pas réussi à trouver un nom digne de le désigner. Peux-tu suggérer un nom à Joffrey ?

  • Difficile de faire vivre trois générations sous le même toit lorsque les caractères sont bien trempés : Yolaine le constate quotidiennement. Les disputes entre sa mère et sa grand-mère maternelle, la propriétaire du domaine, ont rendu le départ inéluctable... Adrienne et Henri, les parents de Yolaine, décident donc de quitter la ferme familiale. Ils ont l'occasion de s'installer, avec leurs quatre enfants, dans une métairie au coeur de la châtaigneraie où les terres sont moins fertiles que celles de la vallée. L'acclimatation réservera bien des surprises à Yolaine, plongée dans le trouble des amours débutantes.

  • L'auteur transpose dans ce roman des souvenirs d'enfance. Henri Nadaud, dit Riquet, perd sa mère alors qu'il n'a que cinq ans. Il va vivre pas très loin de Tours, chez Félicie, sa grande-tante. Cette tante s'est employée toute sa vie à donner la becquée à de nombreux enfants. Elle vit dans le beau domaine de Courance, traversé par une rivière. Toute la famille défile devant le lecteur, avec ses tendresses, ses querelles, sa solidarité. Dans ce roman de moeurs provinciales, Boylesve nous décrit la Touraine, ainsi que les comédies, les petitesses, les souffrances de la famille provinciale française.

  • Une chicane éclate dans un jardin parmi les citrouilles... Mais le bon vieux monsieur qui les cultive leur fait comprendre qu'il n'y a pas de quoi perdre la tête !

  • Au printemps 1726, au début du règne de Louis XV, deux couples de paysans - les ancêtres de l'auteur - s'éloignaient de leur province, l'Orléanais, pour se rendre à Tournai, au-delà des frontières du Nord, dans le but de s'y marier selon leur religion. Ils étaient protestants. Pareil déplacement enfreignait la loi. Ils allaient en sabots, couchant ici sous une grange, là dans une maison sûre, mais toujours se cachant des délateurs et des argousins. Ils couvrirent, en vingt et un jours, deux cent vingt-cinq lieues, soit quotidiennement cinquante de nos kilomètres. À leur retour au pays, les tracasseries rancunières, constamment attisées par le curé du village, tournèrent vite au drame. Leur existence devint un enfer.

  • Mangolérian

    Alain Raffaëlli

    Yannick tira de sa poche quelques pièces qu'il laissa sur le comptoir, et sans échanger un regard nous sortîmes, sourds aux apostrophes pressées. Deux ou trois tentèrent de nous suivre, mais Yannick se retourna, les poings sur les hanches, et émit un grognement caverneux.

  • Chroniques amères

    Mario Salerno

    De la Première Guerre mondiale à la fin des années 1960, deux familles cohabitent dans un village planté au coeur de la Sicile. L'une pieuse et l'autre à l'anticléricalisme indéracinable. Camillo d'un côté, Tommaso de l'autre. Destins parallèles, parfois

empty