• Comment le spectateur entre-t-il dans une fiction ? Sur quelles bases comprend-il le monde qui s'offre à lui ? Comment le film oriente-t-il sa lecture ? Par conséquent, la portée de l'ouvrage dépasse le seul champ du cinéma pour concerner toute production signifiante, notamment le texte littéraire dont il est souvent question à titre de comparaison. Néanmoins les points de théorie sont toujours pensés dans un souci d'application à l'analyse filmique dont on trouve ici de nombreux exemples.

  • Sorti dans les salles à une période charnière, le film En cas de malheur de Claude Autant-Lara (1958) fait ici l'objet d'une analyse approfondie qui porte à la fois sur l'écriture scénaristique, le contexte sociohistorique et les modalités de la transposition à l'écran du roman homonyme de Georges Simenon. Alain Boillat envisage les différentes variantes conçues par les scénaristes dans une perspective narratologique et d'étude des normes de genre. Ce faisant, il propose une méthodologie favorisant l'application au cinéma de la génétique des textes littéraires, et renouvelle plus largement l'étude du phénomène de l'adaptation. En discutant certains aspects du récit filmique (point de vue, flash-back, etc.), l'ouvrage montre combien le personnage ne peut être appréhendé au cinéma sans la prise en considération de la vedette qui l'incarne. Or En cas de malheur réunit les deux plus grandes stars qu'ait connues le cinéma français : d'un côté Brigitte Bardot, nouvelle icône de la féminité qui présage les bouleversements sociaux des années 1960, de l'autre Jean Gabin, associé à une image de la virilité issue des années 1930.

  • Le cinéma français d'après-guerre dit « de la Qualité française », longtemps éclipsé dans l'historiographie au profit de la Nouvelle Vague, plaçait au coeur de ses préoccupations la question de l'adaptation : Le Rouge et le Noir de Stendhal, Le Diable au corps de Radiguet ou le Journal d'un curé de campagne de Bernanos se voient notamment transposés à l'écran, et certains écrivains, tels Gide et Malraux, se prennent d'intérêt pour le 7e Art.
    Les études rassemblées ici exploitent des documents d'archives méconnus afin d'offrir un éclairage nouveau sur cette production cinématographique en l'abordant à travers l'activité scénaristique d'auteurs de premier plan (comme le tandem Aurenche et Bost). En comparant les romans ou les pièces de théâtre à leurs variantes scénaristiques et cinématographiques, les contributeurs du volume examinent les fonctions de la référence littéraire, certaines étapes de la création (notamment le découpage technique) ou certains procédés narratifs comme le flash-back ou la mise en abyme. L'oeuvre filmique apparaît alors comme le résultat d'un geste nécessairement collectif, comme l'aboutissement d'un travail d'écriture mouvant dont l'étude nous apprend beaucoup sur le pouvoir respectif des mots, des images et des sons. Le scénario est souvent étudié dans une optique normative ; le voici envisagé comme le lieu des possibles.

empty