Editions Gérard de Villiers

  • Malko Linge, qui fait des extras pour la Central Intelligence Agency, le Deuxième bureau américain, n'est pas un agent secret ordinaire : c'est Son Altesse Sérénissime le prince Malko Linge. Il possède à la frontière austro-hongroise un château en ruines. Chaque mission qu'on lui propose doit lui rapporter de quoi réparer une toiture, un pan de mur... Lorsque Washington lui confie une enquête sur un sous-marin atomique mystérieusement disparu dans les Détroits, Malko se doute qu'il aura affaire à forte partie.

  • "La CIA a appris que les Iraniens vont faire soigner à Vienne, en Autriche, un de leurs meilleurs scientifiques impliqués dans leur programme nucléaire, atteint d´une leucémie. Leur projet est de l´enlever. L´agent chargé de cette affaire est retrouvé égorgé, et l´informateur venu de Téhéran pour apporter des précisions est assassiné. Malko reprend le dossier, obligé d´approcher la très jolie décoratrice d´origine iranienne soupçonnée d´avoir assassiné l´agent de la CIA, Oswald Fisk, son amant. Tandis qu´il essaie de renouer les fils, les Israéliens, mis au courant par les Américains, décident, eux, d´assassiner Ardechir Nassanpour, le scientifique iranien. Malko échappe à un attentat dans lequel Maryam Nassiri, la décoratrice iranienne, est vraisemblablement impliquée. Coup de tonnerre : alors que les Américains, avec Malko, essaient toujours d´organiser le kidnapping d´Ardechir Nassanpour, ce dernier est assassiné sur son lit d´hôpital, au cours d´une opération très violente. Six morts. Et on découvre qu´il s´agit d´un faux Ardechir Nassanpour... Où est le vrai ? "

  • « Ce serait agréable que vous n´ayez rien sous votre robe, dit Malko. - Mais je n'ai rien ", répondit Linda avec simplicité. Il n'eut pas le loisir de s'en réjouir. Le rideau qui se reflétait dans une glace en face de lui venait de bouger : quelqu'un était derrière. Malko était désarmé et l'inconnu dissimulé ne pouvait avoir qu'un but : le tuer.

  • Le premier barreau se détacha. Au même moment, une vingtaine de rats porteurs des germes de la peste avancèrent en couinant. Malko saisit le barreau et le brandit. Les rats ne reculèrent pas. S'ils attaquaient tous ensemble, c'était fini. On voyait leurs petites gueules roses s'ouvrir et se fermer. "Ils ont faim, dit Felipe."

  • """Les deux portières avant de la Corolla furent ouvertes en même temps de l´extérieur. Malko aperçut des hommes, pistolet au poing, le visage dissimulé par des passe-montagne. L´un d´eux attrapa Darius par l´épaule, le jetant à terre et prenant sa place au volant. Un second homme masqué s´installa sur la banquette arrière, appuyant le canon de son pistolet sur la nuque de Malko. La Corolla redémarra : c´était un kidnapping."""

  • "- Le chef de village a décidé de tenir une "choura" pour décider de votre sort, annonça le neveu du mollah Kotak. - De mon sort ? s´étonna Malko. Que veut-il dire ? - Certains villageois sont partisans de vous laisser repartir, d´autres veulent vous kidnapper pour vous revendre aux talibans, mais la majorité veut venger les deux jeunes gens tués par les Australiens. - Comment ? demanda Malko. - En vous tuant."

  • Lorsque Malko arrive au Mali, appelé par la CIA afin de reprendre une manip tortueuse visant à découvrir les intentions des groupes islamistes qui viennent de s´emparer de tout le nord du pays, la situation est désespérée. Désormais, à Tombouctou et à Gao, les « Fous de Dieu » d´AQMI, de NASAR-DINE ou du MUJAO sont seulement à quinze heures de piste de la capitale du Mali, Bamako. Quand et comment vont-ils frapper ? Problème : il n´y a plus aucune force militaire pour les stopper, l´armée malienne s´étant évaporée. Seule solution : découvrir leurs intentions et un moyen de les contrer qui n´existe apparemment pas. Tout va reposer sur les épaules de Malko qui a en face de lui des adversaires féroces et rusés. Lorsque sa source revient de GAO transformé en bombe humaine, destinée à les transformer tous les deux en chaleur et lumière, tout semble perdu. C´est un concours de circonstances extraordinaire qui va lui permettre, in extremis, de renverser la situation.

  • Ciudad Juarez : ville jumelle d´ El Paso, au Texas. Deux cents tonnes de cocaïne y transitent par an, vers les Etats-Unis. Deux cartels mexicains s´y livrent à une lutte à mort : le Cartel de Sinaloa et le Cartel de Juarez. D´où 3500 meurtres par an.
    Or, la CIA a découvert que le Cartel de Juarez, mandaté par les FARCS colombiens, a accepté de faire entrer clandestinement aux Etats-Unis cinq Libanais du Hezbollah qui veulent venger la mort de Bin Laden, en commettant plusieurs attentats-suicides à Washington.
    C´est Malko qui doit les découvrir et les neutraliser, à Ciudad Juarez.
    Problème : le dernier informateur de la DEA a été ébouillanté vivant et il ne peut compter sur aucune aide de la police mexicaine totalement corrompue. Sauf une comandante de police, Elvira Ochoa, acquise aux Américains.
    Une mission impossible. Tous les sicarios du Cartel de Juarez ont pour mission de tuer Malko.

  • "L´insurrection fait rage en Syrie. Les Frères Musulmans, sunnites, veulent renverser le régime alaouite de Bachar El Assad. Officiellement, les Etats-Unis soutiennent les insurgés. Officieusement, pour plaire à leur allié israélien, ils voudraient bien que le régime alaouite, brutal et corrompu, reste en place, avec des changements cosmétiques. C´est Malko qui est chargé de cette mission délicate : trouver un traître en Syrie qui aide à dégager Bachar El Assad. C´est là que ça devient tortueux et très sanglant : Beyrouth, d´où part la manip, voit refleurir les voitures piégées. Malko doit ruser, tricher, mentir pour trouver l´oiseau rare. Les plus belles femmes qu´il croise sont aussi les plus dangereuses. Farah, la pulpeuse bijoutière, fait l´amour et la guerre. Elle aime bien torturer un peu. On ne sait plus qui trahit qui... "

  • Lorsque le FBI américain décide de piéger un apprenti terroriste qui veut abattre « Air Force One », l´avion du président des Etats-Unis, avec un missile sol-air russe Igla 3, il ne se doute pas qu´il va déclencher une crise internationale, provoquer beaucoup de morts et perdre la face ! Le FSB russe est prêt à mettre à sa disposition un IGLA S, mais le FBI ignore que le nouveau KGB traîne encore beaucoup d´arrière-pensées pas vraiment favorables aux Américains. Et ni le FBI, ni le FSB ne soupçonnent qu´une troisième partie s´est greffée sur l´affaire : des gens qui veulent simplement gagner beaucoup d´argent... Tout va droit à la catastrophe, quand la CIA décide d´envoyer Malko Linge à Moscou pour tenter de démêler les fils de cet imbroglio qui devient très vite sanglant. Du New Jersey à Moscou, l´affaire se déplace dans le Caucase, dans le petit Etat du Daguestan, au Sud de la Russie, où on assassine comme on respire... D´ailleurs, l´affaire des IGLA S se terminera par un feu d´artifice provoqué par Malko, qui ajoutera quelques cadavres à cette affaire qui en compte déjà pas mal...

  • Afin de contrer les Islamistes prêts à prendre le contrôle de la Libye post-Kadhafi, les Américains tentent de rétablir une monarchie constitutionnelle en Libye, avec le petit-fils du roi Idriss, renversé par Kadhafi.
    Le prétendant au trône, Ibrahim Al Senoussi, qui habite Londres, vient au Caire pour prendre des contacts.
    Or son vol échappe de justesse à un attentat avant son atterrissage au Caire : un inconnu tire sur son avion un SAM 16 STRELA.
    Qui a voulu le tuer ?La CIA envoie Malko au Caire pour séduire la compagne d´Ibrahim Al Senoussi, un ravissant mannequin anglais, afin d´en savoir plus sur ses contacts. Cette mission en apparence agréable va se transformer en parcours à haut risque.
    En effet, ceux qui ont voulu éliminer Al Senoussi s´en prennent à Malko. Ensuite, ils arrivent à attirer Al Senoussi en Libye pour l´y liquider plus facilement. Obligé de le suivre, Malko se retrouve à Benghazi, face à des Islamistes radicaux prêts à tout pour éliminer d´abord les soutiens du futur roi et bien entendu Malko.
    Il va falloir sauver Al Senoussi contre son gré et Malko utilisera pour cela sa « fiancée » qu´il a emmenée avec lui à Benghazi.
    Utilisant les tribus proches de Senoussi, Malko met sur pied un véritable piège mortel contre Abu Bukatalla le fou de Dieu, qui a juré la mort d´Ibrahim Al Senoussi et la sienne.Mais rien n´est simple au pays du peuple Libou...

  • "Dans la volume 1 du Chemin de Damas, la CIA a cru réussir son coup, mais le moukhabarat syrien gagne la première manche. Festival de cadavres. Malko sauve sa peau de justesse. Il faut tout recommencer à zéro. Avec de nouveaux traîtres, car les anciens sont morts. Malko, comme Sisyphe, recommence à pousser son rocher. Les Israéliens fournissent des traîtres tout neufs, mais sont-ils vraiment nets ? Ses nouveaux efforts l´emmènent en Egypte, en Russie, rencontrer des gens dont on ne sait jamais de quel bord ils sont. Or, la moindre erreur de jugement mène au cimetière. Malko réussit enfin à monter une seconde machine infernale contre Bachar El Assad. Cette fois, cela devrait fonctionner..."

  • "Rem Tolkatchev, dans un premier temps, n´osa pas troubler le silence du bureau aux murs gris, puis avança timidement : - Si c´est vraiment le cas, pourquoi ne pas attendre qu´il se suicide réellement ? Vladimir Poutine lui jeta un regard froid, presque haineux, et dit d´une voix glaciale. - Boris Berezovsky est un rat. Les rats ne se sui- cident jamais. Ils combattent jusqu´à la mort. Nous devons seulement utiliser cet environnement pour monter une affaire qui tienne debout. Je pense que votre département « dezinformatzia » saura parfaite- ment le faire. Ensuite, il n´y aura plus qu´à frotter d´une façon plus professionnelle que dans l´affaire Litvinenko. « Que la terre entière soit persuadé qu´il s´est vrai- ment suicidé. « Vous sentez-vous capable de cette opération à double détente, Rem Stalievitch ?"

  • "Un homme connaît la vérité sur l´attentat contre le Boeing 747 de la Panam qui a explosé au-dessus du village de Lockerbie, en Ecosse, le 21 décembre 1988. Les Libyens ont été montrés du doigt mais les Américains soupçonnent un autre commanditaire : l´Iran. Trouver des preuves de leur implication permettrait aux Etats-Unis de les contraindre à abandonner leur programme nucléaire. Malko est envoyé par la CIA pour contacter Choukri El Jallah, qui a fui la Lybie après la mort de Khadafi. Problème, il refuse de parler et Malko manque se faire tuer par sa « garde du corps », une ravissante jeune femme, Jezia. Mais grâce à une petite manip, il parvient quand même à convaincre El Jallah de se livrer aux Américains. Hélas, une voiture piégée l´attend sur le chemin de l´aéroport. Il ne parlera plus à personne... "

  • - Chalaud de Blanc, tu as assassiné un frère ! glapit le type aux lunettes noires. - Vous êtes fou ! protesta Malko. - Je n'aime pas la façon dont vous me parlez, fit le civil. Vous êtes un Blanc pas bien poli. Alors je vais vous tuer. Je suis l'inspecteur Bakari de la Sécurité du Burundi. Il avait sorti un Colt "45" à crosse de nacre qu'il brandit sous le nez de Malko.

  • Une petite île dans les Caraïbes où il n'y a pas que d'innocents touristes. Un Big Daddy, pas rassurant du tout, qui a envie de gagner un million de dollars. Un jeune mathématicien qui est mort, sans l'être tout à fait. Une très jolie dame qui vient du froid, sans avoir rien d'un iceberg. Un acteur qui se dépayse comme il peut. Une poignée de voyous bronzés. Et, bien entendu SAS, Son Altesse Sérénissime, le prince Malko, barbouze hors cadre à la Central Intelligence Agency, le Deuxième Bureau américain. Cette fois ce sont de bien étranges vacances que ses patrons lui offrent dans une petite île de l'archipel enchanteur des Bahamas.

  • Malko, avec rage, écrasa l'accélérateur. Le bulldozer entra dans la clôture comme dans du beurre, puis stoppa net : les chenilles patinaient. Une longue rafale de mitrailleuse claqua et des balles sifflèrent, arrachant des lambeaux d'écorce. Un projectile ricocha sur l'acier à quelques centimètres de la tête de Malko. S'il n'arrivait pas à arracher cette clôture, les gardes-frontières tchèques seraient là dans moins d'une minute. Il aurait le choix entre la mort et le goulag.

  • Le White Swan fonçait dans la direction de Malko. Tout devint évident : la balade à trois, l'attitude amoureuse de Dolores, la baignade en tête à tête. Il était tombé dans un guet-apens mortel. Les hélices du gros Cabin-Cruiser allaient transformer Malko en chair à pâté. Ensuite Carlos Barco n'aurait plus qu'à hisser Dolores à bord et à disparaître. Pas un bateau en vue. Malko était seul face au monstre de soixante pieds qui fonçait sur lui à trente noeuds. Pour le réduire en bouillie. Le crime parfait.

  • Dès cette seconde, le ventre glacé, Malko sut que quelque chose allait arriver. Après tout, cela ferait peut-être avancer l'histoire. Il décida alors de jouer le jeu. Un oeil sur son pistolet à trois mètres de lui. -Pourquoi voulez-vous faire l'amour avec moi ? demanda-t-il d'un ton plus serein. A genoux, complètement nue, les mains sur les hanches, elle lui jeta au visage: - Parce que je veux avoir tous les hommes qui m'approchent. Pour qu'ils se souviennent de moi, toujours, toute leur vie. Les yeux étincelants, elle était l'image même du désir. Décidément, l'oscar du mensonge allait être difficile à attribuer à Bangkok...

  • Malko rouvrit les yeux. Son agresseur avait sorti un pistolet de sa poche et il vissa au bout du canon un gros cylindre. La culasse claqua : il venait de faire monter une balle dans le canon. Paisiblement, il ajusta la tête de Malko en train de se relever, la vue encore brouillée.

  • Malko coupa le moteur et descendit. Magda partit en courant vers le perron, puis s'arrêta net. Une silhouette émergeait du jardinet entourant la maison. La lueur d'un réverbère éclaira le crâne lisse d'Ashraf Boutros. Avançant sur Malko, un gros pistolet

  • Trois hommes, puis un quatrième surgirent de l'Al Bustan. L'un plongea vers le parking pour prendre Malko à revers. Les quatre autres foncèrent, tirant de toutes leurs armes, le forçant à rentrer à l'intérieur de l'hôtel. Il recula, les cinq tueurs sur ses talons. Il n'avait pas assez d'avance pour les semer. Cette fois, c'était l'hallali. Une rafale de projectiles pulvérisa la porte qu'il venait de franchir.

  • Malko aperçut une femme braquant sur lui un riot-gun qui lui parut énorme. Elle fit un pas de côté, entrant dans le champ lumineux et il reconnut Sandra Meyer. Sa bouche se tordit en un sourire haineux. "Salaud, siffla-t-elle, c'est à cause de vous que Gustav est mort." Elle appuya sur la détente du riot-gun, le canon à quelques centimètres de la tête de Malko.

  • Les soldats tutsis étaient nerveux. Ils aperçurent le "prisonnier" tassé dans le 4x4 et le firent sortir à son tour. Tout à coup, sans crier gare, un des soldats lui assena en plein visage un coup de Kalachnikov qui lui fendit la joue jusqu'à l'os ! Il tomba à terre et, aussitôt, tous se mirent à le rouer de coups. Malko voulut s'interposer et se retrouva avec le canon d'une Kalach sur le ventre. Culasse en arrière, chargeur plein, à très très peu de temps de l'éternité !...

empty