• Marmont, le maréchal du malheur. Dans l'épopée napoléonienne, il fallait, comme dans toute aventure christique, un Judas. Ce fut Marmont, duc de Raguse. Si Marmont partagea avec Bernadotte, Murat ou encore Augereau une réputation de traîtrise, justifiée ou non, le dernier survivant des maréchaux du Premier Empire (mort en 1852) resta écrasé par ce qu'on a appelé la " défection d'Essonnes " et servit de bouc émissaire à l'échec final. Son titre lui-même, qui donnerait le mot " ragusade " ou le verbe " raguser ", servirait à signifier la trahison au xixe siècle.
    Cependant, il y eut un avant 1814. Marmont fut l'un des plus anciens compagnons de Bonaparte aux côtés de Muiron ou de Junot. Il connut près de lui une ascension prodigieuse : capitaine en 1793 à dix-neuf ans, général de division en 1800 à vingt-six ans, ou encore maréchal d'Empire en 1809 à trente-cinq ans. La fortune, l'amour, tout semblait sourire au protégé de Napoléon. Son administration dans les Provinces Illyriennes entre 1807 et 1811 laissa un souvenir vivace en Croatie, où de nombreuses rues et places portent encore aujourd'hui son nom, tandis que sa campagne d'Espagne en 1811 contre les armées de Wellington fut, malgré la défaite des Arapiles, loin d'être indigne.
    Tout s'effondrait en 1814, puis à nouveau en juillet 1830 lorsque la fatalité le conduisit à commander l'armée royale durant les Trois Glorieuses, et la fin de sa vie serait celle d'une impossible rédemption.
    Franck Favier est agrégé et docteur en histoire. Il a notamment publié Bernadotte, un maréchal d'Empire sur le trône de Suède
    et, chez Perrin, Berthier. L'ombre de Napoléon (Prix Premier Empire de la Fondation Napoléon 2015)
    . Il enseigne actuellement en classes préparatoires au lycée Janson-de-Sailly.

  • Berthier

    Franck Favier

    Davout, Lannes, Murat, Ney, Lefebvre... autant de compagnons de la gloire et de l'épopée napoléonienne. Etrangement, le nom de Berthier occupe rarement les premiers rangs, comme si on lui déniait sa participation active aux succès et aux échecs de l'Empereur. Pourtant, pendant près de dix-huit ans, il fut le maréchal de l'ombre, suivant Napoléon dans toutes ses campagnes, transcrivant et transmettant avec fidélité ses ordres, de jour comme de nuit. L'aigle sut le combler en lui attribuant fonctions, honneurs et richesses, sans pour autant l'apprécier humainement.
    Considéré comme incolore et sans esprit, accusé sans fondement de trahison en 1814, mort de façon mystérieuse en 1815, le major général de la Grande Armée reste méconnu. On oublie souvent qu'il a existé avant Napoléon : il a servi dans les armées de Louis XVI, combattu en Amérique et pendant la Révolution, tissé des amitiés avec La Fayette, Noailles ou encore Rochambeau. De même, au-delà des fastes de l'Empire, l'homme apparaît plus complexe : amoureux passionné d'une marquise italienne, mari d'une princesse bavaroise, père de famille attentionné et gestionnaire averti d'un domaine foncier sans équivalent dans la France impériale.

  • Ney Nouv.

    Ney

    Franck Favier

    • Perrin
    • 30 Septembre 2021

    Un héro ambigu.Qui ne connaît pas le maréchal Ney ? Il est avec Murat, Lannes ou encore Lefebvre, parmi les maréchaux d'empire les plus connus et les plus populaires. De fait, rien ne lui a manqué pour lui assurer une place prédominante dans l'épopée napoléonienne, ni la bravoure, ni les victoires, ni les malheurs... Sa popularité, le maréchal la gagna d'abord lors des guerres de la Révolution en s'illustrant au sein de l'armée de Sambre-et-Meuse. Mais sa bravoure à Friedland, à la Moskova - dans une carrière bien remplie comptant près de 300 combats et de 50 batailles rangées - emportèrent l'adhésion de ses détracteurs les plus récalcitrants. Car l'homme n'est pas d'un bloc ; si son enthousiasme efface bien souvent ses erreurs de commandement, sa susceptibilité envers ses condisciples ternit son image, écornée également par son inconstance politique lors de la fin de l'épopée napoléonienne. Sa mort, face à un peloton d'exécution, le 7 décembre 1815, fit de lui un martyr.
    Le présent ouvrage met en scène ce personnage de légende en s'appuyant sur de nombreuses archives, qu'elles soient privées ou publiques, ou qu'il s'agisse de Mémoires de contemporains. Lesquels se sont souvent interrogés sur cet homme qui mêla étroitement, au cours de son existence, tant la franchise et la susceptibilité que le courage et l'inconstance.

empty