Sciences humaines & sociales

  • La véritable histoire de la première circumnavigation à but exclusivement scientifique, celle du tour du monde de Bougainvile, à travers une documentation d'époque en partie inédite.
    Le voyage de Bougainville, de 1766 à 1769, constitue la première circumnavigation jamais réalisée dans un but uniquement scientifique. Une entreprise dont l'organisation doit à la personnalité exceptionnelle de Bougainville, qui, dès son adolescence, s'est découvert une vocation d'explorateur. Jeune officier, il se porte volontaire pour combattre au Canada, où il côtoie, fasciné, les tribus amérindiennes dont il se fait l'ethnographe. Quand Louis XV abandonne le Canada, Bougainville décide d'offrir à ses habitants français un nouveau
    territoire, aux îles Malouines, base pour la découverte du vaste continent dont on rêvait dans les hautes latitudes australes. Malheureusement, la couronne espagnole fait valoir ses droits et Bougainville doit quitter les Malouines. En compensation, le roi lui propose d'effectuer " un tour du monde " dont il pourra tirer un grand profit. Sur un fil conducteur de Dominique Le Brun, et à travers une documentation d'époque en partie inédite -; journaux de route, lettres, Mémoires et récits de Bougainville, ainsi que de ses compagnons -;, c'est cette extraordinaire épopée qui nous est racontée.
    Dominique Le Brun, auteur de nombreuses anthologies aux éditions Omnibus, a aussi publié une biographie de Bougainville.

  • Petits pays de France

    Didier Cornaille

    • Omnibus
    • 31 Octobre 2018

    Un voyage insolite et poétique à travers les tout petits terroirs de France. Une encyclopédie unique en son genre, qui marie l'histoire des hommes à celle des paysages, l'évocation des cultures locales à la découverte des forces géologiques qui ont façonné la nature.Une somme patrimoniale, par un auteur qui connaît les multiples paysages de la France. Les Amognes, l'Artense, le Boréon, la Bouriane, le Capcir, la Forterre, la Gallésie, la Lémance, la Margeride, les Mauges, le Quercorb, le Ségala, le Volvestre, le Valgaudemar... Autant de noms familiers pour ceux qui y vivent, mais mystérieux pour le voyageur. Les tout petits pays de France ont ceci de magique qu'ils sont à la fois très français et très exotiques, car s'ils ont tissé l'histoire de la nation, ils ont aussi le plus souvent gardé toute la force de leur particularisme. Didier Cornaille, grand marcheur et auteur bien connu des collections terroir, a parcouru pendant dix ans la France au pas de son cheval. C'est ainsi qu'il a imaginé cette géographie exceptionnelle : c'est la France vue du ciel, mais en rase-mottes, par-dessus les collines jusqu'au creux des vallées, depuis la source à peine visible sous les herbes jusqu'à l'estuaire qui se déploie face au large.
    On y découvre que les frontières restent bien vivantes, malgré les conquêtes et les lois des régimes centralisateurs, parce qu'elles ont été tracées par une rivière, une lande, un coteau crayeux bien plus que par la folie guerrière des hommes.


  • Les dessous d'un naufrage très politique révélés par ceux qui ont vécu le drame.

    Le 2 juillet 1816, la frégate française La Méduse s'échoue sur un banc de sable au large de la Mauritanie à la suite d'une erreur de navigation grossière. La mer est calme, le navire n'est pas endommagé et la côte est proche... Pourtant cet incident stupide mais banal va se transformer en tragédie - une des plus célèbres de l'histoire de France.
    Les témoignages réunis dans ce recueil révèlent, au fil du récit, les préventions sociales et les choix politiques qui sont à l'origine de l'accident et de ses suites catastrophiques. On comprend à les lire qu'ils aient fait scandale dans une France tout juste rendue aux Bourbon. Car c'est bien l'acharnement des nouveaux gouvernants à effacer les traces de la Révolution qui a, indirectement mais inéluctablement, provoqué la mort de près de deux cents personnes. Ainsi, entre autres aberrations, le commandant de l'expédition était-il un royaliste émigré restauré dans ses fonctions sans avoir navigué depuis près de vingt ans. Ainsi le choix des passagers désignés pour embarquer sur les quelques chaloupes ou sur le sinistre radeau fut-il fait en fonction de leur rang.
    Les témoignages retenus croisent les points de vue, leurs auteurs étant présents soit sur les chaloupes (Sander Rang, Charlotte Dard, Charles Bredif), soit sur le radeau (Alexandre Corréard, Henri Savigny, Daniel Dupont), tous s'accordant à désigner les responsables du drame et les héros oubliés.

  • Sous l'histoire officielle de la conquête du pôle Nord se cachent beaucoup d'affaires étouffées, de drames effacés, d'enjeux économiques ou stratégiques maquillés.
    Bien connue, croit-on, est l'histoire de la conquête du pôle Nord. Et pourtant... Le mot même est ambigu : conquête géographique ou conquête guerrière ? Les étapes de la progression des conquérants méritent un examen critique, auquel se livre ici Dominique Le Brun, spécialiste d'histoire et de littérature maritimes.
    On découvre ainsi que les noms qui ornent les cartes de l'océan Arctique ne sont pas toujours ceux des hommes qui ont réellement agi - celui de Barents, par exemple, cache celui du Français Balthazar de Moucheron. On apprend qu'un mythe soigneusement entretenu, celui de " la mer libre du pôle ", a poussé les Etats à investir dans des expéditions coûteuses et mortelles. On s'étonne des prolongements de la querelle à la fois politique, financière et idéologique (voire raciale) qui opposait et continue d'opposer les partisans des deux expéditions Cook et Peary. On comprend que les exploits arctiques de l'Etat soviétique naissant étaient destinés, en fait, à ouvrir la route des goulags... Et l'on en arrive à constater que, aujourd'hui, près de 50% des territoires arctiques sont limitrophes de la Russie de Vladimir Poutine.
    Une longue histoire dont on se demande parfois si elle n'est pas la chronique d'une catastrophe annoncée.


  • Le témoignage vivant d'un soldat qui a véu toutes les campagnes de la Révolution et de l'Empire.

    Claude Le Roy a vécu une existence entière de soldat sous trois régimes : né en 1767 à Talmay (Côte-d'Or), il s'engage à 14 ans comme mousse dans la marine royale avant d'intégrer les armées révolutionnaires - il est à Valmy et à Fleurus - puis celles de l'Empire ; il participe à toutes les campagnes de la Grande Armée, dont l'épouvantable retraite de Russie. Il est mis à la retraite en novembre 1815, quelques mois après la défaite de Waterloo, et mourra en 1851 dans sa Bourgogne natale.
    Parus en 1914, jamais réédités depuis, les souvenirs vivants du major Le Roy sont un document exceptionnel sur une carrière militaire de plus de 35 ans, un témoignage irremplaçable de l'épopée napoléonienne vue de l'intérieur.
    Les Mémoires de Claude Le Roy ont été exhumés et sont présentés par Christophe Bourachot, à qui l'ont doit Les Hommes de Napoléon,
    Napoléon, la dernière bataille et Avec Napoléon aux éditions Omnibus.

  • L'Antarctique, confondue avec l'Atlantide dans un même fantasme, a fait rêver à en mourir. L'histoire d'une quête autant que d'une découverte, en ce qu'elle a eu d'irrationnel et de grandiose. Les géographes grecs l'avaient imaginé il y a déjà plus de deux mille ans : on appelait alors Antichtone cette terre mystérieuse qui devait équilibrer la masse des continents de l'hémisphère Nord. Elle disparut des esprits au Moyen Age mais resurgit lorsque, au XVIe siècle, les premiers navigateurs qui se risquèrent dans les hautes latitudes sud dirent avoir aperçu une terre immense. Depuis, les aventuriers n'ont jamais cessé de la chercher - quitte à en perdre la raison ou la vie. Certains parlèrent d'un éden aussi vaste que l'Amérique, et des fortunes furent englouties dans l'espoir d'en coloniser les rives bénies. Ainsi furent découverts l'Australie, l'île de Pâques, et des archipels dénudés qui, chacun, livraient leurs lots de drames et de déceptions. Quand l'Antarctique, enfin, apparut devant la proue des navires, continent de glace et de nuit, les rêves ne s'évanouirent pas pour autant. Rêves ou cauchemars délirants, comme cette base souterraine nazie où Hitler aurait survécu quelque part sous les monts Mühlig-Hofmann. Dominique Le Brun retrace - récits de voyages à l'appui - les illusions et la réalité de cette longue recherche dont les héros témoignaient d'une obstination surhumaine. Extraits des récits de voyage de Kerguelen, Cook, Dumont d'Urville, Amundsen, Schakleton, entre autres.

  • Pour voter avec le sourire, voici réunis 200 mots d'esprit écrits au fil des siècles par des écrivains, des philosophes et des hommes d'Etat sur les moeurs politiques... Un petit livre d'une savoureuse pertinence préfacé par Françoise Fressoz, éditorialiste au Monde ! Les Français vont élire au printemps 2017 le président de la République. Avant de se rendre aux urnes, ils devront se poser les bonnes questions, et y répondre. Prendre quelques conseils ne sera alors pas superflu... Pourquoi pas auprès des hommes d'esprit de notre histoire ? De Pascal à Pierre Dac en passant par Voltaire, Jules Renard, Oscar Wilde, voici 200 pensées formulées par des philosophes, des écrivains, des politiciens ou des humoristes - autant de réflexions subtiles ou ironiques qu'on peut, au choix, approfondir ou détourner de leur sens pour améliorer la qualité de la vie politique en ces temps de campagne électorale. Quelques exemples : La calomnie est en politique moins gênante que la manifestation de la vérité. Charles Péguy On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après une partie de chasse. Georges Clemenceau La politique, c'est une certaine façon d'agiter le peuple avant de s'en servir. Talleyrand La popularité, c'est un rasoir entre les mains d'un enfant. Prince de Ligne Le prétexte ordinaire de ceux qui font le malheur des autres est qu'ils veulent leur bien. Vauvenargues


  • Les aventures pleines de panache du corsaire de Napoléon, racontées par son descendant

    Pour qualifier Surcouf, les superlatifs manquent : il fut le plus brave, le plus audacieux, le plus insouciant, le plus intelligent... et le plus heureux de tous les corsaires ! Entre 1794 et 1814, ce Malouin mit son talent et son ahurissante témérité au service de la République, puis de l'Empereur... pour son plus grand profit : plus de 50 navires attaqués, 500 millions de livres de prise et le commerce anglais durablement désorganisé. Le nom de Surcouf est devenu e 1800 synonyme de "croquemitaine" dans les familles de Portsmouth et de Douvres.
    Personnage historique, Surcouf est aussi et surtout un mythe. Celui d'une ville, Saint-Malo; celui d'une région, la Bretagne, mais aussi de la France révolutionnaire en lutte contre l'Angleterre. Un mythe qu'il est bien agréable d'entretenir tant le récit de ses aventures est joyeux.

  • Avec Napoléon

    D'Austerlitz à Waterloo, les hommes de la Grande Armée racontent...
    Silvain, le soldat de seize ans, Jean-Marie, le vieux grognard, Adam l'officier d'ordonnance... Tous, ils ont suivi l'Empereur jusqu'à Moscou en passant par Austerlitz, Iéna, Wagram, et pour finir, Waterloo. Un jour, ils ont posé les armes, et, par chance, ils se sont décidés à écrire leurs souvenirs. Les meilleurs - ah ! le soleil d'Austerlitz - et les pires : la boue, la glace, le sang... Voici les plus émouvants d'entre eux, agencés de façon à écrire une histoire de la Grande Armée. Pour un peu, on entendrait cliqueter les sabres !
    .

  • La France de de Gaulle racontée et jugée par de grands intellectuels et de grands journalistes 29 mai 1958 : le général de Gaulle arrive enfin au pouvoir, au terme d'une longue traversée du désert. Sa personnalité, son style de gouverment, son image vont marquer si profondément la décennie qui suit qu'elle semble, dans la mémoire des Français, avoir duré un demi-siècle. De la guerre d'Algérie à Mai-68 en passant par la guerre froide, le choix du nucléaire, la naissance de l'Europe, de grandes plumes ont jugé l'homme et son oeuvre au fil de la Ve République. Stéphane Renault a réuni les chroniques et les reportages qu'ils ont signés dans L'Express. Se répondant les uns aux autres, ils brossent un fascinant portrait en noir et blanc d'un homme dont certains disaient qu'il était un dictateur manipulateur et d'autre un patriarche plein d'abnégation. Au-delà, c'est toute la France des années 1960 qui surgit, bouillonnante d'audaces et d'idées neuves. Parmi les textes au sommaire : La constitution du mépris, par Jean-Paul Sartre, 1958 L'avenir du gaullisme, entretien avec Raymond Aron, 1959 De Gaulle et César, par Jules Roy, 1960 De Gaulle est-il irremplaçable?, par Pierre Mendès France, 1961 La France, les tueurs et de Gaulle, par Paul Reynaud, 1962 De Gaulle et le Viêt Nam, par Jean-François Kahn, 1966 La lutte finale, par Claude Imbert et Jean-Noël Gurgand, 1968 Entretien avec François Mauriac, 1970 D'une république à l'autre, par Michel Winock, 2008... Textes extraits des archives de l'Express

  • Les témoignages vécus de jeunes Juifs qui se sont dressés les armes à la main face à la barbarie nazie Un jeune officier français organise un maquis juif ; un adolescent lance des bombes ; une jeune fille humilie son bourreau ; un gamin de quinze ans raconte comment il a participé au soulèvement d'un camp de la mort... Ces quatre récits témoignent qu'il y a eu diverses façons de se révolter, mais aussi que toutes disent la même chose à l'oppresseur : il a échoué. Se répondant les unes aux autres pour donner son sens le plus profond au mot "révolte", voici les histoires vécues de héros qui parlent pour tous ceux et de celles qui se sont dressés les armes à la main contre la barbarie nazie. Ces textes sont les plus forts parmi ceux qui étaient parus dans Les Révoltés de la Shoah (Omnibus 2010). Au sommaire : Juifs au combat , par Jacques Lazarus Thomas Elek, un de l'Affiche rouge (extrait de La Mémoire d'Hélène), par Hélène Elek Mala, une héroïne à Auschwitz , par Gérard Huber Sobibor, la révolte oubliée , par Thomas Toïvi Blatt


  • Une rétrospective du plus grand procès de tous les temps

    Nuremberg, novembre 1945, premier automne de la paix. La ville est détruite, la moitié des habitants a disparu. Partout la misère, le chômage. C'est dans ce champ de ruines, symbole de sa défaite, que va être jugé le nazisme. 24 accusés, 8 juges, 5 procureurs assistés de 50 consultants, 400 journalistes, des charges multiples : complot, crimes contre la paix, crimes de guerre, crimes contre l'humanité... Mais un absent, Hitler. Son ombre va planer sur le procès tandis que surgit une question insoluble : que juge-t-on, à Nuremberg ? De diaboliques idéologues manipulateurs de l'Histoire ? Ou de simples médiocres soudainement investis du pouvoir de tuer, images de la "banalité du mal" ?
    Ce livre aide le lecteur à répondre en livrant les éléments du débat : rétrospective du déclenchement de la guerre et de l'engrenage de la Shoah ; déroulement du procès, avec les témoignages, les réquisitoires, les plaidoiries, les commentaires des historiens. Et la mise au jour des frémissements de la Guerre froide, déjà sensibles dans les suprenants échanges de paroles dont Nuremberg a été le théâtre.
    Réédition d'un ouvrage écrit par des journalistes reporters en 1966 dans une version actualisée à la lumière des travaux les plus récents


  • Comment la démocratie a construit la laïcité à la française - une histoire mouvementée !

    C'est au moment où la démocratie est attaquée par les fanatismes de tout bord qu'un retour aux sources s'impose.
    Bruno Fuligni, a recherché et réuni les discours fondateurs de la laïcité à la française. La France, en matière religieuse, a tout essayé depuis 1789: liberté de conscience, déchristianisation forcée, culte de l'Etre suprême, Concordat, séparation des Eglises et de l'Etat. Entre cléricaux et anticléricaux, on découvre la violence du débat mais aussi sa profondeur et sa qualité. Robespierre, Hugo, Gambetta, Clemenceau, Jaurès, Barrès, Malraux...les grands noms défilent à la tribune et le lecteur peut revivre en direct la naissance difficile de ce qui est aujourd'hui le point d'appui le plus solide de la démocratie française.


  • Depuis son enfance menacée jusqu'à sa vieillesse tragique, la vie de Louis XIV racontée par ceux qui le côtoyaient quotidiennement. Une entrée privée auprès du Roi-Soleil.

    Aussi lointain que le Soleil, Louis XIV a tout fait pour apparaître à ses sujets inaccessible et infaillible. Sa personne, effacée par la Majesté, est ainsi devenue un mystère. Qui était l'homme sous le roi ?
    Alexandre Maral, conservateur en chef au musée de Versailles, a retrouvé les témoignages de ceux qui ont pu approcher au plus près le Roi-Soleil - serviteurs, médecins, courtisans et courtisanes, ministres, artistes.
    Agencés selon les grandes époques du règne, ils forment un récit vivant qui suit le plus célèbre des souverains français tout au long de sa vie. Depuis son enfance menacée jusqu'à sa tragique vieillesse, en passant par la gloire et les amours, plus de 120 textes de une à dix pages sont ici réunis, qui racontent et expliquent son rayonnement universel.
    Parmi les témoignages : lettres de Mme de Sévigné, de la princesse Palatine, Mémoires de Saint-Simon, de Mme de Motteville, du marquis de Dangeau, de l'abbé de Choisy, comptes rendus des médecins du roi, écrits de Voltaire, extraits des Mémoires et du testament du roi lui-même...

  • Bâtarde d'un pape tout-puissant, elle est mariée à treize ans, démariée à dix-sept, remariée à dix-huit. Elle a vingt ans quand elle voit son mari assassiné par son frère Cesare. Déjà le bruit court qu'elle est trop aimée à la fois de son père et de ce frère meurtrier. On dit aussi qu'elle n'est pas toujours innocente des morts qui se multiplient autour d'elle, et la rumeur ne cessera d'enfler au fil des siècles. Victor Hugo ne fait rien pour restaurer sa réputation, au contraire. Sa tragédie la présente comme une reine de la nuit à la libido incontrôlable. Il faut attendre une relecture des archives au XXe siècle pour que la vérité éclate. Avant de devenir une souveraine raffinée et aimée de ses sujets, Lucrèce Borgia, duchesse de Ferrare, fut une fillette victime.
    Au sommaire :
    L'histoire : le point sur ce que les historiens savent aujourd'hui de la vraie Lucrèce Borgia. Texte extrait des Grandes énigmes du Temps jadis (Crémille 1960, Omnibus, 2010) La légende : l'intégrale de la pièce de Victor Hugo, Lucrèce Borgia.

  • Aucun roman d'aventure, aucun film à grand spectacle ne peut égaler les carnets de voyage de ces explorateurs. Bruce, Burton, Speke, Baker, Alexine Tinne, Livingstone, Stanley... tous avaient quelque chose des chevaliers de la quête du Graal. Voici leurs plus belles pages. Elles racontent la traversée des savanes écrasées de soleil, le bivouac autour d'un feu, la rencontre avec les chefs africains et les chasseurs d'esclaves, les rivières en crue et les murailles de terre, les échos de la brousse, les vagues immenses des troupeaux de gnous... On comprend, à les lire, que la recherche des sources du Nil reste l'archétype de l'aventure contemporaine.

  • On les oublie souvent, et pourtant le rôle qu'elles ont joué dans la Première Guerre mondiale a bouleversé les sociétés occidentales. Il est temps de rendre aux femmes combattantes de la Grande guerre ce qui leur revient. Parmi elles, Marie de Croÿ. A l'automne 1914, son château de Bellignies se trouve à la frontière franco-belge, donc à l'avant du front, dans la zone envahie par les Allemands.
    Un jour, une jeune institutrice, Louise Thuliez, se présente. Elle et une amie ont trouvé dans les bois des soldats anglais et français, perdus, mais qui refusent de se rendre à l'ennemi et cherchent à fuir la zone occupée. Les trois femmes, bientôt rejointes par d'autres, mettent au point une filière pour les exfiltrer. En début de chaîne : la tour moyenâgeuse de Bellignies et son passage secret ; en bout de chaîne, la demeure d'Edith Cavell, une infirmière anglaise installée à Bruxelles. A la suite d'une trahison, le réseau tombe à l'été 1915. Edith Cavell, Marie de Croÿ, Louise Thuliez et Jeanne de Belleville sont arrêtées et jugées. Edith est fusillée, Louise, Jeanne et Marie comdamnées aux travaux forcés.
    Libérée en novembre 1918 , la princesse de Croÿ a écrit ses Mémoires en 1931. Anecdote après anecdote, elle livre une belle histoire de solidarité et d'engagement au féminin, en même temps que le délicieux récit d'un temps disparu, où l'expression "grande dame" avait encore tout son sens.

  • Eglise monarchique devenue temple républicain, le Panthéon a vécu une histoire mouvementée fourmillant d'anecdotes qu'Olivier Le Naire raconte de manière vivante et colorée. De son édification sous Louis XV au transfert en mai 2015 de quatre grandes figures de la Seconde Guerre mondiale (Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay), voici un portrait vivant de ce symbole de l'idée républicaine, qui a connu bien des variations au fil du temps. Où l'on apprend que Mirabeau, premier à y être entré, en fut le premier expulsé, que le pendule de Foucault y fut testé en 1851. Une foule d'histoires et de curiosités qui rendent passionnant ce voyage dans le passé de ce monument légendaire.

  • Le 29 avril 1788, en plein océan Pacifique, les marins de la Bounty se révoltent et prennent le commandement de leur navire. Tandis que le capitaine Bligh est abandonné dans une chaloupe, les mutins partent à la recherche d'un paradis polynésien où se cacher, loin de la civilisation. Trente ans plus tard, on retrouve tout à fait par hasard leurs descendants sur une île qu'on croyait vierge, et un bilan définitif de l'affaire peut enfin être dressé. Des 19 hommes abandonnés avec le capitaine Bligh, tous ont survécu au terme d'une odyssée digne des plus grands exploits humains. Des 16 hommes débarqués à Tahiti, tous ont été repris, condamnés à mort, et trois ont été pendus. Des 9 hommes qui bâtirent un nouveau monde dans l'île de Pitcairn, tous se sont entretués - sauf un.
    Voici réunis les témoignages (dont deux inédits en français) de quatre hommes qui ont vécu la mutinerie de la Bounty chacun d'un point de vue différent. Leurs regards croisés permettent d'aller au coeur de l'affaire, dans l'âme déchirée de Fletcher Christian, second de la Bounty et héros sombre d'un voyage au paradis devenu descente aux enfers.

  • La puissance du Vatican est inversement proportionnelle à la taille de son Etat. Puissance historique, officielle, mais aussi puissance occulte, insaisissable, qui prend ses racines aux origines de l'Eglise, dans une Rome décadente, et perdure à travers tous les régimes, toutes les guerres, tous les basculements géopolitiques. Corrado Augias, journaliste italien érudit, tire leurs terribles secrets aux vieilles pierres du palais. Depuis la donation de Constantin - un faux ! - jusqu'au meurtre du très beau garde suisse Cédric Tornay en passant par la disparition de la très jeune Emanuela Orlandi, en 1983, sans oublier les agissements suspect de sa banque et de l'Opus Dei, voici seize récits qui démontrent avec brio que le Vatican n'a pas encore livré tous ses secrets.

  • Jusqu'au milieu du XX e siècle, chaque village et bourg de France abritait une cohorte d'artisans qui participaient à la vie quotidienne d'une population encore très rurale et étaient indispensables à la bonne marche de la communauté. Puisant dans la somme encyclopédique de La France en héritage, Gérard Boutet a réalisé ce petit dictionnaire dans lequel on trouvera des métiers que l'on attend (maréchal-ferrant, charpentier, chaudronnier, sabotier, tonnelier...) et d'autres aujourd'hui insolites, tels que l'épinglier (qui fabriquait des épingles), le fleuristier (fabricant de fleurs artificielles pour les modistes ou les couronnes mortuaires), voire le patenôtrier (fabricant de chapelets et colifichets de piété) ou l'oribusier (fabricant de chandelles de résine). Chacun des 120 métiers, qu'il soit de petite industrie ou de petite main, est défini en prenant en compte les caractéristiques régionales, sans oublier les aspects historique et anecdotique.

  • Découvrir ou redécouvrir les grands dieux et déesses de la mythologie gréco-romaine, mais aussi les très nombreuses divinités secondaires qui peuplent le ciel, la terre et le monde souterrain, ainsi que les notions fondamentales qui permettent de comprendre la manière dont les Anciens, Grecs et Romains, se représentaient le divin.
    100 entrées illustrées d'extraits de textes fondateurs, 3 grandes entrées thématiques, 3 tableaux généalogiques.

  • Raison Les dieux ont donné aux hommes la raison qui est, pour tous, tant que nous sommes, la richesse la plus précieuse.
    Sophocle, Antigone, 683-684 Si la raison était le seul guide de l'homme Il trouverait la suprême richesse à vivre content de peu :
    Car de ce peu jamais il n'y a disette.
    Lucrèce, De la nature des choses, V, vers 1117-1119 En près de 300 entrées, voici un large éventail de concepts permettant de définir la manière dont les Anciens (Grecs et Latins) percevaient l'existence en général ainsi que le bonheur et les moyens d'y parvenir par ce qu'on appelle "la sagesse" en particulier.

  • Ces histoires ne sont pas nées de l'imagination d'un romancier. Elle ont fait l'actualité - mais une actualité très discrète... jusqu'à ce que des journalistes braquent sur elles les projecteurs, révèlent les identités, les rôles, les buts cachés. On s'aperçoit alors que la réalité dépasse de loin la fiction. Depuis Kim Philby, le modèle de La Taupe de John Le Carré jusqu'à Shi Bejou, cet étrange agent chinois travesti en femme, en passant par Farewell et " la reine de Cuba "... une plongée en eau trouble, dans l'univers de faux-semblant des vrais espions.
    Au sommaire : John Le Carré parle de Philby - Ben Barka a-t-il renseigné Prague ? - Chasse à l'homme à la CIA - Les taupes de Fidel - Des nazis bons pour le service - L'empoisonnement de Litvinenko - Les écoutes de la NSA...
    Textes extraits des archives de L'Express.

empty