Ancre de Marine Editions

  • Un angle parfaitement original : le récit classique de navigation au grand large, avec ses épisodes haletants, sert d'arrière-plan à des escales mouvementées, des confrontations musclées avec des voleurs de voilier, de déboires tordus - et amusants - avec les mauvais payeurs de la voile en charter.
    Cahier de photographies « vintage ». Elles rappellent l'époque où le yachting devenait la plaisance.
    Après quelques souvenirs très vifs de l'occupation de 1940 à 1944 et de la Résistance, nous abordons le vif du sujet, en commençant par « l'appel du large », à douze ans.
    Le chapitre Raid sur Skidad évoque la récupération manu militari de Babeth, le voilier d'un ami pied-noir que les récentes autorités algériennes de Philippeville escomptaient récupérer frauduleusement.
    Piratages. Après la descente de Camaret à Lisbonne, émaillée de force incidents, du Sea Bird Mariara, le voilier est volé à Cadix où il avait été laissé en garde. Repéré quelque temps après dans un port du Maroc, il est « piraté » par notre équipe musclée.
    Grandes vacances. C'est mon « adieu aux armes »; après onze ans de service dans les unités parachutistes et l'aviation de l'Armée de Terre, je choisis la voile au Club Méditerranée. Expériences intéressantes sur de grands catamarans et Dogres des Glénans. Et aussi, le chemin que j'avais choisi pour reprendre contact avec la vie civile sous ses dehors les plus aimables.
    Comment ne pas monter un entreprise de location de voilier, conte mon expérience et mes déconvenues dans cette activité en Corse, lorsque je fais confiance à quelqu'un, qui n'était pas corse, et ne la méritait pas. Une récupération musclée adaptée aux circonstances mettra fin à ces déboires.
    Boutres d'Arabie. Durant une mission de deux ans des plus intéressantes en Arabie Saoudite, je profite de mes loisirs pour naviguer sur les boutres, chasser le requin en apnée, et construire un trimaran de ma conception.
    Officier parachutiste, ancien pilote militaire, délégué en mission spéciale par le ministère des Armées Gérard Contard a connu la Résistance, navigué sur des boutres en Arabie Saoudite, chassé le requin en apnée, enseigné la voile au Club Méditerranée. Aujourd'hui, homme d'affaires, il partage son temps entre la France et le Vénézuela mais n'a pas oublié l'appel du large.

  • Mai 2007, au large de la Virginie. Des vagues de trente mètres martèlent un radeau de sauvetage déchiré où se cramponnent trois hommes, un canadien, un britannique et le skipper français, Jean Pierre de Lutz.
    Dans l'une des mers les plus dangereuses du monde, leur voilier de 13 mètres, le Sean Seymour II, a chaviré puis coulé. À plusieurs reprises, les lames gigantesques arrachent les hommes à leur radeau.
    À leur recherche, l'équipage d'un hélicoptère de la Coast Guard affronte l'ouragan et une mer monstrueuse, jamais rencontrée à ce jour. Les pilotes se demandent s'ils trouveront le radeau, si l'état de la mer permettra d'hélitreuiller les naufragés et même de récupérer le sauveteur qui s'apprête à se lancer dans cet enfer marin.
    Naufragés et sauveteurs sont en danger de mort...

    Authentique, solidement documenté, ce récit de naufrage fait partie de la liste des grands succès de librairie de Michael J. Tougias, auteur de Overboard, The Finest Hours, Fatal Forecast, spécialiste du genre aux États-Unis.
    Son livre The Finest Hours a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Disney, réalisateur Robert Schwentke (sortie mai 2014).
    Édité par Scribner, A storm too soon a reçu des critiques élogieuses des plus grands titres de la presse américaine.
    «Un livre à couper le souffle...» Los Angeles Times

  • L'auteur est une voix très connue des « voileux » par son brillant palmarès de skipper, son talent d'architecte naval, sa chronique sur les ondes de RADIO-BLEU.
    Les rencontres et anecdotes rapportées dans ce livre mettent en scène tous les noms connus du grand public, toutes les « légendes de la voile et de la mer » de Tabarly à D'Aboville, de Kersauzon à Florence Arthaud voire du baron Bich à l'Aga Khan : un index très courts, très variés, de 110 récits, anecdotes tirées de rencontres avec des grands noms de la voile et de la mer, écrits par un skipper au palmarès exceptionnel.

    Le livre est co-écrit par un journaliste de Voiles et Voiliers qui en fera un bel article...

  • Résumé :
    Chaque coup de palme compte.
    Plonger nous immerge dans une situation paradoxale : cela participe à notre émerveillement face à la nature mais contribuer aussi à la dégrader.
    Plonger n'est jamais sans conséquence sur les milieux marins, les littoraux et notre planète bleue.
    Plutôt que de se réfugier dans un déni confortable, il s'agit de faire face à notre responsabilité et agir.
    Insister sur l'importance de notre responsabilité, c'est valoriser la relation qui nous lie à ce monde fabuleux : son extrême vulnérabilité est aussi la notre.
    Notre émerveillement doit nous permettre de construire d'autres attitudes afin de réduire notre impact sur les océans.
    Que ce soit avant de plonger, pendant ou après, Vers une plongée durable présente des solutions que chaque plongeur.e peut décider d'adopter.
    Une autre manière de prolonger le lien si particulier qui nous relie au grand bleu.

    Bruno Villalba et Vianney Mascret
    Avec la participation d'Étienne Parmentier
    Préface de François Sarano, Fondateur et Président d'honneur de Longitude 181

  • Roman d'aventures maritimes, petit traité d'Histoire où se mêlent fiction, personnages, données et événements historiques, cet ouvrage nous fait plonger dans un univers de sel, d'embruns, de poudre, de sang et de douleurs où la révolte de l'homme pour regagner sa liberté doit l'emporter...
    Cela commence, de nos jours, comme un périlleux récit de navigation, de naufrage, de tempête de nos jours...
    Nous laissons au lecteur le soin de découvrir comment il sera emporté dans une période cruelle du XVIIIème siècle, où un jeune marin engage le combat pour la liberté des esclaves.
    Une tempête, un naufrage, un saut dans le temps, dans le passé, entraîne un jeune skipper dans de périlleuses aventures maritimes, dans un combat pour la liberté. Le marin devient pirate et son pavillon noir fera trembler tout le vilain monde des esclavagistes.
    Erwan Le Meur mènera ses combats navals et sa lutte contre l'ignominie entre l'Afrique, les Antilles et la France.
    Un utile et passionnant rappel d'un passé qui ne doit pas s'effacer.

  • Le 13 août 1903, le Journal de Brest titre « Sans nouvelles de l'Amiral Gueydon », un vapeur parti de Port-Saïd depuis plus d'un mois. L'inquiétude grandit chaque jour. Du Figaro au Petit Journal toute la presse française et internationale fait monter le suspense sur le sort du navire et de l'équipage...
    À la lecture de la presse, l'opinion se passionne pour la destinée de l'Amiral Gueydon. Il faudra attendre pour que des nouvelles sensationnelles parviennent aux rédactions et que soit connue l'extraordinaire odyssée des naufragés de l'Amiral Gueydon sur les côtes d'Arabie.
    Illustré avec des documents d'époque, le récit de Jacques Dupuet fait revivre au lecteur, en condensant témoignages, articles de presse, rapports officiels, la vague d'émotion populaire née de cette fortune de mer en Arabie.


  • Journaliste, Alain prend une année sabbatique pour courir autour du monde en équipage. Mais les 50èmes Hurlants ont raison du bateau qui rallie Le Cap. Alain apprend alors à piloter, et devient pilote à la Comair, une compagnie intérieure sud-africaine. Puis, c'est l'appel de la brousse au contact de la magnifique réserve de Mala Mala. Alain épouse la fille du propriétaire de la réserve, la somptueuse Carole, avec laquelle il crée une réserve au Zimbabwe. Mais le rêve de Kingani vire au cauchemar : toute la famille d'Alain est massacrée dans d'horribles circonstances. La vengeance se met alors en place avec l'aide de Marc, navigateur hors pair, qui dispose de puissantes vedettes pour anéantir le sinistre chef des « vétérans » du dictateur Mugabe. avec une panthère et, surtout, un crocodile et Alain retrouvera son amie d'enfance qu'il avait connue à Oran, tandis que Marc file le parfait amour avec Catherine.Tout cela au milieu de paysages sublimes au coeur d'une nature, comme si le monde venait d'être créé...

  • Comment reconstruire une vie d'homme et de sportif en refusant d'accepter l'impuissance d'un corps mutilé ?
    Arrivé au sommet de la compétition automobile, Yves Dhotel connait le pire dans un terrible accident qui le prive de ses 2 jambes. Il fait connaissance d'une souffrance physique qui ne le quittera plus, sa vie durant.
    Il surmonte les tentations de l'alcool, du suicide, pour se relever et se reconstruire par la pratique passionnée de la voile.
    Il retrouve l'ambiance de la compétition dans la régate et la course au large, il retrouve l'esprit d'équipe dans la vie d'équipage.
    Malgré son terrible handicap, Yves Dhotel vit et raconte des aventures nautiques si passionnantes et si fortes qu'il surclasse l'immense majorité des navigateurs valides.

  • Dans les années trente, le monde se passionne pour l'exploration polaire. Les fulgurants progrès de l'aviation avec Lindbergh, Mermoz et tant d'autres offrent une nouvelle voie à la course aux Pôles : la voie des airs.
    En 1928, un dirigeable italien, commandé par Umberto Nobile, s'écrase sur la banquise après avoir survolé le pôle Nord. L'accident enflamme l'imagination du public.
    Plusieurs pays, pour des raisons humanitaires mais aussi pour le prestige des couleurs nationales, préparent des expéditions pour porter secours aux naufragés du Pôle.
    Tandis que le Pourquoi-Pas ? du commandant Charcot fait force voiles vers l'expédition en détresse, la France interrompt les essais d'un hydravion ultra-moderne, le Latham 47, alors en pleine préparation pour le record de traversée Est-Ouest de l'Atlantique.
    Piloté par le lieutenant de vaisseau Guilbaud, le Latham 47 décolle du plan d'eau de Caudebec-en-Caux, sur la Seine. Guilbaud fait escale à Bergen, en Norvège.
    Roald Amundsen, le plus célèbre, sans doute le plus grand explorateur polaire de tous les temps, monte à bord... L'équipage se complète avec Leif Dietrichson, mécanicien hors-pair. Le 18 juin, à 16 heures 05, alourdi par le carburant, le Latham 47 s'arrache au plan d'eau de Troms, agité par de fortes rafales...

  • Fantaisie politico-policière.
    C'est Louviers. Ça commence par une femme trouvée dans un bras de l'Eure. Il y des policiers municipaux, mais pas seulement. Il y a une vraie police d'Etat, mais elle n'est pas tout à fait en état. Il y des élus, et des qui voudraient l'être...
    Forcément : il va y avoir des élections. Il y a des Témoins de Jéhovah, et dès qui ne veulent pas témoigner. Il y a des traders, il y a des gilets jaunes, une Rolls, avec chauffeur, des écorchés, des violences urbaines et on se demande ce que viennent faire les enfants sages dans tout ce bazar...
    Mais c'est peut-être d'eux que viendra la solution... s'il y en a une.

  • Aujourd'hui, les voyages au long cours se rêvent ou se préparent souvent en couple voire en famille, avec des enfants.
    Destiné aux femmes qui s'embarquent, ce livre s'adresse à tous ceux qui envisagent de partir à la voile pour un long voyage.

    Voici ce qu'en dit l'auteur :

    «Ce livre se veut une sorte de "guide de survie" à l'usage de ces femmes, celui que j'aurais aimé avoir entre les mains avant de partir moi même pour un voyage que nous avons mis une dizaine d'années à préparer.


    Il s'agit à la fois d'une réflexion sur les choix de vie que l'on peut faire pour soi, d'un livre pratique sur la façon de se préparer au voyage, et d'un retour sur notre expérience, incluant des analyses et des opinions de femmes côtoyées durant mon voyage sur des sujets relatifs à ce choix de vie peu commun.»

  • Faisant voile en solitaire au large de l'Argentine, le destin brise son rêve de tour du monde « à l'envers » d'Est en Ouest. Alain Maignan doit faire face pour sauver sa peau et son bateau...

    Le premier exploit d'Alain Maignan, raconté dans son premier livre « Le Facteur au long cours» lui vaut le soutien et l'estime de nombreux lecteurs qui prendront plaisir à ce second récit.
    Récit authentique et angoissant d'une "fortune de mer", collision inexpliquée qui met en péril la vie du navigateur
    La bataille pour sauver le bateau et ramener le navigateur à bon port est superbement écrite.
    Nombreuses et excellentes photographie de la préparation du bateau, des dégâts constatés en pleine mer, des soutiens amicaux d'une foule de supporters.


  • Alors que les longs périples vers l'inconnu cèdent le pas aux croisières organisées, le héros de VIVA BINGA ! apparait comme un être d'exception.

    Exceptionnel, ce garçon intrépide pour qui le désir de partir a toujours prévalu sur toute autre considération. Exceptionnelles sont ses aventures, cocasses, pathétiques, tendres et
    rocambolesques
    , en Afrique, sur l'Atlantique Sud, au Brésil, aux Antilles.

    Parti de Lille, droit ves la Croix du Sud, Jacques Boone arrive au coeur du Cameroun en proie aux violentes convulsions de l'indépendance. Planteur puis chercheur d'or, fabriquant de cercueil, il parvient, au prix de mille difficultés, à construire un voilier de 9 mètres de long. Pour le mettre à l'eau, il doit
    traverser 400 kilomètres de jungle, sans route ni voie navigable.
    Un voyage semé d'embûches... et d'incroyables surprises.

    Ainsi, le gouvernement du Cameroun lui propose de devenir
    amiral de la flotte nationale
    , à bord de son
    Binga
    de 9 mètres, pour lancer une expédition de libération de l'archipel Fernando Poo !

    Sans autre instrument qu'un compas, à la rencontre des alizés, il traverse l'Atlantique, empruntant le parcours des anciens négriers. Il se débarrasse de compagnons de bord peu recommandables et fait le trajet de Cayenne à la Martinique, accompagné d'un énorme
    rat philosophe
    , mais expert en navigation.

    Il manque de peu une régate avec
    Eric Tabarly
    . Il échappe de peu à la
    police britannique
    pour avoir voulu piller une épave de galion, chargée d'or, au large de l'île d'Anégava.

    Aux Açores, il tombe sous la coupe de la
    « Veuve »
    , une femme abusive qui l'entraîne à se perdre en mer à bord d'un rafiot construit par un fou et un équipage extravagant.

    Les aventures du navigateur naïf vous tiendront en émoi et vous feront rire aux larmes. Certains penseront qu'elles dépassent l'imagination.

    Elles sont pourtant vraies,
    authentiques,
    comme le grand souffle de la mer et l'appétit de vivre qui les anime.

  • Quand une Ardéchoise épouse un Breton...
    Cela donne : une Echappée Belle ( c'est le nom du bateau), deux beaux enfants, un grand voyage et...un livre plein d'humour.
    Un couple se jette à l'eau : c'est décidé, on part...
    Mais avant de larguer les amarres, il faut construire le voilier de ses rêves ( ceux du mari ) et affronter l'idée de couper le cordon avec la terre ferme. Pour un an.
    Christine de Bonviller jette le regard faussement naïf d'une débutante sur les mille et un avatars d'une croisière transatlantique.
    Sa plume tendre et moqueuse raille gentiment les déboires de l'équipage familial.
    Mais elle trace aussi un passionnant journal de bord, riche d'une sensibilité neuve aux paysages marins, aux rencontres des escales, à la vie intense et libre des voyageurs du vent.
    La verve de conteuse de Christine de Bonviller produit un récit captivant, qui se lit d'une seule traite avec un grand bonheur.




  • Attention ! Chef-d'oeuvre...



    Du livre que vous tenez en main, voici ce qu'écrit Pierre MAC ORLAN, l'immense écrivain à qui nous devons tant de belles pages sur la mer et le voyage :

    « Des hommes qui vécurent sur l'île d'Ouessant l'ornèrent de deux monuments impérissables :
    La Mer,
    chef-d'oeuvre de Kellermann
    et les
    Filles de la pluie.
    »

    Le grand peintre Jacques Burel
    a refusé d'illustrer ce livre.

    Voici pourquoi :

    « J'avais avalé
    La Mer
    - si j'ose dire - d'une seule traite. Le livre fourmillait d'images, de bruits, d'odeurs et rien n'y était dit qui ne fût de toute évidence éprouvé sur place. La magie du verbe y joue pleinement et chacun recrée images, sons et parfums pour lui-même.

    Vous ouvrez à n'importe quelle page et vous êtes à Ouessant, le vent vous empoigne, la mer tonne à la pointe de Pern et vous oubliez tout le reste. Le temps a disparu !

    Illustrer un tel bouquin était un sacrilège. Nul n'avait, me dis-je, le droit de déposer des images au pied de ses paragraphes, d'imposer sa vision aux autres, d'appauvrir l'oeuvre et de la déflorer. »

    Oui, par sa poésie brute, sa profondeur sentimentale, sa puissance évocatrice du paysage et des hommes,
    La Mer
    est un chef-d'oeuvre de grande littérature, le vrai roman de l'île d'Ouessant.


  • Une tranche de vie. Émouvante.
    Une plume. Talentueuse.
    Une mémoire. Celle d'un pt'it gars de la Marine.
    Une aventure. Maritime et humaine, elle embarquera le lecteur...
    L'auteur, Pascal Dupont, raconte sa vie "d'arpète"
    dans laquelle se reconnaîtront les anciens élèves de l'école de Saint-Mandrier, qui a formé des milliers d'apprentis mécaniciens de la Flotte.
    Départ dans la vie d'un jeune adolescent qui s'engage à 16 ans, dans la Marine Nationale. Ses parents l'envoient à Saint-Mandrier à l'Ecole des Apprentis Mécaniciens de la Flotte.
    Après ses classes, où il devient mécanicien de Service Général, il signe un engagement de 5 ans.
    Affecté sur un escorteur d'escadre, il embarque à Toulon où il naviguera pendant plus de trois ans. La dernière année, il la passera à la base aéronavale de Hyères.
    Entre ces deux dates, ce sont ses épreuves, ses défis, ses expériences, ses confrontations, ses amis, ses joies, ses peines, ses peurs, ses troubles, son courage, qui forgeront de lui, un homme prêt à affronter le reste de sa vie.


  • Vous ne sortirez pas indemne de cette lecture. Elle donne le
    frisson. Elle inspire surtout une profonde admiration pour

    ces hommes qui risquent leur vie pour sauver les autres,
    dans un jeu terrifiant où la mort gagne trop souvent.

    Ecrit par un sauveteur expérimenté, ce livre vous fera vivre
    de l'intérieur des opérations de sauvetage modernes dans

    les situations les plus variées, de la croisière en voilier à la
    pêche professionnelle en haute mer, jusqu'à la baignade sur

    la plage, la promenade sur le littoral où la pêche à pied qui
    tourne mal..

    L'ouvrage donne la dimension humaine de l'événement
    d'exception qu'est un drame de la mer : les portraits

    poignants des victimes et de leurs familles, les portraits vivants des rescapés, le
    courage tranquille des sauveteurs bénévoles sont décrits d'une plume précise et vive.

    Tous ceux qui prennent la mer savent que le danger existe.
    Mais seuls les sauveteurs en mer connaissent l'incroyable

    diversité des situations à risque, où le danger se manifeste,
    sans avertissement.

    Il suffit d'une sortie en planche en voile, en kayak, ou même
    tout simplement d'aller se baigner ou de se promener sur le

    rivage pour courir un risque mortel.

    Ce livre se veut d'actualité, car il raconte des accidents
    récents et des interventions authentiques, principalement

    en Manche et Mer du Nord.

    Vous y trouverez aussi la description de l'organisation des
    moyens de secours modernes et des nouveaux matériels de

    sécurité. Une lecture enrichissante, un livre à conserver...

  • Pendant une traversée très mouvementée de Sète à Cayenne, Saturne nous emmène à la rencontre des rêves de son skipper...

    Ce récit authentique d'une traversée transatlantique est enrichi de nombreux documents : dessins, photos, croquis techniques.

    L'auteur nous prend aux tripes par le récit d'une tempête, parfaitement rendue. La précision des scènes de manoeuvres nautiques est aussi vivante que réaliste.

    Les « voileux » s'y retrouveront, les autres se passionneront pour les heurs et malheurs survenant dans ce monde bien à part : un voilier au milieu de l'océan.

    Mais la vraie force de ce livre est ailleurs.

    Doué d'une plume harmonieuse, l'auteur nimbe de poésie son journal de voyage. La puissance évocatrice de son style fait revivre tant les splendeurs de la mer que les rêves qu'elle fait naitre à bord.

    Sans jamais ennuyer le lecteur : lorsque la pensée devient profonde, Michel-Marie Perraudin sait l'alléger par de savoureux dialogues... avec le Petit Prince du bord, alias P'tit Jojo.


    Ce récit d'action, bien écrit, vous offrira bien des bonheurs de lecture.

  • Une tranche de vie. Émouvante.
    Une plume. Talentueuse.
    Une mémoire. Celle d'un pt'it gars de la Marine.
    Une aventure. Maritime et humaine, elle embarquera le lecteur...
    L'auteur, Pascal Dupont, raconte sa vie "d'arpète", d'apprenti, dans laquelle se reconnaîtront les anciens élèves de l'école de Saint-Mandrier, qui a formé des milliers d'apprentis- mécaniciens de la Flotte.
    Départ dans la vie adulte d'un jeune adolescent qui s'engage à 16 ans, dans la Marine Nationale. Après ses classes, où il devient mécanicien de Service Général, il signe un engagement de 5 ans.
    Affecté sur un escorteur d'escadre, il embarque à Toulon où il naviguera pendant plus de trois ans. La dernière année, il la passera à la base aéronavale de Hyères.
    Entre ces deux dates, ce sont ses épreuves, ses défis, ses expériences, ses confrontations, ses amis, ses joies, ses peines, ses peurs, ses troubles, son courage, qui forgeront en lui un homme prêt à affronter le reste de sa vie.
    Ce livre est la suite du premier tome d'Une Vie d'Arpète, mais ce tome 2 peut-être lu sans avoir lu le tome 1.


  • À l'âge de huit ans, Eric Beauvilain choisit son destin : partir à la voile à travers les océans.

    Adolescent, il décide de construire lui-même son voilier. À 24 ans, il hisse les voiles pour plus de vingt ans de navigation, souvent solitaire.

    À l'âge d'homme, il écrit ce livre, pour partager son rêve, devenu réalité.

    Voici le récit de douze années de mer.

    Avec très peu de moyens, Eric Beauvilain trace sa route sur les océans Atlantique et Pacifique, de France en Polynésie, de Tahiti à la Terre de Feu, en passant par le cap Horn et la jungle de Guyane.

    /> Péripéties, humour, sensibilité et coups de gueule sont les ingrédients de cette passionnante autobiographie d'un marin qui sait faire rêver en racontant la mer et une vie d'aventure.

    Embarquez vite, les amarres sont larguées !




  • Jeanne de Belleville, la plus belle femme du royaume selon le roi de France Philippe VI de Valois, va devenir pirate et sera surnommée la Tigresse Bretonne.







    Au coeur d'un affrontement entre le roi de France et celui d'Angleterre, et d'une guerre civile en Bretagne, quel drame va subitement transformer cette femme douce, aimante et discrète, en un chef de guerre implacable semant le feu et la mort sur terre comme sur mer ?

    />





    C'est la mort insomnieuse d'Olivier IV de Clisson, son époux adoré, traitreusement invité à Paris par le roi de France qui va déchaîner la fureur et la soif de vengeance de cette mère de cinq enfants. L'histoire d'amour du roi d'Angleterre avec la comtesse de Salisbury a servi à accréditer l'accusation de trahison portée contre le puissant seigneur breton soucieux de l'indépendance de son pays.







    Accompagnée de ses deux héritiers, Olivier, 8 ans et Guillaume, 4 ans, la Tigresse bretonne va mener des représailles implacables contre Philippe VI de Valois.







    Prise en chasse par des navires de guerre français, elle fera naufrage au large de Morlaix et ne retrouvera la côte qu'après 6 jours d'errance en mer : le petit Guillaume mourra de faim et de soif.






    Miraculeusement rescapé, le jeune Olivier sera élevé à la cour du roi d'Angleterre pendant une dizaine d'années, alors que sa mère bannie par le roi de France tentera de reconquérir ses biens confisqués avec l'aide d'un capitaine anglais.







    En fait, c'est son fils Olivier V qui y parviendra, après avoir aidé son ami Jean V de Montfort à monter sur le trône de Bretagne. Il deviendra même connétable de France.













    Dans un contexte historique tumultueux, ce récit retrace l'histoire amoureuse d'Olivier IV de Clisson et de Jeanne de Belleville inspirée par la légende d'une princesse danoise devenue femme pirate par refus d'un mariage arrangé, ce qui est aussi un élément de la vie sentimentale de la Dame pirate de Clisson.



  • La réalité dépasse parfois la fiction ! A preuve, la vie romanesque de François Nau, le plus cruel des pirates des Caraïbes. Encore enfant, pour fuir la potence, il met les voiles vers le Nouveau Monde. Le rêve du moussaillon devient cauchemar. Il découvre l'esclavage, les coups, la violence des hommes.

    Mais il n'est pas prêt à se soumettre ! A peine sorti de l'enfance, il se transforme en pirate sanguinaire, pillant et tuant. Il devient l'une des figures les plus célèbres de l'île de la Tortue, construisant férocement son épouvantable légende. Histoire, aventure, font voyager le lecteur jusqu'au fond de l'âme humaine. Mais cette lecture pose question : si les monstres n'étaient pas ceux que l'on croit ?


  • Seul sur son voilier, en route pour sa dernière traversée de l'Atlantique, un marin se trouve brutalement confronté à des événements aussi étranges qu'inquiétants...
    Amateurs de polars et amoureux de la mer trouveront leur bonheur dans ce mélange original.
    Deux livres en un : les survivants de La Tueuse du Vingt Heures se retrouvent pour une nouvelle intrigue dans La troisième Victime
    André Gentil a publié :
    Par les Trois Caps, t'es pas Cap ( récit de son Tour du monde en solitaire, sans escale
    et
    La Mare aux Gobies ( nouvelles dans un décor maritime )



  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty