Graduate Institute Publications

  • Too Complex or Too Ambitious? Nouv.

    This ePaper looks at the recent politics of EU trade, and specifically at the political hurdles characterising the enforcement of free trade agreements (FTAs) negotiated by the European Commission. It argues that civil society advocacy groups have played a key, yet undertheorised, role in accounting for the recent politicisation of a number of EU FTAs, which has often translated into obstacles to ratification. The TTIP, the CETA, and the EU-Mercosur FTA constitute relevant examples. The analysis privileges a Commission standpoint, conceiving ratification hurdles as public-management issues tackled by Brussels in view of rescuing its trade-policy mandate from domestic vetoes. We argue that the Commission is particularly compelled to implement FTA reviews and safeguards when advocacy concerns are endorsed by official-level policy actors like the European Parliament, enjoying ultimate veto powers. In a final step, the research also enquires into the narrower reality of mixed FTAs, focusing on the case study of the CETA. In this regard, it suggests that prolonged national-level ratification poses no extraordinary obstacle to the Commission, as treaty enforcement is aided by lock-in dynamics involving both official-level and civil-society veto players - even in the absence of full de jure ratification. We conclude that, while the above ratification obstacles have been addressed by the Commission on an ad hoc basis, as contingent policy issues, their prolonged occurrence suggests that they will need to be tackled more systematically in the future. This will require operating at the level of treaty-design, by addressing pressing concerns like trade and sustainable development more thoroughly and bindingly ahead of concluding negotiations - in view of preventing otherwise inescapable enforcement hurdles.

  • The present ePaper tries to apprehend how refugee women in Geneva experience their integration journeys, understood as feelings of un/belonging. This study is based on two main beliefs. First, processes of immigrant integration must be understood not solely in terms of economic or social integration but also in terms of the individual's feeling of well-being and belonging. This means that individual perception is the main gateway into understanding how an individual can feel integrated into a new society. Second, individual identities and characteristics, such as gender, class, religion, etc., are crucial when considering social processes (following the intersectional concept in gender studies). Considering the results of this study, this thesis develops our understanding of the main institutional and social constraints experienced by refugee women in Geneva. It then addresses the experiences of inclusion/exclusion of three clusters of women, considering their various identities and characteristics. Finally, it examines two main identity strategies used by the women to make sense of their new lives. We extend our heartfelt thanks to the Vahabzadeh Foundation for financially supporting the publication of best works by young researchers of the Graduate Institute, giving a priority to those who have been awarded academic prizes for their master's dissertations.

  • Avec plus de 270 millions d'habitants, l'Indonésie est le quatrième pays le plus peuplé de la planète. Sur le plan politique, c'est aussi la troisième plus grande démocratie du monde et la seule et unique à ce jour dans le monde musulman auquel elle appartient et dont elle compte le plus de fidèles sur terre. Enfin, au niveau économique, elle regorge de ressources naturelles et fait partie du groupe des principaux pays émergents sur la scène internationale. Malgré cela, elle reste largement ignorée et est sûrement le plus méconnu des membres majeurs du concert des nations. Cet ouvrage a précisément pour objectif premier de contribuer à combler cette lacune dans une littérature française encore assez mince sur ce pays majeur. Après avoir dressé le cadre naturel particulier du plus grand archipel volcanique du monde, évoqué sa diversité humaine et son riche passé précolonial puis évalué le poids décisif de sa longue et dure colonisation, il se concentrera sur l'histoire de son développement. L'analyse proposée couvrira donc surtout les 75 années écoulées depuis la proclamation de l'indépendance de l'Indonésie, en août 1945, jusqu'à aujourd'hui, où le pays est confronté comme tous les autres aux ravages de la pandémie de COVID-19, en examinant les différentes phases du ce parcours de développement mouvementé. Toutefois, ce livre se fixe un second objectif plus ambitieux : permettre au lecteur, à travers l'étude de cas emblématique indonésien, de mieux comprendre la dynamique du développement, ce processus de changement global qui se solde par la transformation économique, sociale, politique et même culturelle d'un pays. La nature emblématique du cas examiné résulte non seulement du fait que le pays, parti de très bas, a eu un certain succès en matière de développement, mais est aussi lié à la relation complexe et ambiguë entretenue par ce dernier avec la dictature et la démocratie, les deux régimes politiques qu'il a connu depuis son indépendance. L'analyse de ce lien constituera de fait le fil rouge de l'ouvrage, avec pour ambition de clarifier la question classique consistant à savoir lequel des deux régimes en question, de la dictature ou de la démocratie, à été le plus favorable ou nocif pour le développement de l'Indonésie. Note sur la photo de couverture : La photo d'une affiche murale de propagande politique représentant l'actuel président de l'Indonésie Joko « Jokowi » Widodo à bicyclette a été prise par l'auteur à l'aéroport Sentani de Jayapura, capitale de la province de Papua, le 18 septembre 2018. Elle essaye bien évidemment de donner l'image d'un homme du peuple simple et modeste conduisant en souriant son pays sur la voie du développement vers un avenir plus prospère.

  • This ePaper investigates the non-linear effects of geo-referenced World Bank aid projects on economic development at the sub-national level, measured as night-time luminosity. The data framework is based on a grid cell structure at a 0.5 x 0.5 decimal degree resolution, covering approximately 10,600 grid cells across 54 African countries, over the period of 1992 to 2014. This approach addresses endogeneity concerns associated with sample selection and reverse causality. Using a fixed effects quantile regression approach, I estimate the impact of foreign aid at distinct levels of development within countries. Overall, the results suggest a positive and statistically significant effect of aid on night-time luminosity, with the largest impact observed within relatively poorer grid cells. In addition, there is evidence of spill-over aid effects from neighbouring grid cells. These findings are however sensitive to different model specifications and variable transformations. We extend our heartfelt thanks to the Vahabzadeh Foundation for financially supporting the publication of best works by young researchers of the Graduate Institute, giving a priority to those who have been awarded academic prizes for their master's dissertations.

  • This ePaper approaches looks at the contentious debate surrounding humanitarian intervention through a critical, narratological lens. By questioning the roles cast and identities constituted, in what can could be compared to a theatrical drama, the focus is on given to the unreliable narration by of the most powerful characters on the international stage -, from the US to the UN -, and its impact on the political and legal stances taken in various contexts. On a meta-level, it examines the conditions which that enable this unreliable narration, by pointing to the out a problematic flexibility owing to the flowing from paradoxes and conflation nestled entrenched in human rights rhetoric; and what some deem call a budding `humanity's law'. Attention is meant to be drawn to the power of mental imagery conjured up by intervention narratives, based on the story of saving innocents, as embodiments of humanity. The goal is to foster self-reflection among of the readers of working in humanitarian intervention, within the epistemic community of international lawyers, and beyond. We extend our heartfelt thanks to the Vahabzadeh Foundation for financially supporting the publication of best works by young researchers of the Graduate Institute, giving a priority to those who have been awarded academic prizes for their master's dissertations.

  • Gender gaps present themselves in a number of different ways across labour markets, consistently to the detriment of females. Gender gaps are well documented in the returns to capital of microenterprises, which provide substantial employment opportunities for those in low- and middle-income countries. The puzzle for academics and policymakers concerned with issues of gender, labour and development is to understand why these gender gaps exist across microenterprises and what can be done to address them. This ePaper seeks to contribute to these academic and policy debates, using a feminist framework to explore unpaid care and domestic work as one potential explanatory factor. Analyses of primary data collected from women micro-entrepreneurs in Uganda suggest that unpaid care and domestic work is a significant constraint to female microenterprise development. The key implication of this finding is that gender gaps in microenterprise could potentially be narrowed by addressing gender inequality in unpaid work. This requires investing in social and physical infrastructure to reduce the total time spent on unpaid work, and addressing the social norms around its gendered distribution - redistributing unpaid work more equitably between males and females. We extend our heartfelt thanks to the Vahabzadeh Foundation for financially supporting the publication of best works by young researchers of the Graduate Institute, giving a priority to those who have been awarded academic prizes for their master's dissertations.

  • Although there has been a wide range of political responses to migration in Europe, scholarly analyses have shown that state and humanitarian responses have regardless done little to foster the integration of mobile people into host societies, resulting instead in a politics of exclusion. Resistance to such policies has taken the form of independent camps and solidary spaces. Although most analyses of informal camps agree on their emancipatory potential, the same studies have revealed that these realities can also reproduce existing relations of power. Are solidary spaces conducive to participatory politics? If so, how do activists and migrants construct their own identities in the struggle, and how do they translate them into practice? What power dynamics are re-inscribed in their action? My research will attempt to answer these questions through a case study of Ventimiglia, a town at the Franco-Italian border, and the waves of solidarity activism that have taken place there from 2015 to the present. We extend our heartfelt thanks to the Vahabzadeh Foundation for financially supporting the publication of best works by young researchers of the Graduate Institute, giving a priority to those who have been awarded academic prizes for their master's dissertations.

  • Les études féministes ont souligné l'importance d'étudier le travail auparavant invisible des femmes, productif et reproductif, et la nouvelle division du travail productif et reproductif dans la mondialisation du capitalisme. L'analyse du capitalisme mondialisé dans une perspective décoloniale permet de comprendre qu'il n'est pas seulement un système économique ni seulement un système culturel mais un réseau global de pouvoir intégré par des processus économiques, politiques et culturels qui constituent un ensemble. Partout on observe un système, social, économique, culturel, moral d'organisation de la reproduction sociale, y compris le care, entendu comme échange économico-affectif, qui implique des biens et des services liés à l'économie capitaliste. Dans le nouvel ordre économique global, que l'on pourrait toujours qualifier de colonial, caractérisé par la nouvelle division internationale du travail, l'articulation entre rapports sociaux dans l'économie domestique et capitaliste prend de nouvelles formes. Mais le système repose toujours sur l'organisation de l'ensemble des activités et des rapports indispensables à la reproduction sociale, par-delà les frontières, dans des réseaux et foyers transnationaux, en s'appuyant sur des discours de genre et de race, voire de classe. Dans ce système, les femmes migrantes sont particulièrement présentes. Elles constituent un maillon essentiel du système de protection sociale aux Nords, y contribuent à la production de richesses, tout en assurant l'organisation de la reproduction sociale aux Suds, dans les foyers qu'elles ont gardés dans leurs pays d'origine.

  • Trop souvent, la faim est attribuée à la démographie, au manque de pluies, et à l'agriculture « rudimentaire » pratiquée par les petits paysans des pays du Sud. Il est pourtant reconnu depuis longtemps, dans la littérature spécialisée, que le déficit alimentaire est en grande partie imputable aux transformations des systèmes agraires liées au marché des produits agricoles. Le titre d'un ouvrage paru lors de la grande famine de 1972 au Sahel était évocateur : Qui se nourrit de la famine en Afrique ? Quarante ans ont passé, les disettes se répètent.La petite production paysanne continue d'être ignorée, dévalorisée et peu appuyée par les politiques publiques (Meillassoux et Verschuur 1985, également dans le présent ouvrage) et les femmes insérées dans cette forme de production le sont encore plus. À considérer « le » paysan comme neutre, les femmes de paysans sont ignorées, alors qu'elles travaillent durement sur les champs familiaux mais aussi comme travailleuses agricoles, commercialisent des denrées agricoles et des produits transformés, s'impliquent dans des luttes et contribuent aux changements agraires.Cet ouvrage propose de donner matière à réfléchir sur les processus d'appauvrissement des paysannes et paysans et sur la persistance de la faim dans le monde.

  • Le présent ouvrage s'attache à souligner la diversité et la richesse des mouvements de femmes de par le monde, qui se sont organisés autour d'enjeux variés, que ce soit autour du droit de vote des femmes, du droit des filles à l'éducation, des luttes anticoloniales, des discriminations racistes envers des femmes ou de divers autres droits. Il explore aussi les débats sur l'articulation des différentes appartenances de classe, race, caste, genre et comment ces catégories se croisent, se renforcent. Ce débat est déjà ancien, puisqu'il a été abordé dès le xixe siècle, par exemple avec les textes de Flora Tristan, en Chine dans les années 1920, ou dans les années 1960 aux États-Unis avec les femmes du mouvement Black Feminism. À partir des années 1980, se développe une démarche critique de l'hégémonie d'une certaine pensée féministe, blanche, occidentale, qui n'avait pas suffisamment reconnu les tensions dans les débats et luttes féministes, pourtant âpres, autour des questions de classe, de race ou de nation. Cette démarche de décolonisation du féminisme est inspirée par des militantes et théoriciennes issues de la migration, des minorités, et surtout par des militantes et théoriciennes dans les pays du Sud. La réflexion sur l'intersectionnalité des catégories de genre, classe, race, caste, a permis de construire de nouveaux champs théoriques qui ont souvent précédé l'institutionnalisation du champ d'études postcoloniales. Cet ouvrage permet aussi que s'expriment et soient rapportés les expériences concrètes des femmes et des mouvements de femmes, dans toute leur diversité, et les savoirs qui sont élaborés par et avec elles. Ce travail correspond à une reconnaissance, non seulement des capacités d'agir mais aussi des capacités de penser, de manière critique, des femmes de différentes appartenances et de divers horizons culturels, et dont les théories féministes sont redevables.

  • Le désordre urbain et les défis environnementaux que nous connaissons ne sont pas perçus ni vécus pareillement aux Suds et aux Nords, par les femmes et les hommes, par les puissants et les exclus. Les mouvements populaires urbains et de lutte pour l'environnement participent de la réflexion sur les changements de paradigme de développement qui sont urgents et nécessaires. La perspective de genre donne des clés de lecture pour comprendre comment les asymétries féminin-masculin structurent la perception et l'organisation concrète de la vie sociale. La forte présence des femmes dans les organisations urbaines et de lutte pour l'environnement est généralement peu ou pas reconnue. Ce livre explore certains mouvements populaires urbains, qui participent au travail de prise de conscience et de revendications de droits et qui permettent ainsi d'envisager des alternatives sur des territoires de vie, sans plus attendre.

  • Le nouvel ordre économique néolibéral modifie la division internationale du travail, ce qui entraîne un accroissement des populations migrantes de travailleurs et de travailleuses. Actuellement, une personne sur dix dans les régions développées est migrante, et les femmes représentent la moitié de ce nombre. Longtemps, pourtant, la figure du migrant a été représentée comme masculine, en raison des représentations stéréotypées ou erronées du rôle et de la place des femmes et des hommes dans les sociétés, et les recherches ou programmes relatifs aux migrants ont ignoré la composante féminine des migrations. Or, les femmes migrent bien, elles aussi. Une grande partie des femmes migrantes - même qualifiées - travaillent dans le secteur des soins ou des emplois domestiques. Le transfert international des soins et de l'attention aux autres (care) - sorte de nouvelle matière première extraite des pays du Sud pour être consommée dans les pays riches - est un nouvel échange inégal. Les espaces où se réalise le travail des migrantes restent souvent invisibles, lieus de peu de droits. Si les discriminations et les abus sont à dénoncer, l'image de victime accolée aux migrantes et cependant loin de convenir. La trajectoire migratoire demande pugnacité et courage. Et nous pouvons nous demander s'il ne s'agit pas du départ des personnes les plus combatives de la société... Les identités se transforment dans l'expérience de la migration : comme le dit l'une d'elles, « je ne suis plus celle que j'ai laissée derrière moi ». Des réseaux transnationaux se construisent, accompagnés d'une circulation d'idées, de nouvelles représentations, de projets, de flux financiers. En 2002, les revenus du travail des migrants atteignaient 73 milliards de dollars, un montant plus élevé que celui de l'aide internationale au développement. Un nouvel ordre colonial s'instaure avec la nouvelle division internationale du travail. Mais les migrations des femmes et des hommes à travers les pratiques sociales nouvelles, les transformations des identités, les renégociations des rapports de genre et la constitution de réseaux transnationaux, contribuent peut-être aussi à la recherche d'alternatives pour toutes et pour tous.

  • Cet ouvrage a pour objectif d'offrir un premier éclairage de l'ensemble des situations dans lesquelles les femmes sont insérées économiquement mais également les principales notions qui informent structurellement ces situations, comme celles de la division sexuelle du travail, de l'articulation entre les rapports de production domestique et les rapports de production capitalistes. La diversité culturelle et politique à l'oeuvre dans les contextes géographiques variés que l'on trouvera dans cet ouvrage démontre l'invariabilité de l'exploitation du travail effectué par les femmes et la « mauvaise volonté » des planificateurs et des donateurs pour faire changer cet état de fait.

  • Le discours sur le sous-développement s'est transformé en discours sur la pauvreté dans les agences de développement. On avance l'estimation que 70 % des pauvres dans le monde sont des femmes... Cet ouvrage, qui constitue un ensemble avec celui qui le précède, interroge le pouvoir structurant de l'économie selon une perspective de genre pour comprendre la nature et les transformations des rapports entre hommes te femmes. Il se penche particulièrement sur l'accélération du mouvement de mondialisation qui va de pair avec l'accroissement de la pauvreté/prospérité et qui accentue l'inégalité des relations de genre et la subordination des femmes. Ce que nous essayons de montrer, à travers les divers textes ici présentés, est combien la notion de genre est indispensable pour comprendre comment est structurée cette réalité. Car le rôle des femmes dans l'économie, que nous avons mis en lumière dans le numéro 2 de notre collection, prend une place croissante avec la libéralisation économique. Et le travail de reproduction s'appuie de manière plus lourde sur les femmes car le néolibéralisme tend à retirer toute intervention publique dans ces secteurs et la division sexuelle du travail dans les ménages est rarement remise en question. La mondialisation est un processus chargé de contradictions, qui peut aussi ouvrir des opportunités. L'accès accru aux revenus, même faibles, a parfois une influence sur les rapports de pouvoir entre hommes et femmes au sein des ménages. Les ouvertures à l'extérieur sont une voie d'accès au pouvoir (empowerment), elles permettent aux femmes de s'organiser, de comprendre, de remettre en question. Imperceptiblement parfois, de manière plus manifeste ailleurs, des transformations des identités de genre sont induites par la mondialisation. Des organisations plus larges se mettent en place, des recherches d'alternatives immédiates se conjuguent avec l'internationalisation des mouvements de femmes. Des transformations des rapports de genre impliquent de profonds changements. Cependant, il ne d'agit pas seulement de chercher à promouvoir un développement aux rapports de genre plus équitables, mais de promouvoir des identités de genre, des rapports sociaux entre hommes et femmes plus justes, qui favoriseraient un développement économique, social, politique et culturel différent.

  • Avec la mondialisation néolibérale, on observe le renforcement du pouvoir monopolistique des grandes entreprises multinationales, l'affaiblissement des prérogatives des Etats et la privatisation des biens publics... Cela s'accompagne d'une inégalité croissante dans la participation aux décisions et au contrôle de leur application. Les inégalités de pouvoir entre hommes et femmes, aux niveaux domestique, local ou national, sont elles aussi puissantes. Cette situation génère de forts sentiments d'injustice, mais aussi des réactions de révolte et des initiatives de changement...

  • Nous avons voulu, avec ce livre, créer un espace de connaissance autour de la thématique genre et développement, apporter des outils de réflexion aux femmes francophones, et aux hommes bien évidemment, et cela dans un esprit d'ouverture envers nos devancières - anglaises, américaines, latino-américaines - qui ont repris des concepts féministes ou en ont forgé de nouveaux pour les adapter aux situations spécifiques créées par les politiques et les projets de développement : repères intellectuels pour toutes celles et tous ceux qui cherchent, avec bonne volonté, à comprendre la formidable complexité du développement afin que leur action soit plus efficace, plus complète, et non plus source de distorsions socioéconomiques préjudiciables à tous, ou pire, source de détresses matérielles et psychologiques.

  • Partout dans le monde, des femmes et des hommes se mobilisent pour faire de l'économie autrement, une économie citoyenne qui ne soit pas au service du profit mais de l'intérêt collectif, et fondée sur la solidarité. L'économie solidaire concerne-t-elle un secteur de seconde zone, tout juste bon à panser les plaies de l'économie néolibérale ou pallier les manques d'un service public déliquescent ou inexistant ? Comment expliquer le faible intérêt, dans la littérature sur l'économie sociale et solidaire, pour le genre et les théories féministes ? Pourtant, ces initiatives sont fortement genrées et les femmes y sont souvent surreprésentées. Les activités sont marquées par des valeurs implicites de don de soi ou de sacrifice pour le bien- être de la famille, face à la crise et aux déficiences des systèmes de protection sociale. À quelles conditions trouve-t-on dans ces initiatives une opportunité de réinvention de l'économie, réencastrée dans le social et le politique et au service de la justice sociale et de genre ? Quelles sont les alternatives face à la crise de la reproduction sociale ? Peut-on repenser le politique et la démocratisation de l'économie ? L'économie solidaire peut-elle constituer une source d'émancipation pour les femmes ou est-ce que la solidarité, souvent dans des situations d'exclusion, ne fait que reproduire les mécanismes de leur propre exploitation ? Dans quelle mesure et à quelles conditions l'économie solidaire peut-elle être féministe ?

  • L'émancipation des femmes, la défense de leurs droits, le « progrès », ont souvent été associés à la laïcité alors que la religion était associée à la tradition, au maintien de normes conservatrices défavorables à l'autonomie des femmes. La « modernité » semblait aller de pair avec une privatisation de la religion. Les mouvements féministes ont contesté les interventions des institutions religieuses à l'encontre des droits des femmes, par exemple dans le domaine des droits sexuels et reproductifs ou des droits à l'héritage. On a toutefois pu observer que certaines organisations confessionnelles cherchaient à contribuer à des changements sociaux et à se mobiliser en faveur des plus exclu-e-s, y compris les femmes marginalisées. Et, de nos jours, la religion prend une place croissante dans l'espace public où elle est de plus en plus politisée. Au nom de la défense des droits des femmes, certaines religions se voient associées à des cultures ou à des groupes dans lesquels ces droits sont supposés être davantage bafoués que dans d'autres. Les textes que nous avons choisis pour ce premier numéro de la collection « Genre et développement. Éclairages » permettent d'apporter un éclairage sur ces rapports épineux entre genre et religion. Ils traitent de l'une des questions où l'opposition entre égalité de genre et religion a toujours été des plus frontales : celle de l'avortement, à partir des évolutions récentes qu'ont connues deux pays d'influence catholique, la Pologne et le Mexique. L'actualité montre que cette question revient régulièrement dans les débats politiques, dans divers pays, et que les droits à l'avortement acquis au terme d'années de lutte peuvent à tout moment être remis en question.

  • Comment penser la sociabilité en Afrique aujourd'hui ? La formule toponymique choisie - côté jardin, côté cour - comme emblème thématique de ce Cahier fait explicitement référence au passage d'un roman de Tchicaya U Tam'Si. Cet extrait renvoie à la métaphore de la maison, lieu où l'on reste, lieu où l'on revient. Le côté jardin, c'est non seulement la science, mais aussi la civilisation occidentale importée avec la colonisation et la réalité apparente des hommes et des choses dans le monde visible des vivants, alors que le côté cour, c'est le fétiche, c'est-à-dire la magie, la sorcellerie et le monde invisible des esprits et des morts. Comment peut-on être à la fois magicien et magistrat, sorcier et président de la République dans une même peau humaine ?...

  • Sida, vache folle, fièvre aphteuse, tabac, amiante, mais aussi effets de la pauvreté et de la précarité sur la santé ou encore décryptage du génome... Jamais les grands enjeux de la santé publique n'ont autant fait irruption dans notre vie quotidienne qu'au cours de ces dernières années. Au même moment, à l'autre bout du monde la diarrhée, le paludisme ou la tuberculose continuent chaque jour à tuer silencieusement des milliers de personnes. Il est remarquable de constater à quel point la mondialisation du commerce, des investissements et de la communication amplifie ces enjeux et leur donne, par le biais de leur valeur économique et sociale, un relief particulièrement menaçant. Des spécialistes de disciplines diverses (santé publique, économistes, sociologues, anthropologues, acteurs de terrain) nous font partager leurs interrogations quant au lien entre problèmes de santé publiques et les approches néolibérales de l'économie.

  • La fin du xxe siècle a été marquée par un phénomène nouveau dans l'histoire - une succession de transformations d'Etats à économie planifiée en Etats à économie de marché. Les études de ces processus de transition peuvent-elles avoir quelque rapport avec celles qui concernent le processus de développement ? Les textes rassemblés dans ce Cahier sont riches, mais aussi hétérogènes. Ils mettent en lumière un processus très complexe qui est celui de la « transition » des économies socialistes à des economies dominées par le marché. Ce processus est loin d'être terminé, il est lui-même hétérogène et diversifié et encore très mal connu. L'avenir de ces pays demeure affecté de multiples incertitudes.

  • L'intention initiale était de proposer quelques règles générales pour déconstruire la rhétorique internationale en mettant en lumière les différents procédés qu'elle utilise pour s'imposer. Montrer, par exemple, comment le discours qui se prétend référentiel et qui est donc censé décrire la réalité, parvient à construire cette réalité et à inciter à l'action. Expliquer comment le recours à des formules passe-partout ou à des affirmations invérifiables permet d'obtenir l'assentiment du lecteur. Débusquer les fausses causalités qui, par la conjonction de deux faits, font croire que l'un est la conséquence de l'autre. Cette entreprise s'est heurtée toutefois à deux difficultés...

  • Boris Souvarine moved from communism, in the first years of the Soviet régime, to anti-communism by the 1930s and throughout the rest of his long life. This book gives us a new and original perspective on the period that runs from the Russian Revolution to the 1950s and allows us to better understand that era. The documents come from the Boris Souvarine Collection consisting of his working notes, press clippings, and documentation concerning East-West relations collected by Souvarine.

  • Aux errances intellectuelles qui ont caractérisé certains débats sur la corruption (considérée tour à tour comme tonique ou toxique, comme vecteur d'intégration ou d'exclusion sociale, comme moyen d'influence politique ou ultime recours d'une citoyenneté amputée), les auteurs de cet ouvrage ont préféré une entrée résolument empirique, méthodologiquement éclectique et à vocation comparative. La nature de l'objet l'impose. C'est justement en raison de son ubiquité, à la fois spatiale et temporelle, que la nébuleuse des « échanges occultes » offre un terrain de recherche aussi accidenté que fécond...

empty