Parascolaire

  • Petite commune rurale, composée de croupes et de vallons - paysage typique de l'Entre-deux-Mers - Soulignac offre au visiteur la charmante vision d'une commune viticole. Mais pour celui qui désire comprendre un peu mieux la situation actuelle de Soulignac et son évolution, il pourra à loisir parcourir cet ouvrage qui lui montrera combien l'histoire de cette commune a été fortement influencée par l'histoire viticole de la région : crises successives du vignoble rythmant depuis deux siècles la vie économique de ce finage ; évolution démographique dépendant de celles-ci, longtemps marquée par l'arrivée massive d'immigrés, mais aujourd'hui laissant apparaître un déclin progressif de la population... Même la vie associative et municipale subissent indirectement le pouvoir du monde viticole. La vigne a donc imprimé son empreinte non seulement sur le paysage, mais également de manière détournée sur le mode de vie et la mentalité même des Soulignacais...

  • Cet ouvrage collectif est la publication des actes de la journée d'étude, organisée le 31 janvier 1992 par l'Équipe de Recherche en Histoire Politique Contemporaine, EHRPC, équipe d'accueil créée en 1991 à l'Université Michel de Montaigne - Bordeaux III mais qui rassemble également des historiens des Universités de Pau et de Limoges ainsi que de l'Institut d'Etudes politiques. Les élites, comprises ici au sens large, soit des élites politiques, économiques et culturelles, sont étudiées principalement dans l'espace du grand Sud-Ouest mais des exemples nationaux et étrangers élargissent le cadre régional. L'étude comparée entre les deux fins de siècles, xixe et xxe siècles, soulève le problème de la permanence ou du renouvellement des élites, de la constitution de viviers et de réseaux. Les auteurs ont pu constater au travers de leurs études très largement prosopographiques que ces deux fins de siècles sont un aboutissement plutôt qu'une rupture. La cause en est la faculté d'adaptation des élites aux structures qui elles peuvent changer. Le modèle opératoire des élites présente bien des permanences dans ces deux fins de siècles.

  • Le sport tient désormais une place importante dans la vie locale. Il contribue à valoriser l'activité des collectivités territoriales et il participe de leur identité... Le présent ouvrage propose une analyse sociologique détaillée de trente années d'action sportive communale ayant pour cadre la ville de Bègles, située au sein de l'agglomération bordelaise. Ce livre s'intéresse principalement aux relations - contractuelles - qui se sont institutionnalisées, au fil des décennies, entre la municipalité et les clubs ou autres associations sportives, au travers de séquences et de dispositifs caractéristiques. Le thème de l'action sportive locale s'impose comme un domaine spécifique et original de l'action sociale. En matière de sport, toute réalisation est une construction subordonnée à l'accomplissement de formes de coopération et de relations d'échange se doublant de conduites stratégiques. De fait, le sport et les politiques sportives méritent, de la part des sciences de l'homme et de la société, une plus grande attention.

  • L'histoire du développement administratif au xixe siècle reste mal connue : l'étude des recensements de population des principales villes de l'Aquitaine (Bordeaux et Libourne, Périgueux, Mont-de-Marsan et Dax, Agen et Villeneuve-sur-Lot, Pau et Bayonne) effectués au début de la IIIème république (1872) et au coeur de la Belle Époque (1906) s'efforce d'éclairer cette question. Chemin faisant, l'auteur analyse les composantes de la "société administrative", le monde des petits employés, celui des fonctionnaires. Il en présente les origines géographiques, s'intéresse à leur mobilité spatiale, leur stabilité et aborde ainsi le thème des carrières. Les structures matrimoniales et démographiques, la féminisation de l'administration, la question du rapport entre exercice d'un petit emploi public et promotion sociale ne sont pas non plus ignorées.

  • Le colloque organisé par la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine en octobre 1993 a permis la rencontre d'universitaires, de chercheurs, d'experts ou d'acteurs de différentes origines. Plus d'une centaine au total. Un des objectifs scientifiques du colloque était de susciter un échange sur un thème original abordant le sport sous l'angle des relations sociales et de l'action collective. Les trois entrées choisies - les pratiques, les politiques et le marché - correspondent à des perspectives interdisciplinaires largement ouvertes, mais elles rendent également compte de trois phases de développement du sport qui se sont succédé dans le temps tandis qu'elles se mêlent et se recomposent aujourd'hui. Ce colloque a défini de nouvelles perspectives de recherches et confirmé les renouvellements qui s'opèrent dans l'effort déployé en France par les sciences de l'homme et de la société pour asseoir une meilleure connaissance des faits sportifs. L'ambitieux pari des organisateurs de la M.S.H.A. a été pleinement tenu ainsi qu'en témoigne désormais la publication des actes.

  • Première rencontre européenne organisée autour du thème des cités-jardins en Europe, ce colloque a permis de mieux comprendre de quelle teneur étaient les rapports établis entre les productions locales et nationales et le modèle anglais. Après ce bilan, de nouvelles perspectives de recherches s'ouvrent que l'on peut regrouper sous les thématiques suivantes : o les milieux innovateurs européens, leur imaginaire architectural et les conditions économiques de la réalisation des cités-jardins ; o la question des tensions entre un projet internationaliste et le repli national géographique caractéristique de l'Europe de l'Entre-deux-guerres ; o les aléas d'une forme socio-spatiale selon les contextes nationaux, les divers maîtres d'ouvrages, maîtres d'oeuvres et le problème des modalités d'évolution et de patrimonialisation des cités-jardins.

  • Cet ouvrage a le mérite d'affiner la perception de l'Île de la Réunion quant aux pratiques sportives offertes aujourd'hui. N'étant pas une île tropicale recherchée pour ses paysages marins, elle se distingue en revanche par des paysages montagneux grandioses qui permettent toutes les pratiques liées à la montagne : randonnée pédestre, VTT, canoë-kayak, canyoning et sports aériens (parapente, deltaplane et ULM). Sur le plan nautique la voile, la plongée et le surf sont des pratiques très appréciées et en plein développement bien qu'une rivalité existe entre les sportifs locaux et les touristes du fait d'un manque d'espace (peu de spots et surfréquentation de certaines plages). L'étude sociologique réalisée sur les sports en vogue d'une part et sur les représentations des dirigeants sportifs d'autre part révèle que, pas plus qu'en métropole, le sport à la Réunion n'est une panacée pour régler les problèmes du chômage des jeunes et de leur Insertion dans la société.

  • Nous ouvrons aujourd'hui la séance inaugurale qui prélude aux travaux de la septième Université Sportive d'Eté, organisée par l'Union Nationale des Clubs Universitaires et l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs Français. Je tiens en leur nom à remercier les ici Monsieur René Recteur de personnalités présentes, Blanchet, l'Académie de Nice et Chancelier des Universités, Monsieur le Président Fernand Sastre, qui est également vice-président du Comité National Olympique Sportif Français, les représentants de la Direction régionale et des Directions Départementales de la Jeunesse et des Sports, ainsi que du Comité Régional Olympique. Avant de donner la parole aux intervenants dans cette séance d'ouverture, je voudrais rappeler ce qu'est l'Université Sportive d'Eté.

  • Le second ouvrage de la collection "l'Univers des Vignerons" consacré à la commune de Saint-Emilion est l'oeuvre de deux géographes et d'une sociologue. À l'évidence il ne s'agit pas d'un nouveau livre sur les vignobles et les vins de ce bourg dont la réputation mondiale n'est plus à faire. Il s'agit plutôt de trois études sur des points particuliers peu étudiés jusqu'à présent. L'analyse approfondie du cadastre de 1847 restitue l'état rural et social de la commune au milieu du xixe siècle, point de départ d'une autre étude sur l'activité des vignerons dans la défense de leur cru (avec en particulier un intérêt tout spécial porté à l'histoire du syndicat viticole, la naissance de la notion de "château", la création de la cave coopérative et des classements...). Mais à cette intense action des viticulteurs répondait une aussi intense activité associative dont témoigne le grand nombre de groupes divers, culturels, sportifs ou autres...

  • Pour sa dixième année d'existence, l'Université Sportive d'Eté, fondée par l'Union Nationale des Clubs Universitaires (U.N.C.U.) et par l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France (U.S.J.S.F.), a choisi de traiter du thème : Le Sport, l'Université, l'Europe. L'importance et la complexité du sujet retenu, le souci de donner à sa préparation le temps qu'elle exigeait, ont amené les responsables de l'U.S.E. 92 à étendre sur deux années les efforts d'investigation, de contacts et d'organisation nécessaires. L'Europe est plus que jamais sous les feux de l'actualité, au centre de toutes les préoccupations, sinon de tous les projets. Appréhender le Sport, l'Université et l'Europe dans une même problématique procède d'une initiative originale et féconde. Le présent ouvrage rassemble les conférences, les exposés et l'essentiel des débats et des tables rondes de l'U.S.E. de Lille. Il donne d'abord aux acteurs de la Communauté une connaissance réciproque en matière de pratique sportive des étudiants, de structuration du sport universitaire, de formation, de recherche et d'ouverture de l'Université sur la vie sociale. Il établit ensuite un bilan et un diagnostic s'appuyant sur la diversité des situations relatives au développement, à l'organisation et à la promotion du sport universitaire au sein des pays de la Communauté Européenne. Enfin, le livre définit des perspectives et des propositions pour l'avenir. À n'en pas douter, l'Université est une force pour garantir l'avenir du Sport autant que l'Europe est une opportunité pour le Sport universitaire. La culture sportive, l'éducation, la formation, la recherche et l'information s'en trouveront à la fois mutuellement garanties et enrichies.

  • En Afrique subsaharienne, la presse écrite à près de deux siècles d'histoire. Longtemps freiné par la faiblesse de l'alphabétisation, son développement fut cependant rapide en Afrique anglophone où elle joua un rôle dans la décolonisation. À la fois cause et conséquence des aspirations au changement, la presse africaine est devenue en quelques années un acteur influent du mouvement démocratique et de l'avènement de nouveaux dirigeants dans plusieurs États. L'étude de l'implantation de la presse et l'analyse du nouveau lectorat, selon les diverses situations géopolitiques, posent la question du rôle de la presse dans la construction des opinions publiques africaines que l'on voit émerger en cette fin de xxe siècle. Spécialiste des médias africains, l'auteur a déjà consacré deux volumes aux radios et aux télévisions en Afrique noire. Les radios en Afrique noire, Paris, Éditions Pédone, 1984. L'Afrique noire et ses télévisions, Paris, I.N.A. - Economica, 1992.

  • La notion de patrimoine audiovisuel est réifiée par des approches nouvelles de la notion de patrimoine, comme celle de patrimoine naturel dont les traits sont fixés par l'image fixe ou animée. La première partie traite de l'aspect patrimonial de l'image visuelle en Aquitaine. Une deuxième partie aborde l'image en tant que représentation mentale du patrimoine. Conscientes des enjeux politiques, commerciaux et culturels que recèle la notion de patrimoine, municipalités, conseil départementaux et régionaux développent différentes politiques patrimoniales pour promouvoir leurs territoires en les singularisant. Le tourisme, le vin de Bordeaux, l'école participent à la reconstruction de l'image patrimoniale de l'Aquitaine. Que ce soit au niveau national ou régional, les médias, particulièrement la télévision et la presse écrite, contribuent largement à la promotion de la notion de patrimoine. En enracinant l'actualité dans le passé, ils créent du patrimoine et de l'identité, deux notions inséparables.

  • Cet ouvrage est l'occasion de présenter des pratiques d'écriture en langue régionale à partir de l'édition d'un choix de textes produits depuis près de vingt ans en Aquitaine. Mi-individuelle, mi-collective, l'écriture en langue minoritaire, ici l'occitan médoquin, a trouvé, à travers le cadre souple du groupe des Tradinaires de Vendays, les "maîtres des eaux souterraines", un lieu d'expression. Le texte est prétexte à la redécouverte de la langue enfouie, dans un va-et-vient entre la spontanéité vernaculaire et la construction de la langue littéraire. Mouvement classique s'il n'avait choisi de se situer dans une dialectique du local et du standard et si le réapprentissage de l'occitan n'y était lié à la découverte de l'écriture et de la création.

  • La dynamique de l'Europe des régions puise en partie son énergie et sa volonté prospective dans une réévaluation des cultures propres. À leur base se trouvent souvent des langues. La France, où le français constitue une référence en matière d'intégration et de projection internationale, participe aussi de cette dynamique, riche qu'elle est encore d'un patrimoine linguistique diversifié. Différents organismes, publics ou privés, soit pour répondre à la demande, soit pour l'organiser ou l'anticiper, y sont de plus en plus amenés à en tenir compte. Concernée notamment par l'occitan et le basque, l'Aquitaine constitue à cet égard un point d'observation privilégié, aussi susceptible d'être à l'origine d'expériences abouties que de profiter de celles qui sont menées dans son voisinage. L'ouvrage collectif qui vous est présenté, tirant parti d'une actualité fournie en interrogations sur la survie, voire le retour à la vie de ces langues, tente un état des lieux et se propose, à ce stade, de dégager quelques tendances.

  • Dans nos villes volontiers dites "en crise", le projet est-il une réponse aux dysfonctionnements ? La ville s'inscrit de plus en plus dans un système économique dominant, et le projet apparaît comme un mode de régularisation sociale et politique, un moyen d'adapter les territoires urbains à la compétitivité qui s'impose à tous. A ce titre, le projet permet-il de "recoller les morceaux" ou participe-t-il à la fragmentation de l'espace urbanisé ? S'agit-il seulement de modifier l'image de la ville en crise en se bornant à jouer de la forme en utilisant le dessin, ou bien se donne-t­on comme objectif principal de faire participer les habitants au projet en souhaitant parvenir à dégager un dessein voire un destin ? Le projet serait-il un moyen de masquer l'absence de projet de société ? La ville existe parce qu'elle est projet, parce qu'une collectivité a besoin de se créer des fictions, de les entretenir et de s'y attacher. Ce colloque permet de vérifier la richesse des approches sur la Ville. Non content de s'intéresser aux espaces urbanisés et à leur transformation, au cadre social dans lequel agissent les individus, les communications qui traitent du thème de "Villes en projet(s)" tentent de cerner la manière dont les hommes conçoivent l'évolution des villes dans un environnement difficile.

  • L'Afrique subsaharienne ne présente pas un ensemble homogène, traditions, ancestrales, facteurs historiques et géographiques produisent des physionomies originales. La place prise par les médias est récente et inégale toujours liées à des influences extra-continentales. On ne peut séparer les médias des sociétés dans lesquelles ils fonctionnent : l'observation des médias - surtout de la radio, mieux africanisée - fournit un bon indicateur de l'évolution des sociétés africaines, de leurs espoirs et de leurs illusions. André-Jean Tudesq dresse d'abord un constat des transferts et ruptures que les médias ont apporté aux sociétés africaines. Il les analyse ensuite comme porteurs d'espérance, liées actuellement aux aspirations à mieux vivre, mais aussi avec leurs effets pervers : aggravation de la dépendance au niveau international et des inégalités entre États et au sein des États ; espoir et illusion sont les deux faces contradictoires et néanmoins solidaires des médias. Ils conditionnent les processus d'acculturation (principalement la télévision) et les apports des progrès en matière de santé ou de développement économique. Les médias (surtout la presse écrite) sont au coeur du débat sur la démocratisation en Afrique ; ils sont nécessaires à la transparence des activités publiques et à la dénonciation des injustices mais leur libération (relative selon les États) ne saurait suffire pour assurer le respect des droits de l'homme et l'amélioration du niveau de vie.

  • Parce qu'il relève de la représentation de la France sur la scène mondiale, le secteur du sport de haut niveau est du ressort de l'État et de son partenaire associatif le Comité National Olympique et Sportif Français. Mais dans un contexte d'émulation amplifiée par la décentralisation, les interprétations et les reformulations de la politique nationale du sport de haut niveau ne manquent pas, alors que le cadre législatif de l'organisation et de la promotion des activités physiques et sportives invite les collectivités territoriales - et les entreprises - à concourir à son développement. Dernières-nées des collectivités "périphériques", les régions sont entrées dans le concert au moment où les autorités centrales déclenchaient la régionalisation du sport de haut niveau, dans ses versions technique et administrative. Quelles sont concrètement la part, la spécificité, voire l'exemplarité de l'Aquitaine dans le processus de constitution de l'élite olympique nationale ? Comment les relations trilatérales État, mouvement sportif, région s'y sont-elles engagées et se transforment-elles au quotidien ? Quelle est la configuration des réseaux de pouvoir ? De quelles façons s'entrecroisent, pour les sportifs concernés, cadre institutionnel et cadre de vie ? Enfin, quels sont les modes d'appropriation de la politique nationale du sport de haut niveau par les différents acteurs aquitains ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage s'efforce d'apporter des éléments de réponse.

  • La place de la culture ne cesse de s'affirmer dans les villes occidentales en initiant un nouveau rapport au monde et en posant les questions de l'organisation urbaine, de la fonction des équipements et du rôle des espaces publics. Cet ouvrage, résultat de recherches et d'échanges menés par les équipes de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine (MSHA) et de l'institut National de la Recherche Scientifique (INRS Urbanisation) de Montréal, propose des regards originaux et diversifiés sur les lieux culturels et les contextes de villes. Ces travaux soulignent à la fois la réhabilitation des "lieux" comme élément support des cultures urbaines et l'émergence de formes inédites de culture ; ils proposent de repenser les équipements et les espaces publics en fonction des processus agissant sur le fonctionnement des villes.

  • Le volume Perceptions de la collection ABC propose un regard porté sur le campus Talence-Pessac-Gradignan par les étudiants paysagistes. Ces derniers nous invitent à observer le territoire du campus dans ses diverses dimensions : géographiques, organiques, sensibles et usagères pour fonder une approche du projet de paysage par La notion du terrain et de ses données existantes. Il s'avère que par bien des points ces approches sensibles recoupent les constats établis à partir de l'étude du volume 1 de la présente collection « Structures », en particulier lorsqu'elles pointent les marques de l'inachèvement du plan masse d'origine ; la sensation de vides illisibles renvoyant directement à l'abandon de la grande composition paysagère initiale qui prévoyait un écrin végétal dense autour de la plaine centrale dédiée aux activités sportives.

empty