• L'omnisports n'est ni une alternative au sport de haut niveau, ni une marge du sport et encore moins un modèle d'organisation dépassé. Tout au contraire, le principe de l'omnisports est une composante essentielle du sport et une solution d'avenir. Le maillage des clubs omnisports se trouve d'une part en relation verticale avec les instances nationales (les ministères dont celui de la Jeunesse & Sports, les fédérations unisports), soutenus en cela par leurs propres fédérations multisports, et, d'autre part, en prise directe sur les territoires de proximité en développant de nombreuses initiatives innovantes avec le soutien des collectivités locales. Cependant, les transformations observables dans ce domaine suscitent des inquiétudes, tant certaines ruptures l'emportent sur le dialogue et la concertation. Les clubs universitaires s'interrogent sur le niveau de reconnaissance que leur témoignent les Universités. Selon la FFCO, les clubs omnisports sont une pièce majeure dans l'organisation du sport en France, par delà la spécificité des racines historiques, des itinéraires singuliers et des logiques affinitaires. Au terme des échanges engagés avec la FSGT, la FSCF, l'UFOLEP et l'UNSLL, de fortes convergences se vérifient : sur les projets, les conceptions éducatives, les actions conduites, la diversité des publics, les valeurs à porter. Ce 30ème volume des Cahiers de l'Université Sportive d'Été en prend acte. Sans l'omnisports, modèle plus que centenaire et jalonné jusqu'à aujourd'hui d'innovations et de métamorphoses heureuses, qui pourra soutenir que le sport en France a un avenir pleinement assuré ?

  • Du sport sans artifice au sport bionique... Amélioration ou condamnation ? Le sport est aujourd'hui visité par les techniques d'amélioration des capacités humaines. Celles-ci permettent d'accroître ou de restaurer efficacement les capacités de l'être humain. Des innovations spectaculaires sont enregistrées dans des secteurs comme les nanotechnologies, les biotechnologies, les sciences cognitives, l'informatique, etc. Leur introduction dans le domaine du sport, du haut niveau à la pratique de masse ou de loisir, chez les athlètes valides ou handicapés, perturbe souvent les certitudes et suscite prises de position, interrogations et inquiétudes. D'un côté amélioration dans l'accompagnement des sportifs d'excellence ou libération des sportifs handicapés, de l'autre condamnation de la culture sportive séculaire et aliénation progressive des sportifs ? Relativisme des normes et des valeurs du sport face aux avancées technologiques ? Progrès ou régression dans la quête humaniste ? Autant de questions qui méritent d'être abordées et traitées. D'ailleurs, à ce jour, existe-t-il des instances régulatrices suffisamment armées pour appréhender ces problèmes ? La 31ème Université Sportive d'Été a été accueillie à Montpellier, dans un lieu prestigieux et de circonstance : Pierresvives, au sein de la « Cité des savoirs et du Sport pour tous », du 4 au 6 septembre 2013, avec le soutien du Montpellier Université Club. Organisée par l'UNCU et l'UJSF, elle s'est attelée à la tâche en donnant la parole à une quinzaine de personnalités issues de la recherche universitaire, fondamentale ou appliquée, des sciences de l'homme et de la société, du journalisme, des sciences et des techniques de l'ingénieur, du sport et de l'éducation, faisant face à un public des plus motivés.

  • En France, les débuts de la sociologie du sport sont associés habituellement aux années 1960 avec les noms de Joffre Dumazedier, Georges Magnane, Michel Bouet... Celui de Roger Caillois y tient également une place privilégiée, avec le livre Les jeux et les hommes (1958), pour qui s'intéresse aux types de jeux en relation avec telle ou telle civilisation. L'auteur se proposant, comme on le sait, d'élaborer « une sociologie à partir des jeux ». De fait, en prenant appui sur un recensement détaillé des formes de jeux auxquels s'adonnent les hommes, Roger Caillois formalise une théorie anthropologique de la civilisation qui lui permet d'interpréter les différentes cultures, des sociétés archaïques aux sociétés modernes.

  • Les transformations spectaculaires que connaît le sport sont au coeur de ces Cahiers de l'Université Sportive d'Été. Transformations opérant de l'intérieur, à l'initiative du mouvement sportif lui-même ? Transformations l'affectant de l'extérieur, du fait d'une médiatisation excessive ou sous l'influence du pouvoir de l'argent, par exemple ? Décisions et positions adoptées par les acteurs politiques, à chacun des niveaux d'organisation de la société ? Combinaison plus ou moins réussie, aussi, de différentes forces en présence ? Des sportifs, des entraîneurs, des dirigeants portent des regards croisés sur le rôle des médias, celui des acteurs politiques engagés dans le sport, et sur l'évolution du métier de journaliste de sport. La perspective historique permet de cerner les références relatives aux fondements du sport tandis que d'autres traits caractéristiques sont plutôt des expressions conjoncturelles. Ces échanges sont une occasion privilégiée d'avancer sinon des propositions, tout au moins de clarifier des certitudes sans équivoque : identifier des itinéraires de réussite sportive indissociables de l'éducation, de l'éthique et d'un rapport aux valeurs, liant processus de transmission et d'acquisitions, réaffirmer ce qui fait la matrice de l'acte sportif tout en dénonçant les dérives qui la menacent, s'obliger plus que jamais à un rigoureux travail de distanciation critique, instruit et sans complaisance, sur l'évolution récente du sport. La 29e Université Sportive d'Été, organisée conjointement par l'Union Nationale des Clubs Universitaires (UNCU) et l'Union des Journalistes de Sport en France (UJSF), s'est tenue à Montpellier, au sein de l'UFR STAPS, du 22 au 24 septembre 2011.

  • L'actualité du sport, à ses différents niveaux d'engagement et de pratique, suscite bien des interrogations. Les dirigeants des clubs, des comités et des ligues, des fédérations également sont souvent confrontés à des situations qui les font douter de l'efficacité de leur action. Selon certains, la répartition inégale du pouvoir et la faible reconnaissance qui leur est octroyée, au sein même du Mouvement sportif organisé, sont un manquement aux principes démocratiques. La diversité grandissante des activités physiques et sportives et la complexité des dispositifs mis en place pour le sport de compétition échappent en principe à toute prétention hégémonique. Jadis omniprésent dans la modernisation du sport en France, l'État était devenu un État animateur et partenaire du mouvement sportif et des collectivités territoriales avant de donner l'impression, récemment, de recentrer encore ses prérogatives, les ramenant à quelques missions prioritaires. L'horizon semble s'être peu à peu rétréci, au fur et à mesure que le sport le cédait aux lois du marché, du spectacle, avec la complicité des grands médias, des sponsors et de la consommation. Au terme de cette USE, il est apparu nécessaire d'en appeler à une refondation du modèle sportif français.

  • Organisée conjointement par l'Union Nationale des Clubs Universitaires et par l'Union des Journalistes de Sport en France, la 27ème Université Sportive d'Été s'est déroulée au mois de juin 2009, avec le soutien du Toulouse Université Club. Fondé en 1929, le TUC fêtait également son 80ème anniversaire. Le thème de l'USE s'intitulait : Cultures de clubs et politiques sportives territoriales. Dans ce domaine, pendant plusieurs décennies, un lien de coopération et de confiance réciproque a contribué à l'animation d'un « espace public » de proximité. Désormais, l'actualité des questions sportives interroge très directement la réalité locale dans ses diverses dimensions : sociale, culturelle, politique et économique. Dans un contexte de limitation des dépenses publiques, de reconsidération des « priorités » sociales, de réforme des collectivités territoriales aux contours encore incertains, et face à une demande accrue en matière d'activités physiques et sportives, d'équipements et d'aménagements, d'engagement volontaire au sein des associations, d'éducation à tous les âges de la vie, le risque est-il imminent d'assister à une désarticulation prochaine entre « cultures de clubs » et « politiques sportives territoriales » ? Ou plutôt, n'est-il pas temps de procéder à un inventaire raisonné des difficultés d'aujourd'hui, de tenter d'explorer de nouvelles pistes d'action et de revisiter le sens que l'on accorde collectivement aux « valeurs » du sport ? Ce Cahier de l'USE rend compte des temps successifs du rassemblement toulousain. A savoir un « programme » de clarification des notions, d'information et d'écoute réciproques, de débats et de mises en perspective, qui sont indispensables au renouvellement d'une action sportive concertée, à l'échelle locale.

  • Le sport tient désormais une place importante dans la vie locale. Il contribue à valoriser l'activité des collectivités territoriales et il participe de leur identité... Le présent ouvrage propose une analyse sociologique détaillée de trente années d'action sportive communale ayant pour cadre la ville de Bègles, située au sein de l'agglomération bordelaise. Ce livre s'intéresse principalement aux relations - contractuelles - qui se sont institutionnalisées, au fil des décennies, entre la municipalité et les clubs ou autres associations sportives, au travers de séquences et de dispositifs caractéristiques. Le thème de l'action sportive locale s'impose comme un domaine spécifique et original de l'action sociale. En matière de sport, toute réalisation est une construction subordonnée à l'accomplissement de formes de coopération et de relations d'échange se doublant de conduites stratégiques. De fait, le sport et les politiques sportives méritent, de la part des sciences de l'homme et de la société, une plus grande attention.

  • La 26e Université Sportive d'Été organisée conjointement par l'Union Nationale des Clubs Universitaires et l'Union des Journalistes de Sport en France s'est déroulée du 4 au 6 septembre 2008 sur le thème suivant : Sport et Santé, sortir des contradictions, apporter des solutions. Organisée à Strasbourg, avec le soutien efficace du Strasbourg Université Club, elle a largement profité du rayonnement international de la Cité, en étant accueillie au Centre Européen de la Jeunesse et en ouvrant ses séquences d'analyse, de présentation d'expériences novatrices et de débats à des compétences européennes de premier plan. « Le sport, c'est la santé » : ce type d'adage à la vie opère comme un écran de fumée par rapport à la réflexion et à la valorisation d'une action cohérente, d'autant que les termes de sport et de santé recouvrent chacun des notions différentes et pas toujours complémentaires. Comment renouer avec l'éducation sportive - chez l'athlète assidu comme chez des pratiquants ayant une simple activité d'entretien physique - sinon en remettant à l'ordre du jour l'examen des interactions dynamiques entre sport et santé ? « Sport et santé » composent une question majeure posée à et par une société plus que jamais marquée par la sédentarité, le vieillissement de la population et des inégalités socio-économiques persistantes. A l'occasion de cette USE, chercheurs universitaires, enseignants d'EPS, éducateurs et dirigeants sportifs, élus politiques et acteurs administratifs, journalistes, porteurs de projets ont pu se montrer à la hauteur des enjeux en ébauchant des orientations pertinentes.

  • Avec l'effervescence que suscite la possible réussite d'une candidature prochaine de la ville de Paris pour accueillir les Jeux olympiques d'été de 2024, entre autres événements sportifs majeurs déjà programmés, il n'était pas inutile de consacrer l'Université sportive d'été 2015 à ce thème. La métaphore filée autour des cathédrales du sport, jointe à la ferveur des officiants et fidèles qui s'y pressent nous est soufflée par de fameux gens de plume comme Per Olov Enquist, Christian Montaignac et quelques autres. Le tropisme qu'exerce aujourd'hui le Qatar va-t-il précipiter la bascule d'une religion du sport... à une autre ? Par l'intermédiaire de Qatar Sport Investments, le pays mise sur le sport, « seule religion universelle », selon l'Émir du Qatar, pour construire sa réputation. L'argent des hydrocarbures est devenu roi, dans ces affaires-là, combiné avec des facteurs géopolitiques et des logiques intra et intercontinentales. La 33e Université sportive d'été s'est portée sur la ville de Limoges qui possède d'incontestables atouts et les organisateurs de l'USE (UNCU & UJSF) savaient pouvoir s'appuyer sur le Limoges Étudiants Club. L'Université de Limoges abrite l'équipe du Centre de Droit et d'Economie du Sport de réputation nationale et européenne, et la Capitale du Limousin est aussi l'une des grandes villes du basketball avec son club historique, le CSP Limoges. Pendant quelques jours, les participants ont tenté d'apporter des éléments de compréhension, d'évaluation et de prospective, y compris dans une démarche critique, à propos de questions pour lesquelles, dans les convictions et les réponses exprimées par les parties prenantes, la passion le partage avec la raison, l'optimisme avec le scepticisme, et pas toujours dans des proportions satisfaisantes.

  • Les sports d'eaux vives sont devenus un atout majeur dans le développement des activités sportives, estivales et de tourisme. En liaison avec les rivières et les gaves, l'édification des stades d'eaux vives est aussi un élément important de réhabilitation et de reconversion de nombreux espaces urbains périphériques et sinistrés. De l'organisation de compétitions internationales à l'initiation sportive des jeunes scolaires, en passant par un éventail de stages diversifiés (préparation olympique, sélections régionales, initiations-découvertes tous publics, etc.) ou d'accueil journalier, ces sites ont un impact sur l'emploi sportif et la vie économique locale. Ils contribuent à l'attractivité des territoires, à la qualité du cadre de vie et à la protection de l'environnement. Seule une gouvernance partagée permet de conjuguer les compétences politiques, économiques, sociales et culturelles, de résoudre les problèmes rencontrés et de mobiliser les ressources indispensables pour promouvoir ces nouveaux territoires sportifs, en France et dans les pays voisins. Réunissant une vingtaine de personnalités compétentes qui sont intervenues face à un public motivé, l'Université Sportive d'Été de l'UNCU a dressé un état des lieux argumenté sur le thème des sports d'eaux vives en liant héritages du passé, problématiques actuelles et défis pour les prochaines décennies. Autre originalité, l'USE a permis de croiser l'analyse des acteurs et décideurs politiques, l'expertise des spécialistes de l'innovation technologique, avec les travaux des chercheurs universitaires, l'expérience des gestionnaires, celle des éducateurs sportifs et des compétiteurs. Quelle ville autre que celle de Pau, à la veille d'organiser les Mondiaux de canoë-kayak en 2017, bénéficiant du rayonnement du Club Universitaire Pau-Pyrénées Eaux Vives et du dynamisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, aurait été mieux armée pour accueillir la 32ème Université Sportive d'Été ?

  • Le "Stade Bordelais" a fêté en 1989 un siècle d'existence et de réussites sportives. Il est caractéristique de la première génération des clubs sportifs qui ont vu le jour en France dans les années 1880-90. C'est même le premier club de province qui soit apparu dans le pays. Il s'est officiellement constitué le 18 juillet 1889. Doyen des clubs locaux aujourd'hui en activité, le Stade Bordelais a joué un rôle essentiel dans le développement du sport à Bordeaux, dans la région - et bien au-delà - grâce à la volonté opiniâtre et passionnée de ses dirigeants. En rugby, par exemple, il fut la première association sportive de province à mettre un terme au règne des deux grands clubs parisiens : le Racing Club de France et le Stade Français. Entre 1899 et 1911, le "Stade"- devenu le S.B.U.C. - allait disputer 12 fois la finale du championnat de France et remporter 7 titres : 1899, 1904, 1905, 1906, 1907, 1909 et 1911... Son Stade Sainte-Germaine fut un haut-lieu du sport français pendant des dizaines d'années. S'y déroulèrent notamment sept finales du championnat national de rugby, le premier France-Afrique du Sud en 1913, le premier France-Espagne de football en 1922 et de grandes compétitions d'athlétisme. Le club a fourni au sport français de nombreux internationaux, dans diverses spécialités. Le modèle associatif s'affirme comme une des composantes de la vie locale participant du changement social et de la modernisation de la société. Le sport se définit par les obligations et limites qui pèsent - dans ce domaine - sur la liberté de décision, d'action et d'invention des hommes, du fait de leur nécessaire collaboration dans l'accomplissement de buts collectifs. Conjointement, le club sportif ouvre à l'imaginaire, à cette somme d'émotions partagées sans laquelle il ne saurait y avoir d'expression culturelle. L'ouvrage permet de connaître le contexte dans lequel est apparu le sport à Bordeaux, sous la forme de multiples disciplines, et comment il s'est progressivement ouvert à un vaste public. Envisagé dans ses premières décennies d'activités, le Stade Bordelais U.C. s'impose comme une pièce essentielle de l'histoire - sociale, culturelle et technique - du sport en France.

  • Dans le sport, l'innovation s'impose de façon non équivoque, au moins en comparaison avec d'autres domaines de la vie sociale. La maîtrise de l'innovation - qu'elle soit ou non technique - et l'obligation de maintenir la recherche de solutions nouvelles sont bien des facteurs d'accès indispensables à la réussite sportive. Des chercheurs en sociologie, histoire économique, management et gestion des entreprises, sciences du sport et communication, ont confronté leurs travaux sur l'évolution de sports aussi divers que l'aviron à ses débuts, le rugby amateur ou professionnel, le football, la voile de compétition, le surf et les sports de glisse en Aquitaine, avec un grand crochet par la Martinique pour les compétitions de yoles martiniquaises... Ils examinent les conditions d'émergence et les multiples configurations que peut prendre l'innovation. Ils dégagent la morphologie des processus d'innovation également étudiés sous l'angle des politiques publiques territoriales et au sein d'associations sportives ou de clubs omnisports marqués depuis peu par des phénomènes de professionnalisation.

  • Le sport s'impose comme un support privilégié d'expressions identitaires, quels que soient les niveaux et les formes de pratiques examinées. C'est l'un des traits majeurs de fait culturel caractéristique du XXe siècle. Le vaste domaine des pratiques sportives montre une multiplicité des appartenances et des différenciations qui se renouvellent et se complexifient au cours des décennies.

empty