• Qu'est-ce que le trouble borderline ou trouble de personnalité état-limite ? Fluctuations d'humeur, ruptures relationnelles, émotions débordantes, parfois violentes... Ceux qui en souffrent vivent dans une grande instabilité et une grande souffrance. Pourquoi ces perturbations ? Comment retrouver son équilibre ?Ce guide propose une aide établie à partir de psychothérapies validées scientifiquement. À travers des exemples cliniques et des conseils pratiques, Dominique Page offre des outils pour mieux gérer ses émotions, travailler sur ses pensées, avoir une communication plus cohérente et plus sereine avec les autres. Ce guide s'adresse aux personnes qui souffrent de trouble borderline, ainsi qu'à leur entourage qui y trouvera les connaissances nécessaires et des conseils pour les comprendre et les accompagner. Dominique Page, docteur en psychologie et psychothérapeute, est responsable d'une unité de thérapie comportementale et cognitive à l'hôpital de Prangin en Suisse.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Sur une longue période chronologique (1515-1790), l'ouvrage présente l'ensemble des pouvoirs en oeuvre dans la France d'Ancien Régime et montre l'évolution de l'essence du pouvoir, de celui, divin, du roi, à la souveraineté nationale révolutionnaire.
    Il décrit avec précision le pouvoir royal et son exercice à travers les organes centraux (et leur personnel) dans l'ensemble du royaume : législatif, judiciaire, fiscal, militaire. Il présente les cadres institutionnels qui structurent le pays durant 3 siècles et met en lumière les fragilités d'un système confronté aux régences, aux contestations nobiliaires et aux révoltes populaires. Il analyse enfin la crise du pouvoir royal au XVIIIe siècle qui voit la mise à bas de la personne sacrée du souverain, la fin de l'absolutisme et la première constitutionnalisation de l'État.

  • L'auteur souhaite trasnmettre à tous les éducateurs ou à ceux qui se préparent à le devenir, tout le bonheur que ce métier lui a donné. Cette profession est aussi passionnante qu'elle est exigeante. Ces pages témoignent de l'enthousiasme et des convictions qui sont les siennes. C'est une aventure «humanisante » où le quotidien est un rendez-vous en terre inconnue.

  • Le colloque Frontières oubliées, frontières retrouvées, marches et limites anciennes en France et en Europe s'est tenu à Châteaubriant, du 30 septembre au 2 octobre 2010, à l'initiative de l'université de Nantes et du conseil général de Loire-Atlantique. Il a traité des métamorphoses et de la perception de certaines frontières anciennement délaissées, mais qui ont pu renaître ou renaissent sous des formes nouvelles sur tout le continent européen. Le choix a été fait d'aborder le phénomène dans la longue durée et de privilégier une approche pluridisciplinaire en invitant historiens, historiens de l'art, archéologues, géographes, ethnologues, architectes et sociologues. Trente contributions ont ainsi été réunies qui offrent un large panorama allant de la frontière bretonne à la Silésie et à la Catalogne, et traversant les millénaires, depuis le Mésolithique jusqu'au Mur de Berlin. Regroupées en trois chapitres elles abordent successivement les marges de la Bretagne, puis la conception et la construction de la frontière, enfin les frontières aujourd'hui retrouvées. Toutes ont été l'occasion de révéler et de mettre en perspective la fabrique de phénomènes de résurgence, de mémoire ou de résistance dans certaines zones de frontière, observables via les filtres militaires, politiques, culturels ou religieux.

  • À partir de documents commentés, ce volume s'intéresse à quelques usages de l'argent dans l'Ouest Atlantique sous l'Ancien Régime. Dans une première partie, sont présentés trois prélèvements financiers effectués à Nantes et en Bretagne aux xvie et xviie siècles : il s'agit tout d'abord de l'emprunt levé en 1592 par le duc de Mercoeur sur la population nantaise pour financer les opérations militaires contre une série de places fortes protestantes. Publié ici pour la première fois, ce document exceptionnel apporte une contribution à l'histoire de la Ligue en Bretagne (1589-1598) et à l'histoire sociale nantaise. À travers l'étude d'une harangue de César-Auffray Blanchard (1657), il est montré ensuite comment la monarchie s'y prenait pour obtenir le vote du don gratuit par les États provinciaux. L'analyse d'un compte de fabrique de Châteaubriant au xvie siècle dévoile enfin la façon dont l'argent pouvait servir, au quotidien, à améliorer le service religieux. Dans une seconde partie, c'est l'argent du commerce qui est mis en valeur : grâce à l'exploitation de sources notariales, trois techniques de financement des opérations maritimes au xviie siècle sont explorées. L'étude de l'inventaire après décès d'un capitaine de navire de la Rochefort puis celle des comptes des octrois de Nantes au xviiie siècle suggèrent comment les bénéfices réalisés dans le commerce venaient enrichir les individus et les collectivités. La présence du bâtiment de la Chambre des comptes sur le quai Ceineray rappelle encore aujourd'hui que Nantes abritait également dans ses murs un grand nombre d'officiers. La publication d'un pamphlet ligueur, « Le Dialogue d'Adrien Jacquelot », et une analyse des Harangues du premier président de la Chambre des comptes Auffray de Lescouët permettent d'avoir une idée de l'idéal de ces magistrats et des relations, contradictoires, qu'ils entretenaient avec le monde de l'argent.

  • Apparues au tournant des XIVe et XVe siècles dans le royaume de France et dans les principautés qui évoluaient dans sa mouvance, les Chambres des comptes ont connu leur « âge d'or » au Moyen Âge en étant associées à la mise en place d'une fiscalité permanente et à la construction des domaines princiers. L'évolution institutionnelle leur a été préjudiciable à partir du XVIe siècle avec la concentration du pouvoir au sein du Conseil royal et des instances qui en dépendaient, le recours croissant aux financiers pour alimenter les caisses de la monarchie, la concurrence des parlements, des bureaux de finances ou des intendants. Malgré cela, elles n'en ont pas moins continué à jouer un rôle dans le contrôle de « l'argent du roi », en encadrant notamment le développement de nouvelles fiscalités comme celle des villes ou des états provinciaux, et dans la préservation de l'intégrité du domaine royal, ce qui les conduisait à recevoir les hommages des vassaux, à enregistrer des actes aussi divers que les lettres d'anoblissement ou de naturalité, à veiller à la conservation des archives ayant trait aux droits du roi. Par leur caractère de cours souveraines, elles ont attiré tout au long de l'époque moderne une part des élites du royaume, en quête d'honneur et d'épices, qui voulaient bénéficier des privilèges qu'elles octroyaient à leurs magistrats dont celui de l'anoblissement graduel était sans doute le plus important. À travers l'exemple de la Chambre des comptes de Bretagne des années 1540 à la fin du règne de Louis XIV et surtout de l'étude de son personnel, cet ouvrage contribue à la connaissance de ces institutions et dégage quelques ressorts de la « société d'offices » qui s'est mise en place en France à partir du XVIe siècle.

  • De 1491 date du mariage de Charles VIII et d'Anne de Bretagne à 1547 fin du règne de François Ier la Bretagne vit une étape importante de son histoire qui la voit passer du statut de principauté quasi autonome à celui de province intégrée au royaume. De cette évolution on a gardé le souvenir de l'édit d'Union de 1532, qui a défini les relations entre la Bretagne et la France jusqu'à la Révolution de 1789. L'étude de la politique menée par la monarchie dans le domaine financier au cours de la première moitié du XVIe siècle montre que cet acte n'a constitué que l'aspect le plus « spectaculaire » d'un processus d'intégration plus long et plus complexe engagé de façon résolue dès 1491 et poursuivi au-delà de 1532. Il s'est traduit par un remodelage profond de l'administration héritée de la période ducale, par une mainmise sur les ressources de la province et par un choix attentif du personnel chargé de la perception des impôts. Sans rencontrer d'opposition majeure, ce processus a connu des phases d'accélération- sous Charles VIII et après 1524- et des moments de temporisation surtout après 1498 quand Anne de Bretagne profitant de la restauration de ses pouvoirs ducaux a tenté de rétablir l'autonomie de la principauté bretonne.« À la lecture du travail important de Dominique Le Page, on comprend tout ce que peut apporter l'analyse des milieux administratifs à la connaissance des rapports entre l'État et les populations du royaume. Lorsqu'il démonte les mécanismes de fonctionnement de la centralisation monarchique, lorsqu'il met en relief l'enjeu politique des réformes financières et le rôle éminent des gens de finances, il apporte une pierre solide à la connaissance de la croissance de l'Etat français moderne en même temps qu'il incite à porter un regard neuf sur les modalités administratives et humaines de la disparition des grands États princiers médiévaux ». Jean Kerhervé

  • Comment acquérir, et conserver, le bien-être émotionnel ? Face au stress au travail, au découragement qu'on peut ressentir face à un problème qui dure ou à un conflit familial, voici un livre, clair et précieux, qui vous aidera dans votre vie de tous les jours à trouver et à conserver votre équilibre intérieur, sans vous laisser déstabiliser ni miner par les contrariétés, les difficultés ou la peur. La pleine conscience est une méthode qui permet, moyennant un peu d'entraînement et quelques exercices bien ciblés, de faire la paix avec soi-même en agissant sur ses humeurs. Comment en profiter au maximum dans son quotidien ? Tel est l'objectif ultime de cet ouvrage. Une présentation claire et lumineuse des 9 clés qui permettront à chacun d'entre nous d'améliorer son bien-être émotionnel et de cultiver les émotions plaisantes et prosociales ! « Beaucoup de nos souffrances viennent de notre regard sur l'existence : focalisés et aspirés par nos malheurs, nous en oublions de prendre conscience de nos bonheurs, et de les savourer, quoi qu'il arrive. Cet ouvrage fort et bienveillant va nous aider à mieux vivre chaque instant de notre vie, qu'il soit heureux ou douloureux. À cultiver force intérieure, discernement et sérénité. Ce qui va tout changer... » Christophe André Gaëtan Cousin est chercheur, docteur en psychologie et clinicien. À côté de ses activités de recherche, notamment au département de psychiatrie de l'Université d'Oxford en Angleterre, il exerce dans une clinique privée en Suisse. Dominique Page est psychothérapeute et docteure en psychologie. Elle partage son temps entre ses enseignements à l'Université de Fribourg et son cabinet privé. Elle est notamment l'auteur de Borderline. Retrouver son équilibre. 

empty