Editions Olivétan

  • Il est de notoriété publique que la forme de la famille a beaucoup évolué par rapport au modèle traditionnel. Il n'est en effet pas très aisé de donner une définition de la famille qui convienne à tout le monde de nos jours.Il est également admis dans les Églises que l'Évangile (ou la parole de Dieu de manière générale) est immuable ; que c'est l'Évangile qui doit influencer, voire modeler la société et non le contraire. Mais on constate dans le même temps que l'interprétation des Écritures évolue, et qu'elle dépend en grande partie du contexte et des époques.S'agissant de la culture, on observe aussi qu'elle est très mouvante de nos jours et que ce mouvement s'accélère avec les nouvelles technologies de l'information. La mondialisation réduit les distances et fait que les cultures s'interpénètrent et s'influencent mutuellement. La progression de l'islam, quelquefois sous une forme agressive en Afrique, interpelle aussi les Églises.C'est ce triple constat qui a poussé la Cevaa-Communauté d'Églises en mission à mettre en place une action commune sur le thème Familles, Évangile et cultures dans un monde en mutation.Le continent africain est au coeur de ces évolutions. Des théologiens francophones réunis en colloque à Yaoundé (Cameroun) ont croisé leurs analyses sur les défis sociétaux que doivent relever aujourd'hui les Églises africaines.

  • Cet ouvrage est une vraie bonne nouvelle : la bonne nouvelle de la fin d'un monde ! Au-delà de l'oxymore, il lance une pro-vocation, c'est-à-dire, littéralement un appel en faveur de.Didier Fievet présente un parcours à travers la Bible qui propose une vie apaisée, fondée sur le Dieu qui fait grâce et nous offre un espace d'inventivité et de créativité, comme jamais ! En écho à cette citation attribuée à Luther : « Si l'on m'annonçait la fin du monde pour demain, je n'en planterais pas moins un petit pommier, aujourd'hui. »Refuser la vision d'une "nature-refuge" sacralisée, rester résolument tournés vers la vie, une vie précaire, fragile mais justement vivante, telle est la direction que nous indique cet ouvrage pro-vocateur et plein d'espérance. Un livre qu'il est urgent de lire, de vivre et de partager !

  • Juifs, chrétiens et musulmans sont-ils à jamais irréconciliables ? Leurs divergences ont été montées en épingle au cours des siècles passés. On a même lu l'histoire des deux frères Ismaël et Isaac comme celle de frères ennemis, à l'image de Caïn et Abel ou encore Jacob et Ésaü.Or, quand on relit ces textes sans a priori, on est surpris de constater la place de choix que le récit de la vie d'Abraham accorde à Ismaël et à sa mère Agar, la servante égyptienne.Avec beaucoup de pédagogie, Jean-Serge Kinouani montre que, s'il a existé au sein de la tradition d'Israël un courant nationaliste qui a prôné la xénophobie, il existe aussi un autre courant qui a laissé une empreinte importante dans la Bible en considérant que le Dieu d'Israël est le Dieu de tous les peuple et que tous sont invités à entrer dans son alliance.Un ange du Seigneur se révèle par deux fois à Agar, une femme étrangère, pour lui assurer sa protection et lui tenir des propos très proche de ceux qui ont été adressés à Marie, mère de Jésus : voilà qui est étonnant ! En suivant l'analyse minutieuse que Jean-Serge Kinouani fait de ces textes, vous irez de surprise en surprise !Et si en effet, la Genèse s'efforçait de présenter Ismaël comme un véritable patriarche, héritier à part entière de la promesse faite à Abraham : « En toi, toutes les nations de la terre seront bénies » ?

  • Liberté, égalité, fraternité. Ces trois mots forment la devise républicaine de la France, confirmée par la Constitution de 1958. Ils figurent au fronton de beaucoup de bâtiments publics et font la fierté d'une nation. Pour Victor Hugo, ils sont « les trois marches du perron suprême ». Et pourtant, l'historienne Mona Ozouf relève les paradoxes d'une liberté « gravée à la porte des prisons », d'une égalité « bafouée à la corbeille » et d'une fraternité « mise à mal dans les banlieues ».Mais un idéal a le mérite de nous tirer vers le haut, individuellement et collectivement. Il rejoint en cela les plus nobles aspirations des traditions religieuses. Comment citoyens et croyants peuvent-ils travailler de concert pour retrouver ensemble le sens profond d'une devise républicaine qui, loin de résonner comme un slogan convenu et usé, parle au coeur du croyant comme à celui du citoyen ? Comment mettre en oeuvre ensemble, dans une laïcité bien comprise, le beau projet de société qu'il dessine ?Ce livre collectif a été élaboré dans le cadre de la formation Emouna, organisée par Science-Po Paris. Il rassemble des contributions des principaux responsables des cultes en France et de personnalités engagées dans la défense des droits de l'Homme.Monsieur Edouard Philippe, Premier Ministre, en a assuré la préface.

  • À l'heure où les Églises chrétiennes francophones viennent de modifier la traduction du Notre Père, se pose malgré tout la question : Dieu peut-il nous soumettre à la tentation ? Quel rôle les épreuves que nous traversons jouent-elles dans notre vie ?Le récit du livre de la Genèse où Abraham est convaincu de devoir sacrifier son fils à la demande du Seigneur a été souvent lu comme une forme de mise à l'épreuve. On sait que finalement le sacrifice du fils de la promesse n'a pas lieu et que Dieu lui-même procure à Abraham le moyen d'accomplir son geste d'offrande.En 1560, Jean Calvin consacre à cet épisode biblique d'une dramatique intensité trois sermons au message puissant. Il insiste sur la confiance que les croyants sont invités à placer en Dieu seul, à l'image de ce modèle de foi que fut Abraham :« Apprenons ainsi, tout au long de notre vie, à toujours méditer sur la Providence de Dieu, de sorte que si nous rencontrons quelque difficulté qui nous tourmente et nous crée de l'inquiétude, nous sachions nous en remettre à Dieu à qui il appartient de pourvoir à toutes choses. »Les sermons de Jean Calvin dans leur version originale sont présentés et annotés par John M. Mazaheri. Marc Blanzat en a assuré la traduction en français contemporain. Les deux versions sont présentées face-à-face pour faciliter les correspondances entre les textes.

  • Le pasteur Wilfred Monod (1867-1943) -père de Théodore Monod, l'homme du désert- a joué un rôle considérable dans le protestantisme français en développant, tout au long de sa vie et au travers d'une oeuvre monumentale, une véritable théologie du Royaume de Dieu.W. Monod se refuse à séparer la terre et le ciel, le profane et le sacré, les croyants et les incroyants, l'aujourd'hui et l'éternité. Et de fait, il tient ensemble ces aspects dans sa propre vie : il s'inscrit au Parti socialiste en 1915 et il crée le tiers-ordre des Veilleurs, centré sur la spiritualité des Béatitudes.Fidèle à un Évangile intégral, Monod cherche à unir un christianisme social et un christianisme spirituel.Dans sa prédication, il ne cesse jamais d'encourager ses auditeurs à s'engager auprès des plus démunis, pour vivre de manière concrète le partage qui lui apparaît comme le coeur de l'Évangile.À travers le livre très documenté de Laurent Gagnebin, on découvre un théologien actif sur tous les fronts : avocatde la cause des femmes, militant de l'oecuménisme, soucieux de s'adresser aux athées, défenseur des animaux. Selon Wilfred Monod : « Mieux vaudrait avoir servi Jésus-Christ sans le nommer, que d'avoir nommé Jésus-Christ sans le servir. »

  • Le religieux s'affiche bruyamment, mais Dieu s'efface de notre horizon. Tel est l'un des paradoxes de notre temps : la violence et le silence.
    Quiconque réfléchit sur le sens de l'existence se heurte à ce silence. Nulle évidence. Nulle trace d'une Présence. Nous vivons, nous pensons à l'aplomb du silence. Serions-nous à nous-mêmes une question sans réponse ?Les drames de la vie, les tragédies de l'histoire rendent encore plus brûlante l'interrogation : pourquoi ? Le malheur est toujours non-sens.C'est d'un tel questionnement que procède cet essai. Il n'est pas surprenant que la figure de Job, emblématique de l'affrontement au tragique, y tienne une place importante. Plus surprenantes, les pages consacrées au Cantique des Cantiques, ce silence de Dieu dans l'éblouissement de la vie.
    Au travers d'une enquête à travers les écrits bibliques, l'auteur relève différentes interprétations données de ce silence. Blessure au coeur de la foi, qui l'empêche de se boucler en un système. Retrait d'un Dieu qui s'efface pour que l'humain grandisse dans son autonomie. Mystère d'une altérité irréductible. Ce silence serait-il l'ombre portée de la Parole ? Entre confiance et doute, comment assumer la traversée du silence ?
    Ces pages invitent à un questionnement ouvert. Le silence serait-il le dernier mot ?
    Par-delà le silence...le peut-être de Dieu.

  • Au début du XXe siècle, le maire de Nouméa prédisait l'extinction de la « race canaque » dans un délai de dix ans. Aujourd'hui les Kanak sont plus de cent mille et ambitionnent de diriger leur territoire de manière autonome. Le missionnaire protestant Maurice Leenhardt qui a oeuvré en Nouvelle Calédonie dans le premier quart du 20e siècle est l'un des artisans de cette renaissance. Animé d'un profond amour pour le peuple kanak et d'une grande admiration pour sa culture, il a su écouter, comprendre, pour mieux rendre à cette population l'envie de vivre, la fierté de son identité, la volonté de construire son avenir. Après vingt-cinq ans d'immersion complète dans la culture kanak, Maurice Leenhardt est devenu ethnologue et universitaire. Il a contribué à donner à cette culture ses lettres de noblesse. Son espérance, liée à ses convictions évangéliques, tablait sur un dépassement des clivages ethniques. L'héritage de Maurice Leenhardt pourrait aujourd'hui nourrir le débat en vue d'une solution consensuelle, à l'heure où tout le monde en Kanaky-Nouvelle-Calédonie rêve, comme lui, d'un « Destin commun » sur cette terre du Pacifique.

  • La prédication et la théologie de Jean Calvin ont influencé bien au-delà de la communauté religieuse. L'une et l'autre ont inspiré les générations ultérieures qui ont créé la société moderne, fondée sur la responsabilité du citoyen. Aujourd'hui nous interprétons souvent son influence avec les yeux de notre siècle. Cet ouvrage est une biographie succincte qui aide à mieux comprendre l'oeuvre du réformateur à Genève, en France et en Europe à partir du contexte de l'époque. On perçoit ainsi mieux ses affirmations théologiques et son action.

  • Table des matières
    Préface
    Avant-propos de l'auteur
    PARTIE 1 — Encouragés par la Parole
    Dieu a rendez-vous avec toi
    Qu'est-ce que c'est être vivant?
    «Celui-là prend le morceau et sort aussitôt. C'était la nuit.»
    «Écoute! Dieu nous parle... Mais que signifie «un Dieu qui parle»?
    L'espérance — Méditations sur Matthieu 25.1-13
    PARTIE 2 — Une Eglise qui fait signe
    Jalons pour une Église d'hospitalités
    Jalons pour une Église d'attestation
    Fidèles à l'avenir!
    Expiration, inspiration... Un souffle perdu et retrouvé
    Barmen: une source d'inspiration
    De la peur à l'encouragement
    2017, un anniversaire d'avenir?
    Réconciliés en Jésus-Christ, Dieu nous fait ensemble accoucheurs d'espérance
    PARTIE 3 – L'audace des témoins
    Témoins d'une confiance contagieuse
    La fraternité en partage
    Hommage à deux témoins
    De la rencontre assassinée vers la rencontre relevée
    Aux sources de la liberté
    PARTIE 4 — Une théologie en mouvement
    Peut-on être protestant ?
    Raphaël Picon, l'encouragement
    Caricature, blaspheme : en quel Dieu croyons-nous?
    Vers un christianisme post-confessionnel
    Annexe 1: La déclaration théologique de Barmen
    Annexe 2 : Index thématique

  • Table des matières
    Préface à l’édition française
    Avant-propos
    Pour utiliser ces célébrations – Quelques conseils
    Liturgie du matin A
    Liturgie du matin B
    Liturgie du matin C
    Liturgie du matin D
    Liturgie du matin E (version plus courte)
    Liturgie de jour A
    Liturgie de jour B
    Liturgie du soir A
    Liturgie du soir B
    Liturgie du soir C
    Liturgie du soir D
    Liturgie du soir E
    Liturgie de communion A
    Liturgie de communion B
    Liturgie pour un office de guérison
    Annexes Chants
    Agnus Dei / Agneau de Dieu
    Alléluia (Caraïbes)
    Alléluia (Duncan)
    Dieu te protège
    Gloria (Iona)
    Gloria (Pérou)
    Jésus Christ, aie pitié
    Jésus Christ, venu parmi nous
    Sanctus et Benedictus
    Seigneur, écoute
    Tends l’oreille, ô Seigneur
    Viens, Saint-Esprit
    Viens, Seigneur
    Voici l’Agneau de Dieu
    Qui est le Wild Goose Resource Group ?

  • Job : un livre biblique qui libère le discours humain sur Dieu et qui remet en cause la théologie traditionnelle.

  • En lisant la Bible avec des exclus, des sans-papiers, des détenus... Bob Ekblad a découvert que la parole de Dieu reste pertinente pour donner du sens à notre vie et efficace pour la transformer radicalement.

  • Ce livret permet de lire et de méditer la Bible quotidiennement, seul ou en famille. Il correspond au calendrier de l'année 2017. 1. Lecture suivie de la Bible. Pour cette année 2017, les textes pour la lecture quotidienne de la Bible suivent la liste proposée par la Communauté de travail oecuménique pour la lecture de la Bible. Elle permet de parcourir une fois l'Ancien Testament et deux fois le Nouveau Testament en huit ans. Du lundi au samedi, chaque page donne la référence de la lecture continue et entre parenthèses celle du verset cité par l'auteur, qui propose un commentaire et une strophe de cantique des recueils Alléluia ou Arc en Ciel. Une introduction biblique et théologique est proposée chaque fois qu'un nouveau livre est abordé. 2. Le dimanche. Pour inscrire la lecture suivie de la Bible dans un cheminement liturgique, des éléments sont proposés sur deux pages. La première page donne le nom et le thème du dimanche, le psaume, la parole de la semaine et la liste des lectures en usage dans l'Union des Églises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL). La deuxième page donne la liste des lectures dominicales en usage dans l'Eglise protestante unie de France, adaptée du lectionnaire des dimanches de l'Eglise catholique. Comme pour la semaine, il y a un verset du texte, sa référence, une méditation et une strophe de cantique. 3. Les couleurs liturgiques. Les différents temps liturgiques sont repérables à leur couleur: le violet, couleur de l'attente, marque le temps de l'Avent et du Carême, le blanc, couleur de la lumière divine, marque le temps de Noël et le temps de Pâques, le vert, couleur de la vie, marque les périodes non festives après l'Épiphanie et la fête de la Trinité, et le rouge, couleur du feu de l'Esprit Saint, marque la Pentecôte et les Fêtes de l'Église, comme la Réformation... 4. Le mot d'ordre de l'année et la parole du mois. Le mot d'ordre de l'année et la parole biblique pour chaque mois sont proposés par la Communauté de travail oecuménique pour la lecture de la Bible. Elle édite pour les Églises d'expression allemande un plan de lecture suivie de la Bible sur huit ans et choisit pour l'année et pour chaque mois un verset.

  • La tendresse de Dieu n'est pas abordée comme un simple thème de réflexion pour satisfaire notre curiosité intellectuelle, mais comme un mystère qui plonge chacun au plus profond du coeur de Dieu.

  • Extrait
    Pour une bonne gouvernance dans les Eglises
    Collectif sous la direction de Michel Bertrand, Samuel D. Johnson et Célestin G. Kiki
    TABLE DES MATIERES
    Préface par Thierry Muhlbach
    Présentation des contributeurs
    Introduction générale par Célestin G. Kiki
    Première partie : Qu’est-ce qu’une bonne gouvernance ?
    Introduction au thème par Samuel D. Johnson
    Renforcement de la gouvernance au sein des Eglises de la Cevaa
    par Jean-Arnold de Clermont
    La gouvernance dans l’Eglise protestante maohi par Taraonui Maraea
    Les Eglises face aux défis politiques aujourd’hui par Benoît Girardin
    La parole de l’Eglise dans l’espace public par Michel Bertrand
    Compréhension et analyse des conflits dans l’Eglise par Comlan Deh
    La gestion des conflits dans l’Eglise par Frédéric Rognon
    Synthèse des questions soulevées et recommandations des Eglises
    Conclusion : L’autorité dans les Eglises de la Réforme par Michel Bertrand
    Deuxième partie : Que dit la Bible sur les questions de gouvernance ?
    Introduction à la partie biblique par Samuel D. Johnson
    Apprendre à déléguer : Exode 18.1-27 par Samuel D. Johnson
    Les Eglises dans l’espace public : Actes 16.6-40 par Michel Bertrand
    Les conflits dans l’Eglise : Jn 8.1-11 ; Matt 18.15-17 ; Act 5 et 6 par Frédéric Rognon
    Troisième partie : Les Eglises face aux défis d’aujourd’hui
    Introduction au thème par Samuel D. Johnson
    Le leadership dans l’Eglise en Afrique aujourd’hui par Célestin G. Kiki
    La place du ministère pastoral, son autorité spécifique par Michel Bertrand
    Autorité, pouvoir et gouvernance dans les Eglises :
    entre vulnérabilité et communion par Benoît Girardin
    Le rôle et la place de la femme dans l’Eglise. Cas de l’Eglise Protestante
    Méthodiste du Bénin par Fidèle Houssou-Gandonou
    Conclusion : Divers visages de l’autorité par Michel Bertrand
    Conclusion générale de l’ouvrage par Samuel D. Johnson et Michel Bertrand
    Table des matières



  • Table des matières
    Introduction
    CHAPITRE 1 : DES SIGNES AVANT-COUREURS: TROIS PRÉCURSEURS ET UN MOUVEMENT
    • Pierre Valdès, le Lyonnais
    • John Wycliffe, l’Anglais
    • Jan Hus, le Tchèque
    • La Dévotion moderne
    • Quelle incidence sur la Réforme?
    CHAPITRE 2 : UN CONTEXTE GÉNÉRAL FAVORABLE À LA RÉFORME :
    • Un Saint-Empire romain germanique fragile
    • Un environnement culturel porteur
    • Une conjoncture économique et sociale déstabilisante
    • Un climat religieux aux relents de scandale
    • Une atmosphère apocalyptique
    CHAPITRE 3 : LES ÉTAPES DE LA VIE DE LUTHER JUSQU’À LA PERCÉE RÉFORMATRICE
    • Famille et éducation: quelle influence sur le devenir de Luther?
    • Un parcours sans faute de l’école à l’université (1488-1505)
    • Au couvent
    • La découverte du salut par la foi
    • Chronologie
    CHAPITRE 4 : LA RUPTURE AVEC ROME
    • L’acte de naissance de la Réforme: les 95 thèses du 31 octobre 1517
    • Comparution devant le chapitre de l’ordre des Augustins en 1518
    • Confrontation avec Cajetan, légat du pape, en 1518
    • Miltitz : une médiation ratée en 1519
    • Une voie sans issue: la dispute de Leipzig en 1519
    • Les trois grands écrits réformateurs de l’année 1520
    • La bulle Exurge Domine de juin 1520 : Luther hérétique
    • L’escalade jusqu’à l’excommunication en 1521
    • La rupture vécue par Luther
    • Convocation devant la diète de Worms, avril 1521 : l’opération de la dernière chance
    • Chronologie 93
    CHAPITRE 5 : AU SERVICE DE L’ÉVANGILE
    • Vers une nouvelle vision de l’Église
    • Luther, traducteur de la Bible
    • Un ministère tourné vers le prochain
    CHAPITRE 6 : LUTHER FACE AUX DÉFIS DE SOCIÉTÉ
    • Sur terre, deux royaumes
    • Une obéissance inconditionnelle à l’autorité civile ?
    • Guerre et paix
    • Dérives religieuses et guerre des Paysans :
    • comment Luther gère-t-il la crise?
    • Un regard critique sur l’économie et la société
    • Le mariage réhabilité
    • Jules Ferry avant l’heure: vers un enseignement obligatoire et gratuit
    • Chronologie
    CHAPITRE 7 : CONTROVERSES
    • Luther et l'anabaptisme
    • Luther et les Juifs
    CHAPITRE 8 : L’ÉTABLISSEMENT DE LA RÉFORME, LA POSTÉRITÉ SPIRITUELLE DE LUTHER ET SON IMPACT SUR LA SOCIÉTÉ
    • Luttes pour l’établissement de la Réforme luthérienne
    • Luther et sa postérité spirituelle
    • Luthérien, vous avez dit luthérien?
    • Luther et la Réforme: quel impact sur la société européenne?
    Chronologie
    Bibliographie

  • Le sociologue Max Weber a montré combien les valeurs protestantes étaient en phase avec le libéralisme économique. Il ne faudrait pas en déduire pour autant que la compréhension protestante de la foi chrétienne n'a produit que le capitalisme. Charles Gide, économiste protestant français (1847-1932), est à l'origine d'un courant que l'on a appelé le solidarisme, plus connu aujourd'hui sous l'appellation « économie sociale et solidaire ». Ce père du mouvement coopératif a été inspiré par sa compréhension de l'Evangile et s'est toujours distingué par son approche théologique de l'économie. Cela se traduit chez lui par une insurrection contre toute injustice, et un appel à la solidarité entre tous les hommes, pour construire un monde meilleur, plus juste, pacifié, plus harmonieux. Un avant-goût du Royaume de Dieu.

  • Dieu était-il absent lors de la Passion de Jésus ? A première vue, il semblerait que Dieu se soit éloigné pendant cette terrible épreuve. Mais l'auteur, en relisant les textes, découvre autre chose : un Père mystérieusement présent aux côtés de son Fils, ce qui nous entraîne à porter un autre regard sur le Crucifié.

  • Un condensé de la vie et du parcours spirituel de Théodore Monod pour mieux le comprendre ses engagements et ses combats.

  • La science historique nous aide à retrouver le sens exact des confessions de foi et du texte des évangiles, d'écrire ainsi l'histoire de la foi. Mais ce n'est pas encore l'essentiel : l'érudition a parlé, mais l'invitation de Jésus "Toi, suis-moi !" demeure. Elle ne cesse de résonner et appelle une réponse de chaque homme.

  • Dans la perception chrétienne populaire, Jacob apparaît comme une figure ambiguë, un être à la fois rusé et intrépide dont la moralité n'est pas toujours irréprochable. Et pourtant, son histoire en Genèse 25-36 le présente comme le géniteur commun de toutes les tribus d'Israël. Sa vie marquée par des affrontements avec les proches indique la manière dont Israël perçoit ses relations avec ses voisins. Par ses voyages à l'intérieur de Canaan, Jacob fréquente les « lieux saints » qui correspondent aux principaux sanctuaires du peuple d'Israël. Le milieu porteur de son histoire se révèle très tolérant et cherche à tous égards à favoriser la convivialité entre des groupes différents : son Dieu est aussi celui de ses adversaires ; sa bénédiction ne prive pas ses adversaires de prospérer et ses conflits se résolvent par un compromis. Ce personnage biblique qui n'est certes pas un saint, est à redécouvrir. Collection Au fil des Ecritures

  • Quelques jours après les attentats de Paris en janvier 2015, le philosophe Abdenour Bidar a publié un petit livre intitulé « Eloge de la fraternité ». Pour lui, la réponse la plus adéquate à la menace terroriste n'est pas un surcroît de répression mais un sursaut de fraternité. Le Foyer de Grenelle dans le 15e arrondissement de Paris, depuis sa création en 1921, s'appelle justement « Fraternité ». Il relève chaque jour le défi d'accueillir des jeunes, des femmes et des adultes, des gens sans domiciles fixes et des habitants du quartier, des croyants et des incroyants, il fait cohabiter dans les mêmes locaux des activités à caractère social et des activités orientées vers la spiritualité. Comment les pouvoirs publics peuvent-ils percevoir un tel mélange des genres ? Comment les croyants ou les incroyants qui fréquent le Foyer au quotidien font ils vivre cet idéal de fraternité ? Christian Bouzy qui a été pendant six ans le pasteur responsable de ce Foyer témoigne de cet engagement fort et des résultats obtenus sur des personnes dont l'attitude a été transformée. Pierre Joxe, ancien ministre de l'Intérieur et de Cultes, salue dans sa préface l'originalité d'une telle expérience où des gens pourtant différents apprennent à coopérer et à construire ensemble.

empty