Andersen éditions

  • Rien ne va plus au village des Brûleux. Le curé, d'habitude si brave, prêche que le Diable tente chaque nuit d'enflammer son matelas. Et qu'Il risque même d'incendier tout le village ! Les paroissiens frissonnent... M. Boutel, le cabaretier-épicier, demande à la bonne du religieux de le surveiller.
    Un jour, la petite Adèle le prend sur le fait : c'est lui, le curé, qui joue avec les allumettes ! Trop tard ! Le presbytère s'embrase. Le saint homme saute par la fenêtre pour ne pas rôtir. Et sa bonne s'enfuit...
    Au village, c'est le branle-bas de combat. La gendarmerie, la mairie, les habitants, tous se mobilisent pour tirer cette affaire au clair. Pendant qu'on cherche la jeune Adèle, le curé s'est intronisé guide spirituel des pensionnaires de l'hôpital voisin. Un hôpital psychiatrique ! Et les fous se sont mis à obéir au doigt et à l'oeil au prêtre pyromane... Mamma Mia !...
    À partir d'une histoire vraie qui hante les archives de l'Église catholique, Marie-Jeanne Langrognet-Delacroix invente une intrigue rocambolesque, pleine de folie et de fureur, et qu'elle mène tambour battant. Un roman à mi-chemin entre Don Camillo et le théâtre de Guignol, et qui fait feu de tout bois !

  • Depuis deux décennies, Roger Federer éclabousse les courts de tennis de sa classe, de sa grâce, de son génie. Aussi ses fans à travers le monde se comptent-ils par millions. Mais il y en a un qui n'est pas tout à fait comme les autres : Arnaud Caël.
    Ce journaliste sportif (né en 1986 à Nancy) voue une admiration sans bornes à son Rodgeur et livre ici un portrait aussi délicieux qu'inattendu. De leur rencontre manquée dans les vestiaires du tournoi de Monte-Carlo aux nuits blanches passées à encourager le maestro par fuseaux horaires interposés, cela frise l'obsession. Et ce n'est pas sa femme qui démentira : Arnaud l'a demandée en mariage le jour de l'anniversaire de son idole !
    /> Voici donc un vibrant hommage au plus grand tennisman de la planète. Un hommage vif comme une volée, tendu comme une balle de match. Caël nous emmène dans l'odyssée du Suisse. Les pieds sur terre et la tête dans les étoiles...
    [Photos intérieures]

    [Arnaud Caël, né en 1986 à Nancy, diplômé de l'école de journalisme de Nice, a travaillé pour les rédactions de L'Équipe.fr et d'Infosport+ avant de devenir l'un des présentateurs vedettes de Mirabelle TV pendant une décennie. Il fut aussi rédacteur en chef adjoint de la chaîne lorraine. Il réalise aujourd'hui des documentaires sportifs pour la télévision nationale.]





  • « Quand papa demande Comment il fait le général De Gaulle ?, je lève les deux bras au ciel en forme de V. Il est fier de moi. On croirait pas comme ça, mais il m'adore. Ma cousine dit que je suis comme un coq en pâte. C'est vite dit ! »
    Claudine Malraison recompose par touches les joies et tragédies d'une enfance - la sienne - dans le Strasbourg rural des années soixante : les écrevisses qu'elle allait pêcher avec son père, la chèvre adorée qui ressemblait à celle de monsieur Seguin, la fabrication du schnaps qui embaumait toute la rue, les quatre cents coups avec les copines, les voisins farfelus du quartier Robertsau. Puis l'incendie qui ravagera la maison familiale, la maman qui meurt, le pensionnat de bonnes soeurs, les premiers émois du collège...
    Au-delà d'un récit autobiographique digne d'un Louis Pergaud, La Grange aux souvenirs fait magnifiquement revivre l'esprit d'un lieu et d'une époque révolus. Dans ce livre d'une tendresse désarmante, souvent drôle, c'est toute une génération qui se retrouvera.

    [Claudine Malraison est née en 1959 à Strasbourg, dans le quartier de la Robertsau, ancien faubourg maraîcher où se déroule l'essentiel de la vie décrite dans « La Grange aux souvenirs ». C'est là qu'elle réside et travaille encore aujourd'hui, en tant qu'artiste-peintre particulièrement connue pour ses portraits d'Alsaciennes.]







  • Les cinq nouvelles qui composent ce recueil déjanté sont l'oeuvre d'un humoriste hors pair. Avec Pierre Thiriet, les bons contes font les bons amis. Un grand reporter effectue une retraite dans un monastère himalayen à la recherche de la zen altitude. Une jeune Terrienne tombe amoureuse d'un Martien prénommé U 36 (« U » pour les intimes). On nous emmène à la conquête de l'Ouest dans le sillage d'un cow-boy complètement à l'ouest. Et pour finir en beauté, on s'embarque aux côtés du détective intersidéral Pat Packet dans la sensationnelle affaire du Dragon rouge et du Dragon noir...
    Du grand art littéraire, qui fait rire ou sourire à toutes les pages !

    [Pierre Thiriet est né en 1955 à Spire, en Allemagne (ex-RFA). Il a passé son adolescence à Strasbourg avant de s'installer dans le Gard. Ancien chroniqueur à Fluide Glacial, Spirou et Psikopat, il est aujourd'hui auxiliaire de vie scolaire dans un lycée d'Uzès.]







  • Durant douze années, Olivier Larizza a vécu comme suspendu à un fil entre deux continents. Il partageait son existence entre le Grand-Est, avec Strasbourg comme port d'attache, et l'île de la Martinique (où il était maître de conférences à l'université des Antilles). De cette situation hors du commun est née une oeuvre poétique singulière, dont voici, après L'Exil, le deuxième volet.
    L'Entre-deux pourra se lire indépendamment. C'est un recueil à fleur de peau, intense & troublant. Ce qui en fait le sel : la sensualité, la face cachée des tropiques, le prosaïsme du jour-le-jour, et quelques poèmes d'amour qui peut-être rivalisent avec les plus beaux de notre patrimoine...
    Larizza se fit poète pour se fixer quelque part : dans une langue qui n'appartient qu'à lui, où il nous invite à élire domicile.

    [Olivier Larizza, né à Thionville, est l'auteur d'une oeuvre importante d'une grande variété, traduite dans une dizaine de pays, dont la Russie et l'Iran. Il est aussi universitaire à Toulon. En poésie les éditions Andersen ont déjà publié de lui « L'Exil ».]







  • « Isabelle arpente la plage de Tanger qui s'étend devant les grands hôtels désertés de ce mois d'octobre. Touristes espagnols, allemands ou anglais sont de passage pour une nuit dans cette ville étrange au confluent des mers. La ville de tous les dangers où le vent d'est qui souffle rend fou... »
    À travers les escapades d'une voyageuse française ouverte à toutes les expériences, Elsa Nagel nous transporte au coeur d'un Maroc méconnu et secret. Au pays des noctambules et des fêtes interdites, des hammams peuplés de djouns et autres croyances surnaturelles, du combat entre tradition et modernité. Voici l'envers du décor de Tanger, cette ville-frontière entre l'Afrique et l'Europe, qui a fasciné tant d'artistes.

    [Elsa Nagel, qui vit à Strasbourg depuis longtemps, a passé toute sa jeunesse à Casablanca. Sa double culture franco-marocaine nourrit ses livres sur le patrimoine. Elle signe ici une fable réaliste et sans concession.]



  • « Parmi ces hommes qui ont voulu toucher le ciel et se hisser à la hauteur d'un dieu, il y eut les bâtisseurs de Notre-Dame de Strasbourg. Pendant près de deux siècles et jusqu'en 1439, ils édifièrent à coups de burin et de folie le plus haut monument du monde. Prodige d'invention, de puissance & de grâce rose qu'il faut voir pour le croire et dont aucun mot ne pourrait jamais rendre compte...
    Voilà pourquoi le poème qui va se dérouler sous vos yeux est l'un des plus ahurissants jamais composés. Même en osant les rapprochements les plus audacieux (Goethe, Hugo, Claudel) on ne parviendrait pas à comparer ce Kathédrali de Jean-Paul Klée.
    Laissez-vous troubler par la visite de cette cathédrale virtuelle. Appréciez son infinie variété, ses bizarreries baroques, ses drôleries gothiques, la vibration du plus infime vitrail et de la plus géniale ferveur. Celle aussi bien sûr de la mystique (catholique) et du coeur d'un homme qui, à l'image d'un Wordsworth, écrit de la poésie pour parler aux hommes. »
    Extrait de la préface d'Olivier Larizza.

    [Jean-Paul Klée, né en 1943 à Strasbourg, est l'un des poètes les plus marquants et les plus engagés de notre époque. Il a publié chez Andersen deux livres en prose d'une grande finesse : « Manoir des mélancolies » et « Les Charmes de Baden-Baden », ce dernier avec un inédit de Gérard de Nerval et une préface d'Olivier Larizza.]

  • La mutine

    Michel Herland





    La Mutine, petite île des tropiques, fait face à une grève générale. Les syndicats soutenus par la majorité de la population réclament une hausse du niveau de vie tandis que les patrons s'inquiètent pour leurs profits. Chaque camp manoeuvre afin de se mettre l'État français dans la poche. Pendant ce temps, les indépendantistes avancent leurs pions...
    Michel, professeur de philosophie venu de Métropole, assiste à ce cirque avec consternation. Lui continue de faire cours tout en coulant des jours heureux avec Belle, une Créole à la sensualité torride, artiste-peintre à ses heures. Face aux tensions sociales qui s'exacerbent, au racisme qui se réveille, l'enseignant prône les vertus de la raison. Mais le destin de l'une de ses élèves, fille de l'un des grands Blancs de l'île, va basculer jusqu'au meurtre...
    La Mutine est une fresque haute en couleur aux allures de roman policier et aux accents de pamphlet politique. S'inspirant du conflit social qui paralysa la Martinique et la Guadeloupe en 2009, Michel Herland fabrique une fable édifiante sur ces territoires insulaires où la température monte plus facilement qu'ailleurs.

    [Michel Herland, essayiste et romancier, est un grand amoureux et fin connaisseur de l'outre-mer français. Il y a effectué l'essentiel de sa carrière d'universitaire et d'économiste (vice-recteur de Nouvelle-Calédonie, professeur à l'Université des Antilles). Né en 1945 à Toulouse, il vit depuis une vingtaine d'années en Martinique, où il se consacre désormais à l'écriture.]




  • C'est un étrange feuilleton médiatique. L'histoire sans fin d'une fermeture. Celle de la plus vieille centrale nucléaire de France : Fessenheim.
    Pourquoi tant de manoeuvres politiques pour retarder l'inévitable ? À quel prix ? Avec quels risques pour la population ? Et si le crépuscule de la centrale alsacienne reflétait celui de la filière tout entière ?
    Cette enquête, la première du genre, réunit des chercheurs réputés et des militants aguerris. Elle fait la lumière, débusque la désinformation. Elle expose les dérives d'un système national de production d'électricité devenu une exception dans le monde. Un système imposé aux Français dès l'origine et dont ils subissent aujourd'hui les lourdes conséquences sanitaires, environnementales, financières, fiscales et même géopolitiques.
    Mais heureusement, il existe un chemin qui va du diktat atomique à la révolution verte. Avec ses bénéfices insoupçonnés pour l'économie, l'emploi, la société dans son ensemble. Vers un futur plus lumineux...
    Voici donc un ouvrage sous haute tension. Un document-vérité. Un livre de salubrité publique.

    [Jean-Marie Brom est physicien des particules et directeur de recherches au CNRS. Floriane Dupré travaille à Strasbourg dans le secteur de l'environnement et du développement durable. André Hatz est président de l'association Stop Fessenheim. Jean-Paul Klée est un écrivain et militant écologiste alsacien. Olivier Larizza, coordinateur de l'ouvrage, est professeur à l'Université de Toulon et chercheur en sciences humaines au laboratoire Babel.]





  • Ce récit de voyage nous convie à une visite très spéciale de la capitale belge. On y suit l'auteur au bras de sa dulcinée, se promenant parmi l'Histoire, les monuments et la drôlerie de l'inattendu. Tant pis s'il pleut ! À chaque coin de rue surgit un petit bonheur, et bientôt la fièvre du réveillon se déchaîne...
    Olivier Larizza donne ici une oeuvre de jeunesse qui charme par sa fraîcheur et sa fantaisie. Un guide touristique pittoresque, unique en son genre. Alors, vous allez le lire une fois ?

    [Olivier Larizza, né à Thionville, est un auteur prolixe et éclectique, traduit dans une dizaine de pays, dont la Russie et l'Iran. Chez Andersen il a notamment publié « Le Best-seller de la rentrée littéraire », une satire désopilante sur le monde des livres et des écrivains.]



  • Universellement réputée pour ses thermes bienfaisants, Baden-Baden distille un romantisme et un raffinement uniques. Les têtes couronnées de toute l'Europe venaient au XIXe siècle s'y étourdir de musiques et de fêtes, de jeux et de fleurs. Ils en firent leur capitale d'été à l'ombre de la Forêt-Noire.
    Deux grands écrivains, Gérard de Nerval et Jean-Paul Klée, vous entraîneront à mots émus au coeur de cette oasis hors du temps. Baden-Baden n'est-elle pas restée cette ville-théâtre qui, à l'image de ses pâtisseries, a l'air trop belle pour être vraie ?
    Si l'envie vous prenait d'aller y badiner, notre sélection d'adresses et d'attractions donnera à votre séjour une saveur incomparable.

    [Le génie de Nerval, grand amoureux de l'Allemagne, nous fait découvrir Baden-Baden en 1838, au début de son âge d'or : une vraie découverte puisque ce texte n'avait jamais paru dans la version présentée ici. Jean-Paul Klée, né en 1943 à Strasbourg, emboîte le pas à Nerval pour nous promener avec ravissement dans le Baden d'aujourd'hui. Olivier Larizza, qui préface ce volume, y a concocté des notices irremplaçables pour qui veut en savoir plus sur cette perle de la Forêt-Noire et en faire une visite inoubliable.]





  • « J'aime ses grands cheveux mauves et ses pantoufles à pompons lorsqu'elle se traîne lascivement dans l'appartement, le portable collé à l'oreille en train de donner des conseils à ses copines dépressives. J'ai rencontré Marie-Burne au centre de réinsertion pour délinquants mineurs. On a eu un gosse tout de suite, qui a réussi à se tailler une place de caïd dans son quartier de haute sécurité. Quand les enfants sont casés, les parents commencent une deuxième vie... »
    Pierre Zeidler n'a pas son pareil pour raconter des histoires du quotidien, évoquer des sujets de société ou aborder les grandes questions de l'existence. Il nous offre un recueil jubilatoire, parcouru d'une ironie et d'un absurde qui décoiffent.
    />

    [Pierre Zeidler, né en 1956 à Strasbourg, est auteur, comédien et musicien. Sa devise : « Ce n'est pas parce qu'au commencement était le verbe Être qu'il faut en finir avec le verbe Avoir. »]



  • L'exil

    Olivier Larizza





    Pendant douze ans, Olivier Larizza a partagé sa vie entre Strasbourg et la Martinique (il était maître de conférences à l'Université des Antilles). Cette expérience à cheval sur deux continents a suscité sur le vif une oeuvre poétique très personnelle et assez mystérieuse, dont voici le premier volet.
    La nostalgie du pays natal, un quotidien insulaire à nul autre pareil, les stigmates du post-colonialisme, l'amour à distance et les délices de la volupté, ou encore le blues de l'écrivain, dessinent quelques-unes des lignes de force de ce recueil de la confidence. Poèmes en mouvement, inventifs, colorés, émouvants, sensuels... où l'auteur défie les conventions, et qu'il prolonge par une éclairante postface sur l'art d'Orphée.

    [Olivier Larizza, né à Thionville, est l'auteur d'une oeuvre importante d'une grande variété, traduite dans une dizaine de pays, dont la Russie et l'Iran. Il est aussi universitaire à Toulon. Après « L'Exil », les éditions Andersen ont publié le deuxième opus de sa trilogie poétique : « L'Entre-deux ».]







  • « C'est un petit val qui mousse de rayons », aurait dit Rimbaud. Le Val-d'Ajol, à la fois vaste écrin de verdure et modeste commune vosgienne, recèle des trésors. Qui soupçonnerait que Napoléon III tomba sous son charme ? que c'est le pays de l'épinette et d'une certaine chanson française ? qu'on y célèbre chaque année l'andouille comme un dieu-lard ?
    Avec enthousiasme, Laurent Bayart débusque ce havre de paix à deux pas de Plombières-les-Bains, proche d'Épinal et sa célèbre imagerie. Vous succomberez à ses lieux de légendes ou d'histoire, à ses itinéraires enchanteurs (à suivre à vélo ou à pied), à ses Lorrains vrais et hauts en couleur, aux joies du terroir et cette vie tranquille qui s'écoule au gré de la rivière Combeauté...
    En vous offrant ses coups de coeur, dans un émerveillement continuel, l'auteur sculpte un instant d'éternité. Et qui sait si, comme lui, vous ne finiriez pas par trouver l'amour au Val-d'Ajol ?

    [Laurent Bayart, né en 1957 à Strasbourg, est un auteur prolixe à la fois en prose et poésie. Hyperactif et touche-à-tout, il vient le plus souvent possible se ressourcer au Val-d'Ajol, sa deuxième maison après Mundolsheim (Bas-Rhin). Chez Andersen il a également publié « À pleins poumons », la touchante histoire de son enfance tuberculeuse et de sa rédemption par le vélo.]



  • Juin 1964. On vient de détecter in extremis une tuberculose chez Laurent, sept ans. D´Alsace, le gamin est envoyé d´urgence au sanatorium de Briançon, où débute un long chemin de croix : le traitement médical, la solitude des nuits, la main lourde des adultes, les mauvaises rencontres aussi. Mais une lumière brille toujours quelque part, comme le Maillot jaune sur les routes du Tour de France. Tandis que ses héros Jacques Anquetil et Raymond Poulidor s´y livrent un duel au sommet, le petit garçon engage son propre combat, pour survivre.

    Avec une pudeur teintée d´humour, Laurent Bayart tisse, de l´enfance à l´âge d´homme, une confession touchante, qui rayonne d´optimisme.

  • Naples, 1905. Joseph Conrad fait la connaissance d´un aristocrate polonais qui l´intrigue. Un an plus tard, il en tire Le Comte. Le Comte, c´est cet élégant et fortuné sexagénaire qui n´ose dire son vrai nom et dont la silhouette hante l´hôtel où il est descendu, personne ne sait pourquoi, après une vie de voyages. Après une vie. Un soir, tandis qu´il flâne dans l´air doux et qu´un orchestre enivre les esprits, il croise un jeune Napolitain aux intentions ambiguës...

    Au seuil des grands bouleversements qui fracasseront le siècle, Conrad livre un récit aussi bref que saisissant, dont l´énigme ne cesse d´interroger.

  • Quel est l´hurluberlu qui a inventé la rentrée littéraire ? Si l´argent ne fait pas le bonheur, pourquoi les éditeurs n´en donnent-ils pas plus ? Comment un auteur traversant une période de vaches maigres peut-il faire un boeuf en librairie ? Et le grand Shakespeare, il chaussait du combien ?

    Ces questions fondamentales tenaillent Octave Carezza, écrivain de 37 ans qui rêve d´écrire un best-seller et de trouver l´amour. Il lui arrive moult aventures rocambolesques avec ses lectrices, ses éditeurs, ses confrères croisés dans les salons du livre, cette drôle de dame qui s´appelle Inspiration ou encore l´e-book, invention fabuleuse qui va révolutionner nos vies avant de nous pousser à faire la révolution...

    Avec un sens de l´humour irrésistible, Olivier Larizza brosse une satire épatante de nos moeurs littéraires.

  • Pour Jean-Paul Klée, la vie est un grand cahier bleu ciel qu´il garnit des ravissements de chaque jour. Rencontres et conversations égayent son existence de poète replié. On croise ici une ancienne clerc de notaire ayant le coeur sur la main, le copain forestier amateur de femmes et de chevaux, deux vétérans de la guerre d´Algérie, une pâtissière qui roucoule à ses jeux de mots, le spectre de Pasolini ou celui de cet oncle qui - à l´inverse du père - réchappa aux nazis en vivant caché au fond d´un poulailler parcouru de passages secrets...

    Dans ces proses stylisées, où l´émotion affleure, où la bienveillance luit, l´auteur promène son oeil pointu sur notre réalité. Il ne s´agit pas seulement de dire le monde, mais de le réinventer.

empty