Marguerite Marguerite
Nouv.
Marguerite Marguerite

À propos

Vingt-cinq images pour une histoire sans paroles... Le lundi 12 février 1934, à la suite des émeutes des ligues du 6 février, une gauche unie manifeste contre le danger fasciste. Ce jour-là, annonciateur du Front populaire, un peintre croise le regard d'une femme qu'il suit et dessine dans les mouvements de la ville. Mouffetard, Austerlitz, République, gare de l'Est, Ménilmontant... un malicieux jeu de séduction dans un Paris populaire en ébullition, au tournant de l'histoire.

Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Romans graphiques

  • EAN

    9782490393206

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    32 Pages

  • Longueur

    27.2 cm

  • Largeur

    19.5 cm

Infos supplémentaires : Relié  

Joe G. Pinelli

  • Naissance : 1-1-1960
  • Age : 60 ans

Joe G. Pinelli est né en 1960 et enseigne le dessin à Liège. Il est l'auteur de deux trilogies largement autobiographiques, crues, âpres, sensuelles, sensitives, profondément humaines. Son graphisme libéré et tendu en fait l'un des auteurs importants de la bande dessinée indépendante.ÿLivres publiés :ÿ– Post ales de province, Mezcal 1996 ;ÿ– La dinde sauvage 2 « Mont Ararat », PLG 1997 ;ÿ– Favorite Th ings, Port-Folio 19 linos, H. Chantereau Productions 1997 ;ÿ– Le passage du lézard, le Lézard éd. 1997 ;ÿ– Egri Bikaver, Sherpa 1997 ;ÿ– Dont Louis a ch assé les funest es horreurs (prélude), PLG 1998 ;ÿ– Fado, le Lézard éd. 1998 ;ÿ– La voix intérieure, Ego comme x 1999 (avec Milo) ;ÿ– Luik sartori, Sherpa 1999 ;ÿ– La dinde sauvage 3 « La Soufrière », PLG 1999 ;ÿ– Arrêtez le carrelage, 6 PST éd. 2001 (avec Patrick Raynal) ;ÿ– Caz roman : Un américain paysage, 6 PST éd 2001 ;ÿ– Le marteau piqueur, Sherpa 2004 ;ÿ– Bande-Avant, Liber Niger 2004 (avec JH Oppel) ;ÿ– Une magnifi que journée, Requins marteaux 2005 ;ÿ– Sirop de Liège, Estuaire 2005 (avec JB Pouy) ;ÿ– La vict oire de Cézanne (Tahiti, livre un), Requins marteaux 2006 ;ÿ– In A Blue Hour, BDMusic 2006 (avec Marc Villard).

empty