Tout est bien qui finit bien

À propos

Shakespeare tout est bien qui finit bien tout est bien qui finit bien ? tout commence bien : une orpheline, hélène, guérit le roi de france qu'on donnait pour perdu.
En récompense, elle reçoit un mari, bertrand, fils de sa noble famille d'accueil, qu'elle convoitait en secret. mais tout menace de mal finir : marié malgré lui bertrand refuse le lit du mariage et s'enfuit à florence où il découvre le plaisir d'un lit adultère. comment, en effet, si loin du domicile conjugal, bertrand donnera-t-il à diana, sa maîtresse d'un soir, l'anneau de la fidélité qui se retrouve à l'acte v au doigt d'hélène, l'épouse qu'il fuyait ? comment, dans l'épaisseur de la nuit, fait-il de la chaste diane une vénus ardente pour se découvrir au dénouement père légitime de l'enfant que porte hélène avec laquelle il s'était juré de ne jamais coucher ? et comment finira-t-il par l'accepter pour épouse, et même par l'aimer ? au terme d'une comédie inclassable, l'énigme perdure : comment la cruauté shakespearienne fait-elle naître finalement une imprévisible tendresse des noces paradoxales de la fidélité et de l'adultère ?



Rayons : Littérature générale > Théâtre

  • EAN

    9782872822461

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    11.5 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    180 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

William Shakespeare

Fils d'un gantier devenu bailli de Stratford, Shakespeare put étudier, mais des revers de fortune familiaux et un jeune mariage semblent l'avoir conduit à arrêter. On le suppose établi à Londres dès 1588, mais sa réputation dramaturgique naît en 1592. Son premier mécène est le comte de Southampton à qui il dédie des poèmes, genre dans lequel il excelle au vu de ses 'Sonnets' (1609). Il joue ses pièces à la cour d'Elizabeth 1ère, puis de Jacques 1er, ensuite il devient successivement actionnaire du théâtre du Globe et du Blackfriars (1608). En 1612, il rentre à Stratford. Auteur d'une oeuvre unique et intemporelle, il s'attacha à décrire les jeux du pouvoir et les passions humaines, mêlant joie et douleur, emprisonnant la vie dans ses vers. Les premières oeuvres furent marquées par leur caractère historique ('Richard III'). A partir de 1594, il développa ses comédies ('Beaucoup de bruit pour rien') et délivre sa première tragédie majeure, 'Roméo et Juliette', qu'il fera suivre d''Hamlet', d''Othello' et du 'Roi Lear'. Sa dernière pièce, 'La tempête', est une oeuvre remarquable, baignée d'ésotérisme.

empty