Michael tolliver Lives (Tales of the City Series 7)

Anglais Michael tolliver Lives (Tales of the City Series 7)

À propos

Modern fiction


Paperback edition of the new novel in Maupin's acclaimed Tales Of The City series. Maupin revisits Michael Tolliver, the sweet-spirited Southerner, and one of the most beloved gay characters in fiction, 20 years after ending his groundbreaking saga of San Francisco life. This time, he lets the now 55 year old gardener tell his story in his own words. A novel about the art of growing older joyfully and the everyday miracles that somehow make that possible. 'Comedy in its most classic form... some of the sharpest and most speakable dialogue you are ever likely to read.' Guardian

Rayons : Littérature générale > Littérature générale

  • EAN

    9780552772938

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Distributeur

    Side

  • Support principal

    Grand format

Armistead Maupin

Armistead Maupin est né en 1944. Diplômé de l'université de Caroline du Nord, il sert comme officier de liaison en Méditerranée, puis dans la River Patrol Force au Vietnam. Il retourne en Asie du Sud-Est en tant que civil volontaire pour y construire des logements destinés aux invalides de guerre vietnamiens. Maupin est ensuite reporter pour un journal de Charleston avant d'être affecté au bureau de San Francisco de l' Associated Press en 1971. C'est en 1976 que paraissent ses premières Chroniques de San Francisco. Le succès est immédiat. En quelques années, les feuilletons sont rassemblés en livres sur la suggestion de l'éditeur HarperCollins, l'événement local devient un phénomène international, les Chroniques sont traduites dans le monde entier et la BBC lui consacre un film d'une heure, Armistead Maupin is a Man I Dreamt Up. L'adaptation des Chroniques pour la télévision lui apporte la célébrité dans son propre pays et la récompense prestigieuse du Peabody Award. Armistead Maupin a écrit par ailleurs deux romans, Maybe the Moon (Passage du Marais, 1999) et Une voix dans la nuit (Éditions de l'Olivier, 2001).

empty