• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'Histoire d'une contamination est celle, due au virus du sida, de la mère de l'auteur. Lors d'une opération, le 26 mars 1985 à l'Hôtel-Dieu de Paris, Mme Dubois est à la fois sauvée du cancer et condamnée à mort : du sang infecté lui a été transfusé. Sans avoir su qu'elle était contaminée, Mme Dubois meurt, à soixante et onze ans, de tuberculose, le 7 août 1990, dans des "conditions épouvantables". Le 19 avril précédent, ne supportant plus de voir son épouse dans une telle déchéance, son mari s'était suicidé. Si, en décembre 1992, Claude Dubois n'avait pas retéléphoné à l'Hôtel-Dieu, jamais il n'aurait appris que c'est le sida qui a tué sa mère. Les dossiers présentés dans Histoire d'une contamination sont ceux, adressés par Claude Dubois, au Fonds d'indemnisation en 1993, et, en 1994, à la Cour d'appel. Dubois y expose toutes les conséquences de l'infection de sa mère. À partir d'un cas privé, Histoire d'une contamination exprime l'infini lamento des victimes du sang contaminé. Des milliers de gens ont été les laissés pour compte de négligences, d'erreurs, de fautes commises par d'autres hommes, médecins ou serviteurs de l'État. Tous ont à se plaindre, ou leurs proches s'ils ne sont plus là pour faire entendre leur voix. Une impression poignante s'exhale des textes de Claude Dubois. Humain, rien qu'humain, Dubois est sans haine, mais non sans reproches, à l'égard de ceux dont la responsabilité a été reconnue dans le drame du sang contaminé. De la nécessité financière d'écouler des stocks de sang infecté à l'observance de grands principes au mépris de la simple prudence jusqu'au médecin de famille qui ne prendra pas la peine de dire à Claude Dubois la vérité sur la mort de sa mère, l'inhumanité a revêtu bien des masques.

  • L'Histoire d'une contamination est celle, due au virus du sida, de la mère de l'auteur. Lors d'une opération, le 26 mars 1985 à l'Hôtel-Dieu de Paris, Mme Dubois est à la fois sauvée du cancer et condamnée à mort : du sang infecté lui a été transfusé. Sans avoir su qu'elle était contaminée, Mme Dubois meurt, à soixante et onze ans, de tuberculose, le 7 août 1990, dans des "conditions épouvantables". Le 19 avril précédent, ne supportant plus de voir son épouse dans une telle déchéance, son mari s'était suicidé. Si, en décembre 1992, Claude Dubois n'avait pas retéléphoné à l'Hôtel-Dieu, jamais il n'aurait appris que c'est le sida qui a tué sa mère. Les dossiers présentés dans Histoire d'une contamination sont ceux, adressés par Claude Dubois, au Fonds d'indemnisation en 1993, et, en 1994, à la Cour d'appel. Dubois y expose toutes les conséquences de l'infection de sa mère. À partir d'un cas privé, Histoire d'une contamination exprime l'infini lamento des victimes du sang contaminé. Des milliers de gens ont été les laissés pour compte de négligences, d'erreurs, de fautes commises par d'autres hommes, médecins ou serviteurs de l'État. Tous ont à se plaindre, ou leurs proches s'ils ne sont plus là pour faire entendre leur voix. Une impression poignante s'exhale des textes de Claude Dubois. Humain, rien qu'humain, Dubois est sans haine, mais non sans reproches, à l'égard de ceux dont la responsabilité a été reconnue dans le drame du sang contaminé. De la nécessité financière d'écouler des stocks de sang infecté à l'observance de grands principes au mépris de la simple prudence jusqu'au médecin de famille qui ne prendra pas la peine de dire à Claude Dubois la vérité sur la mort de sa mère, l'inhumanité a revêtu bien des masques.

  • Dans le contexte des années trente, Julien, quatrième enfant d'une famille de paysans montagnards, prend conscience au fil des ans qu'il n'est pas fait comme les autres hommes. Bien que doté d'une intelligence et d'un physique au-dessus de la moyenne de ses congénères, il ne peut pas s'affirmer complètement, relativement à la taille de son organe génital, si petit qu'il installe en lui un complexe rédhibitoire qui va lui pourrir la vie. Il ne pourra jamais connaître la plénitude d'une relation sexuelle réussie. Toute sa vie, tous ses actes, seront conditionnés par ce besoin inassouvi. Il ira jusqu'au bout de son calvaire. Il connaîtra l'injustice, l'amour, la haine et la rancoeur. Une vie entière à vouloir être un homme et ne jamais le devenir. Et pourtant, les femmes l'attiraient.

  • Dans les années 1980, une jeune femme disparaît mystérieusement au cours d'une randonnée dans le maquis corse. Pleins d'espoir, ses parents lancent des recherches pendant quatre années à travers l'île sauvage, en vain.
    Trente ans plus tard, l'auteur tire de l'oubli cet étonnant fait divers, digne d'un roman policier. Plusieurs pistes se présentent à l'imagination du lecteur pour deviner ce qu'il est advenu de la jeune Sophie. S'agit-il d'un enlèvement, d'un meurtre, d'une prise d'otage, d'une séquestration ? L'affaire, qui reste à ce jour non élucidée, suscite de nombreuses controverses et donne matière à une fiction palpitante. Qui de la police, du légionnaire déserteur, des pêcheurs, des clients de la maison close ou des simples badauds détient une part de vérité ?

  • Le maniérisme Nouv.

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les 26 contributions réunies dans ce volume renouvellent quelques-uns des secteurs de l'histoire maritime, en attirant l'attention sur la méthodologie, les recherches récentes, les problématiques nouvelles, la recherche interdisciplinaire, l'archéologie, l'iconographie et le roman. On suit pendant deux millénaires quelques-uns des nombreux changements qui ont affecté les façades océaniques des cinq continents, en Amérique latine comme à Madagascar et dans l'Océan Indien, sur les rivages de la Méditerranée comme dans le commerce eurasien. Quelques thèmes demeurent privilégiés, les navires et la navigation, les marines de guerre et les politiques navales des États, l'exploitation des littoraux et les installations portuaires, les marchandises et les frets, les tonnages et les mesures, les assurances maritimes. Les marins, voyageurs, pèlerins, missionnaires, marchands, tous ces gens de mer occupent une grande place dans cet ouvrage, qui traite de la famille, de la formation et des apprentissages, de la santé et des maladies professionnelles, des croyances et des genres de vie. Ce volume qui fait toute sa place à l'histoire des mentalités s'honore de multiples contributions internationales et de la collaboration de quelques spécialistes, médecin, architecte naval..., issus des gens de mer.

  • Ce livre offre un panorama de treize siècles d'histoire, en retraçant les principales péripéties des rapports, sereins ou agités, qu'ont entretenus les nations occidentales avec les pays dans lesquels s'est massivement répandue la religion musulmane, depuis l'origine jusqu'au xxe siècle.
    Son objectif premier est d'information. L'auteur s'est donc efforcé, pour réaliser cet objectif didactique, d'utiliser une pédagogie de la clarté et de la simplicité dans sa présentation des problèmes et dans l'effort nécessaire de tri, de synthèse et de classement que suppose cette matière très vaste et très complexe.
    Son objectif parallèle, tout aussi pédagogique, est de stimuler la réflexion. L'auteur livre donc à ses lecteurs, comme éléments de base à leur propre réflexion, des analyses, issues des faits d'histoire, qui se veulent, autant que faire se peut, le constat d'un témoin occidental de ce siècle sur l'état d'une matière historique, qui nous est à la fois particularité étrangère et bien patrimonial, héritage d'histoire et de pensée commun à deux types de civilisation, qui se contemplent, et parfois s'affrontent, avec des regards croisés et des retombées à effets réciproques.
    Les ressemblances ne doivent pas occulter les différences d'identité, d'organisation sociale et de parcours historique ; les différences ne doivent pas occulter le fond d'humanité, qui est le bien et le signe de reconnaissance communs d'une même nature humaine présente sous la variété géographique et les variations historiques des cultures.

  • Reflets de l'évolution de la pensée d'un chercheur, témoins de l'avancée des connaissances, de nombreux articles de base, souvent éparpillés au fil des revues spécialisées, parfois devenus introuvables, sont nécessaires au travail du chercheur, de l'étudiant, de l'érudit. Regrouper ces textes fondamentaux, c'est le but que se propose la collection Varia, en réunissant sous forme de recueils d'articles les travaux des plus éminents spécialistes d'un domaine de la recherche et du savoir.

empty