Matin calme

  • Le procès des otages Nouv.

    L'implacable machination
    De jeunes gens riches sont conviés à une fête dans une résidence luxueuse d'un quartier chic, sur les monts qui surplombent Séoul. Chacun en entrant est prié de choisir un masque : tel devient l'Ours, tel le Renard, tel autre Tom Cruise ou Pikachu. Buffet fin, alcools chers, drogues diverses. Des couples s'improvisent dans les chambres à l'étage lorsque soudain un coup de feu éclate et l'un des convives s'effondre, abattu à bout portant. Tout bascule une première fois : les invités sont séquestrés. Une rançon exigée en diamants est rapidement rassemblée par les familles des otages. Au fur et à mesure des tractations, les libérations se succèdent. Jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un groupe de sept personnes retenues. La prise d'otage prend une autre tournure quand le ravisseur annonce que les derniers otages vont être jugés pour leur implication dans un crime impuni, le viol et l'assassinat d'une jeune fille, neuf ans plus tôt. Et ce n'est que le premier rebondissement d'une machination sombre et inexorable.

  • Jetaime_riah Nouv.

    Jetaime_riah

    Park Seo-Ryun

    La vengeance d'une soeur Elles sont deux soeurs, aussi différentes que liées par un amour sororal absolu.
    La plus jeune, Riah, est belle, douce et surtout totalement impliquée dans le bénévolat social. Elle est ainsi devenue une star des réseaux suivie par des milliers de fans.
    Pourtant elle se suicide au gaz, dans sa voiture.
    Le jour des funérailles de Riah, l'aînée reçoit un mail anonyme : ce n'est pas un suicide. Avec l'aide de l'amoureux caché de la victime, un pasteur, elle mène l'enquête. Celle-ci la mène à l'ex de sa soeur, jeune homme arrogant issu d'une " grande famille ".
    Quand les preuves s'accumulent, la vengeance s'organise à travers un improbable trio : la soeur aînée, sa petite amie qui tient un café, et le pasteur.

  • Le placard Nouv.

    Le placard

    Kim Un-Su

    L'histoire
    Le narrateur est un jeune type, pas bien ambitieux, plutôt lent, tranquille. Il a traîné après ses études, le temps passe, la trentaine arrive quand enfin il décroche un boulot, dans un laboratoire privé. De fait, il n'a pratiquement rien à faire, juste réceptionner les arrivages quotidiens. Au tout début il est gêné, jusqu'à ce qu'il découvre que, grosso modo, personne ne fait rien dans ce laboratoire, si ce n'est faire semblant d'être occupé.
    Un jour, il trouve un placard fermé par un cadenas à combinaison. Par pur désoeuvrement, méthodiquement, il va essayer de l'ouvrir. Et quand il y parvient soudain, il tombe sur des dossiers fascinants. Des personnes consultent un certain Dr Kwon, du laboratoire. Mais les " maladies " de ces gens sont tout sauf habituelles. L'un a un ginkgo qui pousse au bout de son doigt, un autre fait des sauts abrupts dans le temps, une femme devient plusieurs personnes à la fois.
    Et ces dossiers semblent intéresser une étrange société secrète, prête à tout pour les récupérer.
    Le style
    Sur fond de société secrète et de dossiers cachés, délicieusement fantastique, savamment paranoïaque,
    Le Placard est un roman noir unique en son genre, du pur Kim Un-su.

  • L'île des chamanes Nouv.

    L'île des chamanes

    Jay Kim

    Profiler VS Serial killer aux pays des chamanesAlléchant et haletant ! Nuits blanches garanties ! Rebondissements, fausses-pistes et twists ! Le livre
    KIM Seong-ho est un profileur réputé de Séoul chargé d'une enquête sur un cyber-harcèlement. Très vite, les suspects se retournent contre lui, piratent ses comptes et exposent publiquement sa vie.
    Pour le sortir de ce piège, son chef lui confie une nouvelle enquête loin de Séoul, sur l'île de Sambo. Dans ce haut lieu du chamanisme, trois femmes ont disparu, probablement victimes d'un serial killer. Kim Seong-ho est accompagné par Yeo Do-yun, conservateur de musée, spécialiste du folklore et des rites chamaniques, notamment du
    ssitgim-gut de Sambo.
    Le ssitgim-gut est littéralement : " le rituel pour laver les sentiments d'amertume et de rancune éprouvés par le défunt ou la défunte au moment de son trépas ". Mais sur l'île, en ce mois de janvier, dans l'air glacial fouetté par la pluie et les vagues, les victimes ne sont pas encore prêtes au pardon. De mystérieux conciliabules nocturnes ont lieu entre deux silhouettes, des chiots sont tués, une atmosphère de plus en plus lourde s'abat sur les épaules de Kim Song-ho qui commence à ressentir d'étranges maux de têtes à mesure que des souvenirs personnels viennent se mêler à son enquête...
    Suspens, twists, rebondissements, voici un polar qui, à mesure qu'on le lit, devient de plus en plus addictif ! Avec une écriture patiente, très narrative, sans à-coups, l'autrice emmène peu à peu le lecteur dans une pure cérémonie chamanique, dont tous les noeuds sont loin d'être délivrés...
    Un pur thriller ! Un régal !

  • L'ado qui se levait tard, sa Mémé et Apollon : Trio d'enquête pour quatre disparitions
    LE LIVRE : Ce matin-là, Musun - la narratrice - a été réveillée par le réfrigérateur. Parce qu'il n'y avait pas d'autres bruits dans la maison. À 11 heures ? Étrange. Elle s'est levée et atrouvé ce petit mot dans la cuisine, avec quelques billets : " Ma chérie, nous te laissons dormir. Occupe-toi bien de Mémé. On revient dans un mois. Ton Papa qui t'aime. " Toute la famille était rentrée à Séoul en l'abandonnant avec Mémé ! L'horreur ! Dans ce trou perdu où les smartphones ignoraient internet ! Avec cette grand-mère qui sarclait son champ dès cinq heures du matin... Un cauchemar...
    /> La cohabitation avec Mémé débute mal. Jusqu'au troisième jour, quand Musun retrouve un dessin qu'elle a fait 15 ans plus tôt, quand elle avait cinq ans : une carte au trésor ! Et quand elle montre le dessin à Mémé, la vieille marmonne... " Ah... ça... Tu te souviens pas ?... C'était l'été... le jour où les quatre jeunes femmes ont disparu... "
    C'est alors que l'enquête commence vraiment, avec dès le lendemain le renfort de l'héritier des Yu, quatorze ans, dont la fabuleuse beauté a immédiatement inspiré à Musun son surnom : Apollon.
    Roman noir, roman plein de drôlerie, construit sur un trio improbable et tour à tour émouvant ou comique. Été, quelque part, des cadavres est, à l'image de son titre, un roman policier totalement unique en son genre. Pas ou peu de policiers en uniformes, pas de scènes d'actions violentes, mais les pérégrinations de ces trois anti-héros dans un bourg perdu d'une Corée archi-rurale.
    Le ton général du roman en constitue le premier atout. C'est un livre réjouissant, joyeux et tendre, un véritable succès d'écriture.

  • Parle-moi de ton crime

    Si-Yeon Ban

    Un thriller schizophrène et crépusculaire L'immunité des puissants et la force du châtiment
    Dix ans plus tôt, quelqu'un a été la cible d'un tueur particulièrement sadique, Noh Namyong, lequel s'apprête à sortir de prison grâce aux appuis de sa famille, riche et influente. Autour de cet assassin, trois " Je " vont se partager le récit :
    Un homme qui élabore un plan complexe pour renvoyer Noh Namyong en prison : "
    Je bossais de nuit dans un resto minable. Un soir, un camé vient faire un scandale. J'essaye de le calmer mais le type devient dingue. C'est alors que je découvre mon goût pour la violence ; je me saisis du couteau et plante le mec avec délectation. "
    Un homme qui doit tuer Noh Namyong pour intégrer une société assez spéciale : "
    J'ai 43 ans et je suis directeur-adjoint de ma boîte. Mes subordonnés ne m'écoutent pas et mes supérieurs me harcèlent. Pourtant pour mes clients je suis le plus expérimenté, le plus compétent. Qu'ai-je fait de mal ? "
    Un homme qui a euthanasié des centaines de personnes : "
    Je suis un âgé. Autrefois, j'étais médecin. Je porte toujours un costume noir et un manteau noir. Je rends visite à ceux qui ont besoin d'aide pour mourir. La mort n'est qu'une porte pour quitter ce monde injuste. "

  • Seoul copycat

    Jong-Kwan Lee

    La mémoire brûlée de la justice
    Un inspecteur se réveille à l'hôpital, sous les yeux d'une collègue et de son chef. Il a réchappé de justesse à un incendie alors qu'il poursuivait un dangereux copycat. Ce dernier a déjà tué trois personnes, trois personnes suspectées d'avoir commis des crimes, trois personnes qui ont été assassinées comme elles avaient probablement elles-mêmes assassiné leurs victimes. Trois personnes qui étaient parvenues à échapper à la justice.
    Quel est ce copycat qui pense pouvoir pallier les imperfections de la justice, pourrait-il lui-même appartenir au système judiciaire, ou à la police ?
    Enquêtant sur les lieux des crimes, l'inspecteur avait accumulé les indices jusqu'à cet incendie. Sous le choc, il semble avoir perdu la mémoire, il semble avoir oublié que toutes ces preuves menaient à un seul homme, lui-même.
    Le copycat est un assassin qui tue en imitant d'autres criminels dont il a connu les modes d'action dans les médias. Généralement il est lui-même un tueur en série. Ce mimétisme peut aller jusqu'à copier des crimes fictifs décrits dans des livres, films ou séries.

  • Le jour du chien noir

    Si-Woo Song

    Complot pharmaceutique et dépression
    Deux voisins se croisent dans la cage d'escalier. Leurs épaules se frôlent. L'un en prend ombrage et interpelle l'autre. Qui devient fou de colère et le tue. Un avocat-stagiaire est chargé de chercher des éléments pour nourrir sa défense.
    C'est l'été. Une femme est retrouvée morte dans la montagne. Elle porte une tenue d'hiver de randonnée. Un inspecteur est chargé de l'enquête. Il découvre que cette femme appartenait à un groupe de parole animé par un homme qui lutte contre les antidépresseurs et crie au complot pharmaceutique.
    Peu à peu, les deux enquêtes convergent et les soupçons autour du groupe de parole se font plus précis...

  • Chamanisme et scandales sexuel
    Ils sont trois à animer le Minamdang, un pseudo cabinet de chamans : l'ex-profiler Nam Hanjun, sa petite-soeur hackeuse de génie Hyejun et enfin Sucheol, enquêteur privé. A eux trois ils offrent à leur riche clientèle des " divinations " sur mesure qui font leur succès.
    Un soir, une cliente les appelle après avoir cru apercevoir un fantôme dans sa cuisine. Quand ils arrivent leur présence attire l'attention d'un voisin qui prévient la police. Une jeune inspectrice se rend sur place, Ye-eun, que ses collègues surnomment justement le fantôme tant elle est rapide et discrète. Dans la cave de la maison, elle découvre le cadavre d'une adolescente recherchée depuis un mois.
    Le roman vise au coeur des pires scandales de la société coréenne. Il s'inspire en particulier de l'affaire Park Geun Hye. Cette ancienne présidente de la république de Corée, destituée en 2017, actuellement en prison, a dirigé le pays sous l'influence toxique d'une chamane. Cette dernière servait ses propres intérêts et ceux de divers grands groupes industriels.
    Avec son écriture hyper réaliste, un roman qui va crescendo d'un rebondissement au suivant. Un livre clairement taillé pour le cinéma et dont les droits ont été acquis par AD406 (The Chase, A hard day, Witness, ...).

  • Les enquêtes de Gojin, avocat de l'ombre
    Deux morts dans un appartement au premier étage d'un immeuble paisible de Séoul. La femme qui y habitait - un coup de couteau pour elle - et un voisin - un coup de poinçon pour lui -, un type détestable qui lui tournait autour ces derniers temps. Et puisque le principal suspect gît à côté de la victime, il faut chercher ailleurs. Le concierge pourrait faire un coupable correct, le commissaire Lee Yuhyeon boucle son enquête et l'envoie en procès. Mais rien ne se passe comme prévu. L'innocence du vieux bougre s'impose, le procès est un fiasco.
    C'est alors que dans son téléphone, Lee Yuhyeon entend un rire familier et moqueur, celui de l'avocat Gojin, l'avocat de l'ombre. Oui, il faudra tout recommencer, tout reprendre depuis le début. Car chacun dans cet immeuble pourrait avoir quelque raison d'avoir commis ce double meurtre.

  • Bonne nuit maman

    Mi-Ae Seo


    Le Silence des agneaux Made in Korea
    Seonkyeong, criminologue, est sollicitée par un serial-killer qui attend son jugement en prison. Cet homme qui a assassiné une douzaine de femmes veut lui parler, à elle et à personne d'autre. Intelligent, manipulateur, ses motivations restent floues mais tous s'accordent à dire que Seonkyeong devra faire preuve de la plus grande prudence face à ce criminel hors normes.
    Dans le même temps, son mari se voit contraint de faire venir chez eux la fille qu'il a eu d'un précédent mariage. Une petite de onze ans qui serre contre elle son ours en peluche, une petite bouleversée par les décès de sa mère et de ses grands-parents maternels. Des décès pour le moins suspects d'ailleurs...
    Bonne nuit maman est le premier opus d'une trilogie consacrée à Ha-young, jeune criminelle qui incarne les bouleversements vécus par la société coréenne.

  • Sang chaud

    Kim Un-Su



    Guerres de succession dans la mafia coréenne

    À propos de Kim Un-su :
    " Après le polar scandinave, place au polar coréen ! Kim Un-su, le "Henning Mankell' de Corée, ouvre la voie. "The Guardian

    À propos des Planificateurs, son précédent roman :
    " La Corée à corps et à cru. "Libération

    " Des cinglés et des meurtres sur commande. "The Washigton Post

    " Une narration cinématographique pour des implications métaphysiques. "Corriere della Sera

    " Un roman génial : l'énergie, l'esprit et le lyrisme d'une voix littéraire totalement originale. "Goodreads

empty