Parascolaire

  • L'Afrique subsaharienne ne présente pas un ensemble homogène, traditions, ancestrales, facteurs historiques et géographiques produisent des physionomies originales. La place prise par les médias est récente et inégale toujours liées à des influences extra-continentales. On ne peut séparer les médias des sociétés dans lesquelles ils fonctionnent : l'observation des médias - surtout de la radio, mieux africanisée - fournit un bon indicateur de l'évolution des sociétés africaines, de leurs espoirs et de leurs illusions. André-Jean Tudesq dresse d'abord un constat des transferts et ruptures que les médias ont apporté aux sociétés africaines. Il les analyse ensuite comme porteurs d'espérance, liées actuellement aux aspirations à mieux vivre, mais aussi avec leurs effets pervers : aggravation de la dépendance au niveau international et des inégalités entre États et au sein des États ; espoir et illusion sont les deux faces contradictoires et néanmoins solidaires des médias. Ils conditionnent les processus d'acculturation (principalement la télévision) et les apports des progrès en matière de santé ou de développement économique. Les médias (surtout la presse écrite) sont au coeur du débat sur la démocratisation en Afrique ; ils sont nécessaires à la transparence des activités publiques et à la dénonciation des injustices mais leur libération (relative selon les États) ne saurait suffire pour assurer le respect des droits de l'homme et l'amélioration du niveau de vie.

  • En Afrique subsaharienne, la presse écrite à près de deux siècles d'histoire. Longtemps freiné par la faiblesse de l'alphabétisation, son développement fut cependant rapide en Afrique anglophone où elle joua un rôle dans la décolonisation. À la fois cause et conséquence des aspirations au changement, la presse africaine est devenue en quelques années un acteur influent du mouvement démocratique et de l'avènement de nouveaux dirigeants dans plusieurs États. L'étude de l'implantation de la presse et l'analyse du nouveau lectorat, selon les diverses situations géopolitiques, posent la question du rôle de la presse dans la construction des opinions publiques africaines que l'on voit émerger en cette fin de xxe siècle. Spécialiste des médias africains, l'auteur a déjà consacré deux volumes aux radios et aux télévisions en Afrique noire. Les radios en Afrique noire, Paris, Éditions Pédone, 1984. L'Afrique noire et ses télévisions, Paris, I.N.A. - Economica, 1992.

  • La notion de patrimoine audiovisuel est réifiée par des approches nouvelles de la notion de patrimoine, comme celle de patrimoine naturel dont les traits sont fixés par l'image fixe ou animée. La première partie traite de l'aspect patrimonial de l'image visuelle en Aquitaine. Une deuxième partie aborde l'image en tant que représentation mentale du patrimoine. Conscientes des enjeux politiques, commerciaux et culturels que recèle la notion de patrimoine, municipalités, conseil départementaux et régionaux développent différentes politiques patrimoniales pour promouvoir leurs territoires en les singularisant. Le tourisme, le vin de Bordeaux, l'école participent à la reconstruction de l'image patrimoniale de l'Aquitaine. Que ce soit au niveau national ou régional, les médias, particulièrement la télévision et la presse écrite, contribuent largement à la promotion de la notion de patrimoine. En enracinant l'actualité dans le passé, ils créent du patrimoine et de l'identité, deux notions inséparables.

empty