• Du pouvoir des homards et bien d'autres choses encore Nouv.

    " Une vague qu'on voit se former, dont on sous-estime l'amplitude et la force, qui vous frappe de plein fouet, vous déstabilise au point de perdre pied, vous fait boire la tasse, longuement, vous laisse tout juste le temps d'émerger la tête des flots, de retrouver un semblant d'équilibre, de reprendre une bouffée d'air frais, avant qu'une autre vague, que vous n'avez pas anticipée celle-là, vous submerge de nouveau, et que ne déferlent une série de rouleaux qui vous font perdre jusqu'au sens de la gravité. "Deux ans après avoir dû quitter le gouvernement suite à une des plus fortes tempêtes politico-médiatiques du quinquennat, François de Rugy revient sur son expérience, livre ses doutes et les leçons qu'il a tirées de l'épisode.
    Mais l'éloignement de l'exercice du pouvoir a surtout été pour lui l'occasion de réfléchir sur le sens de l'engagement politique, et l'opportunité de réexaminer, à la lumière de l'apparition de nouveaux enjeux et de son expérience ministérielle, la pensée écologiste.
    N'hésitant pas à remettre en cause nombre de tabous, il plaide pour l'émergence d'une écologie
    " débarrassée des totems, des interdits et du prêchi-prêcha ".A quelques mois de l'élection présidentielle, il invite la Macronie à développer une vision autonome de l'écologie,
    " en cessant de la sous-traiter " ou de chercher à se conformer aux
    " dogmes verts " et prévient :
    " Je ne sais pas quand je dirai " stop " à la politique, mais une chose est sûre, je ne la quitterai pas avant d'avoir, " encore ", parlé d'écologie. "

  • Que fait un député de ses journées ? Combien est-il payé ? Comment fonctionnent linstitution parlementaire et la « fabrique » des lois ? Et quelle est la spécificité dun député écolo ? François de Rugy, élu député à 33 ans en 2007, répond à ces questions en sappuyant sur son expérience. Il explique comment on dépose des amendements, comment on tente de construire du consensus sur des propositions, et nous raconte comment il articule son temps passé à lAssemblée nationale et celui quil consacre à sa circonscription de Loire-Atlantique. Bref, il nous donne à voir la réalité du travail de député comme les limites de son action. François de Rugy revient également sur les grands débats qui ont marqué la législature : questions sociales, éducation et sarrête particulièrement sur les finances publiques car, oui, la finance est aussi une question écolo ! Il pointe les impasses dune politique qui a favorisé les plus riches et contribué aux turbulences financières que nous connaissons. Il plaide enfin pour une transformation écologique de léconomie, non seulement par le discours mais par lintervention parlementaire.

empty