être écologique

Traduction CECILE WAJSBROT  - Langue d'origine : ANGLAIS

À propos

Le réchauffement climatique a déclenché la sixième extinction de masse, nous sommes dans l'ère de l'Anthropocène. Mais contempler la catastrophe ou chercher le coupable n'aident ni à prendre les bonnes décisions, ni à agir vraiment. Face à une avalanche de faits et de données toujours plus alarmants, n'est-il pas temps de se réaccorder à notre environnement ?
En recourant à des outils et des concepts comme l'intuition, l'art, l'empathie, l'interconnectivité, ou notre héritage néandertalien, Timothy Morton nous montre comment se remettre au diapason : à notre échelle, mais aussi à celles des bactéries, de la baleine à bosse, des écosystèmes, ou de la planète.
Être écologique, c'est changer de paradigme dans notre relation au monde, se libérer du déni et du désespoir. Une lecture performative aussi sérieuse que captivante.



Rayons : Vie pratique & Loisirs > Nature & Plein air > Ecologie > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'écologie

  • EAN

    9791038700208

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    256 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.8 cm

  • Poids

    282 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Timothy Morton

  • Naissance : 19-6-1968
  • Age : 54 ans
  • Pays : Etats-unis
  • Langue : Anglais

Si l'agent spécial Dale Cooper (Twin Peaks)
prenait la plume, voici le livre qu'il pourrait
écrire. Car, à l'image du personnage de David
Lynch, qui voit son rapport au monde trans-
formé, Timothy Morton propose une philoso-
phie à la fois radicale et troublante.
Morton part d'un constat sombre : le réchauf-
fement climatique a entraîné la sixième extinc-
tion de masse, un phénomène irréversible dû
à l'activité humaine : nous
sommes entrés dans l'ère
de l'Anthropocène. Mais,
loin de se lancer dans un
discours aux consonances
apocalyptiques, Morton
affirme que ce nouvel état
du monde nous offre l'op-
portunité de repenser
notre place sur Terre.
Nos petits pas pour aller
vers un monde plus « vert »
ne servent qu'à soulager
notre conscience. Aucune politique d'enver-
gure ne pourra être menée tant que nous
ne serons pas devenus des êtres pensants
écologiques. Et il est inutile de se référer à un
monde passé idéalisé. Adieu économie circu-
laire et développement durable, prenons la
situation dans sa globalité ! Penser écologique,
c'est d'abord adopter ces trois points fonda-
mentaux : Relativiser la toute-puissance de
l'homme sur Terre et sur les éléments. Pen-
ser l'écologie sans la
« Nature », au sens d'un
territoire pur, sauvage
et vert : la nature est
concrète, construite,
polluée. Se positionner
d'égal à égal avec tous
les êtres - humains, animaux, végétaux, miné-
raux ou même technologiques.
Lire La Pensée écologique, c'est embarquer pour
un fabuleux voyage. On y découvre les hyperob-
jets, tels que le réchauffement climatique ou les
déchets radioactifs, qu'il nous est difficile d'ap-
préhender dans leur globalité. On se glisse dans
le maillage, parce que tout est interconnecté.
On y rencontre les étranges étrangers : ani-
maux, énergies fossiles, objets industriels, virus
informatiques... tous ces êtres qui nous sont
liés, et qui prennent une nouvelle dimension. Le
tout illustré d'exemples aussi
concrets et lumineux que les
poésies de Milton et de Blake,
l'art contemporain, l'univers
protéiforme de Björk, des
films comme Blade Runner ou
Solaris.
Voici un texte radical qui
change totalement notre
regard sur le monde, à la fois
très accessible et totalement
nouveau dans le champ de la
philosophie contemporaine.

empty