• La ferme des Borie, un couple d'octogénaires spécialisés dans la fabrication du fromage du cru, l'artisou, trouve enfin le repreneur idéal en la famille Mesyaf, tout juste arrivée de Syrie. Toutefois, cette succession à des étrangers ne plait pas à tout le monde, tout comme la relation naissante entre Amric, l'ainé de la famille, et Emilie Béréziat, une jeune fille du village...
    Quand on retrouve à plusieurs reprises les barrières des vaches relevées, il n'y a plus le choix : il faut avertir les gendarmes. Mais, avec le temps, à force de travail et de patience, les Mesyaf parviennent à se faire accepter et trouvent en la famille d'Emilie de précieux alliés. C'est d'ailleurs Amric et Emilie qui reprendront les rênes de la ferme des Béréziat et créeront un nouveau fromage : le petit fougaud !

  • Depuis son premier baiser échangé avec Marie-Claire, la fille des boulangers du village, Rémi sait qu'elle est la femme de sa vie. Elle lui a dit oui et, quand il aura terminé son service militaire, ils se marieront. Pourtant, au fil des semaines, Rémi a le sentiment que sa promise s'éloigne de lui et lui cache quelque chose. Pourquoi Marie-Claire a-t-elle un comportement si étrange ?
    Alors qu'un soir de fête la jeune fille lui fait faux bond, Rémi croise Marlène et lui propose de l'accompagner... Et si Rémi s'était trompé sur celle qui va partager sa vie ?

  • À la suite d'un accident de voiture, Pascalou et sa jeune soeur se retrouvent orphelins et placés en foyer. Baudouin, l'oncle de Pascalou, devient son tuteur. Il en profite pour utiliser pour son propre compte la maison de son frère défunt. Lors d'une dispute entre Pascalou et son oncle, ce dernier bascule par la fenêtre et accuse son neveu de l'avoir poussé pour tenter de le tuer. C'est le début des ennuis judiciaires pour le jeune garçon. À sa majorité, l'horizon s'éclaire. Il est enfin libre, retrouve Charlotte, son amour de jeunesse, et ouvre une librairie, mais son oncle continue de remuer le passé : Pascalou arrivera-t-il à prouver que son oncle l'accuse à tort ?

  • Au son du tocsin, chacun de son côté de la frontière, Jean et Ludwig quittent femme et enfants pour rejoindre le front. Le hasard leur fera vivre le même parcours : prisonniers puis envoyés comme main-d'oeuvre dans une ferme ennemie. Ce qu'ils ne savent pas, ces soldats qui d'ailleurs ne se connaissent pas, c'est que chacun travaillera désormais chez l'autre, et prendra ainsi la place de son opposant, dans les champs mais aussi dans le coeur de l'épouse restée à la ferme... Et ces relations auront des conséquences inattendues sur le destin de leur entourage !

  • Le 26 mars 1962, lors de la tristement célèbre fusillade de la rue d'Isly, Aurore, six ans, voit sa mère Edwige mourir devant ses yeux. La foule la sépare de son père, le Dr Olivier Mollkirch, lequel, blessé à la tête, plonge dans le coma. L'enfant, sous le choc, ne se rappelle pas son nom de famille et les religieuses qui la recueillent ne parviennent pas à retrouver son père. Elles l'envoient donc en France où un brave couple de paysans, Charlotte et Augustin Cubizolles, l'adopte. À l'adolescence, Aurore n'aura de cesse de rechercher son père. C'est pourtant le plus grand des hasards qui les fera se retrouver.

  • Fils de brillants avocats lui offrant un avenir tout tracé, Vincent, contre toute attente, souhaite devenir charpentier. Son rêve : participer à la reconstruction à l´identique de L´Hermione, la frégate de La Fayette. En butte à l´autorité parentale, il finit par obtenir gain de cause. Parallèlement au lycée, il suit son apprentissage auprès du maître charpentier Auguste, alias Jupiter la Croix-Rousse, et de sa charmante fille Noëlline.
    Entre Châteauroux, Le Puy, Nohant, entre autres, l´accomplissement de son Tour de France contre vents et marées permettra-t-il à Vincent de tenir les trois promesses faites à sa soeur ?
    Pour son propre plaisir, Albert Ducloz écrit depuis l´enfance romans, poésies, contes et nouvelles. Pourtant, après une carrière de directeur d´établissement de soins, ce n´est qu´en 2002 qu´il publie son premier roman Citadelles d´orgueil. En 2007, il obtient le prix Claude Favre de Vaugelas pour Les Amants de juin. Les Trois Promesses est son sixième roman aux éditions De Borée.


  • A l'issue de la Grande Guerre, Lucile, infirmière auprès des soldats blessés, tombe amoureuse d'un soldat allemand dont il ne lui restera qu'une photo. Elle n'oubliera pas cet amour pourtant controversé. Les années passent et Lucile s'engage auprès des femmes atteintes de tuberculose. A l'aube de la Seconde Guerre, sentant le vent tourner avec les nazis aux portes de Paris, elle décide de partir avec ses protégées de Paris pour Valence où ensemble elles trouvent refuge dans un sanatorium inhabité. Mais les allemands envahissent bientôt la zone libre et réquisitionnent les immeubles. C'est alors que, parmi ces allemands, Lucile reconnaît Ludwig. Les anciens amants ne tardent pas à se retrouver et à s'aimer comme avant, malgré les interdits, les regards réprobateurs et la guerre. Ludwig n'hésitera alors pas à prendre tous les risques à l'encontre de sa hiérarchie pour sauver celle qu'il aime.

  • Belle et volontaire, Julie porte sur ses épaules l'avenir de la ferme tout en élevant ses trois enfants depuis que son mari Rémi est resté paralysé suite à un accident. Au village, elle rencontre Florent, tout juste de retour de la guerre et en quête de travail, et l'emploie rapidement à l'année. Les tâches quotidiennes les rapprochent et Julie lui confie son rêve de toujours que Rémi a refusé de réaliser : réparer le four de son père et cuire le pain comme il le faisait...
    L'auteur : Pour son propre plaisir, Albert Ducloz écrit depuis l'enfance romans, poésies, contes et nouvelles. Pourtant, après une carrière de directeur d'établissement de soins, ce n'est qu'en 2002 qu'il publie son premier roman Citadelles d'orgueil. En 2007, il obtient le prix Claude Favre de Vaugelas pour "Les Amants de juin". "Julie bon pain" est son quatrième roman aux éditions De Borée.

  • Marie grandit dans une famille où règne un père alcoolique et violent. Elle se réfugie auprès de son ami Frédéric. Mais les années passent et leurs sentiments évoluent : Frédéric tombe amoureux de Marie, jusqu'à commettre l'irréparable...

  • Qui en voulait à Désiré, le bouilleur de cru ?
    Lorsque son père, exploitant agricole et bouilleur de cru, périt dans l'incendie de sa maison, la jeune Marie décide d'abandonner ses études universitaires pour reconstruire la demeure familiale et reprendre en main le domaine. Mais les confidences de sa voisine, qui prétend avoir aperçu une silhouette s'enfuir au moment du drame, la taraudent. Elle se convainc vite que l'incendie était un acte volontaire. Aidée par Daniel, son ami d'enfance dont elle est tombée amoureuse, elle se met alors en quête d'indices pour étayer sa conviction...
    L'auteur : Pour son propre plaisir, Albert Ducloz écrit depuis l'enfance roman, poésie, contes et nouvelles, mais ce n'est qu'en 2002 qu'il publie son premier roman Citadelles d'orgueil aux éditions Jeanne d'Arc.
    En 2007, il obtient le prix Claude Favre de Vaugelas pour Les Amants de juin (Lucien Souny, 2005). Une étrange récolte est son douzième roman.

  • Au bout de vingt ans de vie commune, l'amour entre Adrien et Corinne s'est progressivement émoussé. À l'occasion d'une crue dévastatrice qui manque de tuer son mari, Corinne fait la rencontre d'un Parisien venu s'installer dans le pays. L'attirance de l'un pour l'autre est immédiate, ce qui attise la jalousie d'Adrien qui, en véritable force de la nature, se remet très vite sur pieds.

  • Quel est donc cet Hippolyte Moulouses, paysan à Ceyssac, village proche du Puy-en-Velay, construit au pied d'une muraille volcanique, qui, en novembre 1792 part pour Paris en compagnie d'une fille de joie ? Pourquoi, sans qu'il s'en doute, et à bonne distance, des conspirateurs royalistes à cheval, lui servent-ils d'escorte ?
    Pourquoi les Dames Blanches, demeurées celtes de corps et d'esprit au coeur de la forêt gauloise du Mont Devès, ont-elles préparé pour lui les onguents et liqueurs qui vont le transformer, le transfigurer ? Au retour de Paris en décembre, il ressemble curieusement à Louis XVI.
    Habituellement peu porté sur les femmes, le Roi tombe soudain follement amoureux d'Isabelle, jeune paysanne vellave « au regard émouvant d'une biche aux yeux verts ... » Qui l'a rendu ainsi ?
    Et, si celui qui a été guillotiné le 21 janvier 1793 n'était pas le vrai Louis XVI ? Y aurait-il eu substitution ?
    Albert Ducloz livre ici son huitième roman. Une superbe histoire d'amour et de mystère au coeur de la Haute-Loire, un véritable roman de cape et d'idée. Riches en rebondissements, « Les Dames Blanches » nous tiennent en haleine jusqu´au bout.

    1 autre édition :

  • Après avoir perdu sa femme dans un accident, laissant une trace indélébile au sein de la famille, Philippe élève ses quatre enfants avec l'aide de sa mère Mathilde. Pourtant, quand il rencontre Juliette, la jeune institutrice du village, au sujet des talents de sa fille Nathalie pour le violon, le charme opère. Ils décident alors de se marier. Quelle sera la réaction des enfants de Philippe face à cette nouvelle ? L'idylle va bientôt être rattrapée par des secrets familiaux inattendus..
    L'auteur : Pour son propre plaisir, Albert Ducloz écrit depuis l'enfance romans, poésies, contes et nouvelles, mais ce n'est qu'en 2002 qu'il publie son premier roman Citadelles d'orgueil aux éditions Jeanne d'Arc. En 2007, il obtient le prix Claude Favre de Vaugelas pour Les Amants de juin (Lucien Souny, 2005).

  • Arnaud, fils du baron de Lespinasse, et Camille, la fille des métayers du domaine, décident de s'aimer en secret malgré leurs différences sociales. Le sort va s'acharner sur le couple. Tandis que Camille tombe enceinte, Arnaud est mobilisé dès le début de la Grande Guerre. De peur d'affronter seule les reproches de sa famille, Camille fait promettre à son bien-aimé de revenir vivant du front. Arnaud va ainsi imaginer de nombreux subterfuges pour prendre soin de sa femme et de sa fille Mathilde, quitte à risquer sa vie, et surtout son honneur...

empty