Sciences humaines & sociales

  • Depuis deux siècles le recours aux produits ou comportements addictifs devient de plus en plus massif dans notre société. Les styles de vie n'engendrent pas toujours le bonheur attendu ; par des substances licites ou non, ou par des comportements répétés, on cherche à oublier l'objet de l'insatisfaction qui nous pousse dans une spirale où les proches sont à leur tour aspirés, parfois violemment.
    A travers sa longue expérience de médecin alcoologue, l'auteur Pierre Radisson s'appuie sur sa connaissance de l'alcool, « mère de toutes les addictions », pour permettre un accueil, des conseils et une compréhension du processus de dépendance et du chemin qui peut en libérer la personne, en aidant aussi l'entourage, souvent démuni.
    Alcool et addictions, de l'emprise à la liberté, très pratique aussi, conduit sur une voie qui comprend trois étapes : l'indépendance vis-à-vis du produit, l'indépendance affective, le dépassement de l'ego.
    Par un travail du "petit pas", progressif et délicat, c'est une vraie liberté qui est possible, en profitant de ses failles, en acceptant l'imperfection heureuse de notre vie.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Pierre Radisson est Docteur en médecine de l'Université Claude Bernard de Lyon. Il accompagne depuis plus de 20 ans les personnes alcooliques.

  • Le don au coeur de la cohésion sociale et de l'échange.
    Le don est devenu un concept à la mode. Il n'existe pas un domaine de la vie en société où il n'a pas apporté une vision nouvelle : économie, entreprise, santé, aide internationale, relations intergénérationnelles, numérique... Le don semble pouvoir agir et donner des solutions partout. Mais pour comprendre ce phénomène, peut-on ignorer les travaux de Marcel Mauss qui, maintenant encore, possèdent une étonnante force explicative ? Mauss met le don au coeur aussi bien de la cohésion sociale que de l'échange. Car pour Mauss le don est non seulement une force de mélange et de lien, mais aussi l'origine même de l'échange marchand. Dans Penser le don avec Marcel Mauss, Olivier Masclef présente ainsi un monde où la société et le marché, loin de s'opposer, sont irréversiblement entremêlés. Mais le don est aussi une force de paix et de civilisation qui incite les belligérants à poser les armes et à vivre ensemble, un instrument du bien et du bonheur.
    Découvrez un ouvrage qui propose une réflexion complète sur le concept du don !
    EXTRAIT
    Fait social total signifie : le don est un seul geste à la fois social, économique, spirituel, politique, honorifique, juridique et il engage le donneur, le donataire, la famille et le clan de chacun, leurs ancêtres, leurs dieux et leurs esprits protecteurs. Il est donc total. Tout cela en une seule démarche. Ce geste unique, parce qu'il mobilise toutes les dimensions d'un seul coup, parce qu'il engage tout le monde, se révèle l'outil du mélange et de la socialisation le plus efficace qui soit : il est plus puissant que l'échange marchand et plus complet que le contrat.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Olivier Mascmef est Professeur de management et titulaire de la chaire « Management du Travail Vivant » à l'Ircom. Auteur de plusieurs articles scientifiques, chapitres d'ouvrage et communications dans des conférences académiques, il est aussi Chercheur Associé au G.R.A.C.E. où il coordonne le pôle « Don, Échange & Gratuité ».
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    La collection Penser avec propose de renouveler la réflexion sur les grands thèmes de l'économie et du management, en invitant à la lecture d'un auteur de référence. L'oeuvre de l'auteur est exposée de manière à éclairer son contenu, ses apports et aussi ses limites pour appréhender la réalité du monde économique contemporain. La collection permet de se forger une culture critique en revenant aux auteurs classiques et en pensant avec eux.

  • Paul Glynn évoque le parcours de vie exemplaire d'un homme saint au pays du Soleil Levant.
    11 heures du matin, le 9 août 1945 : de son bombardier B29, le major Chuck Sweeney largue une bombe A de 4 tonnes et demie - l'équivalent de 22 000 tonnes d'explosifs conventionnels - au-dessus de Nagasaki et c'est le récit de la destruction de 72 000 habitants d'une ville magnifique. Nagai perd sa femme et, bien qu'en phase terminale de la maladie des rayons X il construit une hutte au milieu des cendres du désert nucléaire et se met à écrire. Ses livres deviennent des best-sellers dans un Japon démoralisé. Des gens de toutes classes, conditions et croyances religieuses, de l'Empereur jusqu'au gamins des rues, viennent rendre visite à cet homme qui ne condamne personne.
    C'est la vie de ce médecin militaire japonais, shintoïste converti au catholicisme, que raconte Paul GIynn, religieux mariste australien, ami de la famille Nagai et de nombreux survivants de la bombe A. Un succès en langue anglaise, un chant de réconciliation et de paix, plus de 50 ans après Hiroshima et Nagasaki. Et aussi une découverte très pédagogique du Japon, de sa culture et de son âme profonde.
    Ce récit nous ouvre une fenêtre sur un pan de l'histoire et de la vie culturelle japonaise.
    EXTRAIT
    Takashi Nagai vit le jour dans l'ancienne préfecture Shimane dont le paysage est toujours aussi pur. Cette préfecture est située au nord-est d'Hiroshima ; sa longue côte est baignée par la Mer du Japon. Les vents mugissants qui arrivent de Sibérie au nord-ouest emplissent les vallées au creux des montagnes de congères en hiver. Consultez une carte et vous constaterez combien il était naturel pour les anciens pionniers chinois et coréens de débarquer là ; ils répondaient ainsi à l'aventure et à l'idéalisme de l'appel : « Pars à l'est, jeune homme, pars à l'est ! » Les nouveaux venus furent frappés par la nature montagneuse de ce pays peu peuplé et surtout par sa beauté verdoyante qui jaillit comme une fontaine du riche sol volcanique.
    Les géologues pensent que le Japon, il y a soixante millions d'années, se trouvait, embryon inattendu, au fond de la mer, au large du continent asiatique. Lorsque les plateaux situés sous l'Océan Pacifique se déplacèrent massivement à la rencontre du continent de l'Asie de l'Est, le fond de la mer céda et les îles du Japon émergèrent, ruisselantes, de ses entrailles obscures.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Paul Glynn (né en 1928 à Lismore, Nouvelle-Galles du Sud, Australie) est un prêtre missionnaire mariste et écrivain australien. Il est l'auteur de plusieurs livres dont The Song of Nagasaki (1988) et The Smile of the Ragpicker (1992), qui ont connu un grand succès et ont été traduits en plusieurs langues. Il a consacré sa vie à la réconciliation et à l'amitié entre l'Australie et le Japon, les deux anciens ennemis de la Seconde Guerre mondiale.

empty