Nouvelle Cité

  • Le serment de l'unité paysanne Nouv.

    Eugène Forget, premier président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), joua très tôt un rôle actif dans l'organisation de la profession : comices, syndicats, mutuelles, coopératives. Il fut aussi premier président de la Fédération nationale des SAFER (Société d'aménagement foncier et d'établissement rural), et premier président de l'IFOCAP (Institut de formation des cadres paysans). Si, en 1946, aux heures difficiles, il est choisi comme président de la FNSEA, c'est parce qu'il est reconnu comme l'homme du rassemblement et de l'unité paysanne. Eugène Forget, en effet, n'est pas un « politique », mais un homme de terrain, un agriculteur à part entière. Exploitant qualifié, il sut passer de la polyculture à une production arboricole prospère, grâce à un savoir-faire manuel allié à une grande capacité intellectuelle. Il reste aujourd'hui attentif à toutes les innovations techniques et juridiques, et plaide avec clarté les idées qui lui sont chères. Il nous fait revivre, avec bonheur, sa vie d'enfant, sa jeunesse, ses diverses responsabilités dans le monde agricole, et laisse transparaître l'apport de la foi chrétienne dans sa propre histoire. Ce livre, important pour le monde agricole et pour les personnes qui veulent le comprendre, saura aussi toucher tous ceux qui s'intéressent à l'histoire politique contemporaine. Eugène Forget est, en effet, un des acteurs et des témoins privilégiés des grands événements de notre siècle.

  • Ce que dit la Bible sur... T.42 ; l'eau Nouv.

    Découvrez la nouvelle thématique de Ce que dit la Bible sur... : l'eau, un élément fragile et pur comme la foi !
    Du passage des Hébreux à travers la mer Rouge, l'aventure de Jonas jeté à la mer, à Jésus marchant sur les eaux du lac de Tibériade, cet élément joue un rôle de premier plan dans l'interprétation des signes de l'action de Dieu. Violente et incontrôlable comme au Déluge , la mer est le lieu de forces obscures pour la mythologie antique. Mais elle devient aussi source de purification puis de sacrement par l'eau qui jaillit du côté du Christ à sa mort.
    Ce que dit la Bible sur l'eau nous offre le regard que la Bible nous transmet sur cet élément vital et aujourd'hui menacé de pénurie sur notre planète ?
    Cet ouvrage est empli de spiritualité et invite son lecteur à ne pas oublier que la Bible parle avant tout d'hommes réels !

  • De tout temps, les charismes ont été bien plus qu'une affaire purement religieuse. Ils ont pour mission d'embellir la terre, et pas seulement les religions et les églises. Dans le même temps, on voit invariablement se mettre en place, autour des charismes, des dynamiques sociales, éthiques et spirituelles extrêmement délicates et souvent dangereuses, étant donné leur immense force qui peut être orientée, souvent involontairement, vers des objectifs néfastes aussi bien pour les personnes que pour les organisations charismatiques elles-mêmes.
    Il est fort difficile, pour les responsables d'organisations charismatiques, de prendre conscience de la crise du charisme qu'eux-mêmes sont en train de créer, parce que, justement, susciter une crise et un déclin est totalement étranger à la conscience des fondateurs et des leaders.
    L'esprit qui anime cet ouvrage est d'offrir une « grammaire des crises » dans les mouvements et communautés, reconnaître les premiers signaux faibles d'un déclin et agir au moment où le processus est encore réversible.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Luigino Bruniest bibliste, économiste et éditorialiste pour le quotidien italien « L'Avvenire ». Il est l'auteur de nombreuses publications traduites dans le monde entier, sur l'économie et plus récemment sur la Bible.

  • La période que nous vivons n'est pas simple. Les prêtres vivent leur ministère dans une époque d'incertitudes, eux aussi. Celles-ci peuvent susciter des peurs comme des élans. La mission du prêtre n'est pas de réussir à sauver le monde par des tactiques et des stratégies missionnaires, mais de réussir à vivre sa vocation avec passion. Si le monde prêche la production et la réussite, l'Évangile prêche la fécondité.
    L'auteur propose de revisiter l'ordination sacerdotale comme un retour aux sources pour épondre aux défis de notre temps laborieux. Les crises encouragent les prêtres à veiller sur leur humanité, à soigner leur intériorité, à cultiver les désirs et à ne pas étouffer leurs rêves. Il s'agit d'une vocation formidable, signe dans une monde en quête de repères.

  • à contre emploi

    Clémence Bodoc

    Quête du job idéal et confrontation avec le réel, comment ne pas y perdre son âme ? Mathilde et Noémie, vingt-trois ans, sont deux soeurs, jumelles mais si différentes... Elles font leur entrée dans le monde du travail : le siège d'un fleuron de l'industrie française dans une tour à La Défense pour l'une, et le QG d'une start-up du monde des médias basé dans un appartement du 13e arrondissement de Paris pour l'autre.Deux univers que tout oppose, et pourtant, au fil des mois, un dénominateur commun se dessine. De désillusions en découragements, de déceptions en violences, les deux vingtenaires déchantent d'un monde qu'elles n'avaient pourtant pas eu le temps d'idéaliser. Si l'on est trop jeune pour être déjà en burn-out, trop impliquée pour tomber dans le bore-out et trop déterminée pour se laisser placardiser... que reste-il comme porte de sortie ? Le job idéal n'existe pas. Ce n'est pas faute de l'avoir cherché, mais sur la piste de cet échec annoncé, Mathilde et Noémie feront une découverte inattendue : l'équation du bonheur a plusieurs inconnues...

  • Les défis historiques auxquels nous sommes confrontés provoquent constamment la générativité et la dynamique d'une pensée nouvelle, capable de repenser (et vivre) le rapport à l'autre et qui rappelle donc un thème classique de la philosophie, celui du rapport entre unité et multiplicité. L'ontologie trinitaire, plus qu'une discipline ou une catégorie de pensée, est avant tout un lieu où se produit la vérité de soi et de l'autre, qui à la fois les comprend et les transcende et qui a pour icône le cri de Jésus Abandonné, dans lequel le don total et radical de soi-même qui s'opère là au maximum, celui de la perte de l'autre, n'exclut pas, mais oblige plutôt, la confiance et la relation avec l'autre. L'ontologie inédite de l'ontologie trinitaire est qu'elle parle d'unité avec l'autre plutôt que de diversité. Notre identité profonde ne se produit pas dans un sujet isolé, mais parmi des personnes différenciées, capables de vivre dans le don de soi, l'un avec, pour et dans l'autre mutuellement. Cette habitation mutuelle conduit à une unité réelle et toujours surprenante, car toujours nouvelle par rapport aux sujets qui l'habitent. Voici le défi auquel aujourd'hui et l'événement trinitaire nous poussent à réfléchir.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Comment repérer une authentique vocation ? Comment y rester fidèle ? La riche expérience de l'auteur l'autorise à voir le centre de gravité de tout appel (à la vie religieuse ou conjugale) autour des questions d'idéal et d'idéalisation, et donc de dés-idéalisation. L'idéal est une réalité psychique qui peut être ambivalente, ce qui veut dire qu'elle recèle une énergie considérable qui peut honorer la vie ou se retourner contre elle. Les figures d'Abraham, de Samuel, Osée, Paul et d'autres nous aideront sur ce chemin subtil, à l'écoute de l'Esprit Saint. Nous nous glisserons aussi dans l'intimité entre Jésus enfant et la Vierge Marie qui nous montrera que le premier appel de tout enfant est celui de la vie et qu'il se conjugue en idéaux qui ne cessent de réclamer leur validation au tout long de la vie. Péché, culpabilité, pardon et miséricorde sur soi seront habilement dénoués pour se frayer un chemin de vie et de bonheur.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Psychanalyste. - Membre de la Fraternité des moines apostoliques diocésains (en 2000). Jean-François Noël est prêtre du diocèse d'Aix-en-Provence et psychanalyste. Il a notamment publié Le point aveugle (Cerf), Le désir inconscient de Dieu (DDB), L'écharde dans la chair (DDB) et Travailler à être soi (Salvator). Une fois par semaine, le curé d'Istres et de Saint-Mitre-les-Remparts (13), reçoit des patients dans son cabinet de psychanalyse. Pour lui, la thérapie est un moyen de retrouvailles avec soi-même et un chemin de conversion

  • Rien ne prédestinait Agathe et Nicolas à une aventure aussi déroutante. Un petit garçon vient au monde. À 2 ans, d'étranges somnolences le saisissent, le langage et le pas se font hésitants, et une incroyable - et dangereuse - résistance à la douleur se révèle. La fratrie s'agrandit et d'autres enfants présentent bien vite des symptômes ressemblants. Agathe prend peur, s'interroge, se révolte contre le Ciel face à ces comportements inédits et devant lesquels la médecine s'avoue d'abord bien impuissante. Pourquoi ? Et quelle est cette étrange maladie qui saisit ses enfants ? Il faudra toute la patience, l'humour, l'ingéniosité de ce couple et de ceux qui les entourent pour que chacun se laisse apprivoiser par ces enfants attachants mais différents car affectés d'une maladie génétique extrêmement rare appelée "syndrome de crises encéphalomyopathiques métaboliques récurrentes-rhabdomyolyse-arythmie cardiaque-déficience intellectuelle". Et lorsqu'on est issu d'un milieu favorisé où tous réussissent, comment vaincre la morsure de la comparaison avec les autres familles sans problèmes apparents ?
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Agathe de Miniac est professeur d'histoire-géographie. Elle et son mari Nicolas ont cinq enfants, dont trois sont atteints d'une maladie génétique extrêmement rare appelée Tango 2.

  • Le Pape François invite toute l'Église à « accompagner, discerner et intégrer la fragilité ». La finalité de De la libération à la vie dans l'Esprit est de proposer des pistes pastorales concrètes pour consoler les personnes blessées par les circonstances de la vie, par une approche nouvelle qui passe par un accompagnement personnel des processus de croissance, « petit pas » après « petit pas ».
    À partir d'une anthropologie personnaliste, les différentes blessures de l'existence sont explicitées ainsi que les obstacles possibles au don de soi, en vis-à-vis des différentes prières d'Église qui peuvent être proposées. On y trouvera les critères de discernement d'une prière de consolation et d'une prière de délivrance.
    Quels sont les différents conditionnements qui peuvent influencer les comportements et les choix d'une personne ? Comment proposer un chemin de conversion pour une plus grande liberté avec la grâce de Dieu ? Comment prévenir et mieux accompagner spirituellement la crise du milieu de vie ou l'épuisement de type burn-out ?
    Les prospectives pastorales sont nombreuses : monde de la santé, famille et dynamique du couple, vie consacrée ou sacerdotale, personnes en situation de précarité ou la pastorale des jeunes. La paix et la joie en jailliront.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    François BUET est prêtre de l'institut Notre Dame de Vie et médecin en soins palliatifs à la clinique Sainte-Elisabeth sur Marseille. Il a récemment obtenu à la faculté du Camillianum à Rome (université pontificale du Latran) un doctorat en théologie (magna cum laude) pour la pastorale de la santé. Il est aumônier des retraites Agapè Notre-Dame du Puy. Médecin en soins palliatifs à Marseille, il est aussi engagé auprès d'un dispensaire au service des plus pauvres avec le Secours catholique d'Avignon. Il est l'auteur de Prier 15 jours avec frère Luc, Moine et médecin à Tibhirine et de L'accompagnement spirituel de la personne en soins palliatifs (Ed. Nouvelle Cité).

  • Prier 15 jours avec le Père Jacques de Jésus (1900-1945) nous présente un jeune homme devenu prêtre en 1925 avant de rejoindre les Carmes déchaux en 1932. Plus tard il entend l'appel à suivre Jésus au désert : « On ne sait pas le bien que l'on peut réaliser à distance, uniquement par la prière ». Il anime des retraites et est remarqué pour sa profondeur, son union à Dieu, son humilité et son sens de la justice.
    Par « obéissance » à ses supérieurs, il fonde et dirige le Petit-Collège Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus d'Avon. Il y déploie les multiples ressources pédagogiques de son âme d'éducateur. Il veut que « ses » enfants deviennent des hommes accomplis, conscients de leur responsabilité future, qu'ils soient des saints en germes.
    En ce contexte de seconde guerre mondiale, son coeur d'homme, de prêtre est blessé par les actes de barbarie du régime nazi. En janvier 1943, il accueille sous une identité d'emprunt trois enfants juifs. Le 15 janvier 1944, la Gestapo encercle le Petit-Collège et arrête les trois enfants et le Père Jacques de Jésus. C'est alors qu'il prononce ces mots immortalisés par le titre d'un film : « Au-devoir les enfants, continuez sans moi ! ».
    A la prison de Fontainebleau, il murmure à de rares visiteurs : « Il faut des prêtres dans les prisons, si vous saviez... », « Il y a trop de malheureux, trop de souffrances, je le sens, il faut que je reste ». Fontainebleau, Compiègne, Sarrebruck, Mauthausen, Gusen, Linz... D'étape en étape, son coeur et son être s'enflamment de charité. Stimulant par son attitude, il réchauffe par sa parole. Pour tous, il témoigne en acte de la dignité de l'homme, de tout homme. Il s'éteint le 2 juin 1945 à Linz.
    Il est honoré à Yad Vashem comme un Juste parmi les nations.
    Son procès en canonisation est à l'étude à Rome.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Didier-Marie Golay est membre de la Province de Paris de l'Ordre des Carmes Déchaux. Il est vice-postulateur de la cause du père Jacques de Jésus. Il a publié de nombreux ouvrages sur les saints du Carmel.

  • Être heureux au travail, y trouver du sens et de la joie, voilà une quête qui peut sembler bien peu réaliste. Pourtant, dès lors que l'on se met à cultiver sa vie intérieure, à favoriser une écologie personnelle intégrale, tout s'oriente différemment et des intuitions inconnues affleurent à la surface de notre conscience. Cet écho donne un puissant sentiment d'utilité et de capacité d'action.
    Mais toutes n'ont pas la même saveur. Certaines orientent vers ce que l'on peut engager du meilleur de soi-même et avoir une action positive pour transformer le monde. D'autres peuvent conduire à des impasses ; cela suppose d'apprivoiser ses fragilités, ses peurs et ses attachements, pour garder le cap de l'unité intérieure dans les mille et un vents contraires de la vie professionnelle.
    Honorer ces intuitions ne va pas de soi. Comme pour un voyage, il faut se préparer et prendre du temps. Un guide progressif, subtil et concret sera utile à tous ceux qui s'interrogent sur le sens du travail.

  • L'objet de Pâques, grandes fêtes byzantines est de faire connaître à un large public la richesse théologique et spirituelle de la liturgie des grandes fêtes byzantines. Les hymnographes, qu'ils viennent du milieu de Jérusalem ou de Constantinople, chantent les récits bibliques par leurs poèmes liturgiques et les font revivre dans le coeur des fidèles. Pâques, grandes fêtes byzantines présente les sources de ces célébrations des mystères du salut dans leur contexte historique et signale les vestiges archéologiques qu'elles ont laissés.
    Les présentes études concernent Pâques et les douze grandes fêtes, célébrées au long de l'année. Cependant, elles ne sont pas présentées dans cet ordre chronologique mais selon un ordre théologique : mystères de l'Incarnation, de la Rédemption et de l'Église. La célébration pascale, mystère de la Rédemption, est suivie pas à pas à travers la Grande Semaine et celle du Renouveau. Malgré les disputes liturgiques et rubricales entre Églises, le culte liturgique, « sacrifice de louange », est essentiellement oecuménique.
    Il garde en lui la conviction de l'unité des Églises.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1923 dans une famille d'ouvriers, Nicolas Egender est moine de l'abbaye bénédictine de Chevetogne où il entre en 1946. Il en devient prieur, puis durant 18 ans sera le père abbé de la Dormition à Jérusalem. Il est l'auteur de nombreuses études sur les églises orientales et leurs liturgies, l'oecuménisme et sur Vatican II.

  • Depuis deux siècles le recours aux produits ou comportements addictifs devient de plus en plus massif dans notre société. Les styles de vie n'engendrent pas toujours le bonheur attendu ; par des substances licites ou non, ou par des comportements répétés, on cherche à oublier l'objet de l'insatisfaction qui nous pousse dans une spirale où les proches sont à leur tour aspirés, parfois violemment.
    A travers sa longue expérience de médecin alcoologue, l'auteur Pierre Radisson s'appuie sur sa connaissance de l'alcool, « mère de toutes les addictions », pour permettre un accueil, des conseils et une compréhension du processus de dépendance et du chemin qui peut en libérer la personne, en aidant aussi l'entourage, souvent démuni.
    Alcool et addictions, de l'emprise à la liberté, très pratique aussi, conduit sur une voie qui comprend trois étapes : l'indépendance vis-à-vis du produit, l'indépendance affective, le dépassement de l'ego.
    Par un travail du "petit pas", progressif et délicat, c'est une vraie liberté qui est possible, en profitant de ses failles, en acceptant l'imperfection heureuse de notre vie.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Pierre Radisson est Docteur en médecine de l'Université Claude Bernard de Lyon. Il accompagne depuis plus de 20 ans les personnes alcooliques.

  • Au travers de l'exploration biblique, Ce que dit la Bible sur le sport investit les articulations possibles entre les « mondes » des disciplines sportives et de la Parole, avec cette question interpelante : « Pourquoi donc le sport est-il devenu la religion universelle du XXIe siècle ? »
    Mais c'est aussi donner la Bible pour compagne aux sportifs, c'est-à-dire à tous les lecteurs désireux de trouver dans l'Écriture une nourriture pour leur chemin de vie, leur ascension vers les sommets du salut, leur terrain existentiel, sociétal et ecclésial.
    Les douze chapitres s'enchaînent tels un « grand Chelem » scripturaire et spirituel et invitent à faire partie de l'équipe de l'humanité réconciliée, en quête de la couronne de sainteté promise à tous. Le sport « révèle » autant les orientations de notre société postmoderne que chacun de nos tempéraments. N'est-ce pas précisément ce que la « Révélation » biblique veut accomplir : dénoncer l'injustice et nous conduire à la joie en plénitude ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    François-Xavier Amherdt est prêtre diocésain, tout en partageant un amour profond pour le sport, en particulier le football dont il a été arbitre professionnel ainsi qu'instructeur d'arbitres.

  • Une enfance sans affection, sous les coups si elle n'était pas première de la classe. Rose-Line a grandi sans respirer, sans exister, pour ne pas déranger, pour ne pas être vue, pour ne pas penser. En elle, les signes d'une vie intérieure empêchent l'asphyxie et libèrent même le goût d'une vie radicale. Mais en aura-t-elle la force ? L'édifice de sa construction est fragile mais son désir d'aimer est plus grand. Néanmoins, un jour, tout craque et s'effondre. Elle reste dans une « absence, un rêve éveillé » plus de cinq ans, tandis que les médecins y voient un caractère irréversible. Des miracles jalonnent son itinéraire de survie ; Sa présence est palpable. Peut-on vivre à nouveau quand on a tout éteint en soi, quand tout à été abîmé ?
    Le praticien m'interrompt une seule fois, à peu près à mi-parcours de mon exposé. Il me dit : « Avez-vous conscience que vous avez été torturée d'une manière rare ? »
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Rose-Line Coureau est agrégée de Lettres, enseignante retraitée depuis peu. Elle est aujourd'hui engagée auprès du diocèse d'Albi.

  • Femme passionnée, inquiète et forte, Adélaïde de Cicé apparaît, en ces temps révolutionnaires, comme une figure particulièrement attachante. Avec Pierre de Clorivière - qui réintroduisit les Jésuites en France - elle créa, en pleine tourmente, un Institut fondé sur plusieurs intuitions novatrices : vie religieuse dans le monde, équilibre entre action et contemplation en sont les pièces maîtresses. Avec elle, s'inaugure une nouvelle façon de vivre la vocation religieuse. Une intuition d'une actualité insoupçonnée.

  • Renée M. Buhl revit l'itinéraire de son fils de 14 ans, François, frappé irrémédiablement par un cancer au poumon. Erreur médicale et indifférence s'ajoutent à la maladie. Aucune lumière n'aide la mère et ses fils à avancer, si ce n'est une « fureur de vivre », un « débordement d'énergie rebelle », ancrés en eux. Après la mort de François, à 15 ans, c'est cette colère de vivre qui va conduire sa mère de la vallée de l'Everest à Calcutta, dans l'entourage immédiat de Mère Teresa, à la recherche d'une nouvelle liberté intérieure. Il est difficile de parler de la souffrance d'une manière à la fois si subjective, et si objective. Ce qui permet à l'auteur de lancer cet appel : « À ceux qui doutent, peinent, tombent, je voudrais dire : la vie est un cadeau, la vie est vibration. À chacun de nous d'offrir les cordes de son coeur à l'archet de la vie, pour qu'en résonne l'écho. »

  • Répondant aux questions les plus variées des jeunes, un théologien ouvre la connaissance de Dieu à leur esprit curieux et exigeant. Ainsi se dessine l'unité d'une vie aux multiples aspects, bien en prise sur les élans et les espoirs. de la nouvelle génération.

  • "Le crépuscule du matin", édité déjà en français en 1973, et traduit en allemand, anglais, néerlandais, italien, et bientôt en espagnol, est son deuxième ouvrage. Malgré son aspect romancé, il s'agit en fait d'un récit authentique, qui se présente sous la forme d'un dialogue. Gaspar, abattu, brisé, est arrivé à une impasse de sa vie, et demande à être écouté dans le silence le plus aigu. Sa jeunesse étonnante à la Zola, son passé de révolutionnaire, ses innombrables victoires sur lui-même, suivies par autant d'échecs, l'ont amené au bout de la nuit. Est-ce le crépuscule d'une vie ou le matin d'une nouvelle naissance ?

  • Surmonter les déchirures. La guerre d'Espagne et le nazisme amènent la division chez les Lavergne : collaboration, passivité, résistance... Matthieu, cinéaste reconnu, vit à Paris la guerre et le départ de ses fils au front avec angoisse, rêvant du ressourcement dans son Auvergne natale. Comment résister quand on déteste les armes ? André, frère de Matthieu, commissaire à Aurillac, est maréchaliste convaincu. Les rafles des Juifs peuvent-elles laisser indemne quand on est fils de Blanche ? Leur frère adoptif Dieudonné est, quant à lui, ébloui par les jours meilleurs promis par le communisme. Son enthousiasme lui vaudra d'être choisi pour rencontrer les « camarades » moscovites, voyage au péril de sa vie. Les idéaux dispersent les coeurs et enflamment les esprits. Les femmes et le temps font contrepoids, mais cela suffira-t-il pour supporter l'après-guerre, pour reconstruire un monde de paix ?
    André 1938-1698 est le deuxième tome de la saga des Justes commencé avec Blanche 1900-1930.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-Louis de la Vaissière est journaliste et écrivain. Il travaille à l'Agence France-Presse, a été en poste à Téhéran, Bonn, Berlin, Rome, Genève, au Vatican, à Rennes puis Paris où il est en charge de la rubrique arts. Il a écrit plusieurs essais sur l'identité allemande, sur l'Église et les papes et un premier roman : Trois frères et l'éternité, Prix des lecteurs Notre Temps 2015.

  • Basée sur des témoignages provenant de survivants qui ont fréquenté Edmond Michelet, Les indomptables, Edmond et Marie Michelet, biographie romancée, retrace le parcours du « premier résistant de France » aux heures sombres de la guerre. Entrepreneur chrétien et patriote convaincu, disciple de Mounier, Edmond Michelet se montre soucieux d'économiser le sang des hommes et de vaincre par les valeurs autant que par les armes. C'est une terre enflammée que celle du grand maquis corrézien où l'amitié, la ténacité et la dignité forment le ciment d'une farouche opposition au nazisme. Les cas de conscience, les débats, internes ou non, les choix sont évoqués avec beaucoup de coeur, tout comme les références culturelles et littéraires de Michelet, de Péguy à Mounier.
    /> L'histoire de la résistance d'Edmond Michelet est aussi celle du couple merveilleux qu'il formait avec son épouse, Marie. En dépit des épreuves sévères infligées à ce couple, l'amour qui régnait entre eux était palpable et nul ne pouvait l'ignorer.
    Les Indomptables, Edmond et Marie Michelet est un récit fort, où on côtoie le pire - les camps de concentration et la torture - et le meilleur, l'engagement viscéral de ces hommes et femmes prêts à tout pour la liberté.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Originaire de Brive-la-Gaillarde comme les Michelet dont il connaît bien la famille, Serge BESANGER a d'abord publié des essais consacrés aux questions internationales et notamment à la Chine où il a vécu de nombreuses années. Officier de réserve et fils d'ancien combattant, il est enseignant en grandes écoles et administrateur d'entreprises et de fondations.

  • Antoine Buisson, conseiller général de l'Isère pendant 37 ans (dont 9 comme Président) commença à 18 ans son engagement au sein du syndicalisme chrétien en 1925. Arrivé à 74 ans, il a décidé de ne pas se représenter. Mais son engagement se continue, notamment en ce livre qui, au-delà de son histoire personnelle, retrace celle de toute une génération avec ses idéaux et ses actions. Car Antoine Buisson a participé à tous les moments forts du syndicalisme chrétien et de la politique depuis un demi-siècle. On trouve en ce livre des enseignements précieux, et de première main, sur un passé trop méconnu, celui des chrétiens qui s'engagèrent en politique pour réconcilier l'Église et la République, construire l'Europe et faire passer dans les faits la doctrine sociale de l'Église, dont on perçoit mieux toute la force révolutionnaire.

  • Une Cistercienne, un moine bénédictin, une diaconesse de l'Église réformée, un Mariste, une Focolarine... Quinze personnes consacrées à Dieu ont accepté de se laisser interroger par un journaliste en France, Belgique et Suisse. Elles expliquent le pourquoi de leur vie tournée vers Dieu, raison de leur célibat. La plupart ont entre 30 et 40 ans. Elles ont bifurqué après des études qui leur ouvraient les portes de brillantes carrières, ou ressenti, dès leur plus jeune âge, l'attrait de Dieu. Cachées dans des monastères retirés, ou discrètement insérées dans la société, elles sont le signe visible, scandaleux pour certains, d'un règne qui n'est pas de ce monde. L'homme d'aujourd'hui, aux joies fugaces, si souvent tourmenté par son lendemain, a beaucoup à apprendre de ces consacrés, religieux ou laïcs.

empty