UGA Éditions

  • Grammaire descriptive de la langue des signes française ; dynamiques iconiques et linguistique gêner Nouv.

    La LSF est la langue gestuelle parlée par les Sourds de France. Longtemps interdite, elle a été reconnue en France en 2005, un CAPES de LSF a été créé en 2010, elle est enseignée de l'école primaire à l'université. La LSF - comme toutes les langues gestuelles du monde - obéit aux lois de la gestualité : imiter le réel (ce que l'on nomme « iconicité ») et inscrire son corps dans l'espace (ce que l'on nomme « spatialité »). Elle met en oeuvre, par le canal visuo-corporel, les facultés de langage humaines. En ce sens, elle possède des caractéristiques propres, mais, en tant que langue parmi les langues, on peut aussi l'analyser avec les outils que la linguistique générale a forgés depuis plus d'un siècle. Cet ouvrage de référence, présentant de nombreux exemples et schémas ainsi que de nombreuses illustrations, est le premier qui propose d'explorer et d'expliquer le fonctionnement linguistique de la LSF en regroupant des analyses concernant le lexique, la morphologie et la syntaxe.

  • Energie et melancolie - les entrelacs de l'ecriture dans les notebooks de s.t. coleridge, volumes 1, Nouv.

    Durant toute sa vie, Samuel Taylor Coleridge, poète et philosophe romantique anglais, a consigné ses pensées et ses observations sous forme de fragments dans des Notebooks. Derrière cette écriture mosaïque se dessine l'histoire d'un esprit nourri d'une insatiable curiosité pour le monde naturel et la psyché humaine. Libre de toute contrainte, l'espace des Notebooks est peut-être celui qui s'ajuste le mieux au rythme si particulier de la pensée du poète. S'articulant autour de trois notions, l'entrelacs, le mouvement et la réversibilité, cet ouvrage propose de saisir le rythme et les variations d'une écriture et d'une pensée qualifiées par Coleridge de « polypiennes ». L'écriture des premiers carnets, essentiellement nomade, témoigne d'un plaisir de pérégriner et se nourrit de l'énergie d'un corps en mouvement. Toutefois, au fil du temps, le regard du poète substitue le diffus et l'absence à l'espace géopoétique. Que l'écriture carnétiste de Coleridge soit travaillée par l'énergie de l'intellect ou par l'affect mélancolique, elle est toujours mue par un dynamisme créateur. Ce qui rend ces textes si fascinants, c'est peut-être le refus ou l'inaptitude du poète à choisir ; Coleridge est toujours resté au « seuil de », ne franchissant jamais cette ligne qui aurait pu en faire soit un poète mystique, soit un poète maudit.

  • Keats et la rencontre : poèmes et lettres Nouv.

    Présenter l'oeuvre de Keats et en apprécier toute sa richesse nécessite aujourd'hui d'accepter ses contradictions et se pencher sur l'ensemble de la production du poète, si hétéroclite soit-elle, ou du moins d'en observer des exemples significatifs. C'est en analysant le lien entre les différents types de textes, la propension à mêler tons, genres et registres, qu'il est possible de cerner plus précisément l'identité et le fonctionnement de cette oeuvre protéiforme. On parle souvent de développement, à juste titre, pour qualifier le cheminement artistique de Keats, et la critique s'est longtemps consacrée à l'observation de l'oeuvre pour en dégager les évolutions stylistiques et thématiques. L'objectif de cet ouvrage est de montrer le trajet qui mène soit de la lettre au poème, soit du poème à la lettre. Ainsi, chaque chapitre se penche à la fois sur la poésie et la correspondance, mais la singularité irréductible de l'un et de l'autre texte exigera, selon le moment, de consacrer plus d'espace à l'oeuvre poétique ou inversement aux lettres. Ainsi seront identifiés, par cette approche comparative, les moments exacts où lettres et poèmes entrent en conversation, les instants où leurs voix se chevauchent ou se confondent, ainsi que ceux où elles se séparent.

  • Le géomètre et le vagabond ; espaces littéraires de Rudyard Kipling Nouv.

    L'oeuvre de Rudyard Kipling, si populaire et si controversée, dépasse les critiques parfois stéréotypées qu'on lui attache : sans nier son exotisme, son impérialisme, son militarisme, il s'agit de relire la fiction de Kipling en se penchant sur son esthétique géographique. En s'orientant vers une lecture concrète et sensible, vers le domaine métaphorique, spatial et visuel, Le géomètre et le vagabond cherche à rendre le plaisir du texte, en analysant sa réception sans la dénaturer. Les nouvelles de science-fiction, les nouvelles fantastiques, les farces, les récits modernistes, les poèmes accompagnant les nouvelles - tous ces textes sont étudiés en lien avec les récits d'aventure plus connus, Kim et les fables de la Jungle, afin de montrer les lignes de force qui parcourent l'oeuvre. Une approche géopoétique montre que l'espace n'y est pas une simple donnée : il est multiple, problématique et divisé, et c'est de son appréhension qu'émerge le récit.

  • Fertile plutôt que stérile, qu'est-ce qui permet au débat constructif d'advenir ? Comment raisonner ensemble à l'heure d'aborder une question aussi vitale que la gestion de l'eau potable ? Claire Polo présente ici un cas d'école en plongeant dans la mécanique argumentative des discussions développées entre jeunes d'écoles mexicaines, américaine et française. L'enjeu est de taille, à la fois techno-scientifique et socio-économique, et il n'existe pas ici de solution toute faite, de bonne réponse à trouver. Par une approche linguistique fine, cette étude donne à voir l'importance, pour effectivement explorer une controverse, de l'associationdes savoirs avec d'autres ressources cognitives : valeurs et émotions. Au-delà de l'élève, la personne ; au-delà d'une tâche, un groupe : lorsque les dynamiques identitaires et relationnelles sont favorables, le raisonnement collectif advient, amenant chacun·e, plus loin qu'avant l'échange. Des leçons sont à tirer pour quiconque cherche dans l'interaction à mieux saisir un problème complexe ou à partager et imaginer des alternatives. Cet ouvrage porte une attention éclairante à la construction de la parole et de l'opinion adolescentes, centrales pour l'apprentissage de la démocratie.

  • Stendhal biographe

    Antoine Guibal

    La contribution stendhalienne au genre biographique se produit à un moment charnière du XIXe siècle, marqué non seulement par le romantisme naissant, mais également par la formation des sciences historiques et l'émergence du métier d'historien. C'est aussi à cette époque que le genre doublement millénaire de la « vie », qui chantait les louanges de personnalités dont la gloire était consacrée par l'histoire et le temps, laisse progressivement place à la biographie, genre ancré dans l'actualité - parfois la plus immédiate - et qui jouit alors d'un grand engouement. D'où cette tension caractéristique des « vies » de Stendhal, écrites à divers moments de sa carrière littéraire, et ce choix éclectique d'hommes illustres : Haydn, qui lui permet d'affi ner sa théorie du Beau dans les arts ; Napoléon, dont la « vie » devient une réponse à un libelle anti-bonapartiste ; Rossini, dont le style vivace et le rejet des règles classiques sert la cause romantique de 1823 ; et Stendhal lui-même, alias Henry Brulard, cet individu « bien inconnu » qui souhaiterait se connaître. De par leurs spécifi cités et leur originalité, ces oeuvres mettent en lumière la plasticité d'un genre qui, en cette période mouvementée, s'avère propice à l'expérimentation et à l'innovation, tant dans le style que dans l'usage qui en est fait.

  • Les étudiants et enseignants en langues étrangères ont souvent le désir d'appuyer leurs démarches sur les albums, récits illustrés et autres ouvrages de la littérature de jeunesse contemporaine. Ils trouveront ici de multiples pistes pédagogiques pour le faire. Les chercheurs pourront également y puiser matière pour nourrir leur réflexion. L'approche est centrée sur l'écriture créative. Une telle démarche, modulable dans d'autres contextes éducatifs et pour diverses langues, permet de faire une place au lecteur et à ses aff ects et de construire des savoirs sur les plans linguistiques, littéraires et culturels. Le livre propose en outre une réfl exion sur les apports de l'image et du texte-image, ainsi que sur l'évaluation des écrits créatifs dans l'enseignement des langues. Cet ouvrage important, né d'une longue expérience de l'enseignement du français en Australie, offre des perspectives inestimables sur les aspects linguistiques, littéraires et culturels de l'enseignement des langues au niveau universitaire. Situé au croisement de la littérature de jeunesse et de la didactique des langues et des cultures, il puise ses principes et démarches pédagogiques dans l'enseignement du Français Langue Maternelle et permet ainsi aux enseignants de concevoir une approche communicative plus riche et plus nuancée que celle du CECRL pour l'enseignement de la littéracie en langue 2. Claire Kramsch, Professeur Émérite, University of California (Berkeley)

  • L'ouvrage propose une étude grammaticale et stylistique de sept textes littéraires de langue française représentatifs de la littérature française du XVIe au XXe siècle. La démarche suivie est celle qui est demandée pour le traitement de la question de grammaire et de stylistique des sujets proposés à l'épreuve de français moderne, dite aussi grammaire et stylistique, du CAPES et de l'agrégation de lettres modernes. L'approche grammaticale est diversifiée et envisage différents champs : orthographe, lexicologie, morphologie, syntaxe, histoire de la langue, de même que l'étude stylistique, qui aborde les dimensions rhétoriques, sémiotiques, poétiques, dramaturgiques et narratologiques des oeuvres. L'étude des textes vise aussi à valoriser les questions d'intertextualité, d'histoire culturelle ou d'interdisciplinarité. Les questions posées sont l'occasion d'approfondissements théoriques de certaines notions ou de rappels défi nitionnels, proposés dans des encadrés distincts de l'étude des textes. De ce fait, l'ouvrage intéressera un lectorat large, allant des étudiants de classes préparatoires littéraires et de licence de Lettres ou de master MEEF (métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation) visant la préparation des concours, aux étudiants de master recherche souhaitant parfaire leurs connaissances.

  • Aujourd'hui, les nouvelles droites d'Europe et d'Amérique latine se rattachent plus ou moins explicitement aux politiques et aux valeurs du fascisme historique. Elles témoignent d'une empreinte durable du régime de Mussolini dans la société contemporaine. D'où la nécessité d'apporter un nouvel éclairage, sur un temps long, à ces mécanismes de continuité et de rupture. Première histoire sociale du fascisme italien éditée en France, cet ouvrage se distingue fortement dans le paysage historiographique actuel dominé par l'histoire politique et culturelle. Le livre dresse un panorama complet des problématiques qui animent la société italienne sous le fascisme : les différences de genre, la famille fasciste, la création de l'« homme nouveau », l'assistance sociale, la jeunesse et le rapport entre générations, l'organisation du temps libre et du sport, la ruralisation et la colonisation du territoire et des colonies d'outremer, l'évolution du racisme et de l'antisémitisme, l'italianisation forcée des populations allogènes, l'idée de nation fasciste et d'empire latin.

  • Cet ouvrage raconte l'incroyable histoire du citoyen romain le plus célèbre du Moyen Âge, Cola di Rienzo (1313-1354). Homme instruit et brillant, il subjugue les foules par de beaux discours, rêve de rendre Rome à son antique gloire et prend le pouvoir en 1347. Il a alors trente-trois ans. Visionnaire politique, humaniste ou encore homme de foi attiré par des idéaux de réforme révolutionnaires, il est considéré à l'époque romantique comme un précurseur de l'Unité italienne. Personnalité complexe, ambitieux et plein de contradictions, il se met en scène dans de superbes cérémonies, s'imaginant déjà empereur. Il connaîtra toutefois une fin tragique. Cette nouvelle biographie illumine ce personnage hors du commun qui possédait l'art inné d'utiliser les mots pour séduire et convaincre. L'auteur décrypte les ressorts d'une propagande qui permit à cet homme du peuple d'accéder au pouvoir. Il nous amène ainsi à réfléchir sur le thème toujours d'actualité de la dangereuse puissance de la propagande et des rhétoriques populistes.

  • José Watanabe (1945-2007) est l'une des voix les plus singulières de la poésie hispano-américaine contemporaine, saluée par ses pairs mais également par un large public espagnol. Cette anthologie propose la traduction inédite en langue française de 136 poèmes. Chacun d'entre eux nous offre l'accès au fruit d'une lente maturation et méditation dont la saveur nous accompagne durablement. La contemplation, acte indissociable pour Watanabe de l'expérience poétique, conduit à une écriture nécessaire et simple. L'esprit du haïku, à l'affût de la réalité du monde et de ses mystères, apparaît ici et là au fil des poèmes.

  • Cet ouvrage collectif, original et novateur, étudie la place du comique, de l'humour et de l'ironie dans l'oeuvre autobiographique, romanesque, théâtrale et journalistique de George Sand (1804-1876). Fortement structuré autour de vingt-quatre études, une introduction théorique, historique et esthétique ainsi qu'un entretien avec le metteur en scène Hervé Charton (autour de la comédie improvisée de Sand, Pierrot comédien), il explore ainsi les enjeux littéraires, idéologiques et sociaux du comique sandien. Au croisement de la littérature, de l'histoire, de la stylistique et des études de genre (gender studies), cet ouvrage démontre comment l'étude du rire chez George Sand peut renouveler notre compréhension de son combat social, de sa lutte pour les droits des femmes et de sa recherche constante de nouvelles formes littéraires.

  • Cet ouvrage collectif rassemble quatre contributions qui présentent des travaux sur les pratiques de jeunes locuteurs en France et en Afrique du Nord. Des chercheuses et chercheurs de différents ancrages disciplinaires (sociolinguistique, dialectologie arabe et anthropologie linguistique) et de différents pays (Espagne, États-Unis, France, Maroc) proposent des analyses linguistiques et sociolinguistiques de divers aspects (phonétiques, lexicaux, morphologiques, discursifs et interactionnels) des usages juvéniles de plusieurs villes, au Maroc, en Libye et en France. Ces descriptions et analyses de pratiques situées sont de première importance pour le Maroc, contexte sociolinguistique pour lequel elles font à ce jour encore relativement défaut. Les usages langagiers analysés sont mis en perspective avec des questions qui touchent la construction sociolinguistique de positionnements et d'identités, particulièrement en lien avec les questions de genre.

  • Ce livre présente les récits de nombreuses voyageuses d'expression française en Orient aux XIXe et XXe siècles, certaines bien connues du public, d'autres totalement oubliées. Leurs récits sont examinés à travers deux paradigmes principaux, celui du désert (espace ouvert) et celui du harem (espace fermé), le premier semblant peu à peu remplacer le second. Natascha Ueckmann met en lumière les particularités du regard féminin sur l'Orient et observe les attitudes des voyageuses d'un point de vue résolument féministe. Le féminisme est ici utilisé comme instrument d'analyse littéraire, mais sans aucune forme de complaisance à l'égard des préjugés des voyageuses et de leur attitude parfois coloniale à l'égard des Orientaux et des Orientales. Sans nier le désir d'autonomie et de découverte de l'altérité des voyageuses, Natascha Ueckmann dessine ainsi les contours d'un orientalisme au féminin qu'elle examine avec les instruments des études de genre et des études postcoloniales. Elle cherche à mettre en évidence la façon dont les femmes européennes s'inventent elles-mêmes en se situant dans un champ de tension entre désir de découverte de l'ailleurs et volonté de confirmer leurs idées préconçues. Un ouvrage résolument actuel sur les questions de féminisme et sur la notion d'orientalisme.

  • Pourquoi choisir Molière pour comprendre le processus de construction d'un mythe scolaire ? La réponse est simple : il suffit de prononcer le nom si familier de Molière pour que chacun l'associe au plus grand auteur comique français, au premier représentant de notre culture, au dramaturge de génie du siècle de Louis XIV ou au comédien « mort sur scène ». Analysant d'abord la place de Molière dans les programmes successifs et dans les manuels scolaires, depuis le début du XXe siècle jusqu'à aujourd'hui, l'ouvrage va ensuite s'intéresser à la manière dont la critique exégétique a influencé la construction puis l'évolution de l'image scolaire de l'auteur-acteur. Ces deux premières étapes nous conduisent à nous pencher sur l'évolution du corpus scolaire des oeuvres de Molière puis sur l'influence qu'a pu avoir le nouveau « langage » iconographique sur la lecture de l'oeuvre de Molière.

  • Qu'est-ce que le Stack ? Une autre façon de concevoir et d'imaginer cette nouvelle réalité qu'est l'Internet. En moins de trois décennies, nos modes de vie et nos rapports de pouvoir ont été bouleversés. Or le réseau des réseaux est encore pensé comme un vaste filet recouvrant la surface de notre planète et nivelant les hiérarchies anciennes.Benjamin H. Bratton propose de prendre le contre-pied de cette vision trompeuse d'un monde devenu plat. Il réintroduit la verticalité des rapports de domination et de souveraineté dans l'immanence des relations en réseaux. Le Stack propose la cartographie verticale d'un « empilement » en six strates, dont les régimes de souveraineté se superposent tout en s'imbriquant les uns dans les autres : Terre, Cloud, Ville, Adresse, Interface, Utilisateur. Le Stack invente ainsi le modèle d'une « méga-structure accidentelle », qui ne relève d'aucune nécessité supérieure, mais qui n'en impose pas moins ses conditions draconiennes à notre XXIe siècle.Ce volume présente la partie programmatique de l'ouvrage américain. Entre logiciels, plateformes, crises écologiques et politiques, notre avenir se programme dans le Stack. Grâce à cet ouvrage essentiel, audacieux, visionnaire et controversé, Benjamin H. Bratton nous aide à le lire et à l'écrire.

  • L'Homme déshabité est la traduction d'une très belle pièce de théâtre écrite par Rafael Alberti en 1931. Cette traduction collective et inédite restitue le rythme, les images et la théâtralité innovante de l'auteur. Une très belle introduction de Serge Salaün situe avec justesse l'oeuvre dans son contexte et propose des pistes de lecture pour appréhender les différents niveaux de lecture auxquels la pièce nous invite. L'Homme déshabité, sorti du néant, est éveillé à la vie par le Créateur qui lui octroie les cinq sens et lui fait don d'une jeune femme innocente et pure. Après un temps d'harmonie céleste entre l'Homme et la Femme, apparaît dans l'acte central la Tentation, au piège de laquelle l'Homme, trahi par les sens, succombera après un temps de lutte. Dans l'épilogue, le Créateur condamne l'Homme qui n'a pas su dominer ses sens. La pièce se termine par la rébellion de l'Homme contre son Créateur et une déclaration de haine réciproque.

  • Le regard du voyageur qui emprunte la route reliant Sisteron à Manosque, le long de la vallée de la Durance, est immanquablement attiré par une curieuse formation rocheuse surplombant le village des Mées, dont l'apparence évoque une procession de pénitents encapuchonnés. Ces falaises s'étirent sur 2,5 kilomètres et certains rochers atteignent 100 mètres de haut, formant un site très spectaculaire, classé depuis 1941. La légende raconte qu'un seigneur local se fit un harem avec de belles et jeunes Sarrasines rescapées de l'assaut d'une forteresse maure. Menacé d'excommunication, celui-ci dut se résoudre à relâcher ses affriolantes prisonnières et à les livrer à un monastère près d'Arles. Les moines chargés de leur transfert, sur le point de succomber à la tentation, furent pétrifiés par saint Donat. Dans cet essai sur l'imaginaire des rochers et le mythe des Sarrasins, l'auteur met son savoir et ses méthodes d'universitaire au service d'une enquête qui fait la part entre les éléments historiques et légendaires.

  • « Le voyage de Barrès, après ceux de Chateaubriand, de Lamartine, de Gautier, de Gérard de Nerval, aura été le dernier des voyages romantiques d'Orient, des voyages vers l'Orient romantique. Là encore 1914 marque la grande coupure. Cet Orient n'existe plus », écrivait Albert Thibaudet, pour qui la Grande Guerre mettait fin à une lignée de voyageurs.Cet ouvrage interroge l'influence de la guerre sur la vision et l'écriture de l'Orient chez des savants et des écrivains, notamment André Gide et Pierre Loti.À partir d'Une enquête aux pays du Levant, livre de Barrès publié en 1923, mais issu d'un voyage de 1914, il identifie plus largement les mutations du genre du récit de voyage entre le long XIXe siècle, marqué par le romantisme, motivé par la quête spirituelle, et les années d'entre-deux-guerres où se développe le genre du grand reportage, marqué par un intérêt plus politique lié à la présence coloniale française en Syrie et au Liban.

  • Cet ouvrage propose une réflexion unique sur la genèse des romans de Raymond Queneau, écrivain et poète français, qui a donné naissance à de nombreuses oeuvres burlesques et expérimentales. Les multiples brouillons, précieusement conservés et classés par Queneau lui-même, représentent une véritable richesse littéraire. Proposant une nouvelle méthode d'analyse, à la fois critique et génétique, par l'étude des avant-textes de Pierrot mon ami, des Fleurs bleues et du Vol d'Icare, cet ouvrage nous invite à découvrir les coulisses de la création quénienne et nous propose des images inédites de brouillons de manuscrits. C'est la première fois qu'une telle étude est menée sur ce corpus.

  • Cet ouvrage aide à comprendre les phénomènes complexes du langage oral en situation d'interaction verbale. Basé sur des recherches récentes et originales, impliquant à la fois des méthodes variées et des bases théoriques solides, il permet une clarification plurielle de la notion de multimodalité, en prenant en considération les principaux éléments de la communication non verbale (notamment la gestualité) dans la compréhension des pratiques langagières. C'est ainsi qu'est appréhendé le concept de multimodalité des pratiques langagières orales, à travers le prisme de plusieurs disciplines : les sciences du langage, la psycholinguistique, la linguistique interactionnelle, l'analyse conversationnelle et la didactique.

  • Cet ouvrage propose une approche inédite de l'oeuvre de Stendhal à travers une analyse des liens qui l'unissent à la musique. Quels ont été ses rapports avec la musique ? Quels étaient ses compositeurs, ses opéras préférés et pourquoi ? Ce livre montre comment la musique, et particulièrement l'opéra, a totalement imprégné l'oeuvre de Stendhal : dans ses romans, ses nouvelles ou ses écrits intimes, il a cherché à transformer la musique en mots, faisant souvent référence à Mozart ou Cimarosa. Persuadé d'avoir été un musicien manqué, Stendhal a rêvé de rivaliser, en tant qu'écrivain, avec la musique et ainsi d'atteindre l'idéal romantique de la fraternité des arts.

  • Différents écrits adressés à des Princes font l'objet de ces essais, mais ce qui les unit n'est pas tant la nature royale de ces destinataires que la volonté d'accorder un intérêt sincère à des écrits trop longtemps écartés parce que soupçonnés d'hypocrisie. Des empereurs romains à Napoléon, les Princes - appelons-les de ce terme volontairement générique - suscitent et reçoivent des conseils pour avancer sur le chemin de leur pouvoir ; mais aussi, en devenant rois, ils font naître et évoluer les artistes qui les informent. Car, si le roi devient légitime et vertueux grâce à la lecture qu'un artiste présente de lui, c'est par le regard du roi que l'artiste devient véritablement artiste. Examiner différents aspects de ces rapports entre artistes et Princes est l'objet de cet ouvrage, dans lequel s'entrecroisent des approches diverses aussi bien par leur méthode que par leur ancrage chronologique.

  • Après des ouvrages consacrés aux régionalismes autour du Mont-Blanc et à la toponymie alpine, écrits en collaboration avec Claudette Germi, Hubert Bessat s'est attaché à restituer la richesse du patois de son village natal, Les Contamines-Montjoie (Haute-Savoie). Fruit d'une enquête de longue durée effectuée par l'auteur auprès des patoisants de son village, ce livre présente un recueil de mots, de noms de lieux, d'expressions et de récits en dialecte avec leur traduction intégrale. Sous forme thématique ce premier volume envisage les domaines du milieu naturel (relief, climat, végétation, faune) et des activités agro-pastorales et forestières. Les termes patois apparaissent avec leur catégorie grammaticale, leur signification illustrée d'exemples extraits de conversations, leur survivance dans le français local et la microtoponymie du village. Des notes historiques et ethnographiques précèdent chaque chapitre. L'ouvrage illustré de quelques photos s'achève sur un index des mots patois (avec leur sens usuel) et des toponymes (avec la référence aux secteurs du territoire communal). C'est donc tout un pan du patrimoine ethnolinguistique d'un village de montagne savoyard qui est proposé au regard du lecteur attaché à l'identité culturelle de la montagne alpine autant qu'à l'appréciation du dialectologue du franco-provençal.

empty