• " La Bassa est une terre de visions et de monstres. " Sixième volet des aventures du commissaire Soneri, qui nous ramène sur les rives du Pô où le brouillard cache de lourds secrets datant de la Seconde Guerre mondiale.
    Dans le paysage d'eau et de brume de la Bassa, la basse plaine du Pô, le commissaire Soneri est à l'aise. Avec les anciens du coin, il est le seul à bien connaître cette partie du fleuve, à savoir se déplacer entre les rives, les plaines inondables, les fermes éparpillées dans une terre qui semble désormais habitée par des fantômes. Alors quand deux cadavres surgissent soudainement, c'est lui qui est chargé de l'affaire. La première victime est un jeune Hongrois, trouvé dans la boue de la rivière tué d'une balle dans la tête ; le second, un ancien commandant partisan, mort peut-être de vieillesse et de solitude dans sa maison isolée au milieu des peupliers. Deux histoires différentes, mais liées par un fil. Il faudra un certain temps à Soneri pour le retrouver, au cours d'une enquête qui le conduit dans les eaux troubles du nouveau terrorisme rouge, mais aussi dans le passé, au moment de l'occupation allemande...
    Il croisera au cours de ses pérégrinations, et pour notre plus grand plaisir, quelques personnages inoubliables des bords du fleuve, dont Carega, un professeur à la retraite à la sagesse de philosophe.
    Prix Violeta Negra 2017
    Prix roman noir 813

  • " Vous parlez comme un curé ou un communiste. Vous pensez vraiment que les gens la veulent, la liberté ? " "Les mains vides" est le quatrième volume des enquêtes du commissaire Soneri, désormais bien connu des lecteurs français. Valerio Varesi continue avec maestria à arpenter les rues de Parme, les bas-fonds et l'histoire tourmentée.
    La chaleur humide et gluante du mois d'août à Parme reflète la situation du commissaire Soneri, aux prises avec une affaire poisseuse. Francesco Galluzzo, un marchand du centre, a été battu à mort dans sa maison par des agresseurs inconnus. Le vol semble un motif évident, mais les premières investigations pointent plutôt vers une " leçon " qui s'est mal terminée. D'autres recherches conduisent le commissaire à un usurier connu, Gerlanda, à qui la victime devait de l'argent. Mais la vérité a mille visages, et Soneri trébuche bientôt sur une piste qui sent la cocaïne. Peu à peu, le policier réalise que la mort de Galluzzo ne représente qu'un détail, un détail presque insignifiant dans une image plus grande où la vraie victime est la ville elle-même. Un nouveau type de criminels, déguisés en sociétés financières et immobilières irréprochables, a remplacé la vieille garde, composée de gars comme Gerlanda, tout juste bon, désormais, pour la retraite. Avec amertume, Soneri ne peut que constater que sa chère ville de Parme s'est perdue : elle a remplacé Dieu par Mammon, idole toute-puissante qui ne vit que pour l'instant présent, et ne refuse pas quelques sacrifices... humains ?
    prix Violeta Negra 2017 pour La Pension de la via Saffi

  • Le fleuve des brumes

    Valerio Varesi

    • Agullo
    • 12 Mai 2016

    PRIX VIOLETA NEGRA 2017 Ses recherches le conduisaient toutes vers le Pô, sur cette terre plate où l'on ne voyait jamais le ciel. Et lui ne croyait pas aux coïncidences.' Dans la lignée de Giorgio Scerbanenco ou du duo Fruttero et Lucentini, un polar impressionniste servi par une prose pleine de panache, qui nous plonge dans l'atmosphère humide et ténébreuse de l'Italie du Nord et de son histoire tourmentée.

  • Le Simenon italien ! 20 000 lecteurs déjà conquis La troisième aventure du commissaire Soneri
    C'est l'automne à Parme. Le commissaire Soneri décide d'échapper à la grisaille de la ville en retournant dans son village natal des Apennins pour des vacances bien méritées. Il se réjouit à l'idée de cueillir des champignons sur les pentes boisées de Montelupo, une activité jadis partagée avec son père. Sur le village isolé règne la famille Rodolfi, producteurs de charcuterie depuis des générations. Le patriarche, Palmiro, mène sa barque d'une main sûre. Mais derrière la réussite, se profile un drame familial : le fils, Paride, a d'autres projets pour son avenir... Brutalement, la famille est plongée au coeur d'un scandale financier qui touche toute la petite communauté : Palmiro aurait escroqué la plupart des habitants en leur faisant miroiter des placements financiers qui s'avèrent bidons. Peu après, un randonneur fait une découverte macabre dans les bois : le cadavre de Paride. Voilà qui signe la fin des vacances paisibles de Soneri, embarqué malgré lui dans une enquête où les relations complexes entre le père et le fils Rodolfi jouent un rôle prépondérant. Et en creusant, Soneri va se retrouver bien plus impliqué qu'il ne l'aurait souhaité, quand il découvre que son propre père et Palmiro étaient amis...
    Dans cette nouvelle aventure du commissaire Soneri, Varesi explore les rancoeurs enfouies sous l'apparence paisible d'un petit village de montagne. Dans son travail continu sur la mémoire, il dépeint un monde en train de disparaître, un mode de vie menacé par l'exode rural des jeunes qui ne veulent plus de cette vie rude.
    Le Fleuve des brumes
    PRIX VIOLETA NEGRA 2017
    FINALISTE PRIX LIBR'À' NOUS 2017 (catégorie Polar)
    Sélection prix du polar de Points 2017
    La Pension de la via Saffi, Valerio Varesi
    FINALISTE PRIX UN ALLER RETOUR DANS LE NOIR

  • " Les villes sont comme les enfants, elles changent d'année en année et si tu restes un moment sans les voir, tu ne les reconnais plus. Mais au fond, ce sont toujours les mêmes. ' Dans ce deuxième opus, Valerio Varesi nous entraîne dans une Parme fantomatique et glaciale où les souvenirs personnels du commissaire se heurtent de plein fouet à l'amnésie généralisée. Vingt-cinq ans plus tard, que sont devenus les combats et les luttes du passé et qui s'en souvient ?
    À quelques jours de Noel, alors que la morsure du froid envahit Parme, Ghitta Tagliavini,
    la vieille propriétaire d'une pension du centre-ville est retrouvée assassinée dans son appartement. L'enquête est confiée au commissaire Soneri mais cette affaire fait ressurgir un drame enfoui : c'est dans cette pension pour étudiants de la via Saffi qu'il rencontra jadis sa femme, Ada, tragiquement disparue peu après leur mariage.
    En s'enfoncant dans le brouillard épais comme on traverserait un miroir, Soneri va découvrir un univers bien plus sordide que ses souvenirs. L'aimable logeuse se révèle être une femme sans scrupules, enrichie par la pratique d'avortements clandestins et derrière la modeste pension, se cache en réalité un monde vivant de haine et de chantage, frayant avec le cynisme de cercles politiques corrompus.
    Pour trouver l'assassin, le commissaire devra se confronter à l'épreuve du temps et à la vérité sur la vie et la mort d'Ada. Car qui est cet homme qui pose à côté d'elle sur cette photographie jaunie ?

  • " Il était là, confronté à son propre Minotaure, enveloppé dans un brouillard aux teintes improbables de fête foraine. "
    Parme, la nuit, le brouillard. Un carambolage monstrueux se produit sur l'autoroute : une centaine de voitures ratatinées, des camions en feu, une bétaillère renversée. Des dizaines de vaches et de taureaux errent sur la route, blessés et désorientés. Et des gitans auraient été aperçus, profitant de la confusion pour piller les véhicules accidentés. Le commissaire Soneri est le seul flic de Parme qui connaît assez bien la basse plaine du Pô pour ne pas se perdre dans le brouillard : c'est lui qu'on envoie sur place. Mais au lieu de petits voleurs opportunistes, c'est un meurtre qu'il découvre : dans le chaos, le corps carbonisé d'une jeune femme est retrouvé au bord de la route. Sa mort n'a aucun lien apparent avec le carnage.
    La victime est une certaine Nina Iliescu, immigrante roumaine dont la vie en Italie n'a laissé que peu de traces - à part une longue liste d'amants de la haute société parmesane. Agneau sacrificiel ou tentatrice diabolique, même dans la mort la jeune femme à la beauté énigmatique exerce son pouvoir de fascination sur Soneri. Et lui réserve quelques surprises...
    -- prix Violetta negra pour La pension de la via Saffi

  • A few days before Christmas, with Parma gripped by frost and fog, Ghitta Tagliavini, the elderly owner of a guesthouse in the old town centre, is found murdered in her apartment. The case is assigned to Commissario Soneri, but the investigation holds a painful, personal element that sends waves of nostalgia sweeping through him. Tagliavini's guesthouse is where Soneri met his late wife Ada, and where the young couple spent unforgettable hours in each other's company. But the present can embitter even the sweetest memories. An old photograph of Ada with another man sends Soneri into a spiral of despondency, ever more so when he realises her death may be linked to Tagliavina's lucrative sideline as a backstreet abortionist and faith healer. Though Soneri would like nothing more than to be allowed to drop the case, he doggedly persists, uncovering at last, along with the truth behind Tagliavini's death, rife corruption at Parma's rotten heart and a raft of ghosts from Italy's divisive past.Translated from the Italian by Joseph Farrell

  • Commissario Soneri returns to his roots for a hard-earned autumn holiday, hoping to spend a few days mushroom picking on the slopes of Montelupo. The isolated village relies on the salame factory founded in the post-war years by Palmiro Rodolfi, and now run by his son, Paride. On arrival, Soneri is greeted by anxious rumours about the factory's solvency and the younger Rodolfi's whereabouts. As news spreads of the Rodolfis' financial ruin - a scandal with devastating consequences for all - Palmiro takes desperate measures to avert the shame of his predicament. Not long afterwards, a decomposing body is found in the woods.In the second of the Commissario Soneri investigations - the first, River of Shadows was shortlisted for the C.W.A. International Dagger - Varesi has once again conjured a complex novel of brooding intensity from the secrets buried at the dark heart of Italy's troubled past.b

  • Introducing Commissario Soneri and shortlisted for the C.W.A. International Dagger, River of Shadows is a brooding, visceral crime novel packed with atmosphere and tension.A relentless deluge lashes the Po Valley, and the river itself swells beyond its limits. A barge breaks free of its moorings and drifts erratically downstream; when finally it runs aground its seasoned pilot is nowhere to be found. The following day, an elderly man of the same surname falls from the window of a nearby hospital. Commissario Soneri, scornful of his superiors' scepticism, is convinced the two incidents are linked. Stonewalled by the bargemen who make their living along the riverbank, he scours the floodplain for clues. As the waters begin to ebb, the river yields up its secrets: tales of past brutality, bitter rivalry and revenge.

  • Parma. A multiple pile-up occurs on the autostrada into the city. A truck transporting cattle skids off the road. Dozens of cows and bulls go on the rampage, injured and crazed. In the chaos, the burned body of a young woman is found at the side of the road. Her death has no apparent link to the carnage. Commissario Soneri is assigned the case. It is a welcome distraction: his mercurial lover Angela has decided to pursue other options, leaving him even more morose than usual. The dead woman is identified as Nina Iliescu, a Romanian immigrant whose beauty had enchanted a string of wealthy lovers. Temptress, muse, angel - she was all things to all men. Her murder conceals a crime and a sacrilege, and even in death she has a surprise waiting for Soneri.

  • Agullo Editions, éditeur européen depuis 2016 Recueil de nouvelles gratuit lmélange de littérature blanche et noire par 5 auteurs européens contemporains, figures de proue dans leurs pays: L'italien Valerio Varesi La germano-polonaise Magdalena Parys Le portugais Rui Zink Le polonais Wojciech Chmielarz Le slovaque Arpad Soltesz
    A l'heure où le repli national s'affirme chaque jour un peu plus à travers toute l'Europe, Agullo Editions entend s'inscrire à contre-courant de ce mouvement en proposant une littérature, qui, quel qu'en soit le genre, nous ouvre sur le monde et plus particulièrement l'Europe.
    Nous essayons, à travers la littérature européenne que nous publions, d'explorer ce qui nous différencie, mais surtout ce qui nous rassemble.
    Nos auteurs qu'ils soient polonais, italiens, roumains, slovaques, russes ou portugais portent tous un regard "politique" sur leur propre Histoire, culture et société et nous permettent ainsi de mieux comprendre nos voisins européens.

empty