• Ce livre fait le pari de l'intelligence de la bande dessinée. Une intelligence profondément subversive. Intelligence cognitive, puisqu'elle sait fort bien se théoriser elle-même. L'analyste n'ayant plus, alors, qu'à se mettre modestement à son écoute. Première subversion. Intelligence sémiotique, ensuite, puisque tout est donné à voir à travers le dessin en bande dessinée (y compris son dispositif et même l'invisible) et que le décor et les corps jouent un rôle considérable dans la construction du récit. Deuxième subversion. Intelligence médiatique, enfin, puisque la bande ­dessinée transforme son lecteur en témoin et que ses formes sémiotiques s'inventent à travers différents supports qu'elle sait tout aussi bien mettre à son service, nouant alors histoire et théorie. Troisième subversion. La bande dessinée constitue ainsi une forme singulière d'intelligence narrative graphique et un appareil - notion proposée par Jean-Louis Déotte - profondément subversif. Pascal Robert est professeur des universités à l'Enssib où il anime le séminaire « La bande dessinée en questions ». Il a dirigé « Bande dessinée et numérique » (CNRS Éditions, 2016) et publié « De l'incommunication au miroir de la bande dessinée » (Presses universitaires Blaise Pascal, 2017).

  • - 43%

    En septembre 1967, Gabrielle Russier fait sa rentrée au lycée Nord de Marseille. Jeune mère divorcée, elle enseigne le français, porte les cheveux courts, fume des gauloises. Quelques mois plus tard, Gabrielle et l'un de ses élèves, Christian, tombent amoureux. C'est le début d'une passion hors la loi. À l'heure où Mai 68 proclame l'amour libre, Gabrielle Russier est poursuivie pour détournement de mineur et incarcérée.
    " Je ne te quitterai pas. Même si ces barreaux, ces murs, nous séparent. Même si la mort nous séparait. "
    Gabrielle Russier se suicide avant son procès en appel. L'affaire déchire la France. Interpellé à ce
    sujet lors d'une conférence de presse, le président Pompidou cite un poème de Paul Éluard, " Comprenne qui voudra "...

  • Trois petites histoires drôles en BD pour découvrir la lecture.
    C'est l'anniversaire de Zora... et Ding-Dong l'a complètement oublié ! Heureusement, le petit garçon réserve quelques surprises à son amie.
    Les Premières Lectures niveau 1 accompagnent les enfants dès le début du CP, avec :
    - Une vraie aventure, en peu de mots, pour faire ses premiers pas de lecteurs en confiance.
    - Un petit dico pour enrichir son vocabulaire.
    - Des bonus pédagogiques et ludiques pour prolonger la lecture en s'amusant.
     

  • Trois petites histoires drôles en BD pour découvrir la lecture.
    Zora et Ding-Dong ne sont pas à court d'idée lorsqu'il s'agit de s'amuser à la récréation. Bêtises et cache-cache tigre sont au programme ! 
      Les Premières Lectures niveau 1 accompagnent les enfants dès le début du CP, avec :
    - Une vraie aventure, en peu de mots, pour faire ses premiers pas de lecteurs en confiance.
    - Un petit dico pour enrichir son vocabulaire.
    - Des bonus pédagogiques et ludiques pour prolonger la lecture en s'amusant.
     

  • Premières lectures. Pour enfants dès 5 ans.
    1, 2, 3... comptez ! L'école de Tam-Tam et Lili est une caverne, une Caverne Préhistorique. Bienvenue en CP ! Aujourd'hui, place aux mathématiques ! Et grâce à un invité-surprise, compter n'a jamais été aussi facile !
    Les Premières Lectures niveau 1 accompagnent les enfants dès le début du CP, avec :
    - Une vraie aventure, en peu de mots, pour faire ses premiers pas de lecteurs en confiance.
    - Un petit dico pour enrichir son vocabulaire.
    - Des bonus pédagogiques et ludiques pour prolonger la lecture en s'amusant.

  • Premières lectures. Pour enfants dès 5 ans.
    Prêt pour une course préhistorique ? Aujourd'hui, la classe de Tam-Tam et Lili fait de la course à pied ! Mais gare aux obstacles pendant le cours de sport...
      Les Premières Lectures niveau 1 accompagnent les enfants dès le début du CP, avec :
    - Une vraie aventure, en peu de mots, pour faire ses premiers pas de lecteurs en confiance.
    - Un petit dico pour enrichir son vocabulaire.
    - Des bonus pédagogiques et ludiques pour prolonger la lecture en s'amusant.

  • Premières lectures. Pour enfants dès 5 ans.
    Avec Tam-Tam et Lili, dessine sur les murs... des cavernes ! Aujourd'hui, les enfants de la classe de CP (Caverne Préhistorique) vont apprendre à dessiner ! Quelle meilleure idée que d'illustrer les aventures de la journée ?
    Les Premières Lectures niveau 1 accompagnent les enfants dès le début du CP, avec : - Une vraie aventure, en peu de mots, pour faire ses premiers pas de lecteurs en confiance. - Un petit dico pour enrichir son vocabulaire. - Des bonus pédagogiques et ludiques pour prolonger la lecture en s'amusant.

  • Premières lectures. Pour enfants dès 5 ans. Aujourd'hui, Tam-Tam et Lili font leur rentrée en Caverne Préhistorique. Mais Tam-Tam n'a pas de quoi écrire ! Les deux enfants partent à la recherche de craies avant de tomber nez à nez avec un tigre à dents de sabre... Une drôle d'aventure préhistorique !
    Les Premières Lectures niveau 1 accompagnent les enfants dès le début du CP, avec : 
    - Une vraie aventure, en peu de mots, pour faire ses premiers pas de lecteurs en confiance.
    - Un petit dico pour enrichir son vocabulaire.
    - Des bonus pédagogiques et ludiques pour prolonger la lecture en s'amusant.

  • Premières lectures. Pour enfants dès 5 ans. C'est l'heure du déjeuner. La classe de la Caverne Préhistorique se met en route pour la cantine. Mais en chemin, Tam-Tam et Lili croisent un petit mammouth. Il est poursuivi par Gros-Gigot, le chef cuisinier. Les deux enfants ne veulent pas qu'il soit mangé ! Hop, ils grimpent sur son dos et s'enfuient avec lui... Une drôle d'aventure préhistorique !
    Comme les autres titres Les Premières Lectures niveau 1 accompagnent les enfants dès le début du CP, avec  :
    - Une vraie aventure, en peu de mots, pour faire ses premiers pas de lecteurs en confiance.
    - Un petit dico pour enrichir son vocabulaire.
    - Des bonus pédagogiques et ludiques pour prolonger la lecture en s'amusant.

  • Premières lectures. Pour enfants dès 5 ans. Dans la carrière de récré, c'est la fête aujourd'hui ! Les enfants font un concert préhistorique avec les éléments qu'ils trouvent dans la nature. Tam-Tam, lui, râle, car il n'arrive pas à trouver d'instrument. Heureusement, Lili, toujours pédagogue, se charge de son éducation musicale. Mais la musique attire un dangereux invité : le tigre à dents de sabre...
    Les Premières Lectures niveau 1 accompagnent les enfants dès le début du CP, avec :
    - Une vraie aventure, en peu de mots, pour faire ses premiers pas de lecteurs en confiance.
    - Un petit dico pour enrichir son vocabulaire.
    - Des bonus pédagogiques et ludiques pour prolonger la lecture en s'amusant.

  • " "Celui-là, je vais le tuer.'
    L'accusé est un homme - plus rarement une femme - qui, un beau jour, s'est dit que la seule chose à faire pour rendre sa vie
    meilleure était d'en supprimer une autre. Peu à peu, l'idée du crime s'est imposée, un
    scénario s'est élaboré, la main s'est armée. "
    Ici, tout est vrai. Les mots d'une fillette face à l'homme qui a tué sa mère, les confessions d'un fou, le vertige d'un aveu. On voit Guy Georges, Yvan Colonna, les
    innocents d'Outreau, des juges, des avocats, des jurés. La gouaille des
    voyous se mêle à la verve des grands
    du barreau. On pleure et on rit, on éprouve de la colère ou de la tendresse, on est devant le nu de la vie. Car aux assises, la justice décape, même ceux qui n'ont rien à cacher.

  • Comment vit-on dans la haute montagne ? Dans les Andes du Venezuela, au pied du pic Bolivar, des paysans ont dû coloniser des terres d'altitude réputées stériles. Ils ont cherché à y perpétuer un âge d'or du blé, hors des relations de dépendance et d'exploitation qui avaient marqué l'apogée de cette culture dans les haciendas coloniales des vallées plus basses. Pour rendre cette montagne habitable et pour y demeurer, ces paysans ont su ajuster leurs pratiques agricoles à de nouvelles conditions naturelles, mais aussi élargir leurs savoirs sur le milieu et réviser leurs manières d'investir les lieux, de s'alimenter ou de travailler ensemble. En même temps, la vie en altitude les a conduits à cultiver une véritable intimité avec le páramo, les hautes terres des Andes du Nord. En analysant les catégories propres à cette société montagnarde selon une perspective qui croise les dimensions de l'espace et du temps, l'auteur nous fait découvrir comment ces « gens de l'amont » investissent culturellement le monde qui les entoure. Dans l'organisation de leur existence, la perception de leur environnement, la composition d'une identité face au passé indien et colonial, ils établissent avec les êtres, les lieux et les choses de la haute montagne des relations originales de respect et d'apprivoisement mutuels. Chaque société tisse avec son milieu naturel des rapports complexes qui sont à la fois techniques et symboliques, chacune a donc quelque chose de singulier à nous faire voir et entendre. À leur manière, les paysans andins de cette région peu connue nous invitent à repenser nos relations avec la nature.

  • La bande dessinée est née sur papier et peut-être même du papier : depuis les journaux grand public ou spécialisés, les fascicules de petits formats ou les albums cartonnés, jusqu'aux romans graphiques d'aujourd'hui. Mais elle investit également depuis quelques années les supports numériques et se développe sur Internet. Le numérique interpelle la bande dessinée et sans doute la bouscule-t-il quelque peu, car il offre des possibilités que n'autorise pas le papier : introduire du mouvement, du son etc. Mais alors, est-ce encore véritablement de la bande dessinée ? À l'inverse, la bande dessinée possède une réelle capacité à investir ses supports et à les reconfigurer selon ses propres règles... Cet Essentiel, illustré par les dessins de Martin Guillaumie, réunit auteurs, acteurs et théoriciens de la bande dessinée. Il fait le point sur la question de la relation entre bande dessinée et numérique pour apporter des réponses et offrir des éléments de réflexion critique.

  • La déposition

    Pascale Robert-Diard

    " Quand Guillaume Agnelet a quitté la barre, j'ai baissé la tête, je tremblais. Sur mon carnet j'ai griffonné mise à mort d'un homme. Deux jours après la déposition du fils, la cour d'assises a déclaré son père, Maurice Agnelet, 76 ans, coupable de l'assassinat de sa maîtresse et l'a condamné à vingt ans de réclusion criminelle. L'affaire avait trouvé son épilogue judiciaire. Mais une autre histoire était venue la culbuter, tout aussi dense et douloureuse. Elle se passait juste à côté, elle avait duré presque aussi longtemps et on n'en avait rien su, rien deviné. J'avais la scène sans les coulisses. La lumière, sans les ombres. J'ai voulu comprendre. "

  • Dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud, la patrimonialisation de la nature connaît actuellement un engouement de plus en plus vif. Des espèces aux espaces, des pratiques aux savoirs, les champs du patrimoine ne cessent de s'étendre, de se diversifier, et les processus de patrimonialisation de se multiplier : les populations locales interviennent de plus en plus fréquemment dans les démarches d'identification, de reconnaissance, de réhabilitation et de valorisation de leur patrimoine. Cette mise en patrimoine s'accompagne cependant souvent de conflits de représentations ou d intérêts. Les acteurs locaux questionnent notamment les objectifs des instruments de réglementation ou de qualification et s'inquiètent de la multiplication des normes et obligations qui accompagnent la culture imposée d'une plante, la mise en place d une indication géographique ou la création d'un parc national. Cet ouvrage pluridisciplinaire met l'accent sur les nouveaux types de patrimoines (cultivars, pratiques gastronomiques, savoirs et savoir-faire locaux, etc.) et les nouveaux instruments de mise en valeur du patrimoine, naturel et culturel. Sont en particulier analysés les jeux d'acteurs, du local au global, les recompositions sociales, les réorganisations spatiales et institutionnelles, dans des contextes écologiques, politiques, économiques et sociaux en pleine mutation. Il offre un état des lieux actualisé et original sur les dangers de la patrimonialisation, ses limites et ses dérives.

  • Comment expliquer la religion.
    Pourquoi les hommes ont-ils, pratiquement partout, une religion ? Pourquoi y a-t-il plusieurs religions plutôt qu'une ? Pourquoi semble-t-elle porteuse de vérité ? Pourquoi persiste-t-elle face à la science ? Pourquoi conduit-elle à tant d'héroïsme, mais aussi à tant d'intolérance ? Les interrogations sur la foi, la spiritualité et la place de la pensée religieuse dans notre monde sont éternelles et fascinantes. Mais une question essentielle, peut-être même " la " question centrale, reste sans réponse: pourquoi la religion existe-t-elle, tout simplement ? Jusqu'à peu, on ne disposait pas des outils intellectuels pour y répondre véritablement. Combinant les résultats d'un siècle de recherches anthropologiques avec ceux des vingt dernières années en biologie de l'évolution et en psychologie expérimentale, Pascal Boyer nous livre les clés nécessaires et renouvelle entièrement la question de l'origine de la religion. Déjà salué comme une contribution majeure à l'étude de la religion, Et l'homme créa les dieux est un ouvrage passionnant, exigeant sur le fond, accessible dans la forme, qui ne laissera personne, croyants ou non croyants, indifférent.

  • L'édition automnale du magazine Histoire Québec est consacré à l'histoire de femmes pionnières. Que ce soit au début de la colonie, en temps de guerre ou lors de luttes syndicales, les femmes mises de l'avant dans ce numéro ont en commun un destin remarquable. Elles ont fait preuve d'audace et de courage, de détermination. Propriétaire terrienne, commerçante, cuisinière dans les chantiers, épouses de guerre, travailleuses d'usine, toutes ont connu des vies bien remplies où toutes leurs compétences ont été mises à contribution (MariFrance Charette, présentation). Ce numéro espère, en présentant des femmes d'exception à travers l'histoire, inspirer les femmes d'exception à venir.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Fort à propos, l'édition automnale des Cahiers de lecture de L'Action nationale propose plusieurs recensions d'essais sur la science et les technologies. Histoire des épidémies, état des métiers scientifiques sous le libéralisme, biologie, gestion des égouts et des eaux, héritage du Frère Marie-Victorin ou encore Big Data, les sujets abordés par les essayistes au sommaire sont vastes et d'une grande pertinence. Le numéro comprend aussi une entrevue avec Normand Baillargeon autour de son essai Devoirs d'éducation. Parmi les autres sujets abordés par les ouvrages recensés, relevons la bande dessinée au Québec, l'ère trumpienne en politique états-unienne, l'écosocialisme, la complexité du colonialisme au Canada ou encore le fédéralisme, entre autres.

  • L'édition automnale de la revue Circuit s'intéresse à l'usage de la microtonalité dans la musique moderne et contemporaine occidentale et ainsi au legs du compositeur russe et pionnier microtonal Ivan Wyschnegradsky. Philippe Leroux témoigne du rôle crucial joué par Wyschnegradsky dans l'éveil d'une génération de compositeurs à la question microtonale, tandis que la compositrice Pascale Criton, dans une entrevue avec la musicologue Sharon Kanach, illustre comment son propre langage est redevable à l'oeuvre du Russe. Dans un second entretien, le compositeur Michel Gonneville se confie à Jimmie LeBlanc au sujet de la place de la microtonalité dans son propre catalogue. La violoncelliste et compositrice Émilie Girard-Charest aborde ensuite la question de l'ergonomie de l'interprétation dans les oeuvres microtonales. Deux textes plus théoriques closent le numéro. Landon Morisson analyse Ein Schattenspiel de l'Autrichien Georg F. Haas et Paul Bazin démontre, pour sa part, comment Régime 11, Type A de Bruce Mather est profondément ancrée dans les principes théoriques de Wyschnegradsky.

  • Six sections composent le dixième numéro de la revue Entrevous. 1. Le liminaire dans lequel la directrice rappelle le sens métaphorique du titre de la revue. 2. Le « Laboratoire de création littéraire Troc-paroles » : « Labo clic » : cinq conversations indiscrètes captées dans le métro, au restaurant, au cinéma et à la maison, puis « Mots sur images » : quatre nouvelles contributions sur le thème des chaussures et des lettres. 3. Le « Marché des mots » : le « Marché local » : textes du poète invité, d'une codirectrice littéraire de la revue et de quatre lauréats d'un micro libre, puis le « Marché virtuel » : une poète critique d'art visite une artiste en arts visuels. 4. « Rendez-vous avec... » : la lauréate du Prix du récit de Radio-Canada. 5. Un détour « Dans la tête de... » deux jeunes poètes boursiers de la Fondation de soutien aux arts de Laval. 6. « La littérature est partout » : au concert, au cinéma, au théâtre et dans l'art performatif.

  • Les Cahiers de lecture se consacrent entièrement aux recensions des récents essais québécois. Pour le numéro d'automne, ce n'est pas moins de 28 ouvrages qui passent sous la loupe des collaborateurs à travers comptes rendus, analyses critiques, notes de lecture et points de vue. Deux thèmes regroupent plusieurs essais. Premièrement, l'éducation : Françoise Bouffière s'attaque à trois titres signés Normand Baillargeon (éditions Leméac et VLB éditeur) ainsi qu'à celui de Jean-Francois Roberge (Québec Amérique) sous la bannière de « la dure réinvention de l'école ». Deuxièmement, le Mouvement Desjardins, notamment à travers les récentes autobiographies de Monique F. Leroux et Claude Béland : une analyse de Jean-François Barbe. Impossible également de passer sous silence les publications importantes de Kuei, je te salue de Deni Ellis Béchard et Natasha Kanapé Fontaine (Écosociété) et de de deux réflexions sur l'islam moderne, celles de Sami Aoun (Athéna éditions) et d'Aziz Farès (XYZ).

  • This text provides a broad and current review of this field and will serve as a valuable resource for trainees, academic and community surgeons, and members of industry with an interest in LESS.  Due to the novelty and complexity of these procedures, the book focuses on detailed descriptions as well as pertinent illustrations for various upper and lower tract urologic procedures.  The development of novel minimally invasive and robotic technology for more comfortable performance of these demanding procedures is covered. A complete description of instrumentation, platforms, and optics developed specifically for LESS is another primary focus of this text. Finally, a description of outcomes and complications as well as comparative data defining the status of LESS in relation to other current minimally invasive techniques is offered. 
    Atlas of Laparoscopic and Robotic Single Site Surgery will provide a detailed summary of the current status of LESS that will help guide surgical decision making, encourage investigative efforts, and stimulate industry led technology development.

empty