• "La dématérialisation de toutes choses relève-t-elle du programme ? " Alexandre Friederich.

    Sur commande
  • Quelle forme de vie est encore possible après la faillite d'une cité entière, autrefois théâtre d'un essor économique sans précédent ? Détroit a inspiré à Alexandre Friederich un texte fulgurant, mi-récit d'aventure mi-reportage, et véritable roman d'anticipation. L'auteur décrit avec humour la débrouille à petite échelle, l'autogestion localisée, les traces aussi insignifi antes que signifi catives d'une vie en devenir. Enfourchant son Roadster (d'occasion), il recherche moins les vestiges du passé que la présence. Dans son périple, Friederich croise des âmes égarées, sans jamais se considérer lui-même comme extérieur à cette errance. La fascination pour la ville-fantôme cède devant celle de ses habitants et la trivialité, parfois, d'instants volés.

  • Écrire, c'est d'abord s'asseoir. Plutôt que de s'asseoir devant un bureau, l'auteur a choisi de s'asseoir dans un avion.
    Cinquante millions de personnes sont transportées chaque année par la compagnie low cost easyJet. Vacances ou travail, toutes entreprennent le voyage dans un but donné. Pour l'auteur au contraire, le transport lui-même a pris le pas sur la destination. Alexandre Friederich a décidé de rejoindre en vingt jours dix-sept destinations, ainsi reliées de façon arbitraire. Son objectif : passer le plus de temps possible à bord des avions. Avec l'acuité du sociologue et la verve réjouissante de l'ironiste, il relate dans easyJet cette expérience, met en évidence le caractère aberrant d'un système qui infantilise l'homme, le transforme en marchandise ou l'humilie au nom de sa sécurité.
    Lire easyJet, c'est peut-être se prémunir mais c'est aussi entrevoir la fin d'un modèle, celui du low cost et, avec lui, du voyage.

  • TM

    Alexandre Friederich

    Un balayeur se raconte. Il vit pauvrement dans un squat genevois, mais son regard s'aiguise à observer ses contemporains. Après des voyages, à Mexico ou en Arles, de retour à Genève et au contact d'une coloc, il va changer. Il se met en mode active, hyperactive. Il change de monde. Mais pour quoi faire? pour devenir qui? Avec Friederich, on enjambe gaiement le récit picaresque, la réflexion philosophique et la considération sociologique. Une manière décalée, et donc féconde, de reposer frontalement les questions de la consommation et de la décroissance.
    Que signifie vivre à la marge dans un pays du trop-plein? Que signifie la pauvreté dans un pays de surabondance? Que signifie la liberté dans un pays de la surréglementation? La littérature peut dire quelque chose du réel. Sans grande théorie et sans jugement de valeur. Juste poser de bonnes questions. À vous de tenter d'y répondre.

    Sur commande
  • Ce triptyque explore trois variétés de la peur: l'angoisse, la crainte, l'effroi. L'archéologie, la sociologie et la pornographie ont leur méthode que la spéculation littéraire pousse ici dans ses retranchements afin de remonter aux origines de la peur.

    Sur commande
  • C'est la collection "historique", l'essentiel de la production avec 14 à 20 sorties chaque année. Les éditions THÉÂTRALES publient ainsi de nouveaux auteurs et soutiennent leurs "auteurs maison".On retrouve donc des auteurs français, de Azama à Rullier, en passant par Bonal, Besnehard, Cormann, Durringer, Fichet, Minyana ou Renaude, entre autres, et des auteurs étrangers tels que Belbel, Bouchard, Dalpé, De Filippo, Fischerova, Hacks, Horovitz, Müller, Murphy, Motton, Nadas, Rozewicz, Schwajda, Santanelli, Stock, Tabori ou Zahnd, par exemple.
    Les textes sont publiés en fonction de leur théâtralité - comme le démontrent les nombreuses créations dont ils font l'objet - et surtout de leur capacité à pouvoir être lus et appréciés pour leurs qualités littéraires.

    Sur commande
  • Le narrateur qui vous emmène à travers les dédales de Constance, qui vous fait découvrir aussi bien ses trésors connus que cachés, l'épaisseur de son histoire, est votre guide. C'est normal, direz-vous, pour un auteur de guides. Certes, mais c'est un guide qui emmène des aveugles. Et ce qu'il nous donne à voir n'est pas sans causticité sur le monde actuel. Balzac aurait intitulé une telle fantaisie «conte drolatique». Car enfin, voilà un guide - au sens de l'ouvrage que l'on consulte en marchant - touristique, donc pratique, destiné à un public qui ne pourra pas le lire. Qui ne pourra pas lire sur ce qui est donné à voir. Où l'on rejoint, de fait, le domaine de la fable...
    />

    Sur commande
  • Les textes réunis ici ont été choisis parmi les quelque dix mille pages qui constituent le journal d'Alexandre Friederich, entamé en 1977. Ils tournent autour de trois thèmes: les lieux, les relations amoureuses et la littérature.

    Sur commande
  • Récit sous forme de philosophie-fiction d'un homme qui a vécu vingt ans à l'étranger.

    Sur commande
  • Naypyidaw cité de l'espace (B2-91) Nouv.

empty